Les multiples trajectoires des printemps arabes

Printemps 2011. Le monde arabe est secoué par des mouvements contestataires. Rapidement, certains “Printemps” se transforment en cauchemars, d’autres donnent naissance à des régimes démocratiques, d’autres encore tournent court. Pourquoi des trajectoires si différentes ? Entretien avec Eberhard Kienle, directeur de recherche au CERI, ancien directeur de l’Institut français du Proche-Orient et auteur de “The Arab Uprisings. Transforming and Challenging State Power”.

En partant du constat que depuis leurs printemps, les pays arabes ont connu des trajectoires très différentes, vous avez cherché à en expliquer le pourquoi…

On peut en effet distinguer plusieurs trajectoires depuis le début de la contestation en 2010 et 2011. Dans certains États, la contestation était limitée et les gouvernants ont réussi à y mettre fin assez rapidement, soit par une répression “tempérée”, soit par des mesures d’apaisement, elles-mêmes assez limitées. C’est par exemple le cas du Maroc, de la Jordanie ou, encore de l'Arabie saoudite. On y a, par exemple, augmenté les salaires des fonctionnaires, créé de nouveaux emplois dans l’administration, ou révisé la constitution à la marge. Dans d’autres États, la contestation a été plus importante et a duré plus longtemps. En Tunisie, elle a débouché sur la chute du président Ben Ali et une transition vers la démocratie encore fragile aujourd’hui. En Libye, la chute de Kadhafi a conduit à l'émergence de groupes armés, voire de gouvernements,  en concurrence les uns avec les autres et qui s'affrontent violemment. En Syrie, enfin, le président Assad a, à ce jour, survécu à la contestation, mais là aussi au prix d’une guerre civile avec des pouvoirs concurrents qui contrôlent en partie le pays. La trajectoire de chaque État s’est donc montrée tributaire non seulement de l'intensité et des formes de la contestation, mais aussi de la réponse des gouvernants qui pouvait les consolider ou les affaiblir.

Le distinguo à faire entre État et régime semble fondamental dans vos analyses...

Oui, il est clair que dans chaque pays, la contestation et la réaction des gouvernants reflètent l’histoire de l’État et celle du régime politique et que les événements ont affecté soit l’un, soit l’autre, et parfois les deux. Par régime politique, on entend grosso modo l’organisation des rapports de pouvoir entre les gouvernants et les gouvernés, y compris l’influence que ces derniers peuvent ou non avoir sur la sélection des premiers. Autrement dit, ce sont les institutions et les pratiques qui permettent aux gouvernants de s’imposer aux gouvernés et, le cas échéant, aux gouvernés de limiter le pouvoir des gouvernants. C’est ce qui s’exprime par les qualificatifs de régime autoritaire, régimes démocratique ou hybride - ces derniers occupant une zone grise entre les deux premiers. Mais si tout État est doté d’un régime politique, le régime politique ne résume pas l'État. Pour qu’il y ait État, il faut évidemment que le régime politique, et donc le pouvoir central, puisse s’imposer à un territoire et une population donnés. Dans la plupart des cas, il y réussit parce qu’il jouit du monopole des forces de coercition, au moins dans le sens qu’il peut faire plier les contre-pouvoirs. Pourtant, il faut également que cette entité géographique, démographique et politique soit dotée d’institutions comme des administrations et des lois  tout en étant façonnées par les gouvernants, organisent la vie en commun au-delà des relations directes que ceux-ci entretiennent avec les gouvernés. À titre d’exemple citons les régimes de retraite, l'aménagement du territoire ou le code de la route. L’État est d’autant plus solide que l’établissement d’un nouveau régime politique, par exemple par une révolution, n’affecte pas ses frontières extérieures et la composition démographique de sa population.

Vous distinguez une première catégorie de pays dont ni les États  ni les régimes n’ont été sérieusement affectés. Quels sont-ils ? Pourquoi et comment ont-ils réussi à se protéger ?

Dans cette première catégorie on trouve par exemple le Maroc et la Jordanie, où la contestation était faible et la réponse des gouvernants relativement mesurée. En Jordanie, par exemple, la police a, à un moment, distribué des bouteilles d’eau minérale aux manifestants… On y trouve également l’Arabie saoudite où la contestation a vite été réprimée et enrayée. Dans les trois cas, les gouvernants sont aujourd'hui les mêmes qu’avant la contestation, ou ont évolué, mais pour des raisons autres que la contestation. Quoiqu’il en soit, dans ces pays, le territoire et la population sur lesquels ils exercent leur pouvoir sont restés les mêmes. Ce qui s’est passé aussi, c’est une sorte de remise à niveau de l’autoritarisme, – souvent désigné par le terme “authoritarian upgrading”. Cela désigne des régimes qui, tout en restant autoritaires, ont rénové leur façade. Au Maroc, par exemple, le roi Mohammed VI a décrété une nouvelle constitution mais in fine celle-ci ne touche pas à ses pouvoirs qui restent très étendus.

Vous distinguez aussi les évolutions qu’ont connu la Tunisie et l'Égypte qui, malgré des troubles importants et la chute du régime en Tunisie, se distinguent par le fait que les États sont restés en place….

La Tunisie et l’Égypte illustrent le cas de figure où le régime politique disparaît sans que l’État ne s'écroule. Comparé à la plupart des autres États arabes, il s’agit de deux États assez anciens qui remontent pour la Tunisie, au milieu du XVIIIe siècle, et pour l’Égypte, à 1805. Depuis leurs origines, ces États ont vu se succéder plusieurs régimes politiques, des régimes qui, certes, les ont formés et façonnés, mais dont la disparition n’a jamais entraîné la disparition de l’État. Ni l’occupation française ou britannique, ni le passage de la monarchie à la république après l'indépendance ne les a détruits.   

Selon vous, les trajectoires dramatiques de la Syrie, de la Libye et du Yémen se caractérisent par l'effondrement concomitant des États et des régimes. Ces déroutes étaient-elles inscrites dans leur acte de naissance ?

Dans les trois cas, et dans ceux du Liban et de l’Irak, il s’agit d'États assez jeunes, ce qui évidemment ne veut pas dire que leurs espaces et leurs populations n’ont pas une longue histoire. La Syrie, par exemple, a été créée comme entité politique par les vainqueurs de la Première Guerre mondiale, laquelle avait entraîné en 1918 la désagrégation de l’Empire ottoman. Elle est donc bien plus “jeune” que l’Égypte ou la Tunisie. Ce qui compte ici, ce n’est pas tant l'accès définitif à l'indépendance politique qui, en Syrie comme en Tunisie et en Égypte, intervient au moment de la décolonisation après la Seconde Guerre Mondiale. Ce qui compte, c’est plutôt l’émergence ou la création d’une entité politique distincte en termes de territoire, population et pouvoir central. Créés à un moment tardif, ces nouveaux États n’ont eu ni les moyens, ni le temps, pour établir et consolider les institutions nécessaires et moins encore de se transformer en ce qu’on appelle des nations, c’est-à-dire des communautés de destin qui commandent la loyauté et la solidarité de leurs ressortissants. Par conséquent, des solidarités fondées sur des critères religieux, linguistiques, régionaux, familiaux... sont restés bien plus forts que dans les États historiquement consolidés comme la France ou même la Tunisie, bien que là aussi ces autres solidarités n’aient pas disparu. En tous cas, c’est dans des périodes de crise que ces autres solidarités se renforcent, par exemple quand les gouvernants largement Alawites en Syrie (ce qui ne revient pas à dire que tous les gouvernants sont alawites ou que ‘les’ Alawites sont au pouvoir) interprètent la contestation de 2011 comme une mobilisation sunnite, donc anti-alawite, ou quand l’État est détruit suite à une intervention étrangère comme en Irak.

Eberhard Kienle, Nadine Sika, The Arab Uprisings: Transforming and Challenging State Power, I. B. Tauris, 2015                              

En savoir plus

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

Disruption technologique : innovation ou chaos ?

Disruption technologique : innovation ou chaos ?

Chaque année, le Youth and Leaders Summit réunit des étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) et des leaders majeurs des relations internationales. Pour sa 4e édition dédiée à Kofi Annan, ils se sont interrogés sur la révolution technologique. Quel est l’impact de la disruption dans un monde globalisé ? Comment mieux la comprendre et l’accompagner ? Retour sur les points de vue des invités en vidéo.

Lire la suite
Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Depuis sa création en 1872, Sciences Po a accueilli des milliers d’étudiants issus d’universités outre-Manche. Sir Austen Chamberlain, un diplômé de Cambridge promis à un brillant avenir dans la diplomatie européenne, fut parmi les tout premiers à y étudier. Célèbre pour son rôle dans les négociations des Accords de Locarno, pour lequel il reçut le prix Nobel de la paix, Austen Chamberlain occupa le poste de ministre des Affaires étrangères britannique pendant l’entre-deux-guerres de 1924 à 1929. Qu’a-t-il retenu de son passage à Sciences Po en tant qu’unique élève britannique de la promotion 1886, et comment ce séjour a-t-il forgé sa politique à une époque aussi charnière de l’histoire européenne ?

Lire la suite
“Retrouver le goût du partage démocratique”

“Retrouver le goût du partage démocratique”

Professeur à Sciences Po et ancien directeur du Centre d’études politiques de Sciences Po (Cevipof), Pascal Perrineau a été nommé le 17 janvier 2019 parmi les 5 garants du grand débat national. Comment envisage-t-il le débat ? Quels seront ses objectifs ? Réponse en vidéo.

Lire la suite
Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Par Dominique Boullier, Mariannig Le Béchec et Maxime Crépel. Les livres qui s’entassent dans votre bibliothèque sont-ils encore vivants ? Pourquoi les garder s’ils ne le sont plus ? Pourquoi l’attachement au livre imprimé ne se dément-il pas à l’heure du livre numérique ?

Lire la suite
“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

Depuis 10 ans, le Baromètre de la confiance politique du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) mesure les niveaux de confiance accordés par les Français à leurs acteurs politiques, sociaux et économiques. Il révèle aussi les degrés de confiance personnelle et interpersonnelle : famille, voisins... et mesure les perceptions de l’avenir par les Français. À l’occasion de la parution de la 10e vague, entretien avec Martial Foucault, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2019 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Par Michele Di Donato, Centre d'histoire de Sciences Po - En apparence spontanée et souvent même grossière, la communication de Matteo Salvini est coordonnée soigneusement et s'appuie sur un outil informatique très efficace. Il faut toutefois se garder de la tentation d’attribuer seulement à ces techniques la réussite de la communication de la Ligue. En effet depuis la crise de 2008, les partis qui proposent une distinction entre un « peuple » homogène et des « élites » corrompues, ont le vent en poupe un peu partout dans le monde.

Lire la suite
Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

L’École de droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 45 % au concours 2018 de l’École Nationale de la Magistrature (ENM). Parmi les 180 étudiants de la classe préparatoire ayant présenté le concours, 79 ont été admis. Huit d’entre eux figurent dans les dix premiers du classement, et vingt parmi les trente premiers.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
Le migrant est l’avenir du monde

Le migrant est l’avenir du monde

Par Bertrand Badie (CERI). Le débat sur la migration est stupéfiant et pourtant il dure, s’enlise et même s’encastre dans l’ordinaire de notre culture politique contemporaine. Il paralyse l’Europe qui en parle tout le temps, mais n’en délibère jamais. Il envahit les propagandes partisanes et s’impose comme une sorte de friandise électorale dont se délectent les populistes de tous poils, de droite et maintenant d’une certaine gauche. Il tétanise les gouvernements qui craignent que le respect de la vérité ou qu’un sursaut d’humanisme ne leur vaillent une chute dans les sondages.

Lire la suite