L'urgence : une longue histoire

Le nombre de consultations des services d'urgence a doublé entre 1996 et 2017, passant de 10 à 20 millions...et la crise sanitaire en cours face à l'épidémie de coronavirus devrait faire exploser les prochaines statistiques. Et pourtant, nous avons tous oublié que ces services n’ont pas toujours existé. Comment sont-ils nés ? Pourquoi et comment se sont-ils développés ? L'historien Charles-Antoine Wanecq (Centre d'histoire de Sciences Po) s'est penché sur l'histoire de l'urgence, à qui la nation doit et devra encore tant de vies. 

Pourquoi écrire cette “histoire de l’urgence” ? 

Pour faire son travail, l’historien a besoin de sources. J’ai eu la chance de découvrir pour mon mémoire de recherche un fonds d’archives passionnant, celui du “bureau des secours d’urgence”. Dans cet obscur service du Ministère de la Santé, un fonctionnaire - René Coirier - à dévoué sa vie entière à l’organisation des secours d’urgence en France, quasiment à lui tout seul...et dans l’ombre. À travers ses archives, j’ai pu étudier une période très importante, qui s’étale de 1965, l’année de création des ambulances médicalisées (SMUR), à 1979, qui officialise la création du 15, le numéro d’appel pour les secours médicaux. 

En quoi cette période est-elle fondamentale pour la politique de l’urgence ? 

C’est entre ces deux dates que va se structurer la politique de l’urgence en France, avec un moment-clé en 1972. Cette année-là, le nombre de tués sur les routes atteint un niveau sans précédent en France, avec 16 000 morts. Ce triste record crée une prise de conscience politique : l’État va véritablement s’emparer du sujet à ce moment-là. On connaît les actions de prévention qui ont été lancées dès cette époque, mais beaucoup moins l’autre versant de cette politique : l’organisation par les pouvoirs publics du secours aux accidentés. 

Cet épisode raconte aussi l’histoire d’une époque, celle d’une France des 30 Glorieuses...

Oui, c’est une ère de prospérité, l’État avait des moyens importants, et a décidé de les investir pour sauver des vies. C’est aussi un calcul rationnel : dès cette époque on évalue le coût social de ces accidents. Il est énorme, et il concerne les “forces vives” de la modernisation : des hommes jeunes, en pleine force de travail. 

Alors que la mortalité par maladie a considérablement diminué, ces nouveaux risques accidentels représentent le revers de la modernité, le versant sombre du progrès, avec ses voitures rapides, et ses usines dangereuses où les accidents du travail demeurent fréquents. 

Face à ces victimes de la modernité, la France a inventé un “modèle” de secours particulier ? 

Les pouvoirs publics français ont créé avec les SMUR un modèle tout à fait spécifique, qui le reste encore aujourd’hui. En résumé, c’est un modèle qui mise sur la réponse médicale : on déplace le médecin jusqu’au blessé, pour pouvoir commencer les soins médicaux le plus tôt possible. Dans les pays anglo-saxons, la priorité, c’est de transporter le blessé jusqu’aux soins. Ce sont les “paramedics” - une sorte de super ambulancier - qui interviennent en premier. L’imposition de ce système en France ne s’est pas fait sans heurts entre les pompiers et les médecins du SAMU...Entre le “18” et le “15”, la coordination prédomine aujourd’hui, mais cela n’empêche pas les ambiguïtés…

Votre thèse a poursuivi cette histoire des secours d’urgence en France, sur une période plus large...

J'ai enquêté dans ma thèse sur la façon dont l’État a peu a peu investi ce champ de l’urgence, de la fin du XIXème siècle à la fin du XXème. Je me suis intéressé notamment aux périodes de guerre, et à la façon dont on transpose en temps de paix les progrès nés sur les champs de bataille ou dans les bombardements. Par exemple, durant la 2ème Guerre mondiale, les ambulancières de la Croix Rouge ont mis en place leur propre programme de formation à la conduite et aux premiers soins. Elles ont posé les jalons d’une véritable filière professionnelle, dont l’État s’est inspiré après-guerre. Bien plus tôt, à la fin du XIXème siècle, les localités avaient anticipé la future politique publique des secours en créant leur réseau d’ambulances municipales. 

Ce qui m’intéresse dans ce travail, c’est de raconter comment, peu à peu, l’État a intégré et organisé cette responsabilité nouvelle, celle de la vie humaine dans ce qu’elle a de plus fragile. Et de voir comment la société en a pris sa part, à travers la diffusion du secourisme notamment. 

En savoir plus

Charles-Antoine Wanecq, docteur et agrégé en histoire, a consacré sa thèse de doctorat à l'histoire des services d'urgence, après avoir reçu en 2014 le prix du Comité d’Histoire de la Sécurité sociale et le prix de la Société Française d’Histoire des Hôpitaux pour son mémoire de master "Le 15 contre le 18. Histoire de l’urgence médicale (1965-1979)".

Conduite sous la direction de Paul-André Rosental, Professeur des universités en histoire à Sciences Po, sa thèse a été récompensée par le prix Jean Favier de la Société des Amis des Archives de France et le 2ème prix de thèse du Comité d’Histoire de la Sécurité Sociale.

À lire : "L’appel d’urgence, une histoire à trois chiffres ou à deux numéros", Charles-Antoine Wanecq, 13/03/15, sur le blog “Têtes Chercheuses” du Huffington Post. 

Abonnez-vous à nos newsletters

Abonnez-vous à Cogito, la newsletter de la recherche

Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

À la rentrée de l’année 2000, 42 étudiants rejoignaient le premier campus régional de Sciences Po, inauguré par Richard Descoings, et dont l’ouverture précéderait celle des sites de Reims, du Havre, de Poitiers, de Dijon et de Menton. Ce campus accueille aujourd’hui 300 étudiants (dont plus de la moitié sont internationaux) pour les deux premières années d’un bachelor avec une spécialisation géographique sur l’Europe et l’espace franco-allemand. En 20 ans, plus de 2000 étudiants sont passés par ce campus. 

Lire la suite

"Le romantisme de l'Amérique latine"

L’Amérique Latine, continent des écrivains, de la passion et des révolutions ? Oui, mais pas seulement ! Avec le cours “Relations Internationales en Amérique Latine”, Kevin Parthenay invite les étudiants du campus de Poitiers à poser un regard neuf sur ce continent qui, loin de jouer les seconds couteaux, est en fait au coeur des dynamiques mondiales. 

Lire la suite

" C'est toi qui t'occupes des enfants aujourd'hui ? "

En période de confinement, les uns sont-ils “plus égaux que les autres” ? La Chaire pour l’Entrepreneuriat des Femmes à Sciences Po, en coopération avec Ipsos, a mené l’enquête auprès de 1000 actifs constituant un échantillon national représentatif de la population active âgée de 18 ans et plus en France. Cette enquête nous livre une image contrastée : si les femmes ont été plus durement touchées par l’inactivité professionnelle que les hommes, elles sont aussi 30% dans les couples hétérosexuels à avoir constaté une meilleure répartition des tâches domestiques, et 24% à avoir ressenti une hausse de leur satisfaction générale (contre 19% des hommes). Quelles perspectives cela dessine-t-il pour l’avenir ? Quelques jours avant la publication d’un document de travail portant sur l’analyse des données de l’enquête, Anne Boring, directrice de la chaire, nous livre ses premières conclusions. 

Lire la suite
Drôle d'économie !

Drôle d'économie !

Les personnes dotées de grands pieds sont-elles meilleures en orthographe ? Quel rapport entre le PIB, le réchauffement climatique et une crosse de hockey ? Peut-on mesurer le Bonheur National Brut ? Questions bizarroïdes et réponses tout en couleurs : c’est la marque de fabrique d’Econofides, un projet qui a pour ambition de redonner le goût de l’économie aux élèves de lycée par le biais d’une pédagogie interactive, narrative et ludique. 

Lire la suite
Sciences Po soutient Fariba Adelkhah, condamnée à 6 ans de prison

Sciences Po soutient Fariba Adelkhah, condamnée à 6 ans de prison

Le samedi 16 mars 2020, Sciences Po a appris la condamnation de Fariba Adelkhah, chercheuse au CERI, par la 15e chambre du tribunal de Téhéran. Détenue depuis près un an dans la prison d'Evin, Fariba s'est opposée à une libération conditionnelle en échange de l'arrêt de ses recherches. Elle a été condamnée à six ans de prison, la peine la plus lourde qu'elle encourait. 

Lire la suite
Un été connecté : rejoignez la Summer School

Un été connecté : rejoignez la Summer School

Sciences Po s'adapte à la crise sanitaire mondiale et propose une Summer School 2020 entièrement en ligne. Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2020 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts : le programme universitaire, à destination des étudiants, et le programme pré-universitaire, à destination des lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Autocratie : la dictature moderne

Autocratie : la dictature moderne

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
Une rentrée 2020 inédite et novatrice

Une rentrée 2020 inédite et novatrice

Comment organiser la rentrée universitaire dans le contexte actuel ? Après un semestre à distance, Sciences Po continue de se mobiliser afin de garantir à tous ses étudiants une scolarité complète et exigeante, fidèle à sa vocation de former des esprits libres, engagés et critiques, structurés intellectuellement par la recherche, les expériences de terrain et les contacts avec les professionnels, et de leur donner les moyens d’agir plus que jamais dans un monde incertain.

Lire la suite
De Sciences Po au grand bleu

De Sciences Po au grand bleu

L’une se consacre à en bannir le plastique, l’autre y replante des coraux : deux diplômées racontent pourquoi et comment elles ont créé leur entreprise au service de la protection des océans. À l’occasion du premier Forum des métiers de la transition écologique, nous avons rencontré Marie Le Texier, Fondatrice du cabinet ConsultantSeas, et Anne-Sophie Roux, Fondatrice de Tenaka.

Lire la suite