Paul Smith : “Beaucoup de gens savent regarder, peu voient réellement”

Le 18 septembre 2019, le célèbre styliste Paul Smith a donné une masterclass exceptionnelle à Sciences Po, au cours de laquelle il a partagé ses inspirations, son expérience et ses conseils pour gérer une maison de couture de luxe qui a su résister à l’épreuve du temps. 

Une première boutique de... 3 mètres carrés

Paul Smith ne s’est pas réellement intéressé à la mode lorsqu’il était enfant, il rêvait en effet d’une carrière de cycliste. Un accident grave de vélo à l’âge de 17 ans, suivi de 6 mois d’hospitalisation, l’ont cependant amené à reconsidérer ses options. La rencontre avec sa future femme, Pauline Smith, qui étudiait la haute couture au Royal College of Art, changera sa vie.

En 1970, son premier magasin ouvert à Nottingham, faisait 3 mètres carrés. “Dans un espace aussi petit, il fallait mettre les clients à l’aise”, explique-t-il, “donc je mettais un objet sympa sur une table basse, une petite oeuvre d’art, et, au mur, un poster de Giacometti ou autre artiste trouvé à la galerie Maeght. Les gens se sentent plus à l’aise quand il y a un objet pour démarrer la conversation.” Aujourd’hui encore, la marque Paul Smith reste une entreprise indépendante, “Un miracle en soi”, dit-il. Implantées dans 73 pays, ses boutiques aux ambiances cosy et aux vitrines décalées sont connues pour donner le sourire aux gens. “C’est le petit plus offert”, explique-t-il.

“Ça ne suffit pas d’être styliste”

Quand on rencontre Paul Smith en personne, on remarque immédiatement sa stature imposante (il fait 1,95 mètre) et son attitude modeste. Bien qu’il ait été fait chevalier par la reine d’Angleterre et qu’il ait été désigné plusieurs années d’affilée “meilleur styliste anglais”, il reste humble et accessible. “Je suis une personne décontractée”, explique-t-il. Une chance, selon lui, lorsqu’il constate à quel point il est aujourd’hui difficile de se lancer dans un monde de la mode saturé. “On n’a pas besoin d’un styliste en plus”, explique-t-il, “Avant, il suffisait d’avoir une idée et d’espérer que quelqu’un l’aime. Aujourd’hui, poursuit-il, une maison de couture, c’est avant tout une question de marque, de marketing, d’influence… et éventuellement de vêtements.” Paul Smith pense que le secret de la longévité de sa marque est peut-être sa relative discrétion. Quand une marque est trop présente, “un jeune qui a vu son père porter du Paul Smith quand il était adolescent ne va pas vouloir en porter quand il deviendra lui-même adulte”, souligne-t-il.

“L’inspiration est partout. Si vous n’avez pas trouvé, regardez à nouveau !”

Lorsqu’il est question d’inspiration, le regard créatif de Paul Smith ne connaît pas de limites. A l’écran, dans l’amphithéâtre bondé, il pointe une image de pot de fleur : “Je ne vois pas un pot, je vois de la couleur”, souligne-t-il.  Le styliste fait défiler à l’écran des images colorées éclatantes. Tous les regards sont tournés vers lui. Une photo d’une femme guatémaltèque en robe traditionnelle illumine le public de teintes bleu et rouge. “Ceci devient cela”, explique le styliste en montrant ensuite des échantillons de motifs issus de cette inspiration.”Je n’ai jamais été au Guatemala, je suis allé visiter… une bibliothèque.” Pour Paul Smith, l’inspiration peut venir de partout. La clef, explique-t-il, c’est d’apprendre à ses yeux non seulement à regarder mais aussi à voir. 

Paul Smith a résisté aux offres de rachats et a choisi de rester une entreprise de taille relativement modeste. Le plus important à ses yeux est que celle-ci soit toujours fidèle à ses 5 valeurs clefs : style, communication, originalité, personnalité et qualité.

Le sens de l’humour, la créativité et la générosité du styliste étaient sensibles tout au long de cette masterclass. Lors de la séance de questions-réponses, le styliste a lancé aux étudiants qui osaient poser une question une paire de chaussettes rayées... Paul Smith.

Cette masterclass exceptionnelle a été organisée dans le cadre du master de Marketing et du master New Luxury & Art de Vivre de l’École de management et d’innovation de Sciences Po et avec l’aide de la journaliste et auteure Laurence Benaïm qui enseigne le cours “Art et mode : les liaisons dangereuses”

Shirin Ebadi : “Je souhaite la libération de Madame Adelkhah”

Shirin Ebadi : “Je souhaite la libération de Madame Adelkhah”

Le 5 juin 2019, Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), étaient arrêtés et emprisonnés à Téhéran. Un an plus tard, malgré la libération de Roland Marchal le 20 mars 2020, Fariba Adelkhah demeure incarcérée dans la prison d’Evin. À l’occasion de ce triste anniversaire, Shirin Ebadi, Prix Nobel de la Paix, soutient la chercheuse dans la message relayé par Olivier Duhamel, Président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), et Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po. 

Lire la suite
Imaginer le monde d'après la crise

Imaginer le monde d'après la crise

Depuis le 27 avril 2020, Sciences Po mène aux côtés de TF1, de Bluenove et Cognito une grande consultation en ligne intitulée “Notre nouvelle vie”. Son objectif : faire émerger des propositions pour répondre aux conséquences sociétales, économiques et démocratiques de la crise du Covid-19. Originale dans sa forme, la consultation a déjà réuni plus de 58 000 réponses émanant de 5 100 participants. Il est possible de débattre de cinq thématiques jusqu'au 24 juin. Explications détaillées avec Olivier Duhamel, Président de la FNSP et Yann Algan, doyen de l'École d’affaires publiques de Sciences Po. 

Lire la suite
Pour une stratégie universitaire européenne face à la crise

Pour une stratégie universitaire européenne face à la crise

En 2019, huit institutions de rang mondial en sciences sociales, humanités et management*, s’appuyant sur des liens déjà solides, ont décidé de s’unir pour créer “CIVICA, l’Université Européenne des Sciences Sociales”. Préfigurant les contours de l’université du futur, reposant à la fois sur une vision stratégique de long terme et sur des activités concrètes à l’attention des étudiants, du corps professoral, des équipes et du grand public, CIVICA a vocation à proposer des réponses innovantes aux grands défis du monde contemporain et à assurer la promotion des valeurs civiques européennes.

Lire la suite

" La pauvreté commence à l'enfance "

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
Coronavirus : la réponse économique

Coronavirus : la réponse économique

Comment sortir d'un confinement marqué par le choix stratégique fort du chômage partiel ? La dette française est-elle soutenable ? Quels sont les effets de la crise sur l’emploi ? Et que feront les Français de l’épargne conséquente accumulée ces derniers mois ? Éléments de réponse avec Philippe Martin, Professeur au sein du Département d’économie de Sciences Po. 

Lire la suite
Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

À la rentrée de l’année 2000, 42 étudiants rejoignaient le premier campus régional de Sciences Po, inauguré par Richard Descoings, et dont l’ouverture précéderait celle des sites de Reims, du Havre, de Poitiers, de Dijon et de Menton. Ce campus accueille aujourd’hui 300 étudiants (dont plus de la moitié sont internationaux) pour les deux premières années d’un bachelor avec une spécialisation géographique sur l’Europe et l’espace franco-allemand. En 20 ans, plus de 2000 étudiants sont passés par ce campus. 

Lire la suite

"Le romantisme de l'Amérique latine"

L’Amérique Latine, continent des écrivains, de la passion et des révolutions ? Oui, mais pas seulement ! Avec le cours “Relations Internationales en Amérique Latine”, Kevin Parthenay invite les étudiants du campus de Poitiers à poser un regard neuf sur ce continent qui, loin de jouer les seconds couteaux, est en fait au coeur des dynamiques mondiales. 

Lire la suite

" C'est toi qui t'occupes des enfants aujourd'hui ? "

En période de confinement, les uns sont-ils “plus égaux que les autres” ? La Chaire pour l’Entrepreneuriat des Femmes à Sciences Po, en coopération avec Ipsos, a mené l’enquête auprès de 1000 actifs constituant un échantillon national représentatif de la population active âgée de 18 ans et plus en France. Cette enquête nous livre une image contrastée : si les femmes ont été plus durement touchées par l’inactivité professionnelle que les hommes, elles sont aussi 30% dans les couples hétérosexuels à avoir constaté une meilleure répartition des tâches domestiques, et 24% à avoir ressenti une hausse de leur satisfaction générale (contre 19% des hommes). Quelles perspectives cela dessine-t-il pour l’avenir ? Quelques jours avant la publication d’un document de travail portant sur l’analyse des données de l’enquête, Anne Boring, directrice de la chaire, nous livre ses premières conclusions. 

Lire la suite
Drôle d'économie !

Drôle d'économie !

Les personnes dotées de grands pieds sont-elles meilleures en orthographe ? Quel rapport entre le PIB, le réchauffement climatique et une crosse de hockey ? Peut-on mesurer le Bonheur National Brut ? Questions bizarroïdes et réponses tout en couleurs : c’est la marque de fabrique d’Econofides, un projet qui a pour ambition de redonner le goût de l’économie aux élèves de lycée par le biais d’une pédagogie interactive, narrative et ludique. 

Lire la suite