Relations internationales : un pied dans le grand bain

Sciences Po pour les Nations Unies est une association qui rassemble des étudiants passionnés de relations internationales et de diplomatie. Forte de son succès, elle a récemment vu trois de ses membres (Antoine Da Col, Roland Martial et Mounia El Khawand) être primés au WorldMUN. Rencontre avec sa présidente, Eve de Seguins Pazzis, et sa vice-présidente, Chloé Bernard, étudiantes en master. 

Pouvez-vous présenter l’association ? 

Eve de Seguins Pazzis : Sciences Po pour les Nations Unies est une association tournée vers les Nations Unies et plus généralement à la diplomatie et les relations internationales. Ça fait un peu plus d’une dizaine d’années qu’on existe à Sciences Po. A l’origine il y avait deux associations : une qui était plus centrée sur les simulations, l’entraînement et l’envoi de délégations pour les Model United Nations (MUNs). L’autre association organisait plutôt des événements autour des Nations Unies et des relations internationales. Elles ont fusionné et c’est pour ça que notre association a deux activités complètement différentes.  

Qu’est-ce qu’un MUN ? Que se passe-t-il pendant ces événements ?

Chloé Bernard : MUN signifie Model United Nations. Ce sont des simulations de conférences de l’ONU durant lesquelles chaque étudiant représente un pays, au sein d’un comité de l’ONU, comme  l’UNESCO, le conseil de sécurité, UNAP pour l’environnement. Au sein de ces comités, tous les étudiants doivent débattre, le but étant, comme à l’ONU, d’écrire une résolution sur un sujet particulier, en défendant la position du pays qu’ils représentent. 

EdSP : Cette année on en a fait six : trois à l’étranger, et trois en France. Ils avaient lieu à Cambridge, Londres et Madrid. En France on est allé sur des campus de Sciences Po, comme le Havre ou Reims. 

Sur quels critères sont jugés les participants ? 

CB : Deux “arbitres”, qu’on appelle les chairs, modèrent le débat et décident à l’issue des récompenses à remettre à un participant pour ses compétences diplomatiques, ou encore pour son multilatéralisme. Les chairs seront sensibles à un candidat qui a fait avancer le débat, contribué à l’écriture d’une résolution, ou essayé de rallier des pays et de considérer les différents points de vue. 

EdSP : Il y a trois types de récompenses : une première récompense appelée le position paper, consiste en une synthèse d’une à deux pages que les délégués doivent avoir envoyé en amont de la conférence à leur chair et qui résume peu ou prou la position de leur pays sur le sujet choisi. Le prix le plus prestigieux s’appelle best delegate. Il est remis en général à deux délégués par comité. Ce sont souvent les gens qui prennent beaucoup la parole pour faire avancer le débat efficacement et qui ont activement participé à la rédaction de la résolution.  Le troisième prix, est décerné à l’annonce des résultats à la fin de la simulation à deux délégués qui se sont distingués positivement d’une façon ou d’une autre. Selon les conférences, il peut aussi y avoir des prix par délégation ou par université.

Quels ont été les prix gagnés par les Sciences-pistes ? 

CB : Nous avons gagné le Diplomacy Award, qui est la récompense la plus élevée au WorldMun. C’est un peu l’équivalent de “Best Delegate” des autres conférences. Le nom du prix a été fait pour mettre l’accent sur les compétences diplomatiques des candidats. Ce n’est pas forcément ceux qui parlent le plus qui gagnent le prix à la fin, c’est plutôt ceux qui se sont distingués par leur volonté de construire quelque chose avec les autres délégués, d’aboutir à une résolution qui mette tout le monde en accord, ou qui ont su travailler en équipe ou faire des concessions. 

EdSP : C’est plus proche de ce qui se passe dans la réalité - certains délégués peuvent être très bien mais s’ils représentent, par exemple, la Corée du Nord, ils  peuvent avoir le prix du "Best Delegate", même s’ils n’ont pas fait preuve de diplomatie, car ils sont restés dans leur rôle.

CB : Les prix sont importants. C’est valorisant au niveau professionnel parce que ça illustre des compétences à l’oral, en anglais - parce que tout se fait en anglais -  une capacité à créer un consensus. Tout est fait pour se calquer sur le mode de fonctionnement de l’ONU. C’est donc aussi un bon moyen de savoir si cette voie nous convient ou pas. 

Winners of the Diplomacy Award

(Antoine Da Col, Roland Martial, and Mounia El Khawand, winners of prizes at the WorldMUN)

Quels en sont les défis pour les étudiants qui participent dans les MUNs ? 

EdSP : Participer à des MUNs coûte très cher : la conférence seule coûte déjà 100€ (120 pour le WorldMun), auxquels il faut ajouter le transport, le logement et, souvent, les “socials” et les soirées qui ne sont pas inclus dans le prix de la conférence. Au final, cela fait des weekends de trois jours très coûteux. C’est pour cela que nous avons développé cette année un système de bourses qui a aidé près d’une dizaine de personnes pour les trois conférences à l’étranger auxquelles nous avons participé. Ces bourses ont pu financer environ la moitié des frais, pour le moment à travers la vente de pulls, les adhésions et les droits d’entrée à nos évènements qui sont 5€. Pour l’année prochaine, nous sommes en pleine préparation des supports de communication pour trouver des entreprises et des mécènes pour nous sponsoriser.

CB : Démocratiser l’accès au MUN pour les personnes qui n’ont pas les moyens de participer nous tenait à coeur, et ça a bien marché, puisque quatre personnes ont pu bénéficier de la bourse pour aller au WorldMun, et 7 pour Cambridge. Les bourses ont été distribuées sur des critères sociaux, mais aussi sur l’engagement au sein de l’association (participation aux trainings, motivation…)

Qu’aimez-vous le plus dans l’association ? 

CB : J’ai vraiment aimé avoir les deux aspects de l’association. J’ai adoré m’engager là-dedans et de représenter la Pologne dans la comité de sécurité pour le conflit israélo-palestinien, avec tout ce que cela a impliqué en termes de préparation et de recherches. J’ai trouvé ça très stimulant. On a aussi passé de très bons moments avec nos invités (diplomates, professionnels des relations internationales...).

EdSP : Oui je rejoins Chloé là-dessus. C’était un plaisir de participer à cette aventure et de coordonner les deux pôles. 

Quels sont vos souhaits ou objectifs pour l’association à l’avenir ? 

EdSP : Nous sommes en train de passer le flambeau à la prochaine équipe, mais on a encore quelques propositions à leur faire. Notamment d’organiser les trainings en français, ce qui permettrait aux gens qui ne sont pas très à l’aise avec l’anglais de participer. Même si normalement les comités aux MUNs ne sont qu’en anglais. Le deuxième gros projet consiste à développer le système des bourses et d’avoir assez de sponsors pour que l’étudiant n’ait plus à sortir l’argent de sa poche pour participer à ce genre de conférence. On sait que le prochain WorldMUN sera à Tokyo. Cela serait donc génial si on pouvait y envoyer tous ceux qui ont envie d’y participer.

En savoir plus 

Abonnez-vous à nos newsletters !

Aux origines du sondage

Aux origines du sondage

Initialement publié le 12 mars 2020 - Qui est apparu en premier : le sondage ou l’opinion publique ? « Si la question de la priorité de l'œuf sur la poule ou de la poule sur l'œuf vous embarrasse, c'est que vous supposez que les animaux ont été originairement ce qu'ils sont à présent. Quelle folie ! » Comme Denis Diderot, Martial Foucault invite ses étudiants à revenir aux origines du sondage, pour comprendre comment cet outil mal-aimé a évolué au fil du temps et de quelle façon on peut s’en servir aujourd’hui. 

Lire la suite
Jacques Chirac, un

Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir"

Article initialement publié le 30 décembre 2019 - “Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Lire la suite
Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite