Relations internationales : un pied dans le grand bain

Sciences Po pour les Nations Unies est une association qui rassemble des étudiants passionnés de relations internationales et de diplomatie. Forte de son succès, elle a récemment vu trois de ses membres (Antoine Da Col, Roland Martial et Mounia El Khawand) être primés au WorldMUN. Rencontre avec sa présidente, Eve de Seguins Pazzis, et sa vice-présidente, Chloé Bernard, étudiantes en master. 

Pouvez-vous présenter l’association ? 

Eve de Seguins Pazzis : Sciences Po pour les Nations Unies est une association tournée vers les Nations Unies et plus généralement à la diplomatie et les relations internationales. Ça fait un peu plus d’une dizaine d’années qu’on existe à Sciences Po. A l’origine il y avait deux associations : une qui était plus centrée sur les simulations, l’entraînement et l’envoi de délégations pour les Model United Nations (MUNs). L’autre association organisait plutôt des événements autour des Nations Unies et des relations internationales. Elles ont fusionné et c’est pour ça que notre association a deux activités complètement différentes.  

Qu’est-ce qu’un MUN ? Que se passe-t-il pendant ces événements ?

Chloé Bernard : MUN signifie Model United Nations. Ce sont des simulations de conférences de l’ONU durant lesquelles chaque étudiant représente un pays, au sein d’un comité de l’ONU, comme  l’UNESCO, le conseil de sécurité, UNAP pour l’environnement. Au sein de ces comités, tous les étudiants doivent débattre, le but étant, comme à l’ONU, d’écrire une résolution sur un sujet particulier, en défendant la position du pays qu’ils représentent. 

EdSP : Cette année on en a fait six : trois à l’étranger, et trois en France. Ils avaient lieu à Cambridge, Londres et Madrid. En France on est allé sur des campus de Sciences Po, comme le Havre ou Reims. 

Sur quels critères sont jugés les participants ? 

CB : Deux “arbitres”, qu’on appelle les chairs, modèrent le débat et décident à l’issue des récompenses à remettre à un participant pour ses compétences diplomatiques, ou encore pour son multilatéralisme. Les chairs seront sensibles à un candidat qui a fait avancer le débat, contribué à l’écriture d’une résolution, ou essayé de rallier des pays et de considérer les différents points de vue. 

EdSP : Il y a trois types de récompenses : une première récompense appelée le position paper, consiste en une synthèse d’une à deux pages que les délégués doivent avoir envoyé en amont de la conférence à leur chair et qui résume peu ou prou la position de leur pays sur le sujet choisi. Le prix le plus prestigieux s’appelle best delegate. Il est remis en général à deux délégués par comité. Ce sont souvent les gens qui prennent beaucoup la parole pour faire avancer le débat efficacement et qui ont activement participé à la rédaction de la résolution.  Le troisième prix, est décerné à l’annonce des résultats à la fin de la simulation à deux délégués qui se sont distingués positivement d’une façon ou d’une autre. Selon les conférences, il peut aussi y avoir des prix par délégation ou par université.

Quels ont été les prix gagnés par les Sciences-pistes ? 

CB : Nous avons gagné le Diplomacy Award, qui est la récompense la plus élevée au WorldMun. C’est un peu l’équivalent de “Best Delegate” des autres conférences. Le nom du prix a été fait pour mettre l’accent sur les compétences diplomatiques des candidats. Ce n’est pas forcément ceux qui parlent le plus qui gagnent le prix à la fin, c’est plutôt ceux qui se sont distingués par leur volonté de construire quelque chose avec les autres délégués, d’aboutir à une résolution qui mette tout le monde en accord, ou qui ont su travailler en équipe ou faire des concessions. 

EdSP : C’est plus proche de ce qui se passe dans la réalité - certains délégués peuvent être très bien mais s’ils représentent, par exemple, la Corée du Nord, ils  peuvent avoir le prix du "Best Delegate", même s’ils n’ont pas fait preuve de diplomatie, car ils sont restés dans leur rôle.

CB : Les prix sont importants. C’est valorisant au niveau professionnel parce que ça illustre des compétences à l’oral, en anglais - parce que tout se fait en anglais -  une capacité à créer un consensus. Tout est fait pour se calquer sur le mode de fonctionnement de l’ONU. C’est donc aussi un bon moyen de savoir si cette voie nous convient ou pas. 

Winners of the Diplomacy Award

(Antoine Da Col, Roland Martial, and Mounia El Khawand, winners of prizes at the WorldMUN)

Quels en sont les défis pour les étudiants qui participent dans les MUNs ? 

EdSP : Participer à des MUNs coûte très cher : la conférence seule coûte déjà 100€ (120 pour le WorldMun), auxquels il faut ajouter le transport, le logement et, souvent, les “socials” et les soirées qui ne sont pas inclus dans le prix de la conférence. Au final, cela fait des weekends de trois jours très coûteux. C’est pour cela que nous avons développé cette année un système de bourses qui a aidé près d’une dizaine de personnes pour les trois conférences à l’étranger auxquelles nous avons participé. Ces bourses ont pu financer environ la moitié des frais, pour le moment à travers la vente de pulls, les adhésions et les droits d’entrée à nos évènements qui sont 5€. Pour l’année prochaine, nous sommes en pleine préparation des supports de communication pour trouver des entreprises et des mécènes pour nous sponsoriser.

CB : Démocratiser l’accès au MUN pour les personnes qui n’ont pas les moyens de participer nous tenait à coeur, et ça a bien marché, puisque quatre personnes ont pu bénéficier de la bourse pour aller au WorldMun, et 7 pour Cambridge. Les bourses ont été distribuées sur des critères sociaux, mais aussi sur l’engagement au sein de l’association (participation aux trainings, motivation…)

Qu’aimez-vous le plus dans l’association ? 

CB : J’ai vraiment aimé avoir les deux aspects de l’association. J’ai adoré m’engager là-dedans et de représenter la Pologne dans la comité de sécurité pour le conflit israélo-palestinien, avec tout ce que cela a impliqué en termes de préparation et de recherches. J’ai trouvé ça très stimulant. On a aussi passé de très bons moments avec nos invités (diplomates, professionnels des relations internationales...).

EdSP : Oui je rejoins Chloé là-dessus. C’était un plaisir de participer à cette aventure et de coordonner les deux pôles. 

Quels sont vos souhaits ou objectifs pour l’association à l’avenir ? 

EdSP : Nous sommes en train de passer le flambeau à la prochaine équipe, mais on a encore quelques propositions à leur faire. Notamment d’organiser les trainings en français, ce qui permettrait aux gens qui ne sont pas très à l’aise avec l’anglais de participer. Même si normalement les comités aux MUNs ne sont qu’en anglais. Le deuxième gros projet consiste à développer le système des bourses et d’avoir assez de sponsors pour que l’étudiant n’ait plus à sortir l’argent de sa poche pour participer à ce genre de conférence. On sait que le prochain WorldMUN sera à Tokyo. Cela serait donc génial si on pouvait y envoyer tous ceux qui ont envie d’y participer.

En savoir plus 

Abonnez-vous à nos newsletters !

"Menton Livraison" : des étudiants s'engagent pendant la crise

Au début du mois de mars 2020, alors qu’une grande partie de la France vit encore dans l’insouciance, Tommaso Campomagnani, Nolwenn Menard, Joseph Moussa et Mathilde de Solages, étudiants en première année sur le Campus de Menton, anticipent la possibilité d’un confinement. Dans cette ville où un tiers de la population a plus de soixante ans, ils créent la plateforme Menton Livraison, qui garantit la livraison de produits de première nécessité par des bénévoles pour les personnes à risque. Mathilde et Nolwenn nous racontent cette aventure collective, faite de difficultés administratives et de belles rencontres.

Lire la suite
Avec Bertrand Badie, un

Avec Bertrand Badie, un "espace mondial du savoir"

Mise à jour 27 mars 2020 : Pas de confinement pour les idées ! Grâce à la plateforme Coursera, il redevient possible de suivre le MOOC incontournable et plébiscité de Bertrand Badie, "Espace Mondial". Le temps des études est celui d'une vie. #KeepLearning

22 000 fans : plus qu’un concert de Beyoncé à Bercy. C’est le nombre d’internautes qui ont suivi le cours en ligne de Bertrand Badie, en 2014 et 2015. Depuis un village de Saintonge, Rabat, La Réunion ou Mexico, au bureau, ou en faisant le ménage, ces étudiants de tous les âges et du monde entier ont plébiscité cette première édition du MOOC “Espace mondial”. Bonne nouvelle pour les accros, l’aventure redémarre sur la plate-forme Coursera, avec une nouvelle version internationale, multilingue, et à la demande.

Lire la suite
La compétition des propagations

La compétition des propagations

"Virus, mèmes et bonnes pratiques : la compétition des propagations"

Par Dominique Boullier (Professeur des universités en sociologie, CEE, Sciences Po) - Lorsqu’une crise sanitaire advient, ce ne sont pas seulement les virus qui se propagent avec leurs propres mécanismes. C’est aussi chaque société qui fait émerger tout son potentiel viral, selon un fonctionnement social tout à fait ordinaire que Tarde avait pensé sous le terme d’imitation à la fin du XIXe siècle. Car les messages d’alerte ou de soutien sur les réseaux sociaux, les bonnes pratiques, les peurs, les fake news, tout se diffuse selon un modèle de viralité.

Lire la suite
Roland Marchal enfin libéré après neuf mois de prison en Iran

Roland Marchal enfin libéré après neuf mois de prison en Iran

Roland Marchal, chercheur CNRS au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), était incarcéré en Iran depuis le début du mois de juin 2019. Il a été libéré le 20 mars 2020 et a pu rentrer dès le 21 mars à Paris, où il a retrouvé ses proches. Sa collègue et compagne Fariba Adelkhah est, quant à elle, toujours détenue dans la prison d’Evin, au Nord de Téhéran. 

Lire la suite
L'urgence : une longue histoire

L'urgence : une longue histoire

Le nombre de consultations des services d'urgence a doublé entre 1996 et 2017, passant de 10 à 20 millions...et la crise sanitaire en cours face à l'épidémie de coronavirus devrait faire exploser les prochaines statistiques. Et pourtant, nous avons tous oublié que ces services n’ont pas toujours existé. Comment sont-ils nés ? Pourquoi et comment se sont-ils développés ? L'historien Charles-Antoine Wanecq (Centre d'histoire de Sciences Po) s'est penché sur l'histoire de l'urgence, à qui la nation doit et devra encore tant de vies. 

Lire la suite
COVID-19 : Lettre à nos communautés

COVID-19 : Lettre à nos communautés

Dans le contexte de la crise sanitaire qui bouleverse le monde entier, Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po, et Olivier Duhamel, Président de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, ont adressé ce message aux communautés de Sciences Po le 16 mars 2020. 

Pour plus d'informations sur la situation à Sciences Po, les recommandations et les questions fréquentes, rendez-vous sur la page Informations COVID-19

Lire la suite
Aux origines du sondage

Aux origines du sondage

Qui est apparu en premier : le sondage ou l’opinion publique ? « Si la question de la priorité de l'œuf sur la poule ou de la poule sur l'œuf vous embarrasse, c'est que vous supposez que les animaux ont été originairement ce qu'ils sont à présent. Quelle folie ! » Comme Denis Diderot, Martial Foucault invite ses étudiants à revenir aux origines du sondage, pour comprendre comment cet outil mal-aimé a évolué au fil du temps et de quelle façon on peut s’en servir aujourd’hui. 

Lire la suite
Les trois paradoxes des primaires démocrates

Les trois paradoxes des primaires démocrates

Par Mario Del Pero (Centre d'Histoire de Sciences Po) - Avec le « super-mardi » du 3 mars 2020, les primaires démocrates sont entrées dans une deuxième phase, qui verra s'affronter le sénateur du Vermont Bernie Sanders et l’ancien vice-président Joe Biden pour l'investiture. Faible représentativité des deux finalistes, polarisation accrue au sein du Parti Démocrate, et perspective d'une lutte fratricide : l'historien Mario Del Pero fait le point sur les difficultés de la campagne à venir.

Lire la suite
Municipales 2020 : demandez le programme !

Municipales 2020 : demandez le programme !

À dix jours du premier tour des élections municipales, étudiants, enseignants et chercheurs se mobilisent - chacun à leur façon - pour comprendre les attentes des Français et le malaise qui règne chez leurs élus. Conférences, publications, enquêtes… Voici une liste de ressources qui vous permettra de décrypter les enjeux de la campagne. #ScpoMunicipales

Lire la suite