Décès de Pierre Hassner, un des plus éminents professeurs de Sciences Po

Spécialiste éminent des relations internationales, Pierre Hassner fut un théoricien, philosophe de la politique et observateur subtil de la scène mondiale. Européen de l’Est exilé à l’Ouest, roumain de naissance et français d’adoption, juif éduqué catholique mais profondément laïc, Européen ami des Américains, il fut « homme de paradoxes ou homme des passages » dont la vie et le parcours reflètent les contradictions du monde de l’après-guerre. Il est décédé ce samedi 26 mai, à l’âge de 85 ans.

"Un passeur préoccupé du monde"[1]

« Homme de paradoxes ou homme des passages[3] », Pierre Hassner est un Européen de l’Est exilé à l’Ouest, Roumain de naissance et Français d’adoption, un juif éduqué catholique par la force des temps mais profondément laïc, un Européen ami des Américains dont la vie et le parcours reflètent les contradictions du monde de l’après-guerre. Né en 1933, Pierre Hassner quitte la Roumanie communiste à l’âge de quinze ans pour la France. Deux ans plus tard, il est admis à l'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm puis agrégé de philosophie en 1955. Cet élève de Raymond Aron décroche une bourse Rockefeller qui le mène, alors que la guerre froide bat son plein (1956-1959), à l’Université de Chicago où professe le philosophe Leo Strauss. Dans ses Mémoires publiées en 1983, Raymond Aron écrit : « Dans je ne sais quelles circonstances, Pierre Hassner, qui fréquentait parfois mes cours, fit un exposé brillant, étourdissant sur Thucydide... Je lui dis que jamais, étudiant ou enseignant, je n'avais entendu un discours de qualité comparable.» Recruté au CERI en 1959, il enseigne à Sciences Po pendant près de quarante ans, notamment au sein du Troisième Cycle et de l’École doctorale, un cours fameux, professé en binôme avec Jean-Claude Casanova, intitulé "Économie et politique dans les Relations internationales". Visiteur bimensuel de l’université Johns Hopkins de Bologne durant vingt ans, chercheur français familier des départements nord-américains de science politique, visiting professor de Chicago à Harvard et de Montréal à Québec, Pierre Hassner jouera le rôle « d’interprète de l’Est auprès de l’Ouest et de l’Ouest auprès de l’Est[4] », de pont entre la Vieille Europe et le Nouveau Monde.

Une théorie générale des conflits

Ses travaux de théoricien des relations internationales combinent la philosophie, la science politique et la sociologie. L'un des plus proches et des plus brillants élèves de Raymond Aron, son « maître en relations internationales et en hygiène intellectuelle[5] », Pierre Hassner explore avec une subtilité et une profondeur intellectuelles sans pareil les rapports entre guerre et politique, entre ordre et désordre dans les relations internationales en temps de guerre froide. Ses travaux des années 1950 analysent l’expérience totalitaire, la politique des blocs, et l’équilibre de la terreur et de la dissuasion nucléaire[6]. La chute du mur de Berlin[7], les « révolutions ambiguës », les guerres balkaniques sonnent le grand retour des nationalismes européens et bouleversent les grilles de lecture du théoricien : les concepts de « violence » et de « conflits » s’avèrent plus appropriés que ceux de guerre (froide ou chaude) ; la violence n’est plus seulement le fait des grandes puissances nucléaires, ni de la diplomatie étatique classique, mais celui, « sous-conventionnel », de l’ordre social, des milices et des criminalités organisées, alors que se brouillent les frontières entre le militaire et le civil, le privé et le public, l’État et la société, le centre et la périphérie, la barbarie et la civilisation[8]. Le nouveau siècle interroge la politique étrangère américaine à l’aune du 11 septembre et, avec elle, la notion d’empire et de guerre pré-emptive[9], tandis que l’islamisme radical et terroriste prend les traits d’une nouvelle pensée totalitaire. Analysant à chaud les soubresauts de la planète[10], Hassner se distingue par la « complexité de ses analyses, véritables festins de ses fameux « d’une part », « d’autre part », qui ne s’achèvent jamais par des conclusions simples[11] ».

Locke, Kant, Hobbes et la théorie des relations internationales.

Cette petite musique si particulière, Pierre Hassner la doit sans doute à « une culture plus vaste et des instruments intellectuels plus divers[12] » que ceux mobilisés par les spécialistes des études internationales. Sa formation de philosophe, à l’école de Aron et de Strauss, le fait osciller entre « Kant et le Kosovo[13] » : « étant parti de la philosophie, puis allé vers la politique internationale, je reviens, par une sorte de cercle à la philosophie et à l’ordre de l’âme[14]. » Éclairées à la lumière de la philosophie, les relations internationales peuvent se lire comme la succession historique de moments philosophiques où les mondes de Locke et de Kant (libéralisme/démocratie/paix) ont été ébranlés par les mondes de Hobbes (guerre de tous contre tous), de Nietzsche (affirmation identitaire) et de Marx (luttes des classes, des mondes développés et sous-développés)[15]. Surtout, l’approche philosophique porte les impératifs moraux et les principes universels des droits de l’homme au cœur des relations internationales. Et Pierre Hassner, sensible au caractère tragique de la politique, est un commentateur et un acteur passionné des relations internationales, un intellectuel engagé aux côté des « lili » (libéraux libertaires) contre les « bobo » (bolchéviques bonapartistes), militant de la cause antitotalitaire puis de la cause humanitaire, défenseur des réfugiés[16] et partisan résigné de l’intervention lors des guerres balkaniques.

Marie Scot, Centre d'histoire de Sciences Po - article publié sur Sciences Po Stories

Références
[1] Anne-Marie Le Gloannec et Aleksander Smolar, « Introduction », in Anne-Marie Le Gloannec et Aleksander Smoler (dir.), Entre Kant et Kosovo. Études offertes à Pierre Hassner, Paris, Presses de Sciences Po, 2003.
[2] Formule de Jean-François Bouthors citée in Dominique Moisi, « Compte rendu Pierre Hassner, La violence et la paix », Politique étrangère, 60-2, 1995, p. 529-530.
[3] Pierre Manent, « Pierre Hassner, défenseur de la paix », in Anne-Marie Le Gloannec et Aleksander Smoler (dir.), Entre Kant et Kosovo, op.cit.
[4] Dominique Moisi, « CR Pierre Hassner », op.cit.
[5] Pierre Hassner La violence et la paix, Paris, Editions Esprit, 1950, p. 20.
[6] Pierre Hassner, « Entre la stratégie et le désarmement : l’Arms Control. Étiquette passe-partout, thème contestable ou discipline nouvelle ? », Revue française de science politique, 13-4, décembre 1963 ; Id, « Violence, rationalité, incertitude : tendances apocalyptiques et iréniques dans l’étude des conflits internationaux », Revue française de science politique, 19-6, décembre 1964, p. 1155-1178 ; Id, « On ne badine pas avec la force », Revue française de science politique, 21-6, décembre 1971, p. 1207-1233.
[7] Pierre Grémion, Pierre Hassner, Vent d’Est : vers l’Europe des États de droit ?, Paris, PUF, 1990.
[8] Pierre Hassner, La violence et la paix. De la bombe atomique au nettoyage ethnique, Paris, Éditions Esprit, 1995.
[9] Pierre Hassner, États-Unis : L’empire de la force ou la force de l’Empire ? Paris, IES-VE, les cahiers de Chaillot n°54, 2002.
[10] Pierre Hassner, La Terreur et l’Empire. La violence et la Paix, deux tomes, Paris, Seuil, 2003
[11] Anne-Marie Le Gloannec et Aleksander Smoler (dir.), Entre Kant et Kosovo. op.cit., p. 12.
[12] Thérèse Delpech, « CR Pierre Hassner, La terreur et l’Empire », Politique étrangère, 69-1, 2004, p. 215-217.
[13] Anne-Marie Le Gloannec et Aleksander Smoler (dir.), Entre Kant et Kosovo. op.cit.
[14] Pierre Hassner, La violence et la paix, op.cit.
[15] Pierre Hassner, « La signification du 11 septembre. Divagations politico-philosophiques sur l’événement », Bulletin de la société française de philosophie, automne 2002, repris dans Esprit novembre 2002.
[16] Pierre Hassner, « Réfugiés sans refuge ou citoyens cosmopolites », in Bertrand Badie, Marc Sadoun (dir.), L’Autre. Études réunies pour Alfred Grosser, Paris, Presse de Sciences Po, 1996, p. 229-236.

Que deviennent nos diplômés ?

Que deviennent nos diplômés ?

L’enquête jeunes diplômés 2020 portant sur la promotion 2018 conforte l’attractivité des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Parmi eux, 86 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont de plus en plus nombreux (37 %) à travailler à l’étranger, dans 87 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête* !

Lire la suite
“L’égalité des chances doit aussi être territoriale”

“L’égalité des chances doit aussi être territoriale”

Originaire de l’Allier, Salomé Berlioux a livré une longue bataille contre l’autocensure avant d’obtenir son diplôme de l’École d’affaires publiques de Sciences Po. En 2016, elle engage le combat à grande échelle en fondant l’association Chemin d’avenirs, qui aide aujourd’hui 1000 jeunes issus des campagnes et des petites villes à surmonter les obstacles qui entravent leurs ambitions. Entretien avec une alumna déterminée.

Lire la suite
Leçons d’un semestre pas comme les autres

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Les étudiants de l’année 2019/2020 viennent de clôturer une année académique à nulle autre pareille. Quel bilan tirer de cette expérience ? Comment s’est déroulée cette bascule en urgence pour les étudiants et les enseignants ? Le bilan que nous publions aujourd’hui montre un pari plutôt réussi pour la grande majorité d’entre eux. Et permet de tirer d’utiles leçons pour le semestre à venir. 

Lire la suite
Féminicides : cartographie d'une controverse

Féminicides : cartographie d'une controverse

En 2020, Auriane, Cassandre, Cloë, Fiona et Huifang, étudiantes en Master Communication, médias et industries créatives à l'École du Management et de l’Innovation de Sciences Po, ont cartographié les controverses autour des féminicides en France. Cette méthode pédagogique, créée par Bruno Latour, professeur émérite à Sciences Po, a pour but d’apprendre aux étudiants à se repérer dans l'univers de la recherche en sélectionnant une controverse sur laquelle ils accumulent une documentation complète qu’ils mettent en forme et publient sur un site web. Chaque thème devient alors une sorte de "parlement virtuel" aidant à la mise en politique des nouvelles "choses publiques". Elles racontent leur expérience.

Lire la suite
Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Bouclage en beauté pour les étudiants de l’École de journalisme de Sciences Po ! Sept d’entre eux ont été distingués par l'un des prix remis chaque année par des rédactions prestigieuses pour identifier leurs prochaines recrues ou récompenser des reportages et enquêtes de qualité, et 15 d'entre eux ont été invités à rejoindre les rédactions de TF1/LCI et France Télévisions. Alors que l’École s’apprête à accueillir une nouvelle promotion, présentation du palmarès 2020. 

Lire la suite
Peuplecratie : le nouveau populisme

Peuplecratie : le nouveau populisme

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
À l'écoute des campagnes

À l'écoute des campagnes

Fondée par des diplômés de l’Ecole urbaine, l’association La Traverse a pour mission d’accompagner les territoires ruraux dans leurs démarches de transition écologique et sociale. Pour étudier et diffuser les bonnes pratiques, cette association produit le podcast “Transitions en terrain connu”, qui met en valeur des stratégies territoriales ambitieuses. Elle a ainsi réalisé un “tour de France des territoires ruraux” dont elle vient de publier le bilan. À cette occasion, Alexia Beaujeux, une des fondatrices, témoigne. 

Lire la suite
L'innovation dans tous ses États

L'innovation dans tous ses États

Comment réinventer les prisons de demain ? Comment décarboner les Jeux olympiques de 2024 ? Comment rendre le patrimoine du Domaine de Chantilly accessible aux générations futures ? Voici quelques-unes des questions soulevées par l’Incubateur des politiques publiques, un programme destiné aux étudiants de master de l’École d’affaires publiques de Sciences Po.

Lire la suite
Voyage au coeur de la <em>start-up nation</em>

Voyage au coeur de la start-up nation

Après la Silicon Valley en 2017 et le MIT en 2019, le Centre pour l’Entrepreneuriat a organisé sa troisième Learning Expedition en Israël, pays équivalent en taille à un département français mais qui détient le record mondial du nombre de start-ups par habitant (1 pour 6000). Sur quoi repose ce “miracle entrepreneurial”, et quelles en sont ses limites ? Parmi les douze étudiants qui ont été sélectionnés pour prendre part à l’aventure, Loanne Guérin et Laura Salesse (respectivement en première et deuxième année du master Finance et Stratégie) témoignent. 

Lire la suite