"J'ai découvert un continent et un travail que j'aime"

Diplômée du master Governing the large metropolis à l’École urbaine de Sciences Po, Anna Těhlová vit à Nairobi au Kenya. Elle s’est installée là-bas afin de travailler sur l’amélioration et l’aménagement des zones urbaines des quartiers populaires. Récit.

Anna Těhlová, vous êtes diplômée du master Governing the large metropolis à l’École urbaine de Sciences Po. Qu’est-ce qui vous a poussée à choisir ces études ?

J’ai grandi en République Tchèque. J’ai connu Sciences Po grâce à un programme d’échange avec la France lors de mes années au lycée, et c’est à cette occasion que j’ai découvert à quel point c’était une école prestigieuse. À cette époque, j’étais déjà intéressée par les droits de l’homme mais je n’étais pas certaine de vouloir m’impliquer. Lorsque j’ai été acceptée à Sciences Po, j’ai choisi le programme Europe-Afrique, surtout par curiosité, parce que je ne connaissais quasiment rien de l’Afrique. J’ai eu des cours sur les enjeux de développement urbain en Afrique et j’ai réalisé que l’urbanisation dans les pays en développement était un problème majeur, souvent étroitement lié aux droits de l’homme. J’ai ensuite passé ma troisième année en Afrique du Sud, à l’Université de Stellenbosch à côté de la ville du Cap. Au cours de cette période, j’ai fait deux mois de bénévolat dans un projet de protection de l’environnement au Cameroun. C’est cette expérience qui m’a poussée à m’intéresser encore davantage au continent africain et à choisir le master Governing the large metropolis de l’École urbaine. J’ai choisi une spécialité sur les villes africaines et latino-américaines.

Pour quelles raisons êtes-vous ensuite revenue en Afrique ?

Après Sciences Po, je voulais revenir pour suivre la voie que j’avais déjà  empruntée : le développement des zones urbaines en Afrique. J’ai donc effectué mon stage de fin d’année à Nairobi à l’organisation communautaire de la Dandora Transformation League (DTL). La DTL vise à améliorer les espaces publics dans les quartiers modestes. Le quartier de Dandora était réputé pour être une zone sensible et dangereuse où presque tous les espaces publics étaient remplis de déchets. Cependant, la DTL a mis au point une approche novatrice par un jeu appelée le concours Changing Faces (CFC) pour inciter les jeunes du quartier à assumer la responsabilité de la maintenance de ces espaces publics. Pendant ce concours, les jeunes équipes rivalisent afin de voir qui propose la meilleure transformation d’un espace public ouvert qu’ils identifient eux mêmes en amont. En trois ans, le concours a mobilisé plus de 3 000 jeunes qui ont transformé plus de 120 espaces en aires de jeu, jardins communautaires et parcs. Ils ont également identifié des activités génératrices de revenus pour couvrir les coûts d’entretiens de ces espaces à long terme. Petit à petit, cette approche a complètement changé l’image du quartier, le transformant en espace propre, vert et sûr.

C’était très instructif de réaliser que des communautés pouvaient collaborer pour améliorer leurs espaces dans des zones où les autorités publiques n’ont pas la capacité de le faire. J’ai adoré cette idée. C’est pourquoi j’ai décidé de rester à Nairobi : pour aider à créer un environnement propice au développement de ce type d’initiatives citoyennes.

Parlez-nous de ce que vous faites en ce moment.

Ces dernières années, il y a eu beaucoup de discussions sur la nécessité de créer un réseau qui fédérerait les différentes organisations travaillant sur l'amélioration des espaces publics à Nairobi. Le président de la DTL s’est emparé de cette question pour avancer sur sa concrétisation et j’ai commencé à travailler sur la formalisation de ce réseau pendant mon stage. J’ai été complètement séduite par cette initiative, j’ai choisi de rester à Nairobi pour créer ce réseau, que l’on a baptisé le  Public Space Network (PSN). Aujourd’hui, je suis la co-fondatrice et la responsable du réseau.

Avec le PSN, nous promouvons les partenariats privé-public pour une gestion durable des espaces publics. Notre objectif est de favoriser les collaborations pour un impact maximal. Le projet phare du PSN est le concours Changing Faces à Nairobi. Nous avons des membres qui travaillent avec des communautés dans toute la ville, ce qui nous permet d'étendre notre initiative au-delà du quartier de Dandora.

Ce concours propose à différentes équipes nairobiennes de concourir pour la meilleure proposition de transformation d’un espace public ouvert. C’est une approche qui part du terrain. Nous évaluons quel projet peut apporter une transformation générale la plus propre et la plus verte possibles. Il y a plusieurs catégories : la plus artistique, la plus novatrice, etc.. Nous cherchons également à encourager la participation des femmes à participer avec une catégorie dédiée exclusivement à celles-ci.

À quels défis avez-vous été confrontée et dans quelle mesure vos études à Sciences Po vous ont-elles préparée pour ce travail?

À Nairobi, il n’y a pas une politique globale de gestion de l’espace public : il y a beaucoup de planification non-durable et d’occupation des terres. Notre but avec PSN est de rassembler les diverses parties prenantes afin de plaider en faveur d’une politique globale qui assurerait une gestion durable des espaces publics, et de créer un environnement propice pour que les communautés deviennent des acteurs du changement en les connectant aux parties prenantes au sein du secteur public, privé et des professionnels de l’urbanisme. Actuellement, nous sommes en train de rédiger un projet de loi sur l'espace public avec un groupe d'intervenant travaillant sur les espaces publics à Nairobi (y compris l’UN-Habitat, le gouvernement du comté de Nairobi, ainsi que des initiatives de la société civile). Le bagage politique et juridique de Sciences Po est vraiment utile pour ce type de travail.

Je suis vraiment reconnaissante d’avoir étudié à Sciences Po ; l’approche multidisciplinaire m’a permis de découvrir ce qui me passionnait. Avant mes études, je n’avais jamais prêté attention au développement urbain ou à l’urbanisme car je pensais que ces secteurs étaient relativement techniques, et je n’avais pas les connaissances en architecture ou en ingénierie. Cependant, j’ai découvert à Sciences Po toutes les différentes carrières que pouvait apporter l’urbanisme sans avoir de connaissances techniques particulières. J’ai également découvert le continent africain grâce à mon programme, et j’y ai appris la planification urbaine à partir d’une approche holistique et multidisciplinaire. Je suis aussi vraiment heureuse d’avoir pu passer ma troisième année et mon stage de fin d’année sur le continent africain. Ces expériences m’ont permis de découvrir un continent et un travail que j’aime.

Pour plus d’informations :

Abonnez-vous à notre newsletter

 

Vers un nouveau modèle économique

Vers un nouveau modèle économique

Le 3 décembre dernier, Sciences Po recevait la conférence "New Prosperities". Dirigeants d’entreprises, investisseurs, universitaires français et internationaux ont échangé sur les responsabilités des entreprises pour transformer le modèle de croissance. Retour en vidéo sur les principales idées échangées au cours de cette journée.

Lire la suite
Pour un réveil écologique : quand les étudiants s'engagent

Pour un réveil écologique : quand les étudiants s'engagent

Lancé en septembre 2018, le Manifeste Étudiant pour un Réveil Écologique a été signé par près de 30 000 étudiants provenant de plus de 400 établissements d’enseignement supérieur en France. Le collectif "Pour un réveil écologique" s'est constitué pour prolonger cette dynamique et inscrire ce besoin d'agir dans les faits. Membres de l'équipe permanente, Théo Miloche et Claire Egnell, tous deux étudiants en master à Sciences Po, expliquent pourquoi ils se sont engagés, et ce qu'ils ont accompli. 

Lire la suite
Serge Hurtig, 1927 - 2019

Serge Hurtig, 1927 - 2019

Secrétaire général de la FNSP durant trois décennies, Serge Hurtig a contribué à internationaliser Sciences Po et la science politique française. Portrait d'une personnalité majeure de l’histoire de notre établissement.

Lire la suite
Comment concilier Noël et souci écologique ?

Comment concilier Noël et souci écologique ?

À Noël, le risque de surconsommation est grand... mais n'est pas une fatalité. Acheter en vrac des produits locaux et bio, faire son cadeau soi-même ou encore recycler ses textiles en guise d'emballage : à l'approche des fêtes de fin d'année, Sciences Po Environnement livre ses conseils pour un Noël durable et zéro déchet, et les met en pratique à l'occasion d'ateliers organisés dans plusieurs campus..

Lire la suite
Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Dès la rentrée universitaire 2020, une nouvelle double licence interdisciplinaire, le Bachelor of Arts and Sciences (BASc), sera proposée aux étudiants de première année, en partenariat avec des établissements universitaires français. Ce double cursus en quatre ans associe sciences et sciences humaines et sociales pour apprendre à penser et agir face aux défis de notre siècle. Les deux premiers parcours ciblent en particulier celui de la transition écologique. 

Lire la suite
Chronique d'une démocratie fragmentée

Chronique d'une démocratie fragmentée

Pour conclure une année marquée par les soubresauts politiques, Pascal Perrineau revient dans son nouvel ouvrage, Le grand écart. Chronique d'une démocratie fragmentée, sur les trois registres démocratiques ayant façonné tour à tour l'année 2019 : la démocratie directe des gilets jaunes, celle participative du grand débat national et celle représentative issue des urnes lors des élections européennes. Une démocratie en trois scènes, qui semble plus fragmentée et conflictuelle qu'auparavant.

Lire la suite
Sciences Po lance la chaire

Sciences Po lance la chaire "Dette souveraine"

Penser le financement souverain et la soutenabilité de la dette : voilà l'ambition de la nouvelle chaire, portée par l'École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA). En associant praticiens de la dette et universitaires de renom, cette chaire vise à devenir un lieu de référence international sur cette question.

Lire la suite
Quelle sera la&nbspcouleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 qui se déroulera à Madrid du 2 au 13 décembre 2019 sous la présidence du Chili ? Elle était annoncée bleue comme l’océan (Blue COP) par la présidence chilienne. À Madrid, au-delà des écosystèmes marins, l’ensemble de la biodiversité tant terrestre que marine devrait occuper une place de choix. Bien plus qu’une simple coloration, cette COP devrait constituer une étape majeure dans l’identification de capacités d’action conjointe pour le climat et pour la biodiversité.

Lire la suite