Européennes 2019 : renaissance ou repli de l’Union ?

Directrice du Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po, Florence Haegel travaille sur l’étude des partis politiques et sur les processus de politisation. Dans le cadre du cycle de conférences “Waiting for European Elections”, elle analyse les enjeux des futures élections européennes.

Selon vous, ces élections vont-elles conduire à regain d’intérêt des citoyens pour l’Union européenne ou bien à un rejet ? Que disent vos recherches ?

Les recherches ont longtemps insisté sur l’indifférence plus que sur le rejet de l’Union européenne par les citoyens des États membres. L’Europe apparaissait lointaine et compliquée. On en parlait peu dans le cours quotidien des vies politiques nationales. Et le fait que l’Europe soit mise aux agendas nationaux, tous les cinq ans, à l’occasion des élections européennes, n’y faisait rien. Progressivement, et principalement à partir du traité de Maastricht, en 1992, puis du vote sur le Traité constitutionnel européen, en 2005, les chercheurs ont souligné que la montée d’un courant critique, voire hostile, à la construction européenne pouvait être un moyen de renforcer l’intérêt des citoyens en sortant le débat de son registre technocratique et de son univers élitiste. En réalité, depuis 1979, date de la première élection européenne, le taux de participation au vote a globalement décliné même si les évolutions de ce taux sont en réalité très variables selon les pays, les pays d’Europe de l’Est (Slovaquie, République Tchèque, Pologne) étant les moins participatifs. En tous les cas, les dissensions profondes sur le projet européen n’ont jusqu’à présent pas conduit les citoyens européens à davantage se mobiliser lors des élections.

Après le Brexit, est-ce que l’on peut envisager que d'autres pays demandent une sortie de l’Union européenne ?

Les dernières enquêtes Eurobaromètre réalisées à l’automne 2018 indiquent que dans le contexte tendu des négociations sur le Brexit, les citoyens européens interrogés sont plus enclins qu’auparavant à considérer de manière positive l’Union européenne, comme si l’incertitude ambiante et la fermeté affichée par l’Europe dans cet épisode leur donnaient des raisons d’être satisfaits. En tous les cas, c’est cette interprétation que le président du Parlement européen a voulu retenir. En moyenne, plus de la moitié des citoyens des États membres déclarent qu’ils voteraient pour le maintien dans l’Union européenne si d’aventure ils étaient consultés. Néanmoins, les Italiens et les Tchèques apparaissent tentés par une sortie et les Roumains, les Grecs, les Croates, les Slovènes sont plus nombreux à comprendre le choix du Royaume-Uni qu’à le condamner.

Le populisme a tendance à progresser dans de nombreux pays, y compris en dehors de l’Union européenne. Y  a-t-il des spécificités propres aux populismes européens ?

Le populisme a été analysé comme une « thin ideology », c’est à dire un mouvement hétérogène dont l’unité ne se construit qu’autour d’une défense du « peuple » contre les élites. Il peut donc prendre des formes variables et on en voit des manifestations partout dans le monde. Différentes variantes ont poussé sur le terreau européen. D’ailleurs, au Parlement européen, ceux que l’on pourrait désigner comme les “populistes de droite” étaient jusqu’à présent éclatés entre plusieurs groupes. Un des enjeux de ces élections européennes est de savoir si l’unité des droites radicales va se faire. La Ligue italienne y travaille d’arrache-pied, en tentant en particulier de se rapprocher du parti Droit et Justice polonais (il faut se rappeler qu’au Parlement la délégation polonaise est la quatrième en termes d’effectifs), mais des divergences existent sur la question migratoire, les rapports avec la Russie de Poutine, etc.

Malgré les réformes qui ont donné plus de pouvoir au Parlement, un des reproches que l’on fait à l’Union européenne est sa faible dimension démocratique. Cela correspond-il à la réalité ?

La place du Parlement européen a été, en effet, renforcée dans plusieurs domaines : législatif, budgétaire, ainsi que dans le choix des commissaires et du président de la Commission européenne. Mais l’asymétrie entre le Parlement et le Conseil demeure : l’activité parlementaire européenne est peu visible et lisible. Les prises de position sont difficiles à décrypter car le Parlement ne s’organise pas toujours de manière simple : les majorités varient selon les sujets et celui qui veut s’y intéresser peut vite se perdre dans les arcanes de circuits de décision complexes. En France, Thomas Piketty et Stéphanie Hennette-Vauchez ont fait des propositions pour renforcer le rôle du Parlement et lui donner un vrai rôle en matière budgétaire. Ils suggèrent également que 80% des parlementaires européens soient des parlementaires nationaux afin de rapprocher l’institution de Strasbourg des citoyens. À l’opposé, la dirigeante de l’AFD, la droite radicale allemande, milite pour que l’on supprime le Parlement. Dans une période de remise en cause du régime représentatif au nom de la démocratie participative, le Parlement européen est évidemment une cible.

Les questions migratoires semblent avoir contribué à renforcer la défiance des citoyens. Est-ce un des enjeux de ces élections ?

Les politiques migratoires sont attaquées sur les deux fronts. Elles ont d’ailleurs été au cœur du vote pour le Brexit et les droites radicales vont en faire leur cheval de bataille lors de la campagne. Même si, lorsque l’on entre dans les détails, on constate que tous les leaders européens de cette mouvance ne sont pas d’accord sur les solutions à mettre en œuvre. À gauche, la politique européenne est aussi sévèrement critiquée dans la mesure où elle restreint l’application de la convention de Stockholm sur le droit d’asile. En parallèle de ces mouvements de migrations venant de pays extra-européens, il est aussi intéressant de constater l’ampleur de la mobilité intra- européenne. C’est le cas en particulier en Roumanie, en Pologne, dans les pays baltes mais également en Italie : ces pays perdent une partie conséquente de leur jeunesse. L’enjeu de la mobilité, des réfugiés, des travailleurs détachés, des étudiants, est aujourd’hui au cœur de l’Europe.

Vous organisez prochainement plusieurs conférences au sujet des élections européennes. Pouvez-vous nous en dire plus à ce propos ?

Oui, le Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po (CEE)  organise avec l’École des affaires internationales (PSIA), l'École d’affaires publiques et l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), une série de conférences « Waiting for European Elections » sur les grands enjeux de l’élection européenne 2019. La première aura lieu le 20 février et se focalisera sur le Brexit. Xavier Ragot, de l’OFCE, animera la discussion avec John Burton, l’ancien Premier ministre irlandais, Fiona Hyslop, membre du gouvernement écossais et du Scottish National Party, Kalypso Nicolaidis, professeure à Oxford, et Colin Hay, professeur à Sciences Po (CEE). Trois autres conférences suivront tous les mois jusqu’aux élections en abordant le sujet des questions institutionnelles, des migrations et, pour finir, des  populismes.

Florence Haegel est professeure à Sciences Po. Ses recherches actuelles portent sur l’étude des partis politiques et des processus de politisation. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Sociétés contemporaines.

Abonnez-vous à nos newsletters :

"Un cours comme un point d'interrogation"

Quoi de plus iconique qu’un cours sur “l’abécédaire du politique” à Sciences Po ? Un grand classique, certes, mais qui n’exclut pas l’originalité. En convoquant théorie politique, philosophie, littérature, et anthropologie, Astrid Von Busekist questionne le champ du politique et mène les étudiants vers une réflexion “un peu ordonnée” avec un seul credo : penser, c’est argumenter. 

Lire la suite
L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

Par Luis Martinez (CERI) - Aux yeux de l’armée, le mouvement dit Hirak, qui balaie l’Algérie depuis maintenant près d’un an, exprime avant tout la colère du peuple à l’encontre du système Bouteflika – un système caractérisé par la présence au gouvernement de nombreux civils, souvent accusés de corruption. La réponse politique des militaires, qui tiennent les rênes du pays depuis la démission de Bouteflika en avril 2019, a donc été de mettre en place un gouvernement de technocrates présentés comme compétents et intègres. L’armée ne souhaite pas démocratiser le régime, mais seulement améliorer la gouvernance afin de pouvoir répondre aux besoins socio-économiques de la population.

Lire la suite
5 conseils avant les écrits

5 conseils avant les écrits

Samedi 22 et dimanche 23 février prochains, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins. 

Lire la suite
Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Diplômé de Sciences Po en 2002, Fabrice Amedeo a déjà plusieurs vies. Journaliste, auteur, et désormais navigateur au long cours, ce quarantenaire s'apprête à prendre le départ du Vendée Globe 2020 à la barre d'un monocoque doté de capteurs ultra-sophistiqués qui lui permettent d'allier passion pour la voile et protection de l'environnement. Portrait en vidéo.

Lire la suite
Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Face à l’urgence climatique et aux bouleversements environnementaux planétaires, Sciences Po se donne une feuille de route sur trois ans dans le cadre de l’initiative globale « Climate Action : Make it work » lancée en 2015. Elle engage l’institution à la fois en tant que lieu de formation et de savoir, et en tant que lieu d’études et de travail, à Paris et sur ses six campus en région.  

Lire la suite
Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Le dernier bilan des admissions confirme l’attractivité de Sciences Po avec plus de 20 000 candidatures en 2019. 4218 nouveaux étudiants issus de 137 pays ont rejoint nos cursus de premier cycle, de master et de doctorat. Les effectifs totaux de Sciences Po restent stables, et la sélectivité est en hausse avec un taux d’admis de l’ordre de 20%. 

Lire la suite
Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), ont été arrêtés en Iran au début du mois de juin 2019. Depuis lors, ils sont toujours incarcérés. Le 31 janvier 2020, le CERI organisait un colloque, « Captifs sans motif », visant à contribuer à la mobilisation en faveur de leur libération et à sensibiliser aux divers enjeux (diplomatiques, politiques, intellectuels et humains) que soulève leur détention. De nombreux chercheurs, mais aussi des personnalités familières de la question des arrestations arbitraires, étaient présents. Retour en vidéo sur leurs échanges.

Lire la suite
Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Disparu le 3 février 2020, David Kessler, intellectuel, haut fonctionnaire, conseiller politique et acteur majeur du secteur culturel en France, a enseigné à Sciences Po durant une trentaine d’années. Avec lui, Sciences Po perd un enseignant de talent et un compagnon de route très fidèle, attentif et bienveillant, qui a soutenu l’institution dans toutes les grandes transformations qui ont marqué les dernières décennies. 

Lire la suite
Amérindiens, leur combat pour la planète

Amérindiens, leur combat pour la planète

Les peuples amérindiens qui vivent en dehors de la mondialisation industrielle représentent près de 400 millions de personnes dans le monde. Ils constituent une part significative de la population de certains pays et régions et leur survie n'est pas seulement un enjeu à l'échelle de leurs peuples. "Nous avons besoin de ces populations pour préserver les 4/5e de la diversité biologique qui se trouvent concentrés sur leurs terres", souligne ainsi Sébastien Treyer, directeur général de l'Iddri. Ce 29 janvier, Davi Kopenawa, chaman et porte-parole des Indiens Yanomami du Brésil et Almir Narayamoga Surui, leader des Paiter Surui du Brésil, sont venus débattre à Sciences Po de leur combat.

Lire la suite
Après le Brexit, une Europe des 27 plus unie ?

Après le Brexit, une Europe des 27 plus unie ?

Par Christian Lequesne et Thierry Chopin. Le Brexit n’est pas une bonne nouvelle pour l’Union européenne : il représente une amputation, en termes de poids commercial, politique et stratégique. Il rend aussi plus difficile le discours normatif sur le modèle européen de régionalisme dans le monde. Au Brésil, en Inde ou en Afrique du Sud, le modèle apparaît comme une entreprise qui se délite. Par ailleurs, le Brexit acte la possibilité d’une véritable réversibilité politique, si bien que certains ont même parlé d’une désintégration de l’Union européenne. Malgré cela, du point de vue des gouvernements nationaux, il est remarquable que les 27 autres États membres aient présenté dans les négociations un « front uni » face aux divisions britanniques.

Lire la suite