Voyager autrement avec Stop & Go

Stop & Go est une association étudiante de Sciences Po qui vise à remettre au goût du jour la pratique de l’auto-stop. Voyages, week-ends ou festival en stop : autant d’ activités ludiques et festives qui portent un message écologique. Rencontre avec la présidente de Stop & Go, Apolline Tarbé de Saint-Hardouin. 

D’où vient l’idée de créer une association dédiée à l’auto-stop ?

L’auto-stop est un mode de transport économique, écologique et engagé : l’association est née en 2012 de l’envie d’encourager les étudiants de Sciences Po à utiliser ce mode de déplacement pour leurs voyages ! Aujourd’hui, l’objectif premier de l’association, c’est de montrer que des moyens alternatifs de transport permettent d’éviter de prendre de l’avion ou sa voiture, et donc de réduire son empreinte carbone. Mais c’est aussi un moyen de valoriser le dépassement de soi, l’autonomie, l’esprit d’équipe ou encore...la gestion de l’imprévu ! 

Vous organisez de nombreux événements tout au long de l’année…

On propose des week-ends quatre fois par an, un voyage de deux semaines en hiver, un voyage d’un mois l’été. Tout doit se faire en stop, bien sûr ! Sur les voyages longs, nous sommes en moyenne une trentaine. Nous formons des binômes mixtes - une garçon et une fille - pour pratiquer l’auto-stop. Et, tous les trois jours, on se donne un rendez-vous fixé à l’avance pour se regrouper pour une nuit dans une auberge de jeunesse. Aux binômes de se débrouiller pour nous rejoindre ! Après ce regroupement, on change les binômes avant de repartir pour une nouvelle destination à atteindre trois jours plus tard ! L’idée, c’est de partager l’expérience avec tout le monde mais aussi de favoriser la rencontre, l’ouverture d’esprit et l’échange ! Dans le même esprit, nous organisons également un festival avec des concerts.

Un festival… d’autostop ?

Un festival auquel il faut se rendre… en stop ! Le lieu change tous les ans ; cette année, ce sera en Normandie. Le festival est ouvert à tout le monde, étudiant ou pas ! L’idée, c’est de sensibiliser un maximum de personnes aux modes de voyage responsables et alternatifs, mais aussi à l’écologie. Près de 400 personnes répondent présents en moyenne et on invite tous les participants à venir en stop. Mais on essaie aussi d’avoir le moins d’impact écologique possible sur place avec des toilettes sèches, des douches, etc. On fait toute la nourriture nous-mêmes en utilisant des ingrédients végétariens et locaux pour privilégier les partenariats avec les fermes voisines. Pendant le festival, il y a aussi des ateliers de sensibilisation à l’écologie et des conférences en journée, avant les concerts du soir. Cette année, par exemple, le maire de Malaunay, une ville connue pour son exemplarité écologique, vient donner une conférence. Le collectif Villes et décroissance de Sciences Po viendra également pour une table ouverte sur le thème de la transition énergétique, etc.

Et… cela vous arrive-t-il de prendre l’avion ou le train ? 

En France, j’essaie de faire du stop toute seule en dehors de l’association. Au début, je voyais Stop&Go juste comme une association “fun” qui organise des voyages, mais j’ai découvert au fur et à mesure que j’aimais vraiment l’idée de sensibiliser les étudiants au fait qu’ils peuvent voyager autrement. Si, tous les ans, on parvient à sensibiliser 400 personnes, c’est déjà énorme. La dimension écologique de l’association est de plus en plus importante : cette année on a intégré le REFED, le réseau des étudiants pour le développement durable. Ce sont des associations étudiantes qui oeuvrent pour la sensibilisation écologique. 

Qu’est-ce que vous aimez dans l’auto-stop ?

J’aime beaucoup le côté humain et l’échange : je me retrouve dans des voitures avec des gens très différents et ce sont toujours des rencontres intéressantes. C’est vraiment une manière différente de voyager : si tu vas à Barcelone en avion, le voyage commence à la sortie de l’aéroport. Quand tu fais du stop, le voyage commence dès la seconde où tu sors de chez toi parce que tout le trajet est une aventure ! Parfois, un conducteur nous dit qu’il a déjà pris quelqu’un de notre association ou qu’il a entendu parler de notre festival et ça nous fait plaisir : on a l’impression de relancer l’auto-stop en France !

En savoir plus 

Abonnez-vous à nos newsletters !

 

Shirin Ebadi : “Je souhaite la libération de Madame Adelkhah”

Shirin Ebadi : “Je souhaite la libération de Madame Adelkhah”

Le 5 juin 2019, Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), étaient arrêtés et emprisonnés à Téhéran. Un an plus tard, malgré la libération de Roland Marchal le 20 mars 2020, Fariba Adelkhah demeure incarcérée dans la prison d’Evin. À l’occasion de ce triste anniversaire, Shirin Ebadi, Prix Nobel de la Paix, soutient la chercheuse dans la message relayé par Olivier Duhamel, Président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), et Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po. 

Lire la suite
Imaginer le monde d'après la crise

Imaginer le monde d'après la crise

Depuis le 27 avril 2020, Sciences Po mène aux côtés de TF1, de Bluenove et Cognito une grande consultation en ligne intitulée “Notre nouvelle vie”. Son objectif : faire émerger des propositions pour répondre aux conséquences sociétales, économiques et démocratiques de la crise du Covid-19. Originale dans sa forme, la consultation a déjà réuni plus de 58 000 réponses émanant de 5 100 participants. Il est possible de débattre de cinq thématiques jusqu'au 24 juin. Explications détaillées avec Olivier Duhamel, Président de la FNSP et Yann Algan, doyen de l'École d’affaires publiques de Sciences Po. 

Lire la suite
Pour une stratégie universitaire européenne face à la crise

Pour une stratégie universitaire européenne face à la crise

En 2019, huit institutions de rang mondial en sciences sociales, humanités et management*, s’appuyant sur des liens déjà solides, ont décidé de s’unir pour créer “CIVICA, l’Université Européenne des Sciences Sociales”. Préfigurant les contours de l’université du futur, reposant à la fois sur une vision stratégique de long terme et sur des activités concrètes à l’attention des étudiants, du corps professoral, des équipes et du grand public, CIVICA a vocation à proposer des réponses innovantes aux grands défis du monde contemporain et à assurer la promotion des valeurs civiques européennes.

Lire la suite

" La pauvreté commence à l'enfance "

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
Coronavirus : la réponse économique

Coronavirus : la réponse économique

Comment sortir d'un confinement marqué par le choix stratégique fort du chômage partiel ? La dette française est-elle soutenable ? Quels sont les effets de la crise sur l’emploi ? Et que feront les Français de l’épargne conséquente accumulée ces derniers mois ? Éléments de réponse avec Philippe Martin, Professeur au sein du Département d’économie de Sciences Po. 

Lire la suite
Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

À la rentrée de l’année 2000, 42 étudiants rejoignaient le premier campus régional de Sciences Po, inauguré par Richard Descoings, et dont l’ouverture précéderait celle des sites de Reims, du Havre, de Poitiers, de Dijon et de Menton. Ce campus accueille aujourd’hui 300 étudiants (dont plus de la moitié sont internationaux) pour les deux premières années d’un bachelor avec une spécialisation géographique sur l’Europe et l’espace franco-allemand. En 20 ans, plus de 2000 étudiants sont passés par ce campus. 

Lire la suite

"Le romantisme de l'Amérique latine"

L’Amérique Latine, continent des écrivains, de la passion et des révolutions ? Oui, mais pas seulement ! Avec le cours “Relations Internationales en Amérique Latine”, Kevin Parthenay invite les étudiants du campus de Poitiers à poser un regard neuf sur ce continent qui, loin de jouer les seconds couteaux, est en fait au coeur des dynamiques mondiales. 

Lire la suite

" C'est toi qui t'occupes des enfants aujourd'hui ? "

En période de confinement, les uns sont-ils “plus égaux que les autres” ? La Chaire pour l’Entrepreneuriat des Femmes à Sciences Po, en coopération avec Ipsos, a mené l’enquête auprès de 1000 actifs constituant un échantillon national représentatif de la population active âgée de 18 ans et plus en France. Cette enquête nous livre une image contrastée : si les femmes ont été plus durement touchées par l’inactivité professionnelle que les hommes, elles sont aussi 30% dans les couples hétérosexuels à avoir constaté une meilleure répartition des tâches domestiques, et 24% à avoir ressenti une hausse de leur satisfaction générale (contre 19% des hommes). Quelles perspectives cela dessine-t-il pour l’avenir ? Quelques jours avant la publication d’un document de travail portant sur l’analyse des données de l’enquête, Anne Boring, directrice de la chaire, nous livre ses premières conclusions. 

Lire la suite
Drôle d'économie !

Drôle d'économie !

Les personnes dotées de grands pieds sont-elles meilleures en orthographe ? Quel rapport entre le PIB, le réchauffement climatique et une crosse de hockey ? Peut-on mesurer le Bonheur National Brut ? Questions bizarroïdes et réponses tout en couleurs : c’est la marque de fabrique d’Econofides, un projet qui a pour ambition de redonner le goût de l’économie aux élèves de lycée par le biais d’une pédagogie interactive, narrative et ludique. 

Lire la suite