Sciences Po, l'école des diplomates

Par Nicolas Scheffer, diplômé (2017), pour le magazine Émile - La diplomatie fait partie de l’ADN de Sciences Po depuis sa création en 1872. Près de 60 % des ambassadeurs français actuellement en poste sont issus de l'École, faisant ainsi la preuve que l’enseignement des relations internationales tel que pratiqué rue Saint-Guillaume est un incontournable pour les futurs diplomates. 

S’il est une discipline qu'on associe à Sciences Po, c’est bien la diplomatie. Son enseignement existe depuis la création de l’École en 1872, nous rappelle l’historienne Marie Scot, spécialiste de l’histoire de la rue Saint-Guillaume. Depuis, des professeurs illustres ont donné des cours dans le prestigieux amphithéâtre Boutmy, à l’image d’Hélène Carrère d’Encausse, qui souhaite « former un nombre considérable de spécialistes des pays communistes à peupler les ambassades et les relations économiques avec le monde de l’Est » (voir le numéro 17 du magazine Émile). 

Dès ses premières heures, l’École se donne pour ambition de former « les jeunes gens qui se proposent d’entrer dans la diplomatie en qualité d’attachés du ministère des Affaires étrangères, de secrétaires de légations, de consuls, etc. », comme le mentionne le programme des cours de l’année 1872 à 1873. C’est d’ailleurs ce qui fait la spécificité de l’École à sa création. À cette période, la France rayonne de son ambition mondiale et a besoin d’une élite qui réfléchisse à la relation de la France avec le reste du monde. "Jusqu’en 1900, la section diplomatique est numériquement la plus fréquentée, avant d’être supplantée par la section économique et financière, précise Marie Scot. Avant la Première Guerre mondiale, ce sont ainsi plus de 4 000 élèves qui ont été formés." Le parcours d’enseignement international reste le deuxième le plus fréquenté jusqu’en 1940.

L’école des administrateurs coloniaux

Alors que Paris s’autoproclame « Ville Lumière », lors de l’Exposition universelle de 1900, Sciences Po accueille des étudiants étrangers dans sa section internationale, qui forme aussi les futurs cadres de l’empire. Il s’agit de former les administrateurs coloniaux ; le gouvernorat d’Algérie et le protectorat au Maroc nécessitent de nombreux rédacteurs qui font leurs armes à l’École. En 1945, la section internationale est remplacée par celle du Service public, qui prépare à la toute jeune ENA, qui se veut plus généraliste. 

En 1970, les affaires européennes font leur entrée à Sciences Po, avec un enseignement du droit communautaire, des institutions européennes et de l'histoire du continent. De plus en plus de cours d’économie internationale font leur apparition, et même celui de démographie économique. En plus de la géographie, on apprend l’ethnographie, l’histoire diplomatique et le droit international. Les étudiants peuvent choisir des cours comparatifs ou bien se spécialiser sur une zone géographique, notamment après 1945.

En 1952, le Centre d’étude des relations internationales (CERI) se structure et propose des Diplômes d’études approfondies (DEA). Hélène Carrère d’Encausse enseigne les études soviétiques en 1969 quand Georges Tapinos analyse la démographie économique en 1976. Bien sûr, il existe une constante : « la connaissance des langues, indispensable au diplomate », rappelle le programme fondateur de l’année 1872-1873. Comme « les livres n’enseignent pas tout », des bourses de voyage sont également instituées ; elles restent un important pilier de l'aide accordée aux étudiants aujourd'hui. « Mainte institution politique ne livre son secret qu’à ceux qui l’étudient sur place, dans son cadre naturel », souligne le document. 

Plusieurs personnalités d’État ont appartenu à la section internationale, parmi lesquels Paul Claudel (promo 1888), Maurice Couve de Murville (promo 1928), Roger Seydoux (promo 1932) Boutros Boutros Ghali (promo 1949), Hubert Védrine (promo 1968), ou encore l’homme qui opposa le « non » de la France à la guerre en Irak, Dominique de Villepin (promo 1975), et la première femme nommée ambassadeur dans un pays membre du Conseil de sécurité de l'ONU, Sylvie Bermann (promo 1978). Mais Sciences Po doit aussi beaucoup à un grand protecteur de l’École libre des Sciences politiques, Alexandre Ribot, qui fut ministre des Affaires étrangères et un grand professeur de la rue Saint-Guillaume. 

Une carrière de prestige

Aujourd’hui, les étudiants qui préparent les concours des Affaires étrangères font partie des plus brillants de l’École. Les postulants aux concours du Quai doivent disposer d’une solide culture générale et maîtriser le droit, l’économie, l’administration tout en ayant une connaissance approfondie de la géographie et des relations internationales. 

Devenir consul ou ambassadeur ne s’improvise pas. C’est là que l’organisation entre en jeu. Deux branches s’offrent à vous : conseiller des Affaires étrangères, la plus prestigieuse, ou secrétaire des Affaires étrangères. Parmi ces deux sections, on trouve deux cadres d’emploi pour les diplomates : le cadre d’Orient et le cadre général. Ce sont donc quatre catégories de carrières que permet le Quai d’Orsay, dont trois sont accessibles sur concours : conseiller cadre d’Orient, secrétaire cadre d’Orient et secrétaire cadre général. En revanche, il n’y a pas de concours pour devenir conseiller des Affaires étrangères cadre général : ils sont recrutés directement dans le vivier des énarques. 

Par son prestige et ses voyages, la diplomatie est l’une des voies qui fait le plus rêver ; c’est aussi la plus sélective. Pour devenir cadre d’Orient, il est nécessaire de maîtriser une langue rare. Il faut s’attendre à des épreuves de civilisation axées sur une zone géographique. L’épreuve d’anglais est tout aussi redoutable : « Quelque 60 % des étudiants sont recalés sur le niveau en anglais », nous précise Baptiste Ledan, le directeur de la PrépaConcours de Sciences Po. « Il faut maîtriser la langue à un niveau Capes ! »

Le profil type de l’élève de Sciences Po qui réussit les concours du Quai ? « La majorité provient de l’École d’affaires publiques et environ un tiers de l’École d’Affaires internationales (PSIA) », détaille Baptiste Ledan. Les lauréats sont souvent un peu plus âgés que pour les autres concours, et ont accumulé plus d’expériences, par exemple en ayant fait du volontariat à l’étranger ou une année de césure dans un autre pays. « L’ENA est tout autant sélectif, sinon plus, mais il y a davantage d’étudiants qui réussissent l’ENA en sortant de leur deuxième année de master que le Quai au même niveau », précise le directeur de la PrépaConcours, qui se félicite d’un taux de réussite qui atteint 90 % certaines années et se situe autour de 70 % les années creuses (même si en termes d’effectif, cela représente une petite dizaine de personnes).

Une fois entré au Quai, on devient généralement dans un premier temps "rédacteur", c'est-à-dire spécialiste d’une zone géographique. Puis il faut mêler vie à l’étranger et retours à Paris. Un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères ne peut en effet passer plus de quatre années dans le même pays, à la manière des préfets. C’est donc une vie nomade qui attend l’élève qui rêve de se voir, un jour, négocier avec les plus hautes autorités internationales. 

Par Nicolas Scheffer, diplômé (2017). Cet article a été publié dans le dossier « Diplomatie » du numéro 18 du magazine Émile

Pour aller plus loin : 

Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite
Hommage à Zeev Sternhell (1935-2020)

Hommage à Zeev Sternhell (1935-2020)

L’âpre controverse qui l’a opposé à plusieurs historiens de Sciences Po a failli l’occulter : Zeev Sternhell, mort le 21 juin 2020, fut à Sciences Po un étudiant de 3è cycle remarquable et remarqué. Sous la direction admirative de Jean Touchard, il soutint en octobre 1969 sa thèse sur Maurice Barrès, à l’issue d’une idylle intellectuelle dont témoigne son dossier de scolarité... 

Lire la suite