Voyager autrement avec Stop & Go

Stop & Go est une association étudiante de Sciences Po qui vise à remettre au goût du jour la pratique de l’auto-stop. Voyages, week-ends ou festival en stop : autant d’ activités ludiques et festives qui portent un message écologique. Rencontre avec la présidente de Stop & Go, Apolline Tarbé de Saint-Hardouin. 

D’où vient l’idée de créer une association dédiée à l’auto-stop ?

L’auto-stop est un mode de transport économique, écologique et engagé : l’association est née en 2012 de l’envie d’encourager les étudiants de Sciences Po à utiliser ce mode de déplacement pour leurs voyages ! Aujourd’hui, l’objectif premier de l’association, c’est de montrer que des moyens alternatifs de transport permettent d’éviter de prendre de l’avion ou sa voiture, et donc de réduire son empreinte carbone. Mais c’est aussi un moyen de valoriser le dépassement de soi, l’autonomie, l’esprit d’équipe ou encore...la gestion de l’imprévu ! 

Vous organisez de nombreux événements tout au long de l’année…

On propose des week-ends quatre fois par an, un voyage de deux semaines en hiver, un voyage d’un mois l’été. Tout doit se faire en stop, bien sûr ! Sur les voyages longs, nous sommes en moyenne une trentaine. Nous formons des binômes mixtes - une garçon et une fille - pour pratiquer l’auto-stop. Et, tous les trois jours, on se donne un rendez-vous fixé à l’avance pour se regrouper pour une nuit dans une auberge de jeunesse. Aux binômes de se débrouiller pour nous rejoindre ! Après ce regroupement, on change les binômes avant de repartir pour une nouvelle destination à atteindre trois jours plus tard ! L’idée, c’est de partager l’expérience avec tout le monde mais aussi de favoriser la rencontre, l’ouverture d’esprit et l’échange ! Dans le même esprit, nous organisons également un festival avec des concerts.

Un festival… d’autostop ?

Un festival auquel il faut se rendre… en stop ! Le lieu change tous les ans ; cette année, ce sera en Normandie. Le festival est ouvert à tout le monde, étudiant ou pas ! L’idée, c’est de sensibiliser un maximum de personnes aux modes de voyage responsables et alternatifs, mais aussi à l’écologie. Près de 400 personnes répondent présents en moyenne et on invite tous les participants à venir en stop. Mais on essaie aussi d’avoir le moins d’impact écologique possible sur place avec des toilettes sèches, des douches, etc. On fait toute la nourriture nous-mêmes en utilisant des ingrédients végétariens et locaux pour privilégier les partenariats avec les fermes voisines. Pendant le festival, il y a aussi des ateliers de sensibilisation à l’écologie et des conférences en journée, avant les concerts du soir. Cette année, par exemple, le maire de Malaunay, une ville connue pour son exemplarité écologique, vient donner une conférence. Le collectif Villes et décroissance de Sciences Po viendra également pour une table ouverte sur le thème de la transition énergétique, etc.

Et… cela vous arrive-t-il de prendre l’avion ou le train ? 

En France, j’essaie de faire du stop toute seule en dehors de l’association. Au début, je voyais Stop&Go juste comme une association “fun” qui organise des voyages, mais j’ai découvert au fur et à mesure que j’aimais vraiment l’idée de sensibiliser les étudiants au fait qu’ils peuvent voyager autrement. Si, tous les ans, on parvient à sensibiliser 400 personnes, c’est déjà énorme. La dimension écologique de l’association est de plus en plus importante : cette année on a intégré le REFED, le réseau des étudiants pour le développement durable. Ce sont des associations étudiantes qui oeuvrent pour la sensibilisation écologique. 

Qu’est-ce que vous aimez dans l’auto-stop ?

J’aime beaucoup le côté humain et l’échange : je me retrouve dans des voitures avec des gens très différents et ce sont toujours des rencontres intéressantes. C’est vraiment une manière différente de voyager : si tu vas à Barcelone en avion, le voyage commence à la sortie de l’aéroport. Quand tu fais du stop, le voyage commence dès la seconde où tu sors de chez toi parce que tout le trajet est une aventure ! Parfois, un conducteur nous dit qu’il a déjà pris quelqu’un de notre association ou qu’il a entendu parler de notre festival et ça nous fait plaisir : on a l’impression de relancer l’auto-stop en France !

En savoir plus 

Abonnez-vous à nos newsletters !

 

Les coulisses du Grand Oral

Les coulisses du Grand Oral

Du discours de politique générale devant l'Assemblée nationale aux émissions de télévision, le “grand oral” a la cote et sera bientôt partie intégrante du nouveau Bac. Né à Sciences Po, le “Grand O” a, tout comme l’institution, profondément évolué au cours des dernières années. Qu’attend-on des étudiants en 2019 ? Loin du concours d’éloquence et des effets de manche, reportage dans les coulisses de ce rite de passage.

Lire la suite
En classe avec Kamel Daoud

En classe avec Kamel Daoud

Initiative originale visant à renforcer l'expression créative des étudiants, la première chaire d'écrivain en résidence de Sciences Po a été lancée en février dernier. Pendant un semestre, le premier titulaire de la nouvelle chaire, Kamel Daoud, a enseigné aux étudiants. Qu’apprend-on lors des classes dispensées par l’écrivain, telles que “L’écriture à rebours" et "L’écriture, la lecture et la construction du sens" ? Retour en vidéo sur une expérience inédite dans le paysage universitaire français.

Lire la suite
Relations internationales : un pied dans le grand bain

Relations internationales : un pied dans le grand bain

Sciences Po pour les Nations Unies est une association qui rassemble des étudiants passionnés de relations internationales et de diplomatie. Forte de son succès, elle a récemment vu trois de ses membres (Antoine Da Col, Roland Martial et Mounia El Khawand) être primés au WorldMUN. Rencontre avec sa présidente, Eve de Seguins Pazzis, et sa vice-présidente, Chloé Bernard, étudiantes en master. 

Lire la suite
L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

Par Cornelia Woll (CEE). Le débat sur la suppression de l’École nationale d’administration est d’autant plus vif qu’il se situe à la convergence de plusieurs enjeux : principes de la méritocratie, ascension sociale, fonctionnement de l’administration publique, réseaux d’influence et rentes professionnelles que procurent les grands corps. D’autres modèles existent chez nos voisins. Une comparaison avec l’Allemagne éclaire le rôle que peut jouer l’université dans la formation de la haute fonction publique.

Lire la suite
Les universités veulent peser sur l'agenda politique

Les universités veulent peser sur l'agenda politique

Une alliance internationale regroupant plus de 45 universités de référence mondiale a été lancée ce 5 juin 2019 à Paris, au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue à Sciences Po en présence de la ministre française de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal. Baptisé U7, ce regroupement d’universités prestigieuses a pour objectif d’aborder les défis mondiaux majeurs.

Lire la suite
Énergies renouvelables : comment soutenir les projets citoyens ?

Énergies renouvelables : comment soutenir les projets citoyens ?

Par Andreas Rüdinger (IDDRI). Le développement des énergies renouvelables (ENR) représente l’un des piliers de la stratégie française de transition énergétique. Afin d’atteindre les objectifs ambitieux fixés à l’horizon 2030 – soit 32 % d’énergie renouvelable dans la consommation finale d’énergie, 40 % pour l’électricité –, la nouvelle Programmation pluriannuelle de l’énergie indique qu’il faudra doubler les capacités d’énergies renouvelables électriques installées entre 2017 et 2028 dans l’Hexagone.
Lire la suite

Climat : est-il déjà trop tard ?

Climat : est-il déjà trop tard ?

On parle sans cesse du changement climatique mais comment joindre les actes à la parole ? Sébastien Treyer directeur général de l’Institut du développement durable et des relations internationales, l’IDDRI, explique le rôle de chacun dans la bataille pour sauver la planète. 

Lire la suite
Les élections européennes métamorphosent le clivage gauche-droite

Les élections européennes métamorphosent le clivage gauche-droite

Par Luc Rouban (CEVIPOF). Dès le soir du 26 mai, le premier ministre Édouard Philippe est intervenu pour expliquer que, contrairement à ce que disaient les spécialistes, selon lui, le clivage gauche-droite était définitivement mort et que les élections européennes avaient entériné le nouveau clivage entre progressistes et nationalistes sur lequel Emmanuel Macron avait bâti toute la campagne de La République en marche (LREM) en 2017.

Lire la suite
La surprise Verte

La surprise Verte

 

Par Daniel Boy (CEVIPOF). Alors que les sondages pré-électoraux les situaient généralement entre 7 % et 9 %, ils réalisent en France le score confortable de 13,5 %. Il est vrai que les écologistes ont toujours obtenu leurs meilleurs résultats lors des élections européennes : en 1989, déjà, la liste menée par Antoine Waechter avait obtenu 10,59 % des suffrages exprimés. Plus récemment en 2009, le parti d’Europe Écologie Les Verts (EELV), constitué depuis peu, réalisait le score record de 16,28 %. Si, aujourd’hui, on admet de compter non seulement les voix recueillies par EELV mais aussi l’apport des listes « Urgence écologique » (1,82 %) et Parti animaliste (2,17 %), on obtient un total de 17,46 %.

Lire la suite