Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

L’Iddri et Agora Energiewende publient aujourd’hui une évaluation et un calculateur en libre accès basés sur trois scénarios de référence d’évolution du mix électrique français pour évaluer ce besoin à l’horizon 2040.

Un premier constat s’impose. La baisse conséquente des coûts de production des technologies éolienne et photovoltaïque favorisera leur développement à moindre coût pour les dépenses publiques. Les résultats d’appels d’offres récents atteignent des résultats proches de 6 c€/kWh pour les centrales photovoltaïques au sol et l’éolien terrestre quand l’appel d’offres éolien en mer de Dunkerque, dont la mise en service est prévue pour 2027, a atteint un niveau record de 4,4 c€/kWh. À ces niveaux, proches ou en deçà des niveaux de prix de marché de l’électricité (5 c€/kWh en moyenne en 2018), la différence entre les prix garantis aux producteurs renouvelables et leurs revenus tirés sur le marché serait bien plus faible que par le passé et, dans certains cas, négligeable. Ces mécanismes de soutien pourraient même devenir une source de financement pour l’État, dans certains cas et pour certaines technologies, si les prix de marché passent durablement au-dessus des prix garantis aux producteurs ENR.

Pour les finances publiques, c’est une bonne nouvelle. Dans un scénario moyen, centré sur les objectifs de la PPE, le mix électrique français pourrait atteindre 60 % d’énergies renouvelables dans son mix électrique en 2040 contre 21,1 % en 2018. Et le besoin de soutien public aux énergies renouvelables serait limité : il atteindrait un pic de 6,5 milliards par an en 2025 contre 5 milliards aujourd’hui, avant de décroître fortement à partir de 2030 lorsque les contrats d’achat signés depuis 2005 arriveront à échéance. À titre de comparaison, le financement public pour les énergies renouvelables pourrait atteindre 23 milliards d’euros en 2025 en Allemagne (15,7 en 2030), bien au-delà du maximum qu’atteindrait la trajectoire française. En outre, seulement un tiers de ces besoins de financement entre 2018 et 2040 seraient dûs aux nouvelles capacités de production renouvelable, les deux tiers restants provenant d’engagements passés pour des capacités de production déjà mises en service ou dont les tarifs d’achat ont déjà été fixés. Faut-il en déduire qu’il serait temps de tourner la page des mécanismes de soutien pour les énergies renouvelables ?

Notre analyse recommande une approche prudente à ce sujet. D’abord, elle montre l’importance de l’évolution du prix de marché de l’électricité et des rémunérations par le marché des projets d’énergies renouvelables dans la définition de leurs besoins de financement. Ces évolutions dépendent d’un grand nombre de facteurs liés à la transformation du système électrique en France et en Europe, tant en matière d’offre (croissance des ENR, évolution du nucléaire) que de demande (nouveaux usages électriques, gains d’efficacité) et de prix des énergies et du CO2. La comparaison de deux scénarios produits par l’Ademe avec une prolongation plus ou moins importante du parc nucléaire montre notamment que le pic de besoin de financement public serait supérieur d’1,2 milliard d’euros en 2030 si l’ensemble du parc nucléaire historique était prolongé de vingt ans en raison de l’effet dépréciatif sur le prix de marché de l’électricité, même dans le cas d’un développement plus faible des capacités renouvelables. Afin de limiter les besoins en soutien public, c’est bien à l’équilibre entre les filières de production qu’il faut veiller, et la croissance des énergies renouvelables devrait s’articuler à terme avec une réduction du parc nucléaire.

Ensuite, malgré les progrès récents de l’industrie, les mécanismes de soutien fournissent une garantie qui reste utile pour réduire le coût de financement (et donc le coût de production) des énergies renouvelables avec des engagements financiers faibles pour le budget public. Une approche pragmatique passerait donc par une modification progressive de ces mécanismes pouvant passer par une baisse de la durée des contrats garantis ou la limitation du soutien à certains volumes de production pour « passer la main » progressivement aux acteurs privés pour les technologies matures. Enfin, cela n’empêcherait évidemment pas la puissance publique de continuer de soutenir des filières innovantes ou des projets d’énergies renouvelables citoyens, si elle considère que les co-bénéfices à court ou long terme de ces projets pour la société le justifient.

Nicolas Berghmans, chercheur senior, Climat et Énergie

Cet article a été initialement publié sur le blog de l'IDDRI

Abonnez-vous à nos newsletters :

La France est-elle vraiment une

La France est-elle vraiment une "startup nation" ?

Spécialiste de l’histoire politique des États-Unis, Denis Lacorne enquête dans son ouvrage Tous Milliardaires !, paru chez Fayard en novembre 2019, sur le mythe de la "startup nation". L'ambition de la France à figurer parmi les nations capables de produire des géants du numérique est-elle une réalité ?

Lire la suite
Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Écologiste convaincue et diplômée de Sciences Po en 2015, Tiphaine Guerout a mis ambition entrepreneuriale au service de la cause environnementale. Elle a fondé Koovee, une start-up qui propose une alternative aux couverts jetables en plastique : des cuillères et fourchettes en biscuit, fabriqués en France, qui ont la particularité d’être suffisamment résistants pour que l’on puisse manger avec. Rencontre avec une jeune diplômée qui ambitionne d’inonder les marchés français et européens dans les prochaines années.

Lire la suite
Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Après Kamel Daoud et Marie Darrieussecq, Patrick Chamoiseau est le nouveau titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. Lauréat du Prix Goncourt 1992, primé à maintes reprises, Patrick Chamoiseau est auteur de romans, contes, essais, scénarios. À partir de janvier 2020, il donnera cours aux étudiants de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2020 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite

"On peut sortir de la croissance sans sortir du capitalisme"

Économiste engagé pour une société visant le bien-être, Éloi Laurent démontre dans son dernier ouvrage, Sortir de la croissance, mode d’emploi, pourquoi la crise écologique ne pourra être résolue sans abandonner l’objectif de croissance. Utopiste ? Non, d’après lui, il s’agit au contraire d’un objectif non seulement humaniste mais aussi tout à fait réaliste. Preuves à l’appui.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

Précis, véhément et volontiers iconoclaste, l'ingénieur et spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici a délivré aux étudiants de deuxième année une leçon en forme de démonstration sur l’inéluctable fin de l’âge d’or énergétique. En la matière, point de compromis possible : décarboner l’économie, c’est aussi en finir avec la course éperdue à la croissance. Retour sur les points-clés d’une démonstration salutaire, à revoir en intégralité.

Lire la suite
Jacques Chirac, un

Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir'

“Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Lire la suite
Fariba Adelkhah a entamé une grève de la faim

Fariba Adelkhah a entamé une grève de la faim

26 décembre 2019 - En cette période de fêtes de fin d’année, notre collègue et amie Fariba Adelkhah, injustement emprisonnée en Iran depuis plus de six mois, a débuté une grève de la faim illimitée. Cette grave nouvelle nous bouleverse profondément et porte à son comble l’inquiétude que nous éprouvons devant le sort terrible imposé à nos collègues.

Lire la suite
Lutte contre l’obsolescence programmée, une affaire de bobos ?

Lutte contre l’obsolescence programmée, une affaire de bobos ?

Par Julie Madon (CSO). Voté par le Sénat à la quasi-unanimité, le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire a été examiné le 9 décembre 2019 par l’Assemblée nationale. Parmi les mesures phares, l’adoption d’un indice de réparabilité, qui indique si un produit est réparable, difficilement réparable ou non réparable. Il permettrait, en aiguillant le choix du consommateur, de lutter contre l’obsolescence programmée.

Lire la suite