PETITE HISTOIRE DU LOGO SCIENCES PO

Un lion et un renard, enfermés dans la quadrature d’un carré ou d’un cercle, tenant en leurs pattes un blason frappé "ScPo" puis un livre ouvert, évoluant tantôt sur fond gris tantôt sur fond rouge, telle est l’identité visuelle de Sciences Po.

L’invention de la tradition 

Tard venue sur la scène universitaire française, Sciences Po ne peut se prévaloir d’une fondation mythique ou d’une histoire inscrite dans la longue durée, à l’instar des vénérables universités d’Oxford (1116) et de Cambridge (1209), voire des moins médiévales mais malgré tout fort anciennes universités d’Harvard (1636) ou de Princeton (1746). Créée en 1872, c’est seulement dans les années 1930, ayant atteint l’âge respectable de la maturité, que l’École libre des sciences politiques s’est "inventée" une tradition et s’est dotée d’un blason et de mascottes (à défaut d’une devise). Cette armoirie, elle ne la crée pas mais l’emprunte à l’une de ses sociétés étudiantes – son association sportive, plus précisément. C’est donc tardivement et par contagion que l’institution a choisi d’être symbolisée par deux animaux tenant en leurs pattes un blason marqué des initiales "ScPo" pour signifier son identité visuelle.

Bestiaire et héraldique

À origines incertaines et chaotiques, blason et bestiaire problématiques.
Car cette armoirie ne respecte aucune des règles très codifiées de l’héraldique. Ne renvoyant ni aux armes d’une ville, ni à celles d’une famille, ce blason vingtièmiste pointe un surnom, "ScPo", désignant les étudiants, métonymie qui donnera son nom à l’institution à la fin des années 1950, et fait référence à un symbole… machiavélique.

Certains ont voulu voir dans ce bestiaire une glorification de la force (le lion) alliée à la ruse (le renard) nécessaires à la conquête et à la conservation du pouvoir, ignorant peut-être le caractère plus subtil du Prince de Machiavel, qui, loin de constituer un éloge cynique des raffinements sanglants de la vie politique dans l’Italie des Condottiere, en fait une critique profonde, opérant par dévoilement et mise à nu des mécanismes de domination. Lion et renard, force et ruse, c’est donc un symbole ambigu, à double-sens, pouvant conduire au contre-sens, qu’a choisi Sciences Po.

Du blason au logo, du logo à la marque, de la marque aux goodies

Tombé en désuétude après-guerre et maintenu par l’association des Anciens, le blason est remis au goût du jour et transformé en logo en 1988, lorsqu’Alain Lancelot instaure une direction de la communication et se préoccupe de normaliser l’identité visuelle et de déposer la marque Sciences Po à l’Institut National de la Propriété Industrielle. Le blason est alors modernisé : stylisés, le lion et le renard sont inscrits sur fond gris dans un carré, "signe de stabilité et de permanence", lui-même divisé en quartiers représentant les quatre missions de Sciences Po (enseignement, recherche, documentation, publication) ; ils tiennent en leur pattes, non plus un blason frappé du nom, mais un livre ouvert, symbole de savoir et de sagesse. Simplifié en 2007, le logo prend des couleurs en virant au rouge, perd ses quartiers mais récupère le nom "Sciences Po." et y ajoute "Paris". Le lion et le renard se déclinent alors en mascottes et s’incarnent en goodies.

Identité 2015 : un emblème et un logo modernisés et autonomes

En 2015, le lion et le renard font peau neuve, à l’instar de la charte graphique de Sciences Po. À l’heure du positionnement en université de rang international, Sciences Po entend renforcer son image de marque et optimiser son identité visuelle avec pour objectifs la cohérence et l’unité, la singularité et la distinction. De l’ancien blason, l’emblème conserve le rouge et l’intangible bestiaire, le lion et le renard tenant un livre ouvert. Modernisés, ils se donnent à voir en symboles conceptuels et abstraits, à présent cerclés d’un rond céleste qui se stabilise en bas de page dans les publications de la maison. Émancipé de l’emblème, le logo portant la marque devient autonome et s’épure : "SciencesPo", en rouge et en un seul mot, l’emporte définitivement sur les déclinaisons successives et hésitantes du nom qui avaient accompagné la refondation de l’École libre ("IEP", "FNSP", "rue Saint-Guillaume", "ScPo", "Sciences Po. Paris") et s’impose aux entités affiliées (unité de recherche, départements, écoles, campus).

Des jeunes gens nommés "Sciences Po" de l’entre-deux-guerres à SciencesPo en 2015, l’École d’Émile Boutmy semble avoir réussi son pari : imposer durablement son nom en une marque unique et désirable.

Marie Scot

Pour en savoir plus 

Archives de Sciences Po ;
Mots clés : IEP-FNSP 1871-1945 ; directorat d’Eugène d’Eichthal
Catégorie : vie de l’institution

 

"Un cours comme un point d'interrogation"

Quoi de plus iconique qu’un cours sur “l’abécédaire du politique” à Sciences Po ? Un grand classique, certes, mais qui n’exclut pas l’originalité. En convoquant théorie politique, philosophie, littérature, et anthropologie, Astrid Von Busekist questionne le champ du politique et mène les étudiants vers une réflexion “un peu ordonnée” avec un seul credo : penser, c’est argumenter. 

Lire la suite
L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

Par Luis Martinez (CERI) - Aux yeux de l’armée, le mouvement dit Hirak, qui balaie l’Algérie depuis maintenant près d’un an, exprime avant tout la colère du peuple à l’encontre du système Bouteflika – un système caractérisé par la présence au gouvernement de nombreux civils, souvent accusés de corruption. La réponse politique des militaires, qui tiennent les rênes du pays depuis la démission de Bouteflika en avril 2019, a donc été de mettre en place un gouvernement de technocrates présentés comme compétents et intègres. L’armée ne souhaite pas démocratiser le régime, mais seulement améliorer la gouvernance afin de pouvoir répondre aux besoins socio-économiques de la population.

Lire la suite
5 conseils avant les écrits

5 conseils avant les écrits

Samedi 22 et dimanche 23 février prochains, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins. 

Lire la suite
Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Diplômé de Sciences Po en 2002, Fabrice Amedeo a déjà plusieurs vies. Journaliste, auteur, et désormais navigateur au long cours, ce quarantenaire s'apprête à prendre le départ du Vendée Globe 2020 à la barre d'un monocoque doté de capteurs ultra-sophistiqués qui lui permettent d'allier passion pour la voile et protection de l'environnement. Portrait en vidéo.

Lire la suite
Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Face à l’urgence climatique et aux bouleversements environnementaux planétaires, Sciences Po se donne une feuille de route sur trois ans dans le cadre de l’initiative globale « Climate Action : Make it work » lancée en 2015. Elle engage l’institution à la fois en tant que lieu de formation et de savoir, et en tant que lieu d’études et de travail, à Paris et sur ses six campus en région.  

Lire la suite
Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Le dernier bilan des admissions confirme l’attractivité de Sciences Po avec plus de 20 000 candidatures en 2019. 4218 nouveaux étudiants issus de 137 pays ont rejoint nos cursus de premier cycle, de master et de doctorat. Les effectifs totaux de Sciences Po restent stables, et la sélectivité est en hausse avec un taux d’admis de l’ordre de 20%. 

Lire la suite
Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), ont été arrêtés en Iran au début du mois de juin 2019. Depuis lors, ils sont toujours incarcérés. Le 31 janvier 2020, le CERI organisait un colloque, « Captifs sans motif », visant à contribuer à la mobilisation en faveur de leur libération et à sensibiliser aux divers enjeux (diplomatiques, politiques, intellectuels et humains) que soulève leur détention. De nombreux chercheurs, mais aussi des personnalités familières de la question des arrestations arbitraires, étaient présents. Retour en vidéo sur leurs échanges.

Lire la suite
Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Disparu le 3 février 2020, David Kessler, intellectuel, haut fonctionnaire, conseiller politique et acteur majeur du secteur culturel en France, a enseigné à Sciences Po durant une trentaine d’années. Avec lui, Sciences Po perd un enseignant de talent et un compagnon de route très fidèle, attentif et bienveillant, qui a soutenu l’institution dans toutes les grandes transformations qui ont marqué les dernières décennies. 

Lire la suite
Amérindiens, leur combat pour la planète

Amérindiens, leur combat pour la planète

Les peuples amérindiens qui vivent en dehors de la mondialisation industrielle représentent près de 400 millions de personnes dans le monde. Ils constituent une part significative de la population de certains pays et régions et leur survie n'est pas seulement un enjeu à l'échelle de leurs peuples. "Nous avons besoin de ces populations pour préserver les 4/5e de la diversité biologique qui se trouvent concentrés sur leurs terres", souligne ainsi Sébastien Treyer, directeur général de l'Iddri. Ce 29 janvier, Davi Kopenawa, chaman et porte-parole des Indiens Yanomami du Brésil et Almir Narayamoga Surui, leader des Paiter Surui du Brésil, sont venus débattre à Sciences Po de leur combat.

Lire la suite
Après le Brexit, une Europe des 27 plus unie ?

Après le Brexit, une Europe des 27 plus unie ?

Par Christian Lequesne et Thierry Chopin. Le Brexit n’est pas une bonne nouvelle pour l’Union européenne : il représente une amputation, en termes de poids commercial, politique et stratégique. Il rend aussi plus difficile le discours normatif sur le modèle européen de régionalisme dans le monde. Au Brésil, en Inde ou en Afrique du Sud, le modèle apparaît comme une entreprise qui se délite. Par ailleurs, le Brexit acte la possibilité d’une véritable réversibilité politique, si bien que certains ont même parlé d’une désintégration de l’Union européenne. Malgré cela, du point de vue des gouvernements nationaux, il est remarquable que les 27 autres États membres aient présenté dans les négociations un « front uni » face aux divisions britanniques.

Lire la suite