Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

L’Iddri et Agora Energiewende publient aujourd’hui une évaluation et un calculateur en libre accès basés sur trois scénarios de référence d’évolution du mix électrique français pour évaluer ce besoin à l’horizon 2040.

Un premier constat s’impose. La baisse conséquente des coûts de production des technologies éolienne et photovoltaïque favorisera leur développement à moindre coût pour les dépenses publiques. Les résultats d’appels d’offres récents atteignent des résultats proches de 6 c€/kWh pour les centrales photovoltaïques au sol et l’éolien terrestre quand l’appel d’offres éolien en mer de Dunkerque, dont la mise en service est prévue pour 2027, a atteint un niveau record de 4,4 c€/kWh. À ces niveaux, proches ou en deçà des niveaux de prix de marché de l’électricité (5 c€/kWh en moyenne en 2018), la différence entre les prix garantis aux producteurs renouvelables et leurs revenus tirés sur le marché serait bien plus faible que par le passé et, dans certains cas, négligeable. Ces mécanismes de soutien pourraient même devenir une source de financement pour l’État, dans certains cas et pour certaines technologies, si les prix de marché passent durablement au-dessus des prix garantis aux producteurs ENR.

Pour les finances publiques, c’est une bonne nouvelle. Dans un scénario moyen, centré sur les objectifs de la PPE, le mix électrique français pourrait atteindre 60 % d’énergies renouvelables dans son mix électrique en 2040 contre 21,1 % en 2018. Et le besoin de soutien public aux énergies renouvelables serait limité : il atteindrait un pic de 6,5 milliards par an en 2025 contre 5 milliards aujourd’hui, avant de décroître fortement à partir de 2030 lorsque les contrats d’achat signés depuis 2005 arriveront à échéance. À titre de comparaison, le financement public pour les énergies renouvelables pourrait atteindre 23 milliards d’euros en 2025 en Allemagne (15,7 en 2030), bien au-delà du maximum qu’atteindrait la trajectoire française. En outre, seulement un tiers de ces besoins de financement entre 2018 et 2040 seraient dûs aux nouvelles capacités de production renouvelable, les deux tiers restants provenant d’engagements passés pour des capacités de production déjà mises en service ou dont les tarifs d’achat ont déjà été fixés. Faut-il en déduire qu’il serait temps de tourner la page des mécanismes de soutien pour les énergies renouvelables ?

Notre analyse recommande une approche prudente à ce sujet. D’abord, elle montre l’importance de l’évolution du prix de marché de l’électricité et des rémunérations par le marché des projets d’énergies renouvelables dans la définition de leurs besoins de financement. Ces évolutions dépendent d’un grand nombre de facteurs liés à la transformation du système électrique en France et en Europe, tant en matière d’offre (croissance des ENR, évolution du nucléaire) que de demande (nouveaux usages électriques, gains d’efficacité) et de prix des énergies et du CO2. La comparaison de deux scénarios produits par l’Ademe avec une prolongation plus ou moins importante du parc nucléaire montre notamment que le pic de besoin de financement public serait supérieur d’1,2 milliard d’euros en 2030 si l’ensemble du parc nucléaire historique était prolongé de vingt ans en raison de l’effet dépréciatif sur le prix de marché de l’électricité, même dans le cas d’un développement plus faible des capacités renouvelables. Afin de limiter les besoins en soutien public, c’est bien à l’équilibre entre les filières de production qu’il faut veiller, et la croissance des énergies renouvelables devrait s’articuler à terme avec une réduction du parc nucléaire.

Ensuite, malgré les progrès récents de l’industrie, les mécanismes de soutien fournissent une garantie qui reste utile pour réduire le coût de financement (et donc le coût de production) des énergies renouvelables avec des engagements financiers faibles pour le budget public. Une approche pragmatique passerait donc par une modification progressive de ces mécanismes pouvant passer par une baisse de la durée des contrats garantis ou la limitation du soutien à certains volumes de production pour « passer la main » progressivement aux acteurs privés pour les technologies matures. Enfin, cela n’empêcherait évidemment pas la puissance publique de continuer de soutenir des filières innovantes ou des projets d’énergies renouvelables citoyens, si elle considère que les co-bénéfices à court ou long terme de ces projets pour la société le justifient.

Nicolas Berghmans, chercheur senior, Climat et Énergie

Cet article a été initialement publié sur le blog de l'IDDRI

Abonnez-vous à nos newsletters :

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Les étudiants de l’année 2019/2020 viennent de clôturer une année académique à nulle autre pareille. Quel bilan tirer de cette expérience ? Comment s’est déroulée cette bascule en urgence pour les étudiants et les enseignants ? Le bilan que nous publions aujourd’hui montre un pari plutôt réussi pour la grande majorité d’entre eux. Et permet de tirer d’utiles leçons pour le semestre à venir. 

Lire la suite
Féminicides : cartographie d'une controverse

Féminicides : cartographie d'une controverse

En 2020, Auriane, Cassandre, Cloë, Fiona et Huifang, étudiantes en Master Communication, médias et industries créatives à l'École du Management et de l’Innovation de Sciences Po, ont cartographié les controverses autour des féminicides en France. Cette méthode pédagogique, créée par Bruno Latour, professeur émérite à Sciences Po, a pour but d’apprendre aux étudiants à se repérer dans l'univers de la recherche en sélectionnant une controverse sur laquelle ils accumulent une documentation complète qu’ils mettent en forme et publient sur un site web. Chaque thème devient alors une sorte de "parlement virtuel" aidant à la mise en politique des nouvelles "choses publiques". Elles racontent leur expérience.

Lire la suite
Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Bouclage en beauté pour les étudiants de l’École de journalisme de Sciences Po ! Sept d’entre eux ont été distingués par l'un des prix remis chaque année par des rédactions prestigieuses pour identifier leurs prochaines recrues ou récompenser des reportages et enquêtes de qualité, et 15 d'entre eux ont été invités à rejoindre les rédactions de TF1/LCI et France Télévisions. Alors que l’École s’apprête à accueillir une nouvelle promotion, présentation du palmarès 2020. 

Lire la suite
Peuplecratie : le nouveau populisme

Peuplecratie : le nouveau populisme

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
À l'écoute des campagnes

À l'écoute des campagnes

Fondée par des diplômés de l’Ecole urbaine, l’association La Traverse a pour mission d’accompagner les territoires ruraux dans leurs démarches de transition écologique et sociale. Pour étudier et diffuser les bonnes pratiques, cette association produit le podcast “Transitions en terrain connu”, qui met en valeur des stratégies territoriales ambitieuses. Elle a ainsi réalisé un “tour de France des territoires ruraux” dont elle vient de publier le bilan. À cette occasion, Alexia Beaujeux, une des fondatrices, témoigne. 

Lire la suite
L'innovation dans tous ses États

L'innovation dans tous ses États

Comment réinventer les prisons de demain ? Comment décarboner les Jeux olympiques de 2024 ? Comment rendre le patrimoine du Domaine de Chantilly accessible aux générations futures ? Voici quelques-unes des questions soulevées par l’Incubateur des politiques publiques, un programme destiné aux étudiants de master de l’École d’affaires publiques de Sciences Po.

Lire la suite
Voyage au coeur de la <em>start-up nation</em>

Voyage au coeur de la start-up nation

Après la Silicon Valley en 2017 et le MIT en 2019, le Centre pour l’Entrepreneuriat a organisé sa troisième Learning Expedition en Israël, pays équivalent en taille à un département français mais qui détient le record mondial du nombre de start-ups par habitant (1 pour 6000). Sur quoi repose ce “miracle entrepreneurial”, et quelles en sont ses limites ? Parmi les douze étudiants qui ont été sélectionnés pour prendre part à l’aventure, Loanne Guérin et Laura Salesse (respectivement en première et deuxième année du master Finance et Stratégie) témoignent. 

Lire la suite
Climat, santé : “La crise du Covid agit comme un révélateur”

Climat, santé : “La crise du Covid agit comme un révélateur”

Sophie Dubuisson-Quellier, directrice adjointe du Centre de Sociologie des Organisations, a rejoint à la fin de l’année 2019 le Haut conseil pour le climat. A l’occasion de la publication d’un rapport intitulé Climat, santé : mieux prévenir, mieux guérir - consacré aux enseignements à tirer de la crise sanitaire du Covid-19 et aux suites à donner pour atteindre nos objectifs vers la neutralité carbone - elle nous présente cet organisme et ses réflexions en cours.

Lire la suite
3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

La quatrième édition du Prix de la Photographie Politique, ouvert à toutes et tous, se poursuit : vous avez jusqu'au 15 septembre pour envoyer vos images ! D'ici là, le jury nous rappelle qu’une bonne photographie politique n’est pas une question de sujet mais une affaire de regard - une façon d’observer ce monde parfois surprenant qui est le nôtre, au-delà des compétitions électorales et des manifestations de rue. Voici trois conseils pour ceux qui voudraient se lancer (en toute sécurité). 

Lire la suite