Comment atteindre plus d’égalité entre hommes et femmes en Europe ?

Par Rawane Yasser (Chaire pour l'entrepreneuriat des femmes). Selon le dernier rapport du Forum économique mondial, l’Islande – suivi par le reste des pays nordiques – serait la société la plus égalitaire en Europe, et au monde. Mais les autres pays européens – y compris au sein de l’Union européenne – restent à la traîne. En effet si les écarts entre hommes et femmes dans les pays de l’OCDE ont diminué pendant les 50 dernières années, les inégalités persistent dans tous les domaines de la vie sociale et économique. De façon plus générale, à ce rythme il faudra attendre 108 ans pour que l’écart entre les genres se résorbe dans le monde. Quels sont les leviers sur lesquels les pouvoirs publics européens peuvent s’appuyer ?

Les femmes toujours inégales face aux rémunérations et carrières

Si les femmes font des études plus longues que les hommes, elles sont moins susceptibles d’étudier dans les domaines lucratifs et participent moins souvent à l’emploi.

Lorsqu’elles travaillent, elles gagnent moins que les hommes et restent sous-représentées aux fonctions de direction : en moyenne, dans la zone OCDE, les femmes salariées médianes gagnent 15 % de moins que leurs homologues masculins, et n’occupent que 22 % des postes au conseil d’administration.

Malgré des efforts, les inégalités de salaire restent importantes, et ce y compris dans les pays nordiques. Ces écarts se creusent avec l’âge, notamment parce que la maternité a des effets négatifs sur la rémunération et la progression des carrières, les femmes continuant à supporter la majorité des tâches domestiques et de garde d’enfants.

Top 10 de l’indice mondial de l’écart salarial entre les sexes. Global Gender Gap Report 2018, World Economic Forum, Author provided

Quelle politique de l’aide ?

Face à ces enjeux, les pays cherchent à réduire les inégalités en matière d’éducation, d’emploi, d’entrepreneuriat et de vie publique, notamment à travers les politiques d’aide à la conciliation entre travail et vie familiale.

Les pays nordiques occupent les quatre premières places sur l’indice mondial de l’écart entre les sexes avec un indice autour de 0,83 tandis que la France occupe la 12e place, avec un indice de 0,77.

Cela est en partie dû aux politiques universelles en matière de garde d’enfants et de congés parentaux généraux.

Mais ces congés ont-ils vraiment l’effet escompté ?

La France occupe une place plutôt favorable par rapport aux autres pays en matière d’emploi des femmes et des aides pour concilier travail et vie familiale. Ce n’est pas le cas de sept pays de l’Union européenne qui ne rémunèrent pas du tout le congé parental : le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Irlande, la Grèce, les Pays-Bas et Chypre.

Les pays scandinaves, chefs de file des quotas « mère et père »

À l’inverse, les pays scandinaves sont devenus des chefs de file dans le développement d’une politique familiale et d’égalité des genres moderne. Ils ont été les premiers à introduire les quotas dits « mère et père », c’est-à-dire un quota de congé réservé au père distinct de celui de la mère et l’impliquant à parti entière dans le cadre des systèmes de congés parentaux rémunérés selon les données de l’OCDE.

La Suède possède la politique de congés parentaux la plus généreuse au monde. Chaque parent dispose de 480 jours par enfants à répartir entre les parents, sous réserve de 90 jours qui ne sont pas transférables d’un parent à l’autre.

Pères suédois, Skanse, près de Stockholm 2009. Chris Goldberg/Flickr, CC BY

La Suède est aussi le pays qui rémunère le mieux les parents. Ainsi le congé parental ouvre droit à un revenu correspondant à 80 % du salaire antérieur, pendant les treize premiers mois, tout en bénéficiant de la garantie du retour à son poste.

Mais il faut toutefois avoir travaillé au moins huit mois avant l’arrêt, ce qui incite donc fortement à s’intégrer sur le marché du travail avant d’avoir des enfants. Même logique en Allemagne : si les deux parents prennent le congé, ils ont droit à deux mois supplémentaires. Pareil au Portugal, où la dernière réforme de 2009 a introduit un système de « bonus » d’un mois si le couple partage le congé parental « initial » de cinq mois, ce qui permet au père de prendre un ou plusieurs mois de congé seul payé à 83 %.

L’Islande a un modèle plus égalitaire avec un congé parental de neuf mois, dont un tiers est réservé à la mère, un tiers au père et un tiers partageable entre les deux, avant les dix-huit mois de l’enfant. Il est rémunéré à 80 % pour tout salaire en dessous de 1 260 euros et 75 % pour les salaires supérieurs.

En Norvège, depuis 2013, les mères et les pères sont obligés de prendre un congé de travail d’au moins 14 semaines après la naissance d’un enfant.

En France, un soutien plus traditionnel

En France, le soutien aux familles est considéré comme plus traditionnel. La fiscalité n’est pas conçue pour encourager la participation des deux parents au marché du travail et le congé parental n’est que très faiblement rémunéré (moins de 400 euros par mois, contre 950 euros pour les congés maladie). La raison pour laquelle uniquement 4 % de pères français profitent de leur congé parental.

Les modèles nordiques ont donc inspiré un projet européen de directive sur la conciliation entre vie privée et vie professionnelle destinée à favoriser un meilleur partage des responsabilités familiales entre les femmes et les hommes.

Repenser le congé parental : La France s’oppose

La directive proposée par la Commission européenne en 2017 porte sur une harmonisation européenne du congé parental et un congé mieux rémunéré. La directive « équilibre entre vie professionnelle et vie privée » propose que chacun des parents ait droit à quatre mois de congés rémunérés à hauteur des indemnités maladie.

Cependant, et notamment en raison de l’opposition de la France, pour des raisons financières, la durée minimale du congé non transférable a été réduite de 4 à 2 mois ainsi que la durée minimale d’indemnisation (de 4 à 1,5 mois).

Ce projet, reposant sur le principe de faire dépendre les droits à la sécurité sociale est au cœur des systèmes scandinaves qui explique la réussite relative de ces pays en termes d’égalité des genres.

Quels résultats ?

En matière d’emploi, les politiques familiales dans les pays nordiques contribuent à créer des écarts relativement faibles entre les sexes en matière de participation sur le marché du travail. À l’exception du Danemark, les écarts sont inférieurs à 5 points de pourcentage ce qui semble plutôt positif en terme d’accès égal au marché du travail.

La France figure aussi étonnement, malgré une politique moins égalitaire parmi les pays les plus performants avec un écart de 7,9 points de pourcentage, inférieur à la moyenne de l’OCDE.

L’Allemagne affiche un écart plus élevé que la France mais reste parmi les pays modérément performants. À l’inverse, l’Italie affiche un écart de 20 points de pourcentage qui la place parmi les pays les moins performants.

L’Allemagne apparaît donc comme moins égalitaire que la France, mais plus égalitaire que l’Italie.

Cependant, au-delà des faibles écarts de participation sur le marché du travail entre les hommes et les femmes, qui sous-entendrait une hausse des égalités, ces dernières demeurent moins favorisées que les hommes quant à la progression de leur carrière et restent sous-représentées aux postes de décisionnaires et gestionnaires.

Le plafond de verre persiste

Au Danemark, par exemple, les femmes représentent environ 27 % des gestionnaires, alors qu’elles constituent 47 % de la population active. La proportion de femmes parmi les gestionnaires est plus élevée en Finlande (34 %) et plus encore en Islande, en Norvège et en Suède (38-39 %), avec une part des femmes parmi la population active autour de 47 %.

En France, cette part est de 33 % et la moyenne de l’OCDE est de 32 %.

Ce phénomène pourrait être attribué à la persistance des stéréotypes genrés selon lesquels les femmes sont considérées comme moins capables d’occuper des postes de responsabilité.

En termes d’attitude égalitaire, les hommes nordiques semblent avoir des opinions et des comportements plus égalitaires qu’ailleurs.

« un père doit mettre sa carrière avant de s’occuper de son jeune enfant » :

Cette affirmation semblerait être désormais remise en question par plus de 59 % des hommes au Danemark, et 77 % en Suède qui souscrivent, au moins en partie, aux déclarations égalitaires fondées sur le sexe telles que

« l’égalité entre hommes et femmes est un droit fondamental ».

Les différences de contextes historiques et sociopolitiques en termes de politiques familiales peuvent expliquer ces écarts d’attitudes. Les États providences nordiques caractérisés par un « féminisme étatique », offrent un soutien plus ancien et plus étendu à la garde d’enfants que les autres pays européens.

L’impact réel du congé parental

Bien que le congé parental pour les hommes comme pour les femmes est un instrument important pour promouvoir une égalité femmes-hommes, il ne résout pas complètement le problème des inégalités professionnelles.

S’il permet aux femmes de participer plus au marché du travail, les inégalités salariales persistent. C’est ce que montrent les économistes Martin Andersen et Emily Nix (2018) qui trouvent que les femmes des couples hétérosexuels subissent une baisse moyenne de revenu d’environ 22 % après la naissance du premier enfant et que cette baisse persiste dans le temps, alors que leur partenaire masculin ne subit aucune pénalité dans le revenu.

La Crèche par Henri Jules Jean Geoffroy (1899). Ricardo André Frantz

Cette pénalité subie par les femmes est due en grande partie aux préférences et aux normes de genre qui renforcent les rôles traditionnels des genres et font que les femmes continuent à travailler moins d’heures et à occuper des emplois moins rémunérateurs et favorables à la famille quand elles commencent à avoir des enfants.

Palier l’inégalité persistante des salaires

Deux politiques pourraient pallier cette inégalité consistante : le congé paternité et les soins subventionnés à la petite enfance. L’accès subventionné à des services de garde de haute qualité peut réduire la pénalité relative à l’enfant en fournissant aux ménages un substitut viable au temps passé par la mère à la maison.

En effet, si le congé paternité n’a pas eu d’impact sur le revenu des mères en Norvège entre 2005 et 2014, c’est parce qu’en ciblant les pères, la politique ne s’avère pas suffisante pour permettre aux mères de réduire le temps passé à la maison. À l’inverse, l’impact de l’accès à des services de garde de haute qualité sur les pénalités imposées aux parents à l’égard des enfants est positif sur le revenu de travail des mères.

D’autres études montrent que l’ampleur des pénalités infligées aux femmes à la suite de la naissance d’un enfant est corrélée aux normes de genre établies qui influencent les préférences des femmes en matière de famille et de carrière. À travers le monde, une majorité d’hommes et de femmes sont d’avis que les femmes ne devraient pas travailler à plein temps tant qu’elle a des enfants à la maison, et cette pénalité est transmise de génération en génération.

Comme montré en Suède et au Danemark, des politiques en faveur de l’égalité peuvent modifier ces normes culturelles au fil du temps. Mais la politique ne suffirait pas à elle seule à surmonter les inégalités entre les sexes. Cela nécessiterait des changements de comportement, y compris de la part des hommes.The Conversation

Rawane Yasser, assistante de recherche pour la Chaire pour l'entrepreneuriat des femmes de Sciences Po

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

En savoir plus

Tous nos articles sur les élections européennes 2019

Abonnez-vous à nos newsletters :

 

“La première élection vraiment européenne”

“La première élection vraiment européenne”

Brexit, changement de mode de scrutin, montée des populismes… Autant d’enjeux inédits pour ces élections européennes. “Ce sont les élections des premières fois”, souligne Enrico Letta, ancien Premier ministre d’Italie et doyen de l’École des affaires internationales de Sciences Po. À l’occasion du scrutin européen, Sciences Po organise ce dimanche 26 mai une soirée de commentaires et d’analyses des résultats du scrutin dans son emblématique théâtre Boutmy avec les meilleurs experts. Elle est ouverte à tous. Venez nombreux !

Lire la suite
Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Par Sophie Dubuisson - Quellier (CSO - Sciences Po) et Solange Martin (ADEME). Dans le contexte de la lutte contre le dérèglement climatique, les interventions publiques ciblent aujourd’hui les individus. Il s’agit d’encourager certaines pratiques – prendre les transports en commun, manger des fruits de saison – et d’en décourager d’autres – laisser ses appareils en veille ou renouveler trop fréquemment ses vêtements.

Lire la suite
L’éthique du hacker

L’éthique du hacker

Les révolutions commencent souvent par des histoires, des colères ou des frustrations a priori insignifiantes, anecdotiques. C’est le cas de la culture dite libre qui est probablement un des développements démocratiques les plus importants du numérique et dont l’origine n’a tenu qu’à un problème d’impression !

Lire la suite
Générations Erasmus

Générations Erasmus

Au sein de Sciences Po, l’association “Jeunes Européens” est mobilisée depuis plusieurs mois pour susciter l’intérêt sur les questions européennes et encourager les étudiants à aller voter. Europhiles, certes, mais pas non plus dénués de sens critique sur les blocages européens, ces étudiants attendent avec une pointe d’anxiété les résultats du 26 mai qui pourraient changer la couleur politique de l’Union. Entretien avec Maria Popczyk, présidente des Jeunes Européens - Sciences Po. 

Lire la suite
Pour qui voter aux européennes ?

Pour qui voter aux européennes ?

Déjà menacées par une abstention record, les élections européennes du 26 mai laissent beaucoup d’électeurs perplexes face aux 34 listes et à la complexité des enjeux. Après le succès de La Boussole présidentielle® en 2017, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes et Ouest France, réédite son outil d’aide à la décision avant le scrutin. Explications par Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et directeur scientifique de La Boussole européenne®.

Lire la suite
Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Dans ses travaux sur l’État et la bureaucratie modernes de 1921, l’universitaire Max Weber distingue trois sources de légitimité politique : son caractère traditionnel, bureaucratique ou charismatique. Dès ses origines, l’Union européenne a fondé sa légitimité sur la nature rationnelle de son administration bureaucratique (1). Face à la critique du déficit démocratique, l’Union européenne s’est parfois dotée de leaders charismatiques qui ont cherché à incarner l’Europe ; mais cet effort s’est souvent heurté aux réticences des États membres, soucieux de préserver leur leadership dans la construction européenne.

Lire la suite
Ces nationalistes attachés à l'Europe

Ces nationalistes attachés à l'Europe

Par Sylvain Kahn (Centre d'histoire). Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout. La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction.

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer les oraux d'admission à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
Climat : est-il déjà trop tard ?

Climat : est-il déjà trop tard ?

On parle sans cesse du changement climatique mais comment joindre les actes à la parole ? Sébastien Treyer directeur général de l’Institut du développement durable et des relations internationales, l’IDDRI, explique le rôle de chacun dans la bataille pour sauver la planète. 

Lire la suite
Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Qui se souvient que les syndicats ouvriers furent longtemps organisés à l’échelle internationale et ce, bien avant les mondes de l’entreprise ou de la finance ? Dans son ouvrage La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières, l’historien Nicolas Delalande revient sur les “internationales”, ces mouvements ouvriers solidaires et transnationaux qui furent incontournables pendant près d’un siècle, avant de connaître une lente érosion au tournant des années 70.

Lire la suite