L'urgence : une longue histoire

Le nombre de consultations des services d'urgence a doublé entre 1996 et 2017, passant de 10 à 20 millions...et la crise sanitaire en cours face à l'épidémie de coronavirus devrait faire exploser les prochaines statistiques. Et pourtant, nous avons tous oublié que ces services n’ont pas toujours existé. Comment sont-ils nés ? Pourquoi et comment se sont-ils développés ? L'historien Charles-Antoine Wanecq (Centre d'histoire de Sciences Po) s'est penché sur l'histoire de l'urgence, à qui la nation doit et devra encore tant de vies. 

Pourquoi écrire cette “histoire de l’urgence” ? 

Pour faire son travail, l’historien a besoin de sources. J’ai eu la chance de découvrir pour mon mémoire de recherche un fonds d’archives passionnant, celui du “bureau des secours d’urgence”. Dans cet obscur service du Ministère de la Santé, un fonctionnaire - René Coirier - à dévoué sa vie entière à l’organisation des secours d’urgence en France, quasiment à lui tout seul...et dans l’ombre. À travers ses archives, j’ai pu étudier une période très importante, qui s’étale de 1965, l’année de création des ambulances médicalisées (SMUR), à 1979, qui officialise la création du 15, le numéro d’appel pour les secours médicaux. 

En quoi cette période est-elle fondamentale pour la politique de l’urgence ? 

C’est entre ces deux dates que va se structurer la politique de l’urgence en France, avec un moment-clé en 1972. Cette année-là, le nombre de tués sur les routes atteint un niveau sans précédent en France, avec 16 000 morts. Ce triste record crée une prise de conscience politique : l’État va véritablement s’emparer du sujet à ce moment-là. On connaît les actions de prévention qui ont été lancées dès cette époque, mais beaucoup moins l’autre versant de cette politique : l’organisation par les pouvoirs publics du secours aux accidentés. 

Cet épisode raconte aussi l’histoire d’une époque, celle d’une France des 30 Glorieuses...

Oui, c’est une ère de prospérité, l’État avait des moyens importants, et a décidé de les investir pour sauver des vies. C’est aussi un calcul rationnel : dès cette époque on évalue le coût social de ces accidents. Il est énorme, et il concerne les “forces vives” de la modernisation : des hommes jeunes, en pleine force de travail. 

Alors que la mortalité par maladie a considérablement diminué, ces nouveaux risques accidentels représentent le revers de la modernité, le versant sombre du progrès, avec ses voitures rapides, et ses usines dangereuses où les accidents du travail demeurent fréquents. 

Face à ces victimes de la modernité, la France a inventé un “modèle” de secours particulier ? 

Les pouvoirs publics français ont créé avec les SMUR un modèle tout à fait spécifique, qui le reste encore aujourd’hui. En résumé, c’est un modèle qui mise sur la réponse médicale : on déplace le médecin jusqu’au blessé, pour pouvoir commencer les soins médicaux le plus tôt possible. Dans les pays anglo-saxons, la priorité, c’est de transporter le blessé jusqu’aux soins. Ce sont les “paramedics” - une sorte de super ambulancier - qui interviennent en premier. L’imposition de ce système en France ne s’est pas fait sans heurts entre les pompiers et les médecins du SAMU...Entre le “18” et le “15”, la coordination prédomine aujourd’hui, mais cela n’empêche pas les ambiguïtés…

Votre thèse a poursuivi cette histoire des secours d’urgence en France, sur une période plus large...

J'ai enquêté dans ma thèse sur la façon dont l’État a peu a peu investi ce champ de l’urgence, de la fin du XIXème siècle à la fin du XXème. Je me suis intéressé notamment aux périodes de guerre, et à la façon dont on transpose en temps de paix les progrès nés sur les champs de bataille ou dans les bombardements. Par exemple, durant la 2ème Guerre mondiale, les ambulancières de la Croix Rouge ont mis en place leur propre programme de formation à la conduite et aux premiers soins. Elles ont posé les jalons d’une véritable filière professionnelle, dont l’État s’est inspiré après-guerre. Bien plus tôt, à la fin du XIXème siècle, les localités avaient anticipé la future politique publique des secours en créant leur réseau d’ambulances municipales. 

Ce qui m’intéresse dans ce travail, c’est de raconter comment, peu à peu, l’État a intégré et organisé cette responsabilité nouvelle, celle de la vie humaine dans ce qu’elle a de plus fragile. Et de voir comment la société en a pris sa part, à travers la diffusion du secourisme notamment. 

En savoir plus

Charles-Antoine Wanecq, docteur et agrégé en histoire, a consacré sa thèse de doctorat à l'histoire des services d'urgence, après avoir reçu en 2014 le prix du Comité d’Histoire de la Sécurité sociale et le prix de la Société Française d’Histoire des Hôpitaux pour son mémoire de master "Le 15 contre le 18. Histoire de l’urgence médicale (1965-1979)".

Conduite sous la direction de Paul-André Rosental, Professeur des universités en histoire à Sciences Po, sa thèse a été récompensée par le prix Jean Favier de la Société des Amis des Archives de France et le 2ème prix de thèse du Comité d’Histoire de la Sécurité Sociale.

À lire : "L’appel d’urgence, une histoire à trois chiffres ou à deux numéros", Charles-Antoine Wanecq, 13/03/15, sur le blog “Têtes Chercheuses” du Huffington Post. 

Abonnez-vous à nos newsletters

Abonnez-vous à Cogito, la newsletter de la recherche

“Protestas”, une websérie aux couleurs de l’activisme latino-américain

“Protestas”, une websérie aux couleurs de l’activisme latino-américain

En Amérique latine, l'année 2020 a été marquée  par d'immenses mobilisations en faveur d'une démocratisation profonde des régimes politiques et une modernisation des sociétés. Des mouvements qui ont su se réinventer pour s'adapter à la pandémie. C’est cette réinvention que raconte la websérie “Protestas”, née d’une collaboration entre journalistes et chercheurs de l’Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes (OPALC/CERI Sciences Po). En huit épisodes, ces vidéos explorent l’infatigable créativité de ces mouvements sur le continent, et leurs résonances au-delà. Entretien avec Olivier Dabène, chercheur au CERI et président de l’OPALC, à l’occasion du lancement de la série. 

Lire la suite
Vous avez raté la Journée des masters ? Voici un programme de rattrapage

Vous avez raté la Journée des masters ? Voici un programme de rattrapage

Notre Journée des masters en ligne a rassemblé 8000 visiteurs le 28 novembre dernier ! Au programme, des sessions d'information et d'échange sur les programmes de master, les doubles diplômes, les débouchés, les procédures d'admissions et les possibilités de bourses et d'aide sociale. Retrouvez ci-dessous les présentations des différentes Écoles de second cycle. 

Lire la suite
À quoi servent les études de recherche ?

À quoi servent les études de recherche ?

“Notre travail, c’est d’établir des diagnostics sur le monde comme il va” : Pierre François, Doyen de l’École de la recherche (ex-École doctorale) revient sur les spécificités et les atouts de la formation à la recherche, vocation plus indispensable et plus exigeante que jamais à l’heure où la pandémie bouscule le fonctionnement routinier du social". 

Lire la suite
Lancement de la Chaire européenne sur le développement durable et la transition climatique

Lancement de la Chaire européenne sur le développement durable et la transition climatique

Le 25 novembre 2020, Sciences Po lance une nouvelle Chaire développement durable et transition climatique, pilotée conjointement par l'École d’affaires publiques et l'École des affaires internationales (PSIA). Dans la lignée du Green Deal européen, cette Chaire résolument transdisciplinaire vise à apporter de nouveaux éclairages à toutes les organisations soucieuses de faire progresser le développement durable selon le triple axe de la transition climatique, du développement économique et de l’inclusion sociale. Entretien avec son directeur, le Dr Shiv Someshwar, spécialiste des questions environnementales, professeur associé à Sciences Po et professeur invité de l’Université Columbia. 

Lire la suite
Vous avez raté la Journée portes ouvertes ? Voici un programme de rattrapage

Vous avez raté la Journée portes ouvertes ? Voici un programme de rattrapage

La Journée portes ouvertes 2020 du bachelor a rassemblé 12 000 visiteurs en ligne samedi 14 novembre dernier ! Si vous n'avez pas pu assister aux différents ateliers, voici quelques émissions à voir en replay qui vous permettront de savoir l'essentiel sur Sciences Po, son programme de premier cycle, et les nouvelles modalités d'admission. De quoi vous motiver pour oser Sciences Po !

Lire la suite
L'innovation dans tous ses États

L'innovation dans tous ses États

Comment réinventer les prisons de demain ? Comment décarboner les Jeux olympiques de 2024 ? Comment rendre le patrimoine du Domaine de Chantilly accessible aux générations futures ? Voici quelques-unes des questions soulevées par l’Incubateur des politiques publiques, un programme destiné aux étudiants de master de l’École d’affaires publiques de Sciences Po, mis à l'honneur dans le cadre du Mois de l’Innovation Publique de novembre 2020. 

Lire la suite
Histoire globale & internationale : un nouveau double diplôme Sciences Po / King's College

Histoire globale & internationale : un nouveau double diplôme Sciences Po / King's College

Sciences Po et King's College London, partenaires de longue date, renforcent leurs liens avec la création d'un double diplôme de master en histoire globale et internationale. Une formation unique qui combine l'expertise de deux des meilleurs centres européens d'études en histoire. Mario Del Pero, Professeur des universités à Sciences Po, directeur des études doctorales en histoire et artisan de ce double diplôme, répond à nos questions. 

Lire la suite
Migrations : découvrez le dernier numéro de Cogito, le magazine de la recherche

Migrations : découvrez le dernier numéro de Cogito, le magazine de la recherche

Les groupes sociaux ainsi que les individus se sont toujours déplacés, plus ou moins durablement. Ces mobilités diverses dans le temps et l’espace, sont marquées par la multiplicité de leurs motifs, de leurs trajectoires et de leurs répercussions. En découle l’impératif de les analyser avec une attention tout aussi plurielle. Les nombreuses recherches conduites à Sciences Po, en particulier  au sein du groupe Migration et Diversité répondent à cette exigence et visent à développer de nouvelles approches. Le dernier dossier de Cogito, le magazine de la recherche, présente un aperçu de leur richesse. 

Lire la suite