"La guerre m'a fait oublier bien des choses..."

Au milieu de la Première guerre mondiale, alors que la France connaissait une hécatombe sans précédent, ont été créés des enseignements spéciaux pour les officiers blessés au front. Œuvre patriotique, ces enseignements eurent lieu à l’École libre des Sciences politiques - le premier nom de Sciences Po - alors dirigée par Eugène d’Eichthal, de 1916 à 1920. Une promesse d’avenir pour ces hommes qui sortaient de l’horreur.

Pour de nombreux appelés et engagés, grièvement atteints de blessures de guerre et de ce fait réformés de l’Armée, cet enseignement préparant à des carrières "industrielles ou commerciales", fut considéré comme une chance de pouvoir poursuivre une vie professionnelle après la guerre.

Les enseignements étaient réservés aux officiers sortis de l’École polytechnique, de l’École navale ou de l’École militaire spéciale Saint-Cyr. D’une durée d’un an, sanctionnés par un diplôme, ils comprenaient des cours obligatoires sur les sujets suivants : "organisation économique", "banques et crédit", "méthodes comptables et bilans", "législation ouvrière", plus deux cours réguliers de l’École et la participation à des conférences de méthode. Pour candidater, les officiers devaient être âgés entre 22 et 30 ans et ils devaient connaître une langue étrangère. Les candidats étaient invités à écrire directement au directeur de l’École une lettre de motivation. Ces lettres, témoignages d’hommes éprouvés par des mois passés dans l’horreur des tranchées, sont très émouvantes.

Des témoignages très émouvants

Le 4 septembre 1917, le capitaine Vauthrin s’adresse à Eugène D’Eichthal : "Monsieur le Directeur, J’ai l’honneur de vous demander de vouloir bien m’autoriser à suivre les cours spéciaux (pour officiers blessés), pendant l’année 1917-1918. Atteint, au cours de la bataille de la Marne, d’une grave blessure à la cuisse gauche qui me met dans l’impossibilité de continuer mon service dans l’armée active, je serais heureux d’acquérir les connaissances nécessaires pour entrer éventuellement dans une carrière industrielle ou commerciale… ".

Le 26 septembre 1919, le sous-lieutenant Berge, du 42e Régiment d’Infanterie, écrit : "Monsieur, Je vous adresse une demande à l’effet d’être autorisé à m’inscrire aux Cours Spéciaux de l’École des Sciences Politiques. Je suis amputé de la cuisse gauche depuis le 25 août 1916 à la suite d’une blessure par obus du 24 août 1916. Mes titres universitaires se bornent aux deux baccalauréats de l’enseignement secondaire. En 1914 je me préparais à l’École Polytechnique. J’avais un an de préparation (mathématiques spéciales prép). La guerre a interrompu mes études, ou plutôt, je les ai interrompues en m’engageant. J’ai présenté aux baccalauréats d’allemand et d’anglais. Mais la guerre m’a fait oublier bien des choses. J’ai l’intention de me mettre sérieusement à l’anglais et si possible à l’espagnol. Enfin je ne rentre pas dans vos limites d’âges, j’ai 21 ans seulement depuis juin dernier…

Mon image

80 officiers diplômés entre 1916 et 1920

Il y eu peu d’inscrits lors de l’année scolaire 1916-1917, du fait du manque de publicité et parce que les officiers étaient retenus loin de Paris, dans des centres de soins et de rééducation en province. Les journaux de 1916 avaient tout de même relayé l’information et l’on trouve dans les archives des coupures de presse en provenance du Gaulois, des Débats et du Temps, journal qui intitule son article du 5 novembre 1916 "Une innovation intéressante". En 1917, une campagne de publicité est réalisée auprès des gares ferroviaires et des hôpitaux de France. Le 20 septembre 1917, le Commissaire technique du Réseau des Chemins de fer du Nord écrit une lettre très enthousiaste au Secrétaire Général de l’École : " J’ai l’honneur de vous informer qu’en raison du but patriotique de l’œuvre dont il s’agit, nous nous faisons un plaisir de vous accorder cette autorisation, et je vous prierai de me faire adresser dans ce but deux exemplaires de cette affiche pour notre gare de Paris".

Au final, entre l’année scolaire 1916-1917 et l’année 1919-1920, ils furent un peu moins de quatre-vingt officiers à être diplômés de l’École libre des Sciences politiques, aptes ainsi à poursuivre leur vie professionnelle à des postes importants dans l’après-guerre.

À lire aussi :

Abonnez-vous à nos newsletters !

“Retrouver le goût du partage démocratique”

“Retrouver le goût du partage démocratique”

Professeur à Sciences Po et ancien directeur du Centre d’études politiques de Sciences Po (Cevipof), Pascal Perrineau a été nommé le 17 janvier 2019 parmi les 5 garants du grand débat national. Comment envisage-t-il le débat ? Quels seront ses objectifs ? Réponse en vidéo.

Lire la suite
Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Par Dominique Boullier, Mariannig Le Béchec et Maxime Crépel. Les livres qui s’entassent dans votre bibliothèque sont-ils encore vivants ? Pourquoi les garder s’ils ne le sont plus ? Pourquoi l’attachement au livre imprimé ne se dément-il pas à l’heure du livre numérique ?

Lire la suite
“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

Depuis 10 ans, le Baromètre de la confiance politique du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) mesure les niveaux de confiance accordés par les Français à leurs acteurs politiques, sociaux et économiques. Il révèle aussi les degrés de confiance personnelle et interpersonnelle : famille, voisins... et mesure les perceptions de l’avenir par les Français. À l’occasion de la parution de la 10e vague, entretien avec Martial Foucault, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2019 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Par Michele Di Donato, Centre d'histoire de Sciences Po - En apparence spontanée et souvent même grossière, la communication de Matteo Salvini est coordonnée soigneusement et s'appuie sur un outil informatique très efficace. Il faut toutefois se garder de la tentation d’attribuer seulement à ces techniques la réussite de la communication de la Ligue. En effet depuis la crise de 2008, les partis qui proposent une distinction entre un « peuple » homogène et des « élites » corrompues, ont le vent en poupe un peu partout dans le monde.

Lire la suite
Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

L’École de droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 45 % au concours 2018 de l’École Nationale de la Magistrature (ENM). Parmi les 180 étudiants de la classe préparatoire ayant présenté le concours, 79 ont été admis. Huit d’entre eux figurent dans les dix premiers du classement, et vingt parmi les trente premiers.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
Le migrant est l’avenir du monde

Le migrant est l’avenir du monde

Par Bertrand Badie (CERI). Le débat sur la migration est stupéfiant et pourtant il dure, s’enlise et même s’encastre dans l’ordinaire de notre culture politique contemporaine. Il paralyse l’Europe qui en parle tout le temps, mais n’en délibère jamais. Il envahit les propagandes partisanes et s’impose comme une sorte de friandise électorale dont se délectent les populistes de tous poils, de droite et maintenant d’une certaine gauche. Il tétanise les gouvernements qui craignent que le respect de la vérité ou qu’un sursaut d’humanisme ne leur vaillent une chute dans les sondages.

Lire la suite
L’espionne qui venait de Sciences Po

L’espionne qui venait de Sciences Po

Jeannie de Clarens, née Rousseau, première de sa promotion en juillet 1940, entame au sortir de la rue Saint-Guillaume une carrière d’espionne-interprète exceptionnelle. À 23 ans, elle a offert aux Alliés un des renseignements les plus précieux de la Deuxième Guerre Mondiale. Une véritable héroïne de “l’armée des ombres”, à qui Sciences Po rend aujourd’hui hommage en baptisant un des ses amphithéâtres à son nom.

Lire la suite
Artillerie : découvrez notre futur campus !

Artillerie : découvrez notre futur campus !

Sciences Po a dévoilé en janvier 2018 le projet architectural qui va redessiner le site de l'Artillerie, acquis en 2016, et plus largement recomposer son campus parisien à l'horizon 2022. L’équipe qui a été choisie pour redessiner le site sera emmenée par Sogelym Dixence, avec les architectes Jean-Michel Wilmotte, Moreau-Kusunoki et Sasaki. Au delà du défi architectural - transformer en campus universitaire durable et innovant un ancien noviciat fondé au XVIIè siècle - c’est pour Sciences Po une véritable refondation, 150 ans après sa création.

Lire la suite