La cogestion

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Septième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, le statut de cogestion, élaboré par le comité paritaire des études, est voté par les étudiants. Il sert de matrice à la réforme des statuts de l’IEP de janvier 1969.

Avec l’obtention des libertés politiques et syndicales, le « contrôle démocratique étudiants-professeurs sur l’ensemble des attributions de la Direction » (Motion J votée le 16 mai) constitue l’une des principales revendications étudiantes dans un Institut d’études politiques où ces derniers n’avaient pas voix au chapitre. Contestation radicale des formes d’autorité autant que volonté de participer aux prises de décision, la cogestion dont se réclament les étudiants reste une pratique à définir et à négocier.

Autogestion ou cogestion ?

Formulé dès le 14 mai et consacré par le vote de la motion J le 16 mai, le mot d’ordre de cogestion est pris en charge par la commission « Autonomie et Cogestion » du Conseil étudiant qui réclame l’instauration d’« un Conseil Paritaire de Gestion, composé pour 50 % d’étudiants et pour 50 % des représentants des chercheurs, des professeurs ainsi que du personnel […qui] aura seul pouvoir de décision sur les programmes, l’organisation des conditions de travail et l’ensemble des problèmes universitaires de l’Institut ». Selon les tracts et les motions, le terme de « cogestion » est (très rarement) remplacé par celui d’« autogestion » ; les « professeurs » sont les principaux interlocuteurs mentionnés, parfois accompagnés du « personnel », voire de l’« Administration » ; enfin le « pouvoir de décision et de contrôle » peut être adouci en « pouvoir de proposition » ou renforcé par le recours à un « avis conforme » et à un « droit de veto » étudiant.

Le bouillonnement des projets et des propositions est mis à l’épreuve de la pratique dès le 21 mai, lorsque la direction concède aux étudiants la mise en place d’un « organisme » / « comité » / « commission » paritaire « des études », où siègent douze représentants étudiants désignés le 25 mai par le Conseil étudiant, et seize représentants enseignants désignés le 23 mai par leurs pairs. Réuni à partir du 28 mai, cet organisme dominé par les enseignants est critiqué par les étudiants qui réclament la « publicité des débats » (30 mai) et tentent d’obtenir un droit de veto (6 juin). Néanmoins cette instance extra-statutaire sert de laboratoire d’expérimentation à la cogestion et de plateforme de négociation des textes fondateurs des statuts de l’IEP et des libertés politiques et syndicales.

Mai 68 dans les archives de Sciences Po (diaporama)

Vers un nouveau statut de l’IEP

Le premier statut de cogestion élaboré par le Conseil étudiant dès le 21 mai prévoyait un gouvernement de l’IEP par une assemblée souveraine strictement paritaire, contrôlant les décisions du Conseil d’administration de la FNSP et désignant un directeur réduit à un rôle d’exécutant. Le texte revu et corrigé les 5 et 17 juin par les enseignants (« schéma Jacques Fournier ») est jugé « très insuffisant » par les étudiants en raison du renoncement au bipartisme et au veto étudiant, du maintien du rôle prééminent du directeur et de la tutelle de la FNSP. Il est néanmoins adopté par leur Conseil le 17 juin par 76 voix contre 43, par « souci d’efficacité et de réalisme ». Ce texte de compromis, encore remanié par le Conseil de Perfectionnement (30 juillet) puis par les pouvoirs publics, sert de matrice au nouveau statut de l’IEP promulgué en janvier 1969. À défaut de pouvoir étudiant, voire de cogestion, il entérine la participation étudiante au sein de nouvelles instances : le Conseil de Direction tripartite, la Commission paritaire et les Commissions pédagogiques bipartites.

Ces réflexions sur les structures institutionnelles de pouvoir et les formes de participation, si elles laissent un goût d’inachevé aux étudiants mobilisés, n’en ont pas moins transformé l’exercice du pouvoir au sein de l’IEP et de la FNSP : dans le sillage des étudiants, les enseignants et les chercheurs de la FNSP ont gagné une représentation au sein du Conseil de direction et des conseils de laboratoire ; les salariés obtiendront quant à eux un droit de participation au sein du Conseil d’administration de la FNSP en 1972 et la création d’un Comité d’action sociale, ancêtre du Comité d’entreprise, en 1975.

Dossier documentaire réalisé par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po. Texte de Marie Scot.

Tous les épisodes de “Ça s’est passé en 68” :

Abonnez-vous à notre newsletter

 

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Depuis sa création en 1872, Sciences Po a accueilli des milliers d’étudiants issus d’universités outre-Manche. Sir Austen Chamberlain, un diplômé de Cambridge promis à un brillant avenir dans la diplomatie européenne, fut parmi les tout premiers à y étudier. Célèbre pour son rôle dans les négociations des Accords de Locarno, pour lequel il reçut le prix Nobel de la paix, Austen Chamberlain occupa le poste de ministre des Affaires étrangères britannique pendant l’entre-deux-guerres de 1924 à 1929. Qu’a-t-il retenu de son passage à Sciences Po en tant qu’unique élève britannique de la promotion 1886, et comment ce séjour a-t-il forgé sa politique à une époque aussi charnière de l’histoire européenne ?

Lire la suite
“Retrouver le goût du partage démocratique”

“Retrouver le goût du partage démocratique”

Professeur à Sciences Po et ancien directeur du Centre d’études politiques de Sciences Po (Cevipof), Pascal Perrineau a été nommé le 17 janvier 2019 parmi les 5 garants du grand débat national. Comment envisage-t-il le débat ? Quels seront ses objectifs ? Réponse en vidéo.

Lire la suite
Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Par Dominique Boullier, Mariannig Le Béchec et Maxime Crépel. Les livres qui s’entassent dans votre bibliothèque sont-ils encore vivants ? Pourquoi les garder s’ils ne le sont plus ? Pourquoi l’attachement au livre imprimé ne se dément-il pas à l’heure du livre numérique ?

Lire la suite
“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

Depuis 10 ans, le Baromètre de la confiance politique du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) mesure les niveaux de confiance accordés par les Français à leurs acteurs politiques, sociaux et économiques. Il révèle aussi les degrés de confiance personnelle et interpersonnelle : famille, voisins... et mesure les perceptions de l’avenir par les Français. À l’occasion de la parution de la 10e vague, entretien avec Martial Foucault, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2019 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Par Michele Di Donato, Centre d'histoire de Sciences Po - En apparence spontanée et souvent même grossière, la communication de Matteo Salvini est coordonnée soigneusement et s'appuie sur un outil informatique très efficace. Il faut toutefois se garder de la tentation d’attribuer seulement à ces techniques la réussite de la communication de la Ligue. En effet depuis la crise de 2008, les partis qui proposent une distinction entre un « peuple » homogène et des « élites » corrompues, ont le vent en poupe un peu partout dans le monde.

Lire la suite
Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

L’École de droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 45 % au concours 2018 de l’École Nationale de la Magistrature (ENM). Parmi les 180 étudiants de la classe préparatoire ayant présenté le concours, 79 ont été admis. Huit d’entre eux figurent dans les dix premiers du classement, et vingt parmi les trente premiers.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
Le migrant est l’avenir du monde

Le migrant est l’avenir du monde

Par Bertrand Badie (CERI). Le débat sur la migration est stupéfiant et pourtant il dure, s’enlise et même s’encastre dans l’ordinaire de notre culture politique contemporaine. Il paralyse l’Europe qui en parle tout le temps, mais n’en délibère jamais. Il envahit les propagandes partisanes et s’impose comme une sorte de friandise électorale dont se délectent les populistes de tous poils, de droite et maintenant d’une certaine gauche. Il tétanise les gouvernements qui craignent que le respect de la vérité ou qu’un sursaut d’humanisme ne leur vaillent une chute dans les sondages.

Lire la suite
L’espionne qui venait de Sciences Po

L’espionne qui venait de Sciences Po

Jeannie de Clarens, née Rousseau, première de sa promotion en juillet 1940, entame au sortir de la rue Saint-Guillaume une carrière d’espionne-interprète exceptionnelle. À 23 ans, elle a offert aux Alliés un des renseignements les plus précieux de la Deuxième Guerre Mondiale. Une véritable héroïne de “l’armée des ombres”, à qui Sciences Po rend aujourd’hui hommage en baptisant un des ses amphithéâtres à son nom.

Lire la suite