L’attaque d’Occident

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Quatrième opus avec le seul moment violent des événements de mai 68 à Sciences Po : le 20 mai, un commando attaque l’école.

Vingt à trente étudiants casqués et armés de matraques

Le lundi 20 mai 1968, alors que l’occupation bat son plein et que le pouvoir étudiant s’institutionnalise, un groupe pénètre par effraction dans les locaux de la rue Saint-Guillaume. Seul épisode violent des deux mois révolutionnaires à Sciences Po, cette « attaque » perpétrée par un « commando armé » est bien documentée : unanimement condamnée par le Conseil étudiant comme par la direction, ces « violences » ont été relatées par la presse et par de nombreux témoins.

Le 20 mai, sur le coup de 14h30, vingt à trente étudiants, casqués et armés de matraques, de grenades, de boulons et de boucliers, font irruption dans Sciences Po occupée par la rue des Saints-Pères et la rue Saint-Guillaume, tentent de bloquer l’entrée du 27, d’en faire évacuer le hall, la bibliothèque et l’amphi Boutmy, détruisent affiches, stands, tables, chaises et vitres, et blessent au passage trois personnes – deux étudiants et un appariteur qui essayaient d’intervenir. Les étudiants occupants expulsent, avec l’aide des appariteurs et des membres de la direction et du corps enseignant présents sur les lieux, ces « casseurs » et en retiennent certains prisonniers, avant de les remettre à la police.

Occident, ancêtre du Groupe Union Défense (GUD)

Très vite les responsabilités sont établies : le commando fait partie du mouvement Occident, groupuscule d’extrême droite fondé en 1964 par des étudiants et lycéens déçus par la Fédération des étudiants nationalistes (FEN) qu’ils trouvent trop modérée dans ses actions. Ce mouvement, synthèse de l’Action française des années 1930, de l’anticommunisme de guerre froide et de l’Algérie française, a marqué la fin des années 1960 par ses actions violentes et les affrontements réguliers qui l’oppose aux militants anarchistes, communistes, socialistes et d’extrême gauche. Fin octobre 1968, le mouvement qui compte plusieurs centaines de membres est dissout par le ministère de l’Intérieur, à la suite de la multiplication des échauffourées avec les militants de gauche. De ses cendres renaissent des mouvements d’étudiants nationalistes: le GUD, Ordre Nouveau ou l’Action nationaliste qui se présente aux élections étudiantes de l’IEP en 1969.

L'attaque d'Occident dans les archives de Sciences Po (diaporama)

L’extrême droite à Sciences Po

En effet, les statuts de l’Institut promulgués en janvier 1969 transforment la gouvernance de Sciences Po. Le nouveau Conseil de direction, composé de représentants étudiants, enseignants et de personnalités extérieures, et la nouvelle Commission paritaire étudiants/enseignants, sont désignés à l’issue d’élections où s’affrontent différentes listes étudiantes au scrutin proportionnel. Sur les sept listes en présence, l’Action nationaliste dont les mots d’ordre sont l’anti-gaullisme, l’anti-libéralisme, l’anti-communisme et le nationalisme, la lutte contre la « pagaille » et « l’anarchie », la « démagogie » et la « modération », la « décadence » et le « cosmopolitisme internationaliste », obtient 177 voix en février 1969 (et aucun siège), après une campagne émaillée d’incidents entre étudiants nationalistes et étudiants antifascistes, qui met à l’épreuve le tout nouveau règlement des libertés politiques et syndicales.

Dossier documentaire réalisé par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po. Texte de Marjorie Ruffin et Marie Scot.

Tous les épisodes de “Ça s’est passé en 68” :

Abonnez-vous à notre newsletter

La puissance des faibles : repenser les relations internationales

La puissance des faibles : repenser les relations internationales

Pour Bertrand Badie, la vision classique des relations internationales se fonde sur un schéma éculé, qui oublie l'histoire et la diversité des cultures. Les politiques étrangères qui s'en inspirent agissent dans un monde "qui n'existe pas", et commettent des erreurs aux conséquences dramatiques sur le fragile équilibre mondial. Le Professeur émérite à Sciences Po, l'auteur de L'hégémonie contestée, et tout récemment de Rethinking International Relations, montre que d’autres logiques peuvent se montrer plus déterminantes que la puissance.

Lire la suite

"Un cours comme un point d'interrogation"

Quoi de plus iconique qu’un cours sur “l’abécédaire du politique” à Sciences Po ? Un grand classique, certes, mais qui n’exclut pas l’originalité. En convoquant théorie politique, philosophie, littérature, et anthropologie, Astrid Von Busekist questionne le champ du politique et mène les étudiants vers une réflexion “un peu ordonnée” avec un seul credo : penser, c’est argumenter. 

Lire la suite
L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

Par Luis Martinez (CERI) - Aux yeux de l’armée, le mouvement dit Hirak, qui balaie l’Algérie depuis maintenant près d’un an, exprime avant tout la colère du peuple à l’encontre du système Bouteflika – un système caractérisé par la présence au gouvernement de nombreux civils, souvent accusés de corruption. La réponse politique des militaires, qui tiennent les rênes du pays depuis la démission de Bouteflika en avril 2019, a donc été de mettre en place un gouvernement de technocrates présentés comme compétents et intègres. L’armée ne souhaite pas démocratiser le régime, mais seulement améliorer la gouvernance afin de pouvoir répondre aux besoins socio-économiques de la population.

Lire la suite
5 conseils avant les écrits

5 conseils avant les écrits

Samedi 22 et dimanche 23 février prochains, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins. 

Lire la suite
Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Diplômé de Sciences Po en 2002, Fabrice Amedeo a déjà plusieurs vies. Journaliste, auteur, et désormais navigateur au long cours, ce quarantenaire s'apprête à prendre le départ du Vendée Globe 2020 à la barre d'un monocoque doté de capteurs ultra-sophistiqués qui lui permettent d'allier passion pour la voile et protection de l'environnement. Portrait en vidéo.

Lire la suite
Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Face à l’urgence climatique et aux bouleversements environnementaux planétaires, Sciences Po se donne une feuille de route sur trois ans dans le cadre de l’initiative globale « Climate Action : Make it work » lancée en 2015. Elle engage l’institution à la fois en tant que lieu de formation et de savoir, et en tant que lieu d’études et de travail, à Paris et sur ses six campus en région.  

Lire la suite
Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Le dernier bilan des admissions confirme l’attractivité de Sciences Po avec plus de 20 000 candidatures en 2019. 4218 nouveaux étudiants issus de 137 pays ont rejoint nos cursus de premier cycle, de master et de doctorat. Les effectifs totaux de Sciences Po restent stables, et la sélectivité est en hausse avec un taux d’admis de l’ordre de 20%. 

Lire la suite
Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), ont été arrêtés en Iran au début du mois de juin 2019. Depuis lors, ils sont toujours incarcérés. Le 31 janvier 2020, le CERI organisait un colloque, « Captifs sans motif », visant à contribuer à la mobilisation en faveur de leur libération et à sensibiliser aux divers enjeux (diplomatiques, politiques, intellectuels et humains) que soulève leur détention. De nombreux chercheurs, mais aussi des personnalités familières de la question des arrestations arbitraires, étaient présents. Retour en vidéo sur leurs échanges.

Lire la suite
Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Disparu le 3 février 2020, David Kessler, intellectuel, haut fonctionnaire, conseiller politique et acteur majeur du secteur culturel en France, a enseigné à Sciences Po durant une trentaine d’années. Avec lui, Sciences Po perd un enseignant de talent et un compagnon de route très fidèle, attentif et bienveillant, qui a soutenu l’institution dans toutes les grandes transformations qui ont marqué les dernières décennies. 

Lire la suite
Amérindiens, leur combat pour la planète

Amérindiens, leur combat pour la planète

Les peuples amérindiens qui vivent en dehors de la mondialisation industrielle représentent près de 400 millions de personnes dans le monde. Ils constituent une part significative de la population de certains pays et régions et leur survie n'est pas seulement un enjeu à l'échelle de leurs peuples. "Nous avons besoin de ces populations pour préserver les 4/5e de la diversité biologique qui se trouvent concentrés sur leurs terres", souligne ainsi Sébastien Treyer, directeur général de l'Iddri. Ce 29 janvier, Davi Kopenawa, chaman et porte-parole des Indiens Yanomami du Brésil et Almir Narayamoga Surui, leader des Paiter Surui du Brésil, sont venus débattre à Sciences Po de leur combat.

Lire la suite