PETITE HISTOIRE DU LOGO SCIENCES PO

Un lion et un renard, enfermés dans la quadrature d’un carré ou d’un cercle, tenant en leurs pattes un blason frappé "ScPo" puis un livre ouvert, évoluant tantôt sur fond gris tantôt sur fond rouge, telle est l’identité visuelle de Sciences Po.

L’invention de la tradition 

Tard venue sur la scène universitaire française, Sciences Po ne peut se prévaloir d’une fondation mythique ou d’une histoire inscrite dans la longue durée, à l’instar des vénérables universités d’Oxford (1116) et de Cambridge (1209), voire des moins médiévales mais malgré tout fort anciennes universités d’Harvard (1636) ou de Princeton (1746). Créée en 1872, c’est seulement dans les années 1930, ayant atteint l’âge respectable de la maturité, que l’École libre des sciences politiques s’est "inventée" une tradition et s’est dotée d’un blason et de mascottes (à défaut d’une devise). Cette armoirie, elle ne la crée pas mais l’emprunte à l’une de ses sociétés étudiantes – son association sportive, plus précisément. C’est donc tardivement et par contagion que l’institution a choisi d’être symbolisée par deux animaux tenant en leurs pattes un blason marqué des initiales "ScPo" pour signifier son identité visuelle.

Bestiaire et héraldique

À origines incertaines et chaotiques, blason et bestiaire problématiques.
Car cette armoirie ne respecte aucune des règles très codifiées de l’héraldique. Ne renvoyant ni aux armes d’une ville, ni à celles d’une famille, ce blason vingtièmiste pointe un surnom, "ScPo", désignant les étudiants, métonymie qui donnera son nom à l’institution à la fin des années 1950, et fait référence à un symbole… machiavélique.

Certains ont voulu voir dans ce bestiaire une glorification de la force (le lion) alliée à la ruse (le renard) nécessaires à la conquête et à la conservation du pouvoir, ignorant peut-être le caractère plus subtil du Prince de Machiavel, qui, loin de constituer un éloge cynique des raffinements sanglants de la vie politique dans l’Italie des Condottiere, en fait une critique profonde, opérant par dévoilement et mise à nu des mécanismes de domination. Lion et renard, force et ruse, c’est donc un symbole ambigu, à double-sens, pouvant conduire au contre-sens, qu’a choisi Sciences Po.

Du blason au logo, du logo à la marque, de la marque aux goodies

Tombé en désuétude après-guerre et maintenu par l’association des Anciens, le blason est remis au goût du jour et transformé en logo en 1988, lorsqu’Alain Lancelot instaure une direction de la communication et se préoccupe de normaliser l’identité visuelle et de déposer la marque Sciences Po à l’Institut National de la Propriété Industrielle. Le blason est alors modernisé : stylisés, le lion et le renard sont inscrits sur fond gris dans un carré, "signe de stabilité et de permanence", lui-même divisé en quartiers représentant les quatre missions de Sciences Po (enseignement, recherche, documentation, publication) ; ils tiennent en leur pattes, non plus un blason frappé du nom, mais un livre ouvert, symbole de savoir et de sagesse. Simplifié en 2007, le logo prend des couleurs en virant au rouge, perd ses quartiers mais récupère le nom "Sciences Po." et y ajoute "Paris". Le lion et le renard se déclinent alors en mascottes et s’incarnent en goodies.

Identité 2015 : un emblème et un logo modernisés et autonomes

En 2015, le lion et le renard font peau neuve, à l’instar de la charte graphique de Sciences Po. À l’heure du positionnement en université de rang international, Sciences Po entend renforcer son image de marque et optimiser son identité visuelle avec pour objectifs la cohérence et l’unité, la singularité et la distinction. De l’ancien blason, l’emblème conserve le rouge et l’intangible bestiaire, le lion et le renard tenant un livre ouvert. Modernisés, ils se donnent à voir en symboles conceptuels et abstraits, à présent cerclés d’un rond céleste qui se stabilise en bas de page dans les publications de la maison. Émancipé de l’emblème, le logo portant la marque devient autonome et s’épure : "SciencesPo", en rouge et en un seul mot, l’emporte définitivement sur les déclinaisons successives et hésitantes du nom qui avaient accompagné la refondation de l’École libre ("IEP", "FNSP", "rue Saint-Guillaume", "ScPo", "Sciences Po. Paris") et s’impose aux entités affiliées (unité de recherche, départements, écoles, campus).

Des jeunes gens nommés "Sciences Po" de l’entre-deux-guerres à SciencesPo en 2015, l’École d’Émile Boutmy semble avoir réussi son pari : imposer durablement son nom en une marque unique et désirable.

Marie Scot

Pour en savoir plus 

Archives de Sciences Po ;
Mots clés : IEP-FNSP 1871-1945 ; directorat d’Eugène d’Eichthal
Catégorie : vie de l’institution

 

Vers un nouveau modèle économique

Vers un nouveau modèle économique

Le 3 décembre dernier, Sciences Po recevait la conférence "New Prosperities". Dirigeants d’entreprises, investisseurs, universitaires français et internationaux ont échangé sur les responsabilités des entreprises pour transformer le modèle de croissance. Retour en vidéo sur les principales idées échangées au cours de cette journée.

Lire la suite
Pour un réveil écologique : quand les étudiants s'engagent

Pour un réveil écologique : quand les étudiants s'engagent

Lancé en septembre 2018, le Manifeste Étudiant pour un Réveil Écologique a été signé par près de 30 000 étudiants provenant de plus de 400 établissements d’enseignement supérieur en France. Le collectif "Pour un réveil écologique" s'est constitué pour prolonger cette dynamique et inscrire ce besoin d'agir dans les faits. Membres de l'équipe permanente, Théo Miloche et Claire Egnell, tous deux étudiants en master à Sciences Po, expliquent pourquoi ils se sont engagés, et ce qu'ils ont accompli. 

Lire la suite
Serge Hurtig, 1927 - 2019

Serge Hurtig, 1927 - 2019

Secrétaire général de la FNSP durant trois décennies, Serge Hurtig a contribué à internationaliser Sciences Po et la science politique française. Portrait d'une personnalité majeure de l’histoire de notre établissement.

Lire la suite
Comment concilier Noël et souci écologique ?

Comment concilier Noël et souci écologique ?

À Noël, le risque de surconsommation est grand... mais n'est pas une fatalité. Acheter en vrac des produits locaux et bio, faire son cadeau soi-même ou encore recycler ses textiles en guise d'emballage : à l'approche des fêtes de fin d'année, Sciences Po Environnement livre ses conseils pour un Noël durable et zéro déchet, et les met en pratique à l'occasion d'ateliers organisés dans plusieurs campus..

Lire la suite
Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Dès la rentrée universitaire 2020, une nouvelle double licence interdisciplinaire, le Bachelor of Arts and Sciences (BASc), sera proposée aux étudiants de première année, en partenariat avec des établissements universitaires français. Ce double cursus en quatre ans associe sciences et sciences humaines et sociales pour apprendre à penser et agir face aux défis de notre siècle. Les deux premiers parcours ciblent en particulier celui de la transition écologique. 

Lire la suite
Chronique d'une démocratie fragmentée

Chronique d'une démocratie fragmentée

Pour conclure une année marquée par les soubresauts politiques, Pascal Perrineau revient dans son nouvel ouvrage, Le grand écart. Chronique d'une démocratie fragmentée, sur les trois registres démocratiques ayant façonné tour à tour l'année 2019 : la démocratie directe des gilets jaunes, celle participative du grand débat national et celle représentative issue des urnes lors des élections européennes. Une démocratie en trois scènes, qui semble plus fragmentée et conflictuelle qu'auparavant.

Lire la suite
Sciences Po lance la chaire

Sciences Po lance la chaire "Dette souveraine"

Penser le financement souverain et la soutenabilité de la dette : voilà l'ambition de la nouvelle chaire, portée par l'École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA). En associant praticiens de la dette et universitaires de renom, cette chaire vise à devenir un lieu de référence international sur cette question.

Lire la suite
Quelle sera la&nbspcouleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 qui se déroulera à Madrid du 2 au 13 décembre 2019 sous la présidence du Chili ? Elle était annoncée bleue comme l’océan (Blue COP) par la présidence chilienne. À Madrid, au-delà des écosystèmes marins, l’ensemble de la biodiversité tant terrestre que marine devrait occuper une place de choix. Bien plus qu’une simple coloration, cette COP devrait constituer une étape majeure dans l’identification de capacités d’action conjointe pour le climat et pour la biodiversité.

Lire la suite