La cogestion

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Septième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, le statut de cogestion, élaboré par le comité paritaire des études, est voté par les étudiants. Il sert de matrice à la réforme des statuts de l’IEP de janvier 1969.

Avec l’obtention des libertés politiques et syndicales, le « contrôle démocratique étudiants-professeurs sur l’ensemble des attributions de la Direction » (Motion J votée le 16 mai) constitue l’une des principales revendications étudiantes dans un Institut d’études politiques où ces derniers n’avaient pas voix au chapitre. Contestation radicale des formes d’autorité autant que volonté de participer aux prises de décision, la cogestion dont se réclament les étudiants reste une pratique à définir et à négocier.

Autogestion ou cogestion ?

Formulé dès le 14 mai et consacré par le vote de la motion J le 16 mai, le mot d’ordre de cogestion est pris en charge par la commission « Autonomie et Cogestion » du Conseil étudiant qui réclame l’instauration d’« un Conseil Paritaire de Gestion, composé pour 50 % d’étudiants et pour 50 % des représentants des chercheurs, des professeurs ainsi que du personnel […qui] aura seul pouvoir de décision sur les programmes, l’organisation des conditions de travail et l’ensemble des problèmes universitaires de l’Institut ». Selon les tracts et les motions, le terme de « cogestion » est (très rarement) remplacé par celui d’« autogestion » ; les « professeurs » sont les principaux interlocuteurs mentionnés, parfois accompagnés du « personnel », voire de l’« Administration » ; enfin le « pouvoir de décision et de contrôle » peut être adouci en « pouvoir de proposition » ou renforcé par le recours à un « avis conforme » et à un « droit de veto » étudiant.

Le bouillonnement des projets et des propositions est mis à l’épreuve de la pratique dès le 21 mai, lorsque la direction concède aux étudiants la mise en place d’un « organisme » / « comité » / « commission » paritaire « des études », où siègent douze représentants étudiants désignés le 25 mai par le Conseil étudiant, et seize représentants enseignants désignés le 23 mai par leurs pairs. Réuni à partir du 28 mai, cet organisme dominé par les enseignants est critiqué par les étudiants qui réclament la « publicité des débats » (30 mai) et tentent d’obtenir un droit de veto (6 juin). Néanmoins cette instance extra-statutaire sert de laboratoire d’expérimentation à la cogestion et de plateforme de négociation des textes fondateurs des statuts de l’IEP et des libertés politiques et syndicales.

Mai 68 dans les archives de Sciences Po (diaporama)

Vers un nouveau statut de l’IEP

Le premier statut de cogestion élaboré par le Conseil étudiant dès le 21 mai prévoyait un gouvernement de l’IEP par une assemblée souveraine strictement paritaire, contrôlant les décisions du Conseil d’administration de la FNSP et désignant un directeur réduit à un rôle d’exécutant. Le texte revu et corrigé les 5 et 17 juin par les enseignants (« schéma Jacques Fournier ») est jugé « très insuffisant » par les étudiants en raison du renoncement au bipartisme et au veto étudiant, du maintien du rôle prééminent du directeur et de la tutelle de la FNSP. Il est néanmoins adopté par leur Conseil le 17 juin par 76 voix contre 43, par « souci d’efficacité et de réalisme ». Ce texte de compromis, encore remanié par le Conseil de Perfectionnement (30 juillet) puis par les pouvoirs publics, sert de matrice au nouveau statut de l’IEP promulgué en janvier 1969. À défaut de pouvoir étudiant, voire de cogestion, il entérine la participation étudiante au sein de nouvelles instances : le Conseil de Direction tripartite, la Commission paritaire et les Commissions pédagogiques bipartites.

Ces réflexions sur les structures institutionnelles de pouvoir et les formes de participation, si elles laissent un goût d’inachevé aux étudiants mobilisés, n’en ont pas moins transformé l’exercice du pouvoir au sein de l’IEP et de la FNSP : dans le sillage des étudiants, les enseignants et les chercheurs de la FNSP ont gagné une représentation au sein du Conseil de direction et des conseils de laboratoire ; les salariés obtiendront quant à eux un droit de participation au sein du Conseil d’administration de la FNSP en 1972 et la création d’un Comité d’action sociale, ancêtre du Comité d’entreprise, en 1975.

Dossier documentaire réalisé par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po. Texte de Marie Scot.

Tous les épisodes de “Ça s’est passé en 68” :

Abonnez-vous à notre newsletter

 

Coronavirus : la réponse économique

Coronavirus : la réponse économique

Comment sortir d'un confinement marqué par le choix stratégique fort du chômage partiel ? La dette française est-elle soutenable ? Quels sont les effets de la crise sur l’emploi ? Et que feront les Français de l’épargne conséquente accumulée ces derniers mois ? Éléments de réponse avec Philippe Martin, Professeur au sein du Département d’économie de Sciences Po. 

Lire la suite

" La pauvreté commence à l'enfance "

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

À la rentrée de l’année 2000, 42 étudiants rejoignaient le premier campus régional de Sciences Po, inauguré par Richard Descoings, et dont l’ouverture précéderait celle des sites de Reims, du Havre, de Poitiers, de Dijon et de Menton. Ce campus accueille aujourd’hui 300 étudiants (dont plus de la moitié sont internationaux) pour les deux premières années d’un bachelor avec une spécialisation géographique sur l’Europe et l’espace franco-allemand. En 20 ans, plus de 2000 étudiants sont passés par ce campus. 

Lire la suite

"Le romantisme de l'Amérique latine"

L’Amérique Latine, continent des écrivains, de la passion et des révolutions ? Oui, mais pas seulement ! Avec le cours “Relations Internationales en Amérique Latine”, Kevin Parthenay invite les étudiants du campus de Poitiers à poser un regard neuf sur ce continent qui, loin de jouer les seconds couteaux, est en fait au coeur des dynamiques mondiales. 

Lire la suite

" C'est toi qui t'occupes des enfants aujourd'hui ? "

En période de confinement, les uns sont-ils “plus égaux que les autres” ? La Chaire pour l’Entrepreneuriat des Femmes à Sciences Po, en coopération avec Ipsos, a mené l’enquête auprès de 1000 actifs constituant un échantillon national représentatif de la population active âgée de 18 ans et plus en France. Cette enquête nous livre une image contrastée : si les femmes ont été plus durement touchées par l’inactivité professionnelle que les hommes, elles sont aussi 30% dans les couples hétérosexuels à avoir constaté une meilleure répartition des tâches domestiques, et 24% à avoir ressenti une hausse de leur satisfaction générale (contre 19% des hommes). Quelles perspectives cela dessine-t-il pour l’avenir ? Quelques jours avant la publication d’un document de travail portant sur l’analyse des données de l’enquête, Anne Boring, directrice de la chaire, nous livre ses premières conclusions. 

Lire la suite
Drôle d'économie !

Drôle d'économie !

Les personnes dotées de grands pieds sont-elles meilleures en orthographe ? Quel rapport entre le PIB, le réchauffement climatique et une crosse de hockey ? Peut-on mesurer le Bonheur National Brut ? Questions bizarroïdes et réponses tout en couleurs : c’est la marque de fabrique d’Econofides, un projet qui a pour ambition de redonner le goût de l’économie aux élèves de lycée par le biais d’une pédagogie interactive, narrative et ludique. 

Lire la suite
Sciences Po soutient Fariba Adelkhah, condamnée à 6 ans de prison

Sciences Po soutient Fariba Adelkhah, condamnée à 6 ans de prison

Le samedi 16 mars 2020, Sciences Po a appris la condamnation de Fariba Adelkhah, chercheuse au CERI, par la 15e chambre du tribunal de Téhéran. Détenue depuis près un an dans la prison d'Evin, Fariba s'est opposée à une libération conditionnelle en échange de l'arrêt de ses recherches. Elle a été condamnée à six ans de prison, la peine la plus lourde qu'elle encourait. 

Lire la suite
Un été connecté : rejoignez la Summer School

Un été connecté : rejoignez la Summer School

Sciences Po s'adapte à la crise sanitaire mondiale et propose une Summer School 2020 entièrement en ligne. Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2020 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts : le programme universitaire, à destination des étudiants, et le programme pré-universitaire, à destination des lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Une rentrée 2020 inédite et novatrice

Une rentrée 2020 inédite et novatrice

Comment organiser la rentrée universitaire dans le contexte actuel ? Après un semestre à distance, Sciences Po continue de se mobiliser afin de garantir à tous ses étudiants une scolarité complète et exigeante, fidèle à sa vocation de former des esprits libres, engagés et critiques, structurés intellectuellement par la recherche, les expériences de terrain et les contacts avec les professionnels, et de leur donner les moyens d’agir plus que jamais dans un monde incertain.

Lire la suite