Eric Dupond-Moretti : "La Justice est une institution merveilleusement, terriblement, humaine"

À l’occasion de sa rentrée solennelle, le 9 septembre dernier, l’École de droit de Sciences Po a eu le privilège de recevoir Eric Dupond-Moretti, garde des Sceaux, ministre de la Justice, invité à prononcer la leçon inaugurale devant un parterre d’étudiantes et d’étudiants attentifs et avides d’inspiration.

Un amphithéâtre comble, une chaleur et une attente dignes d’une salle d’audience, le décor est planté dès l’arrivée d’Eric Dupond-Moretti. Bénédicte Durand, administratrice provisoire de Sciences Po, lui signifie d’entrée : “il y a quelque chose de très Sciences Po en vous, monsieur le ministre. L’éclat d’une voix, la liberté, le panache, la pluralité des chemins, un engagement profond…”. En réponse, le garde des Sceaux, surpris, déclare : “par la grâce de l'aléatoire, me voici promu professeur de votre prestigieuse école. C’est un très grand honneur”.

Les quelque deux-cent-cinquante étudiantes et étudiants présents lui sont introduits par Sébastien Pimont, doyen de l’École de droit. Certains sont issus de Sciences Po, les autres de multiples horizons, “mais tous ont en commun une intuition qui commence, une idée de la Justice, une sorte d’imaginaire…”.

“Le droit n’est finalement pas grand chose sans humanité”

Eric Dupond-Moretti entame alors son propos en leur rappelant la chance qu’ils ont de bénéficier de l’une des meilleures formations de juristes de notre pays. Il les exhorte en toutes circonstances à conserver à l’esprit que le droit est peu de chose sans humanité et à garder en commun le même objectif, celui de veiller au respect de l'État de droit.

“Je vais vous faire part de ma vision de la Justice, nourrie par 36 années de barreau, que je traduis en actes en tant que garde des Sceaux”. La Justice, cette institution à hauteur d'homme, aime-t-il à rappeler, est la base de notre contrat social et représente une mission aussi fondamentale que les attentes des citoyens sont légitimes.
Il évoque bien sûr les dysfonctionnements, le manque de moyens, le sentiment que la Justice s’est éloignée de la Cité. Avant d’en rappeler les vertus fondamentales : protéger, défendre la vie de nos concitoyens. Il souligne alors les moyens qu’il veut lui donner : augmentation historique du budget, mise en place d’une Justice de proximité, conditions de détention respectueuses de la dignité humaine, veille à la réinsertion par le travail, tolérance zéro en matière de violences conjugales…

“La Justice est une institution merveilleusement, terriblement, humaine. C’est de cette humanité que naissent ses défaillances”, rappelle-t-il.

“Devenir avocat, c’est maîtriser ses peurs”

L’ancien avocat au Barreau de Paris évoque son métier avec passion et engagement et rappelle aux étudiantes et étudiants présents qu’ils ont devant eux la plus belle des missions, celle de défendre la vie de nos concitoyens, dans le respect de l'impartialité, dans la mesure et la nuance.

“Vous avez décidé de contribuer au maintien de la paix sociale. Vous pouvez d’ores et déjà être fiers de vous. Mais pas trop ! L'humilité est de rigueur et l’impartialité est la vertu cardinale de la Justice et reste un combat quotidien.”
Il se fait alors professeur d’art oratoire et explique comment s’exprimer pour bien se faire entendre et comprendre. “Je vais vous donner un vrai conseil : apprenez à respirer. Le silence souligne le dernier mot que vous venez de prononcer et surtout… il est prélude au prochain. Il suscite la curiosité et le sentiment que vous maîtrisez votre propos.”

S’ensuivent des échanges passionnés entre les élèves et le maître, sur le mélange des corps de la magistrature et du barreau ; l’apparition du numérique dans l’appareil juridique ou encore l'impartialité entre Justice et politique.  
À la main qui se lève dans l’auditoire pour poser l’ultime question de cette séance, il précise avec humour : “j’attends une dernière question pertinente, concise, ciselée, en un mot d’excellence”. Vaste programme, à l’image du parcours qui s’ouvre à nos étudiantes et étudiants de l’École de droit en cette nouvelle année.

L'équipe éditoriale de Sciences Po

Abonnez-vous à nos newsletters !

En savoir plus : 

Des faits à l'action : « Le changement climatique et l'UE » attire l'attention sur la marche à suivre pour lutter contre le changement climatique

Des faits à l'action : « Le changement climatique et l'UE » attire l'attention sur la marche à suivre pour lutter contre le changement climatique

Une conversation polyphonique sur des questions qui figurent parmi les plus urgentes du 21e siècle : « Pouvons-nous parvenir à la justice climatique et assurer l'équité ? », « Quel rôle l’UE peut-elle jouer sur le plan international ? », « L’UE intègre-t-elle véritablement les questions climatiques dans sa politique étrangère ? », « Quel rôle doit jouer la jeunesse ? »

Lire la suite
Le Média Positif : une initiative étudiante galvanisante

Le Média Positif : une initiative étudiante galvanisante

Un cœur artificiel créé par une entreprise française, la découverte du gène responsable des cancers du sein résistants aux traitements ou encore une startup bordelaise spécialisée dans le recyclage du CO2 industriel... Tout cet éventail d'informations nous provient tout droit d'un nouveau média créé par des étudiants de Sciences Po : le Média Positif.

Lire la suite
Forum de Paris sur la Paix : 103 étudiants de Sciences Po mobilisés

Forum de Paris sur la Paix : 103 étudiants de Sciences Po mobilisés

Du 11 au 13 novembre, 45 chefs d'État et dirigeants d’organisations internationales se sont rassemblés à Paris et en ligne pour la quatrième édition du Forum de Paris sur la Paix (FPP). Organisé dans un format hybride, le sommet de cette année a été axé sur les efforts mondiaux de coopération pour trouver des solutions aux défis actuels posés par la pandémie. 

Découvrez l’expérience de Hannah, bénévole cette année.

Lire la suite
Écrire / Éditer : retour sur une co-écriture inédite entre Maylis de Kerangal et ses élèves

Écrire / Éditer : retour sur une co-écriture inédite entre Maylis de Kerangal et ses élèves

Alors qu’elle est titulaire de la Chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po à l’automne 2020, Maylis de Kerangal a partagé, en plein confinement, une expérience inédite de co-écriture avec les étudiantes et étudiants de ses ateliers d'écriture. Ils se sont enfin retrouvés, un an plus tard, autour de leur ouvrage commun, imprimé depuis par les Presses de Sciences Po.

Lire la suite