Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Qui se souvient que les syndicats ouvriers furent longtemps organisés à l’échelle internationale et ce, bien avant les mondes de l’entreprise ou de la finance ? Dans son ouvrage La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières, l’historien Nicolas Delalande revient sur les “internationales”, ces mouvements ouvriers solidaires et transnationaux qui furent incontournables pendant près d’un siècle, avant de connaître une lente érosion au tournant des années 70.

Avec cet ouvrage, vous entreprenez une histoire des internationales ouvrières : qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Nicolas Delalande : Dans les débats actuels sur l’Europe et sur la mondialisation, on a tendance à opposer les élites, ouvertes et sans frontières, aux classes populaires, immobiles et protectionnistes. Cette vision occulte un fait historique majeur : pendant près d’un siècle, des années 1860 aux années 1970, les mouvements ouvriers furent à la pointe de l’internationalisme. 

La création à Londres de l’Association internationale des travailleurs, en 1864, est un tournant. Celle qu’on appellera ensuite la « Première Internationale » aspire à regrouper les ouvriers européens et américains, quels que soient leur langue, leur nationalité ou leur métier. La tâche est immense, dans un contexte marqué par l’ouverture des frontières, la circulation du capital et l’explosion des inégalités. Le but de mon livre est simple : comprendre comment s’est construite la solidarité internationale des travailleurs, ce qu’elle a permis d’accomplir aux XIXe et XXe siècles, mais aussi pourquoi elle s’est affaissée au cours des quarante dernières années, au point de s’effacer de nos mémoires.

Vous portez attention aux pratiques et pas seulement aux  idéologies. En quoi l’approche des pratiques est-elle intéressante ? 

N. D. : Proclamer la solidarité est une chose, la pratiquer en est une autre. Pour défendre leurs droits, améliorer leurs conditions de travail, les militants ouvriers ont besoin de partager des valeurs et des revendications, mais aussi de l’argent et des ressources. Or tout est à inventer à la fin du XIXe siècle : les grèves, les syndicats, les coopératives, les campagnes de levée de fonds pour venir en aide à des travailleurs à l’autre bout du monde. Scruter les pratiques permet d’éviter d’écrire une histoire enchantée de la solidarité. L’action ouvrière est traversée de tensions et contradictions. Vaut-il mieux se prêter ou se donner de l’argent ? L’aide monétaire est-elle préférable à l’aide en nature ? La solidarité peut-elle s’accompagner de conditions et de contreparties ? Le mouvement ouvrier est un bon observatoire pour réfléchir à ces dilemmes, qui concernent en fait toute action de solidarité internationale, quel que soit son horizon (ONG, associations humanitaires, philanthropie). 

La question de la concurrence entre ouvriers locaux et immigrés s’est posée très tôt. Comment les internationales ont-elles abordé cette question ? 

N. D. : On l’a parfois oublié, mais la deuxième moitié du XIXe siècle voit naître les migrations de masse à l’échelle continentale et transocéanique. Les sociétés de l’époque sont loin d’être immobiles. Des dizaines de millions d’Européens quittent leur région ou leur pays d’origine pour aller chercher du travail ailleurs. 

Pour les militants internationalistes, cette mobilité est à la fois une chance et un risque. La liberté de mouvement est un droit fondamental que les ouvriers revendiquent fièrement. Si les capitaux et les biens circulent de plus en plus facilement, pourquoi n’en irait-il pas de même des travailleurs ? Mais, dès l’époque, se pose la question des effets potentiellement négatifs de cette ouverture, si les employeurs utilisent la main-d’œuvre étrangère pour briser les grèves ou comprimer les salaires. Tout l’enjeu du combat internationaliste est là : comment concilier la libre circulation des travailleurs et l’amélioration collective de leurs conditions de travail ? 

Une première option consiste à implanter les syndicats dans de très nombreux pays, pour coordonner les grèves et les revendications. C’est ce qui explique la grande vague de mobilisations des années 1890-1900, avec un mot d’ordre porté par l’ensemble du mouvement ouvrier, en faveur de la journée de 8 heures. Mais, dans les années 1880-1890, des tendances protectionnistes commencent à se faire jour. Certains syndicats, aux États-Unis notamment, soutiennent la fermeture des frontières (vis-à-vis des migrants asiatiques), au nom de la défense des ouvriers déjà présents sur le sol national, quand bien même ceux-ci sont eux-mêmes issus de l’immigration… 

La conquête et le rapprochement de droits sociaux à un niveau supra-étatique ne semble pas avoir été un objectif important au sein des internationales, pourquoi ? 

N. D. : À l’époque de la Première Internationale (1864-1876), les ouvriers aspirent à s’émanciper de toute forme de tutelle, capitaliste ou étatique. Ils veulent bâtir une solidarité horizontale, fondée sur des liens de réciprocité et d’interdépendance. C’est par la lutte et l’entraide qu’ils souhaitent défendre leurs droits et contester les pouvoirs autoritaires. La dimension anti-étatiste de leur mobilisation est clairement affichée. 

Au temps de la Deuxième Internationale (1889-1914), cette stratégie évolue. Les partis ouvriers jouent de plus en plus le jeu du suffrage universel, et militent pour l’adoption d’une législation sociale (droit du travail, retraites, impôt progressif). C’est seulement après 1919, avec la création de l’Organisation internationale du Travail, que la justice sociale est promue à une échelle internationale par les milieux réformateurs. Face à eux, l’Union soviétique tente d’universaliser son projet  révolutionnaire, à travers la Troisième Internationale (1919-1943), beaucoup plus centralisée et bureaucratique que les deux précédentes. 

Vous dites que l'affaiblissement des corps intermédiaires “locaux” et notamment des syndicats joue un rôle important dans le déclin de l’internationalisme ouvrier. N’est-ce pas contradictoire ?

N. D. : L’internationalisme ouvrier a fortement reflué depuis les années 1970. L’érosion des syndicats et leur perte d’influence politique explique pour partie le retour à une situation que dénonçaient déjà Marx et les fondateurs de la Première Internationale : celle d’un profond déséquilibre entre la libre circulation du capital et l’atomisation des mondes du travail. Or la conscience internationale s’enracine toujours dans des expériences locales. Les mobilisations pour la justice climatique et la justice fiscale le montrent encore aujourd’hui : c’est des petites solidarités que naissent les grandes causes. 

La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières (Paris, Seuil, coll. « L’univers historique », 2019). 1er avril 2019. 

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters !

Abonnez-vous à la newsletter de la recherche !

Générations Erasmus

Générations Erasmus

Au sein de Sciences Po, l’association “Jeunes Européens” est mobilisée depuis plusieurs mois pour susciter l’intérêt sur les questions européennes et encourager les étudiants à aller voter. Europhiles, certes, mais pas non plus dénués de sens critique sur les blocages européens, ces étudiants attendent avec une pointe d’anxiété les résultats du 26 mai qui pourraient changer la couleur politique de l’Union. Entretien avec Maria Popczyk, présidente des Jeunes Européens - Sciences Po. 

Lire la suite
Pour qui voter aux européennes ?

Pour qui voter aux européennes ?

Déjà menacées par une abstention record, les élections européennes du 26 mai laissent beaucoup d’électeurs perplexes face aux 34 listes et à la complexité des enjeux. Après le succès de La Boussole présidentielle® en 2017, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes et Ouest France, réédite son outil d’aide à la décision avant le scrutin. Explications par Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et directeur scientifique de La Boussole européenne®.

Lire la suite
Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Dans ses travaux sur l’État et la bureaucratie modernes de 1921, l’universitaire Max Weber distingue trois sources de légitimité politique : son caractère traditionnel, bureaucratique ou charismatique. Dès ses origines, l’Union européenne a fondé sa légitimité sur la nature rationnelle de son administration bureaucratique (1). Face à la critique du déficit démocratique, l’Union européenne s’est parfois dotée de leaders charismatiques qui ont cherché à incarner l’Europe ; mais cet effort s’est souvent heurté aux réticences des États membres, soucieux de préserver leur leadership dans la construction européenne.

Lire la suite
Ces nationalistes attachés à l'Europe

Ces nationalistes attachés à l'Europe

Par Sylvain Kahn (Centre d'histoire). Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout. La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction.

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer les oraux d'admission à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
Climat : est-il déjà trop tard ?

Climat : est-il déjà trop tard ?

On parle sans cesse du changement climatique mais comment joindre les actes à la parole ? Sébastien Treyer directeur général de l’Institut du développement durable et des relations internationales, l’IDDRI, explique le rôle de chacun dans la bataille pour sauver la planète. 

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Grâce à une nouvelle plateforme collaborative, “Climate Action: Make it Work”, les différentes communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique via une série de consultations en ligne.

Lire la suite
Voyager autrement avec Stop & Go

Voyager autrement avec Stop & Go

Stop & Go est une association étudiante de Sciences Po qui vise à remettre au goût du jour la pratique de l’auto-stop. Voyages, week-ends ou festival en stop : autant d’ activités ludiques et festives qui portent un message écologique. Rencontre avec la présidente de Stop & Go, Apolline Tarbé de Saint-Hardouin. 

Lire la suite
" Entre jazz et Moyen-Orient "

" Entre jazz et Moyen-Orient "

Chanter en arabe, en farsi, en hébreu ou en persan. Rencontrer un célèbre joueur de oud ou apprendre à en jouer. Explorer la musique sous un angle anthropologique, technique, vocal. Le cours "Chant, écriture plurilingue et anthropologie de la musique" enseigné par Cécile Jarnot sur le campus de Menton, c'est tout cela à la fois et c'est bien plus qu'un cours de chant. Ou comment aborder les textes et cultures du Proche et du Moyen-Orient d'une manière résolument différente.

Lire la suite
Améliorer le régime du chômage

Améliorer le régime du chômage

Didier Demazière, chercheur au Centre de sociologie des organisations (CSO), étudie le chômage, en s'intéressant aux politiques publiques et aux impacts concrets qu’elles ont sur les chômeurs . Alors que des négociations entre partenaires sociaux sur l’indemnisation du chômage viennent de s’achever sans accord, il analyse les enjeux cruciaux du régime de prise en charge des chômeurs.

Lire la suite