@FORCCAST / Sciences Po. Simon BOLDUC (doctorant, Université de Sherbrooke, Québec - Canada)
Faire de l’innovation pédagogique un enjeu collectif : les communautés de pratique
21 novembre 2017
©Martin Argyroglo / 2016 - Campus de Poitiers - Sciences Po
Faut-il interdire l’utilisation d’ordinateurs en cours par les étudiants ?
21 novembre 2017

Quel est l’impact de l’utilisation d’ordinateurs par les étudiants en cours ?

©Nicolas Tavernier / Prise de notes Amphitheatre Boutmy - Sciences Po

©Nicolas Tavernier / Prise de notes Amphitheatre Boutmy - Sciences Po

Des chercheurs ont commencé à étudier l’impact de l’utilisation d’ordinateurs en cours pour la prise de notes sur la qualité de l’apprentissage. Cet article résume les résultats de ces premiers travaux. De façon générale, la recherche tend à prouver que l’utilisation d’ordinateurs en cours génère une baisse de l’attention des étudiants (à la fois celle des étudiants utilisant leurs ordinateurs que celle de leurs voisins). De plus, les travaux de recherche tendent à montrer une diminution de la qualité de la prise de notes. Dans l’article suivant, je discuterai des solutions à apporter à ces problèmes soulevés par la recherche.

Peu à peu, les ordinateurs portables sont venus remplacer les feuilles de papier en tant qu’outil de prise de notes des étudiants. Les enseignants se retrouvent désormais parfois face à un mur d’écrans, les yeux des étudiants rivés sur ces écrans, leurs expressions reflétant souvent des émotions bien éloignées de celles que devrait susciter le sujet en train d’être traité en cours. Mais quel est l’impact de l’utilisation des ordinateurs en cours sur la qualité de l’apprentissage des étudiants ?

Des chercheurs ont tenté de répondre à trois questions en particulier :

1) les ordinateurs sont-ils trop distrayants pour les étudiants qui peuvent en profiter pour aller sur Internet pendant le cours ?

2) les ordinateurs sont-ils trop distrayants pour les voisins de ces étudiants ?

3) même sans distractions, les ordinateurs réduisent-ils la qualité de la prise de note par rapport au traditionnel duo stylo-papier ?

Cet article propose de résumer les résultats de travaux de recherche portant sur ces trois questions. Dans l’article suivant, des solutions pratiques seront proposées aux enseignants.

L’impact sur l’attention de l’étudiant qui utilise l’ordinateur

Lorsqu’ils ont la possibilité d’utiliser un ordinateur pour la prise de notes, les étudiants sont nombreux à être distraits par d’autres activités qu’ils mènent en parallèle du cours, comme aller sur les réseaux sociaux ou surfer sur Internet (Maxwell, 2007). L’utilisation des ordinateurs peut réduire l’attention des étudiants en cours en raison de deux biais cognitifs : un biais de préférence pour le présent et un biais d’optimisme. Comme l’explique David Laibson, Professeur d’économie spécialisé en économie comportementale à Harvard, les étudiants viennent souvent en cours avec les meilleures intentions du monde. Mais une fois assis devant leurs ordinateurs, ils peuvent préférer la satisfaction immédiate d’une distraction facile proposée par la connexion à Internet sur leur ordinateur. Le temps passe et ces étudiants finissent par manquer une partie significative du cours. Ils se disent cependant que ce n’est pas très grave, car un biais d’optimisme leur fait penser qu’ils pourront rattraper plus tard la partie du cours qu’ils ont manquée. L’utilisation des ordinateurs en cours peut donc encourager la procrastination chez les étudiants et réduit l’efficacité de la présence en cours.

Cet effet est généralement renforcé par une autre manifestation du biais d’optimisme, concernant l’aptitude des étudiants à accomplir plusieurs tâches en même temps. Par exemple, une part non-négligeable d’étudiants pense qu’il est possible d’écouter attentivement un cours tout en discutant sur les réseaux sociaux. Or, les étudiants surestiment souvent leur capacité à faire plusieurs choses à la fois. La recherche en psychologie montre de façon très convaincante que les étudiants sont moins attentifs lorsqu’ils font plusieurs choses à la fois sur leur ordinateur pendant le cours (Hembrooke & Gay, 2003). Résultat, les étudiants comprennent et retiennent en moyenne moins d’éléments présentés en cours. Ils participent aussi moins en cours. Les étudiants reconnaissent par ailleurs eux-mêmes que l’utilisation de leurs ordinateurs (ainsi que les téléphones portables) les incite à faire moins attention en cours (McCoy, 2013).

L’impact sur l’attention des voisins de l’étudiant qui utilise l’ordinateur

Par ailleurs, il existe une externalité négative pour les étudiants assis à côté ou derrière un étudiant faisant autre chose que prendre des notes sur son ordinateur. Alors que celui qui rêvasse tout seul dans son coin n’est pas une distraction pour ses voisins, celui qui s’active de façon visible sur les réseaux sociaux offre des tentations sur son écran et réduit donc l’attention de ses voisins en cours. Des travaux de recherche montrent qu’un étudiant distrait sur son ordinateur réduit l’attention en cours de son voisin (Sana, Weston & Cepeda, 2013). Les étudiants se plaignent ainsi que les distractions causées par les écrans de voisins (voire le bruit des claviers) sont un obstacle majeur à leur capacité à être attentifs et à apprendre en cours (Fried, 2008).

L’impact sur la qualité de la prise de note

La recherche étudie aussi l’impact de la prise de note sur ordinateur (sans distractions) avec la méthode traditionnelle du stylo et du papier. La prise de note sur ordinateur permet aux étudiants d’écrire plus vite qu’en utilisant un stylo : ils peuvent donc prendre plus de notes. Ceci pourrait avoir un impact positif sur l’apprentissage, mais des travaux de recherche tendent à montrer que l’utilisation du stylo oblige les étudiants à traiter l’information reçue afin de synthétiser les notions présentées en cours. Cette prise de note force donc les étudiants à réfléchir au contenu. En revanche, l’étudiant qui prend ses notes sur ordinateur a davantage de temps pour recopier mot pour mot ce qui est dit en classe, ce qui rend l’étudiant plus passif dans la prise de notes, réduisant ainsi la qualité de l’apprentissage. Les étudiants qui prennent des notes sur ordinateur plutôt que sur papier tendent à moins bien répondre à des questions portant sur l’application de notions vues en cours (Mueller & Oppenheimer, 2014).

Les travaux de recherche portant sur les trois questions ci-dessus trouvent ainsi un impact globalement négatif de l’utilisation des ordinateurs portables en cours pour la prise de notes par les étudiants. Pour plus d’informations sur ces travaux de recherche, vous pouvez aussi vous référer à cet article posté sur le site du Brookings Institute et rédigé par Susan Dynarski, Professeure spécialisée en économie de l’éducation.

Anne BORING, Maître de conférences en économie, Erasmus University Rotterdam et chercheuse affiliée au LIEPP et PRESAGE, Sciences Po.

Références

  • Fried, C. B. (2008). In-class laptop use and its effects on student learning. Computers & Education50(3), 906-914.
  • Hembrooke, H., & Gay, G. (2003). The laptop and the lecture: The effects of multitasking in learning environments. Journal of Computing in Higher Education15(1), 46-64.
  • Maxwell, N. G. (2007). From Facebook to Folsom Prison Blues: How banning laptops in the classroom made me a better law school teacher. Richmond Journal of Law & Technology14(2), 1-43.
  • McCoy, B. (2013). Digital distractions in the classroom: Student classroom use of digital devices for non-class related purposes. Journal of Media Education, 4(4), 5-15.
  • Mueller, P. A., & Oppenheimer, D. M. (2014). The pen is mightier than the keyboard: Advantages of longhand over laptop note taking. Psychological science25(6), 1159-1168.
  • Sana, F., Weston, T., & Cepeda, N. J. (2013). Laptop multitasking hinders classroom learning for both users and nearby peers. Computers & Education62, 24-31.