Décès de Pierre Milza, un des plus grands professeurs de Sciences Po

Pierre Milza, historien, éminent spécialiste de l’histoire politique et culturelle contemporaine, de l’Italie et des relations internationales, qui a joué un rôle majeur dans l’histoire de sa discipline à Sciences Po et, plus largement, dans l’histoire de l'institution où il enseigna de 1968 à 2000 est décédé le 28 février 2018. Avec lui c'est un des plus grands professeurs de Sciences Po qui disparaît. 

Ancien instituteur, agrégé et docteur en histoire, Pierre Milza fut un professeur et un pédagogue, soucieux d’une diffusion de qualité et d’un dialogue constant avec le plus grand nombre – comme en témoignent ses cours et ses manuels, co-écrits avec son collègue et ami Serge Berstein, devenus de véritables classiques pour des générations d’étudiants. Directeur de collections (chez Fernand Nathan, Hatier, Autrement, etc.), il fut un auteur prolixe, autant qu’un éditeur inspiré.

Un inlassable "entrepreneur académique" dont les ouvrages ont marqué des générations d'étudiants

À Sciences Po, où il fut nommé professeur des universités en 1978, après avoir été recruté comme assistant en 1968, Pierre Milza fut, avec Serge Berstein, un inlassable « entrepreneur académique » et un fervent défenseur de la discipline historique, fondateur et premier directeur du Centre d’histoire de l’Europe du Vingtième Siècle de Sciences Po en 1984, au sein duquel il a intégré le service des Archives d’histoire contemporaine ; qu’il dirigea quinze ans, jusqu’en 2000.

De sa thèse d’État sur Français et Italiens à la fin du 19e siècle. Aux origines du rapprochement franco-italien de 1900-1902 (École française de Rome, 1981) à ses ouvrages consacrés à des grandes personnalités transalpines du XIXème et du XXème siècle, Pierre Milza s’est imposé comme l’un des principaux spécialistes de l’histoire de l’Italie contemporaine, en particulier du fascisme, un champ qu’il a développé en créant un groupe de recherche sur l’histoire contemporaine de l’Italie et en présidant le Comité franco-italien d’études historiques. Il s’est intéressé également à l’histoire de la France,  a animé un séminaire fameux au Centre d’histoire de l’Europe du Vingtième Siècle de Sciences Po, dirigé la Revue d’histoire moderne et contemporaine et suivi de très nombreuses thèses, formant ainsi une génération d’historiens et d’historiennes, dont des italianistes de premier plan.

Un spécialiste des fascismes et des extrêmes-droites européennes

Dans la continuité de ses maîtres, Pierre Renouvin et Jean-Baptiste Duroselle, Pierre Milza fut également un éminent représentant de l’École française d’histoire des relations internationales qu’il a contribué à renouveler en s’intéressant de manière pionnière aux jeux d’échelle (des migrants anonymes aux hommes d’État fameux ; du village aux banlieues ouvrières), aux « forces profondes » – opinion publique, mentalités, représentations, cultures –, à l’analyse « à chaud » de l’évolution du monde (Le nouveau désordre mondial, Flammarion, 1983), à l’histoire globale des migrations (dir. Les Italiens en France de 1914 à 1940, Rome, EFR, 1986), autant qu’aux « grands décideurs » auxquels il a consacré de grandes biographies (Mussolini, Fayard 1999 ; Verdi, Perrin, 2001 ; Napoléon III, Fayard, 2004 ; Voltaire, Perrin, 2007, Garibaldi, Fayard, 2012 ; Pie XII, Paris, Fayard, 2014) qui ont connu un succès populaire et ont été couronnées par des prix prestigieux.

Homme d’engagement, historien du politique du XIXe siècle au temps présent, Pierre Milza a apporté sa pierre au débat historiographique sur les fascismes et les extrêmes-droites européennes, adoptant une perspective comparée, attentive aux contextes et aux pratiques, ainsi qu’une contribution importante à la réflexion sur le concept de totalitarisme (Fascisme français. Passé et Présent, Paris, Flammarion, 1987 et L’Europe en chemise noire. Les extrêmes droites européennes de 1945 à nos jours, Paris, Fayard, 2002).

Ouvrir l'étude historique des immigrations

« Migrant, inconfortablement posté entre deux cultures cousines et pourtant dissemblables », ayant contribué à ouvrir l’étude historique des immigrations, dont celle des Italiens en France, Pierre Milza nous invite à l’accompagner dans son Voyage en Ritalie (Paris, Plon, 1993), à la fois essai d’égo-histoire personnelle et intellectuelle et brillante synthèse des connaissances de la présence italienne dans notre pays. Ses élèves lui ont rendu hommage dans des Mélanges en l’honneur de Pierre Milza. D’Italie et d’ailleurs (Rennes, PUR, 2014).

Dynamique, ouvert d’esprit, profondément humain, Pierre Milza, dont la notoriété scientifique était connue et reconnue, notamment en France et en Italie -  les nombreuses distinctions qu’il a reçues en témoignent - était, à bien des égards, l’un des meilleurs représentants de la communauté académique de Sciences Po.

Marc Lazar et Marie Scot

La démocratie en clair-obscur

La démocratie en clair-obscur

Par Olivier Dabène (CERI). À quelques semaines d’intervalle, le Venezuela et la Colombie ont tenu des élections présidentielles que tout oppose. Le 20 mai, au Venezuela, Nicolas Maduro a mis en scène sa réélection à l’issue d’un simulacre de scrutin que l’opposition avait boycotté. La participation électorale n’a pas atteint les 50 %, alors qu’elle avait flirté avec les 80 % en 2013, et le candidat chaviste a été crédité de 67 % des voix. La Colombie, de son côté, a connu ses premières élections sans violence dans un contexte inédit de post-conflit.

Lire la suite

"montrer la révolution entrepreneuriale au féminin"

Diplômée du master en communication de Sciences Po, Nora Poggi est la réalisatrice du film documentaire « She Started It ». Projeté plus de 300 fois, entre autres aux universités de Harvard, de Columbia, de Yale… mais aussi à la Banque Mondiale, à Disney, ou encore chez Google et dans de nombreux festivals, ce film suit le parcours de cinq jeunes femmes qui ont lancé leur start-up dans la Silicon Valley. Interview avec la réalisatrice à l’occasion d’une conférence à Sciences Po.

Lire la suite
un nouveau master en marketing et luxe

un nouveau master en marketing et luxe

À la rentrée 2019, l’Ecole du management et de l’innovation ouvre un nouveau master intitulé « Master Marketing : New Luxury & Art de Vivre ». Entièrement en anglais, il a pour vocation d’accueillir 25 étudiants français et internationaux. Les participants auront des parcours très divers. Des connaissances préalables en marketing ne sont pas nécessaires.

Lire la suite
Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec ses tutoriels en vidéo. Dans “Sciences Po passe le Bac”, nos profs planchent sur un sujet et donnent leurs conseils pour le traiter. Dans nos fiches méthodo, on vous explique comment éviter le hors-sujet, lire une carte ou encore travailler en temps limité. De quoi se préparer aux épreuves en toute sérénité.

Lire la suite
« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

Adjoint à la mairie de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, Jean-Louis Missika a suivi le projet du campus de l’Artillerie depuis ses prémisses. Il raconte comment la Ville de Paris s’est impliquée dans le dossier. L’enjeu ? Le déploiement, au cœur de l’espace urbain, d’un campus symbolisant le rôle prépondérant que les établissements universitaires sont appelés à jouer dans la métropole de demain.

Lire la suite
Mieux prévenir la criminalité

Mieux prévenir la criminalité

Comment prévenir la criminalité ? L’incarcération permet-elle de réduire durablement la récidive ? Roberto Galbiati, chercheur à Sciences Po, se penche sur “l’économie du crime”. Il propose d’ouvrir la boîte noire des politiques d’incarcération et de lutte contre la récidive en France, en Italie et aux États-Unis. Il présentera les enseignements de ses travaux le 4 juillet prochain lors d’un colloque co-organisé par le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques de Sciences Po, en partenariat avec France Stratégie.

Lire la suite
La cogestion

La cogestion

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Septième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, le statut de cogestion, élaboré par le comité paritaire des études, est voté par les étudiants. Il sert de matrice à la réforme des statuts de l’IEP de janvier 1969.

Lire la suite
Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Enseigner l’économie comme si les 30 dernières années avaient vraiment eu lieu. Et (re)donner le goût pour cette discipline aux étudiants. Telles sont les ambitions de CORE, un nouveau cours et son manuel élaborés par des professeurs d’économie du monde entier, parmi lesquels Yann Algan à Sciences Po. Objectif de ce cours : montrer que l’économie, jugée souvent trop abstraite et théorique, peut contribuer à résoudre les problèmes et les crises du monde réel.

Lire la suite
Le mai des professeurs et des chercheurs

Le mai des professeurs et des chercheurs

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Sixième épisode de “Ça s’est passé…”, le 8 juin 1968, les enseignants de Sciences Po se réunissent pour la seconde fois en Assemblée générale. Leur action, conjointe à celle des étudiants, contribue à révolutionner leur statut au sein de l’école.

Lire la suite
Le mai de l’administration

Le mai de l’administration

En mai et juin, Sciences Po dévoile, à travers une série d’articles, des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Cinquième épisode de “Ça s’est passé…” : le 21 mai 1968, la direction, ayant pris acte de l’occupation de Sciences Po, cherche à composer avec le mouvement étudiant.

Lire la suite