"La guerre m'a fait oublier bien des choses..."

Au milieu de la Première guerre mondiale, alors que la France connaissait une hécatombe sans précédent, ont été créés des enseignements spéciaux pour les officiers blessés au front. Œuvre patriotique, ces enseignements eurent lieu à l’École libre des Sciences politiques - le premier nom de Sciences Po - alors dirigée par Eugène d’Eichthal, de 1916 à 1920. Une promesse d’avenir pour ces hommes qui sortaient de l’horreur.

Pour de nombreux appelés et engagés, grièvement atteints de blessures de guerre et de ce fait réformés de l’Armée, cet enseignement préparant à des carrières "industrielles ou commerciales", fut considéré comme une chance de pouvoir poursuivre une vie professionnelle après la guerre.

Les enseignements étaient réservés aux officiers sortis de l’École polytechnique, de l’École navale ou de l’École militaire spéciale Saint-Cyr. D’une durée d’un an, sanctionnés par un diplôme, ils comprenaient des cours obligatoires sur les sujets suivants : "organisation économique", "banques et crédit", "méthodes comptables et bilans", "législation ouvrière", plus deux cours réguliers de l’École et la participation à des conférences de méthode. Pour candidater, les officiers devaient être âgés entre 22 et 30 ans et ils devaient connaître une langue étrangère. Les candidats étaient invités à écrire directement au directeur de l’École une lettre de motivation. Ces lettres, témoignages d’hommes éprouvés par des mois passés dans l’horreur des tranchées, sont très émouvantes.

Des témoignages très émouvants

Le 4 septembre 1917, le capitaine Vauthrin s’adresse à Eugène D’Eichthal : "Monsieur le Directeur, J’ai l’honneur de vous demander de vouloir bien m’autoriser à suivre les cours spéciaux (pour officiers blessés), pendant l’année 1917-1918. Atteint, au cours de la bataille de la Marne, d’une grave blessure à la cuisse gauche qui me met dans l’impossibilité de continuer mon service dans l’armée active, je serais heureux d’acquérir les connaissances nécessaires pour entrer éventuellement dans une carrière industrielle ou commerciale… ".

Le 26 septembre 1919, le sous-lieutenant Berge, du 42e Régiment d’Infanterie, écrit : "Monsieur, Je vous adresse une demande à l’effet d’être autorisé à m’inscrire aux Cours Spéciaux de l’École des Sciences Politiques. Je suis amputé de la cuisse gauche depuis le 25 août 1916 à la suite d’une blessure par obus du 24 août 1916. Mes titres universitaires se bornent aux deux baccalauréats de l’enseignement secondaire. En 1914 je me préparais à l’École Polytechnique. J’avais un an de préparation (mathématiques spéciales prép). La guerre a interrompu mes études, ou plutôt, je les ai interrompues en m’engageant. J’ai présenté aux baccalauréats d’allemand et d’anglais. Mais la guerre m’a fait oublier bien des choses. J’ai l’intention de me mettre sérieusement à l’anglais et si possible à l’espagnol. Enfin je ne rentre pas dans vos limites d’âges, j’ai 21 ans seulement depuis juin dernier…

Mon image

80 officiers diplômés entre 1916 et 1920

Il y eu peu d’inscrits lors de l’année scolaire 1916-1917, du fait du manque de publicité et parce que les officiers étaient retenus loin de Paris, dans des centres de soins et de rééducation en province. Les journaux de 1916 avaient tout de même relayé l’information et l’on trouve dans les archives des coupures de presse en provenance du Gaulois, des Débats et du Temps, journal qui intitule son article du 5 novembre 1916 "Une innovation intéressante". En 1917, une campagne de publicité est réalisée auprès des gares ferroviaires et des hôpitaux de France. Le 20 septembre 1917, le Commissaire technique du Réseau des Chemins de fer du Nord écrit une lettre très enthousiaste au Secrétaire Général de l’École : " J’ai l’honneur de vous informer qu’en raison du but patriotique de l’œuvre dont il s’agit, nous nous faisons un plaisir de vous accorder cette autorisation, et je vous prierai de me faire adresser dans ce but deux exemplaires de cette affiche pour notre gare de Paris".

Au final, entre l’année scolaire 1916-1917 et l’année 1919-1920, ils furent un peu moins de quatre-vingt officiers à être diplômés de l’École libre des Sciences politiques, aptes ainsi à poursuivre leur vie professionnelle à des postes importants dans l’après-guerre.

À lire aussi :

Abonnez-vous à nos newsletters !

“Les réseaux sont des espaces culturels”

“Les réseaux sont des espaces culturels”

La Joconde aurait-elle fait un selfie ? Présents à chaque instant dans la vie des étudiants, les réseaux sociaux bouleversent aussi la création : ils créent de nouveaux usages, renouvellent l’expression de soi, réinventent les codes. Dans son cours sur les “Sociologies des cultures web”, Naveen Minai emmène les étudiants explorer ces espaces de la modernité culturelle…

Lire la suite
Handicap :

Handicap : "En parler sans tabou"

Diplômée 2018 du master en Sécurité internationale de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), Marie-Line a passé le prestigieux concours du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères via une voie spécifique de recrutement dédiée aux personnes en situation de handicap. Dans deux mois, elle prendra son premier emploi en tant que “secrétaire des Affaires étrangères”, un poste de catégorie A. Préparation des concours, futures missions à l’étranger ou encore accompagnement du handicap à Sciences Po, elle nous détaille son parcours.

Lire la suite
De Nairobi à Paris

De Nairobi à Paris

Sciences Po et l’université de Strathmore ouvrent un nouveau double diplôme en bachelor et master. Cette formation permettra aux étudiants de premier cycle inscrits à l’université de Strathmore d’obtenir, en cinq ans, un diplôme de bachelor de l’université de Strathmore suivi d’un diplôme de master de Sciences Po.

Lire la suite

"L'amour des textes"

Qu’est-ce qui peut réunir une ancienne ministre de la Culture et des étudiants réfugiés dans une salle de cours ? L'amour des textes d'Albert Camus et de Victor Hugo ! Avec la culture comme langage universel et outil d’intégration, Aurélie Filippetti transmet sa passion des grands textes aux étudiants réfugiés accueillis par Sciences Po depuis 2015. Quand littérature rime avec ouverture...

Lire la suite
FEMPO, la success story

FEMPO, la success story

FEMPO est une start-up qui propose des culottes en tissu lavable destinées à remplacer les protections hygiéniques. Accompagné par l’incubateur de Sciences Po en 2018, ce projet est né de la rencontre de deux alumnae, Fanny Abes, diplômée du master en politique économique internationale, et Claudette Lovencin, diplômée du master en politique publique. Lire la suite

Une histoire de femmes

Une histoire de femmes

Des premières étudiantes entrées dans nos murs en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment la place des femmes a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Sciences Po 3ème université mondiale en

Sciences Po 3ème université mondiale en "science politique et relations internationales"

Sciences Po améliore encore son positionnement international en "science politique et relations internationales" en passant de la quatrième à la troisième place mondiale dans le classement international QS 2019 des meilleures universités par discipline, dévoilé ce 26 février 2019. Classée derrière Harvard et Oxford, Sciences Po est la première université d'Europe continentale dans cette discipline, devant LSE et Cambridge.

Lire la suite
“La propagande a été le ciment de la démocratie libérale”

“La propagande a été le ciment de la démocratie libérale”

La persuasion de masse n’est pas née avec Internet, mais le numérique et les réseaux sociaux marquent une révolution dans l’histoire de la propagande. Loin d’avoir disparu avec les régimes totalitaires du XXè siècle, la voici plus présente, plus efficace, et plus dangereuse que jamais pour la démocratie. Entretien avec David Colon, historien et enseignant à Sciences Po, sur son ouvrage Propagande. La manipulation de masse dans le monde contemporain.

Lire la suite
Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Avant de devenir l’un des plus célèbres chanteurs français du 20ème siècle, Léo Ferré a usé ses pantalons sur les bancs de Sciences Po, dont il est sorti diplômé en 1939 (non sans péripéties). De la Péniche aux plus grandes scènes françaises, retour sur un parcours rempli d’insouciance et de maladresse.

Lire la suite