Pesticides et santé : vers une nouvelle approche

La France reste aujourd’hui l’un des principaux utilisateurs mondiaux de pesticides à usage agricole. De nombreuses populations humaines sont exposées à ces produits par définition dangereux : travailleurs des champs, riverains des cultures, consommateurs de fruits et de légumes. Les conséquences sanitaires de ces expositions demeurent mal connues. Le recours à la science de l’épidémiologie pourrait-il permettre une meilleure évaluation ?

La récente controverse relative à la cancérogénicité de l’herbicide le plus vendu au monde, le glyphosate, illustre bien la problématique du manque d’évaluation précise des conséquences sanitaires de son emploi. Depuis le classement de ce dernier comme cancérogène probable par le Centre international de recherche sur le cancer en 2015, de nombreux mouvements écologistes exigent son interdiction sans délai. Inversement, les agences qui évaluent les risques des pesticides préalablement à leur mise sur le marché en Europe, en Amérique du Nord comme en Océanie, considèrent qu’il peut être utilisé sans risque. Plus généralement, personne n’est actuellement en mesure de dire quel est le coût, en termes de santé humaine, de l’utilisation massive des pesticides en agriculture. Cette situation est d’autant plus étonnante que les dangers des pesticides sont étudiés de longue date par les deux disciplines centrales du domaine de la santé environnementale : la toxicologie et l’épidémiologie.

L’évaluation des risques grâce à la toxicologie

L’émergence de la toxicologie de laboratoire, au milieu du siècle dernier, est contemporaine de l’intensification de l’usage agricole de pesticides de synthèse, dont beaucoup avaient été utilisés à des fins militaires lors de la Seconde Guerre mondiale. Les savoirs toxicologiques ont constitué la principale source de connaissances utilisées par les autorités publiques pour évaluer les risques des pesticides avant de leur délivrer une autorisation de mise sur le marché. De fait, tout industriel souhaitant commercialiser un pesticide doit préalablement soumettre son produit à une batterie de tests de toxicité in vivo (sur des rats et des souris de laboratoire), permettant d’identifier une dose en deçà de laquelle l’exposition humaine apparaît acceptable. Il doit, de plus, démontrer que l’utilisation du produit n’entraînera pas d’exposition humaine excédant cette dose. Hormis les médicaments, aucune catégorie de produits chimiques n’est aussi systématiquement étudiée du point de vue de sa toxicité. Pris individuellement, substance par substance, les effets des pesticides sont donc particulièrement bien connus.

Hors laboratoire, gare à l’effet “cocktail”

Si les modalités de cette évaluation réglementaire des risques se sont sophistiquées au cours des dernières décennies, ses principes fondamentaux n’ont guère évolué. Or, ces connaissances ont leurs limites, qui tiennent aux conditions mêmes de leur production et à l’écart entre ces dernières et les conditions réelles de l’exposition humaine aux pesticides. Dans le laboratoire du toxicologue, des rats et des souris sont soumis de façon continue à des substances isolées, afin d’établir une relation quantifiée entre la dose qu’ils ingèrent et les effets sur leur santé.

Dans le monde réel, les populations humaines sont exposées de façon discontinue à une pluralité de substances, à des doses très variables. C’est tout particulièrement le cas des travailleurs agricoles. Ces derniers sont exposés à des dizaines de produits, dans la composition desquels entrent de plus de nombreux co-formulants dont les effets « cocktails » sont difficiles à identifier au moyen de tests de toxicité in vivo. Ils sont de plus au contact des résidus de ces produits présents sur les végétaux traités dont les quantités varient en fonction des conditions climatiques. Ainsi, les connaissances toxicologiques acquises préalablement à l’autorisation de mise sur le marché des pesticides n’éclairent que partiellement les effets de ces expositions complexes.

L’épidémiologie ou l’analyse plus concrète des risques

L’épidémiologie apparaît dès lors comme une source de connaissances particulièrement complémentaire à la toxicologie pour objectiver les effets des pesticides sur la santé des populations exposées. Les épidémiologistes appliquent en effet des raisonnements statistiques à l’état de santé des populations, pour en comprendre les déterminants. Leurs savoirs ne sont pas produits en laboratoire, mais auprès d’humains de chair et d’os, dans leur milieu. Or, depuis un quart de siècle, les épidémiologistes se sont penchés sur les liens entre l’exposition aux pesticides et la santé humaine, en étudiant principalement la main d’œuvre agricole. Ils ont produit un ensemble de résultats convergents, mettant en évidence la sur-incidence, parmi cette population, d’un ensemble de pathologies chroniques liées à l’exposition aux pesticides : des maladies neuro-dégénératives, en particulier la maladie de Parkinson, et des cancers, notamment du système sanguin et de la prostate.

Alors que, observés avec les moyens de la toxicologie de laboratoire, les pesticides apparaissent comme un risque sanitaire bien connu et maîtrisé, les données des épidémiologistes en offrent une toute autre vision, en objectivant des effets bien réels, mais sans être en capacité de quantifier avec précision ces effets, en raison de la complexité des modes d’exposition des travailleurs agricoles aux pesticides. Contrairement aux tests de toxicité effectués lors de l’évaluation des risques, les enquêtes épidémiologiques rendent visibles des liens entre la survenue de certaines pathologies et l’exposition aux pesticides en général. Il leur est en revanche beaucoup plus difficile d’affiner leurs résultats en mettant en avant des relations entre des pathologies et l’exposition à des pesticides en particulier : les populations qui y sont exposées sont en effet, dans la plupart des cas, trop peu nombreuses pour que les épidémiologistes produisent – et reproduisent – à leur sujet des résultats statistiquement significatifs.

Pourquoi les données toxicologiques prennent le dessus ? Le cas du glyphosate

Sur le plan des politiques d’évaluation et de gestion des risques, il est frappant de constater que les complémentarités entre ces deux points de vue disciplinaires sur les effets des pesticides demeurent très peu exploitées. En dépit de l’accumulation de données épidémiologiques inquiétantes, les modalités de l’évaluation des risques reposent encore essentiellement sur les connaissances toxicologiques. Cette préférence tient à l’affinité élective entre les modalités de gouvernement des pesticides et la vision microscopique des toxicologues, qui isole chacune des substances actives et qui permet de gérer les risques réduisant ou interdisant les usages de tel ou de tel produit apparaissant particulièrement nocif. Inversement, les difficultés pour les épidémiologistes de produire des données statistiquement fiables sur les effets de substances précises font obstacle à la prise en compte politique par les autorités en charge du contrôle des pesticides.

L’affaire du glyphosate illustre particulièrement bien cette difficulté. Compte-tenu du caractère massif de l’utilisation agricole de ce produit et de la quantité d’agriculteurs qui y ont été exposés, des données épidémiologiques existent sur le lien entre ce produit et certains cancers, notamment les lymphomes non hodgkiniens. Mais ces données sont sujettes à interprétation. Pour le Centre international de recherche sur le cancer, elles constituent un élément de preuve « limité » – mais significatif – du caractère cancérigène de cette substance. Pour les agences en charge de l’évaluation réglementaire des risques des pesticides, elles sont trop limitées pour garantir que ce lien ne soit pas le fruit d’un hasard statistique.

Utiliser l’ensemble des données pour mieux protéger

Au cours des dernières années, certaines de ces agences ont ouvert une réflexion sur les conditions de l’intégration des données épidémiologiques dans l’évaluation des risques des pesticides. C’est le cas de l’Environmental Protection Agency aux États-Unis et de l’European Food Safety Authority au sein de l’Union européenne. Pour l’heure, il semble cependant que les épidémiologistes n’aient été que marginalement associés à ces initiatives, qui sont pilotées par les toxicologues de ces agences. Le danger est alors de voir se multiplier les exigences formelles exogènes et rigides pesant sur la conduite des études épidémiologiques afin de garantir la possible inclusion de leurs données dans l’évaluation des risques, au détriment de l’adéquation des protocoles aux réalités, souvent complexes, des enjeux étudiés. Science du réel, l’épidémiologie est une forme de connaissance autrement moins facile à standardiser que la toxicologie de laboratoire. Utiliser au mieux l’ensemble des données disponibles pour protéger plus efficacement les populations exposées aux pesticides impose de sortir d’une réflexion au cas par cas, substance par substance, et d’envisager des changements plus structurels, et politiquement plus coûteux, en matière de politique agricole.

Chargé de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations (CSO), Jean-Noël Jouzel, travaille sur les controverses liées aux enjeux de santé environnementale. Ses travaux portent en particulier sur les causes de la méconnaissance des maladies professionnelles provoquées par l’exposition des travailleurs aux produits toxiques. Jean-Noël Jouzel enseigne par ailleurs le cours "Risque expertise : introduction à la sociologie de l'environnement"au sein du master Environmental Policy de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA).

Cet article est extrait du dernier numéro de Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po, consacré à la thématique “Environnement”. Consulter le sommaire et tous les articles.

Abonnez-vous à nos newsletters :

Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Diplômée de Sciences Po en 1972, professeure à Sciences Po entre 2006 et 2015, Salomé Zourabichvili est la première femme élue présidente de Géorgie depuis le 28 novembre 2018. Mais aussi l’une de nos rares alumna femmes et cheffes d’État. À l’occasion de sa conférence du 18 février 2019 dans son alma mater, retour sur la brillante trajectoire d’une étudiante prometteuse, et timide. 

Lire la suite
De retour du pôle Sud

De retour du pôle Sud

Diplômé 2018, Matthieu Tordeur est le plus jeune aventurier membre de la Société des Explorateurs Français. Il revient d'une expédition en solitaire de 51 jours au pôle Sud. Un rêve d'enfant, qui se prolonge aujourd'hui avec la préparation d'un documentaire et d'un livre sur cette aventure.

Lire la suite
5 conseils avant les écrits

5 conseils avant les écrits

Samedi 23 et dimanche 24 février 2019, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins.

Lire la suite
Qui est entré à Sciences Po en 2018 ?

Qui est entré à Sciences Po en 2018 ?

Pour la première fois en 2018, le nombre de candidats à l’entrée à Sciences Po a dépassé la barre des 20 000. En hausse de 16 %, les candidatures placent l’attractivité à un niveau inégalé, notamment au niveau master où la réforme de la procédure d’entrée française a engendré un pic de candidatures supplémentaires. Cet afflux de candidatures va de pair avec une sélectivité en hausse : le taux d’admis global passe de 24 % en 2017 à 21 % en 2018.

Lire la suite

"En Guyane, la moitié de la population a moins de 25 ans"

Élu député de la 2ème circonscription de Guyane en 2017 sous la bannière LREM, Lénaïck Adam est l’un des benjamins de l’Assemblée nationale. C’est aussi un de nos alumni, diplômé d’un master Finance et stratégie, et entré à Sciences Po par la procédure Conventions éducation prioritaire. Découvrez son témoignage en vidéo.

Lire la suite
À quoi sert l’éloquence ?

À quoi sert l’éloquence ?

Le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse l’a annoncé : le « grand oral » fera partie des quatre épreuves finales du bac en 2021. Maîtriser l’éloquence pour séduire un public et le convaincre constitue-t-il réellement un facteur d’inclusion sociale et professionnelle ? Ce mardi 5 février 2019, Sciences Po accueillait pour en débattre Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Bertrand Périer, avocat et professeur d’art oratoire à Sciences Po, Agathe Chapalain, étudiante à Sciences Po et présidente de l’Association pour le Développement des Arts de l’Oralité, et Cyril Delhay, conseiller pour les arts oratoires du Centre d’écriture et de rhétorique de Sciences Po. Retour en vidéo sur les idées phares développées lors du débat.

Débat organisé avec le groupe ESS des alumni de Sciences Po.

Lire la suite
Kamel Daoud, premier écrivain en résidence à Sciences Po

Kamel Daoud, premier écrivain en résidence à Sciences Po


L'écrivain Kamel Daoud sera le premier écrivain titulaire de la nouvelle chaire d'écrivain en résidence de Sciences Po. Rattachée au Centre d’écriture et de rhétorique, cette initiative inédite dans le paysage universitaire français vise à renforcer l'expression créative des étudiants et leur permettre de développer une réflexion critique et originale.

Lire la suite
Entretien avec Jacques Semelin sur son livre “La survie des juifs en France”

Entretien avec Jacques Semelin sur son livre “La survie des juifs en France”

Internationalement reconnu pour ses travaux sur les génocides et plus généralement sur les violences de masse, Jacques Semelin, directeur de recherche CNRS au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), publie La survie des juifs en France (1940-1944) aux éditions du CNRS, ainsi qu’en anglais chez Hurst et Oxford University Press, et en allemand chez Wallstein. Dans cet ouvrage, il livre les résultats d’une enquête inédite sur les raisons pour lesquelles 75% des juifs de France ont échappé à la mort durant l’occupation nazie.

Lire la suite
Redonner vie à Raqqa

Redonner vie à Raqqa

Lamis Al Jasem, étudiante à Sciences Po, est née en Syrie, à Raqqa, ville tristement célèbre pour avoir été la “capitale” syrienne de l’État islamique de 2014 à 2017. Lasse de ne voir dans les médias que des images de destruction de sa ville natale, Lamis a décidé de montrer sa ville telle qu’elle était autrefois. Dans le cadre de son master en Droits de l'homme et action humanitaire, elle a lancé "See My Raqqa", un projet sur les réseaux sociaux qui permet de partager des photographies de la ville syrienne avant sa destruction. Lamis nous raconte son projet. 

Lire la suite