Que fait le monde académique pour le climat ?

Par Stéphane Grumbach - Le pouvoir politique a souvent fait appel à la communauté scientifique pour répondre aux défis majeurs, notamment en période de conflit. Le projet Manhattan en est la meilleure illustration : pendant la Seconde Guerre mondiale, les Américains ont mobilisé les scientifiques les plus éminents – et les plus opposés à l’usage de la bombe atomique – pour devancer l’Allemagne nazie dans la fabrication de cette arme. Sous la direction du général de Gaulle en France, ou celle de Deng Xiaoping en Chine, l’objectif de reconstruction de la « grandeur nationale » aura été le moteur d’une politique scientifique ambitieuse. Qu'en est-il face à l'urgence climatique ?

Aujourd’hui, le défi du changement climatique se pose aux pays du monde entier. Et le dernier rapport du GIEC, rendu public en octobre 2018, montre que l’objectif de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C est atteignable, mais exige des changements rapides, profonds et sans précédent dans tous les secteurs.

Face à une telle urgence, tout inciterait à penser que la communauté scientifique est à nouveau mobilisée… cela n’est en fait que très partiellement vrai. Les institutions scientifiques sont, comme les États et la plupart des acteurs sociaux-économiques, plus préoccupées de la préservation de modèles aujourd’hui menacés que des changements globaux.

Bouleversement numérique

La crise que traversent les institutions scientifiques au niveau mondial relève en partie de la révolution numérique ; celle-ci a considérablement modifié, non seulement les modes de transmission du savoir (et donc de l’enseignement), mais aussi les modes de production (et donc la recherche).

Les capacités d’apprendre à distance, tout au long de la vie et en bénéficiant de production de n’importe quelle région du monde, sont portées par des entreprises émergentes. Actuellement, les nouvelles technologies du numérique viennent principalement de laboratoires des plates-formes numériques. Les données récoltées en quantité croissante (et principalement par les acteurs privés) changent à la fois les méthodes de travail et les conditions d’accès aux sources d’information, sous contrôle de ces plates-formes numériques.

C’est donc un souci majeur pour les institutions académiques de trouver leur voie dans ces turbulences, tout comme l’est la stabilité sociale pour les gouvernements ou le maintien d’un modèle économique pour les entreprises.

Cloisonnement disciplinaire

L’autre difficulté que rencontrent les institutions scientifiques concerne le cloisonnement disciplinaire, qui touche l’ensemble de la communauté.

Le découpage en champs disciplinaires a constitué historiquement un mode d’organisation extrêmement efficace, avec le développement de méthodologies propres à chaque discipline, qui ont permis l’approfondissement des connaissances. Aujourd’hui, ce modèle semble avoir atteint ses limites, le défi auquel nous sommes confrontés exigeant une réflexion globale.

Modélisation climatique au CEA. S.Renard/CEA , CC BY-NC-ND

Le modèle peine en effet à prendre en compte l’interdépendance des phénomènes de tous ordres – en particulier ceux entre nature, société et technologies – qui impose de franchir les frontières disciplinaires. Les institutions en sont bien conscientes, comme le montrent certains efforts affichés en faveur de l’interdisciplinarité (on peut citer ici la mission pour l’interdisciplinarité du CNRS).

Mais, dans la pratique, ces efforts restent limités ; l’essentiel est ailleurs. Il convient de retrouver la capacité de se concentrer sur les questions dont la nouveauté et l’urgence imposent une mobilisation totale. Et la co-production de solutions avec les acteurs des territoires s’impose. En octobre 2018, la revue Nature a d’ailleurs consacré un numéro spécial à ce mode insuffisamment encouragé de recherche.

Trois pistes

Pour répondre à l’état d’urgence souligné par les rapports du GIEC, on peut identifier trois pistes de transformation nécessaire dans le monde académique.

La première consisterait à redonner le primat aux questions : c’est-à-dire se donner les moyens d’aborder des questions qui, aussi mal définies soient-elles eu égard aux disciplines scientifiques, semblent pour autant essentielles. Comprendre comment adapter la société aux contraintes de l’écosystème naturel est d’une immense complexité. Tout comme traduire les recommandations du GIEC en politiques publiques.

La seconde transformation concerne les missions des institutions académiques à développer au-delà de leurs compétences actuelles. Aujourd’hui, outre l’enseignement et l’avancée des connaissances, elles sont surtout orientées vers le transfert de ces mêmes connaissances aux entreprises. Mais c’est à l’ensemble des acteurs de la société qu’elles doivent être transmises pour viser l’adaptation aux changements climatiques et leur atténuation.

Enfin, les institutions académiques devraient tenter d’être exemplaires, en se montrant à la hauteur des enjeux ; la recherche doit répondre aux attentes sociales et aider à faire face à l’immense angoisse que ne manquent pas de susciter les changements écosystémiques.

Des structures innovantes

Certaines évolutions récentes sont porteuses d’espoir espoirs. Et depuis une vingtaine d’années, de nouvelles institutions indépendantes tentent de répondre à ces objectifs. On peut citer le Stockholm Resilience Center, créé en 2007, qui mène de front recherche et conseil aux autorités politiques. Ou encore le Research Institute on Humanity and Nature de Kyoto, dont la mission consiste à aider la résolution des problèmes de la société en lien avec les territoires.

Certaines institutions se sont aussi investies dans la mesure de leur propre empreinte écosystémique, avec l’objectif de la modifier et de réduire leur empreinte carbone. Des organisations, comme l’Association for the Advancement of Sustainability in Higher Education ou encore l’initiative Labos1point5, en France, fournissent des méthodologies maintenant éprouvées.

Si l’humanité doit collectivement changer, dans les proportions drastiques définies par le GIEC, chaque organisation doit s’y essayer. Les institutions académiques en tout premier lieu : elles disposent des moyens scientifiques pour le faire et elles en ont la responsabilité sociale.The Conversation

Stéphane Grumbach est directeur de recherches INRIA et enseignant à Sciences Po.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Jacques Chirac, un

Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir"

Article initialement publié le 30 décembre 2019 - “Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Lire la suite
Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite