Civiliser le capitalisme

Dans son dernier ouvrage, Civiliser le capitalisme (Fayard), Xavier Ragot, président de l’OFCE, propose de repenser le libéralisme économique afin de réduire l’insécurité économique et de défendre la démocratie. Parmi les solutions proposées, la mise en place d’une assurance chômage européenne, comme cela a été fait au niveau national avec les États-providence. Interview.

Dans cet ouvrage, vous invitez à repenser les liens entre libéralisme politique et libéralisme économique. En quoi est-ce nécessaire ?

On assiste aujourd’hui à une restructuration de l’économie internationale par les États, sur la base de projets nationaux : que ce soit le Brexit, la politique commerciale de Trump, l’émergence d’États autoritaires en Hongrie ou en Turquie – et l’on pourrait multiplier les exemples – des États interviennent pour redessiner des frontières et façonner l’économie dans un intérêt national de court terme. Cette insertion de l’État dans l’économie ne se fait pas autour de l’opposition traditionnelle entre socialisme redistributif et capitalisme libéral, qui était la matrice politique de la seconde moitié du XXe siècle. Des termes comme populisme, protectionnisme, nationalisme, démocratie illibérale, ou démocratures identifient les tendances sans encore arriver à rendre compte du lien nouveau entre politique et économie.

À mon sens, remettre à plat l’opposition entre libéralisme économique et libéralisme politique permet d’éclairer ces phénomènes et nos difficultés européennes. En résumant à l’extrême, le libéralisme politique est l’affirmation de la liberté de conscience, d’information, de croyance religieuse et, de manière générale, de la lutte contre les discriminations. Cette défense de la liberté politique individuelle s’est construite au XIXe siècle avec les mouvements démocratiques, féministes et républicains. Le libéralisme économique repose, lui, sur la liberté du contrat sans entrave, sur le marché du travail, comme sur les marchés financiers. Il est dès lors méfiant envers les formes de régulation et réglementation.

Le projet néolibéral est un projet autant politique qu’économique, qui affirme que la condition de développement du libéralisme politique est l’extension du libéralisme économique. Ce projet a été porté par des économistes comme Milton Friedman (1912-2006) ou Friedrich Hayek (1899-1992), par exemple. À l’inverse, d’autres économistes ont affirmé que pour préserver le libéralisme politique, il fallait réguler et parfois limiter le libéralisme économique. C’est l’affirmation de John Maynard Keynes (1883-1946), par exemple, qui insiste sur le rôle des instabilités financières et la gestion de la demande agrégée. La construction européenne est au cœur de ces contradictions. En effet, le projet européen est un projet politique de paix perpétuelle, en utilisant l’économie et l’extension du marché unique comme moyen presque exclusif. C’est ce projet qui est en échec : l’extension du libéralisme économique mal pensée a érodé le socle du libéralisme politique, du fait des divergences économiques européennes.

Vous pointez les effets délétères provoqués par la divergence des situations économiques au sein de l’Union européenne, notamment pour ce qui est des marchés du travail. Pourquoi ces divergences ?

En effet, jamais les pays européens n’ont autant divergé depuis l’introduction de l’euro. Par exemple, la productivité du travail n’a pas augmenté en Italie depuis vingt ans. La tentation est forte pour les gouvernements d’utiliser la dette publique pour distribuer du revenu, mais cela n’est pas tenable. Ensuite, alors que France et Allemagne étaient comparables en terme d’exportation au début des années 2000, elles sont aujourd’hui dans des situations inverses, l’Allemagne est le pays le plus exportateur du monde devant la Chine tandis que la France est le pays le moins exportateur de la zone euro.

Autre exemple, les Pays-Bas exportent plus de 10% de leur richesse nationale, ce qui est bien supérieur au seuil européen qualifiant les déséquilibres économiques. Or, demander un rééquilibrage à ces pays exportateurs, va à l’encontre de leurs intérêts de court terme, car ils devraient investir ou reposer plus sur leur demande interne. Il n’est dès lors pas surprenant de les voir s’opposer au projet d’un budget européen de stabilisation.

Pourquoi de telles divergences ? Le projet européen s’est reposé sur l’idée fausse que la mise en concurrence des économies nationales allait faire converger les institutions économiques, notamment celles du marché du travail, entraînant une convergence politique. Il nous faut aujourd’hui un constructivisme social européen qui soit compatible avec l’existence d’une monnaie unique, commune à des capitalismes nationaux différents et qui ne soit pas un facteur d’augmentation des inégalités.

La tentation des États de se replier sur le protectionnisme est de plus en plus répandue. Dans le même temps, certains acteurs s’engagent dans des démarches que vous qualifiez de “techno-anarchiques”, comme les cyber monnaies. Ces tendances vous semblent-elles inévitables ?

On assiste effectivement à une double tendance. La première est l’accroissement de la taille des États-providence nationaux pour essayer de lutter contre les inégalités économiques : éducation, santé, retraite, assurance chômage. D’une manière provocatrice, j’écris que nous n’avons jamais été autant socialisés, lorsque l’on voit  le niveau des dépenses publiques, et ce dans tous les pays du monde. Le problème est que l’État-Nation est maintenant une base trop étroite et qu’il faudrait une internationalisation raisonnée de nos États providence. C’est la proposition de mon livre.

Face à cette situation, on assiste en effet à une tentation techno-anarchiste, de fuite vers des sociétés sans États, soit dans l’espace, avec les projets d’Elon Musk, soit sur des îles autonomes, avec l’institut Seasteading, ou enfin dans le cyber-espace avec le projet de cyber-monnaie, comme le Bitcoin ou la Libra. Alors qu’au XIXe siècle, les projets de sécession étaient portés par les plus pauvres, avec l’utopie fouriériste des phalanstères par exemple, ils sont aujourd’hui défendus par les plus riches pour échapper à l’impôt.

Il faut lutter contre ces tendances, non pour limiter les tentatives d’expérimentations sociales, qu’il faut au contraire encourager, mais parce qu’il faut contribuer aux biens publics : l’éducation, la santé, la stabilité et l’environnement. Enfin, comme économiste je pense que ces projets reposent sur une idée fausse d’une très grande stabilité des sociétés sans États. Par exemple, la stabilité de la monnaie provient de la politique monétaire qui est un attribut public, fruit d’un débat qui a conduit aux mandats actuels des banques centrales.

Vous affirmez qu’augmenter le budget européen est difficilement envisageable mais dans le même temps vous plaidez pour le renforcement des mécanismes de solidarité entre les membres de l’Union européenne. N’est-ce pas contradictoire ?

Je défends effectivement le projet d’une assurance-chômage européenne comme avancée concrète pour résoudre les tensions européennes. Ce projet, porté aujourd’hui par de plus en plus d’économistes, me semble maintenant prendre une actualité particulière. L’intérêt du projet est de reposer sur une solidarité entre les pays sur le mode assurantiel et contractuel, comme lors  de création de nos États-providence nationaux. C’est ce même mouvement que l’on peut reproduire en construisant des attributs d’un État providence européen. Ce processus n’entame pas les souverainetés nationales dont l’affirmation actuelle rend difficile l’augmentation du budget de la zone euro.

D’une manière plus concrète le projet est l’introduction d’un niveau européen d’assurance chômage en plus des systèmes nationaux qui resteraient différents. Cette proposition s’inspire du cadre institutionnel américain, où un niveau fédéral de ré-assurance chômage coexiste avec des systèmes différents d’assurance chômage entre les États. Le Texas et le Vermont ont des systèmes d’assurance chômage différents, mais lorsqu’un État connaît une crise importante, un niveau fédéral vient aider l’État en difficulté. Le financement de ce niveau européen se ferait par des contributions des États qui seraient ajustées pour qu’il n’y ait pas de transferts permanents entre les États.

Le détail institutionnel concret d’un tel système est maintenant très étudié en Europe, et la faisabilité technique ne pose pas de doute. Le problème provient de l’absence de volonté politique tant la dimension sociale est peu présente en Europe. Je note cependant que l’idée avance en Europe, même si elle est peu débattue en France.
L’Europe nous demande de penser la liberté individuelle et la solidarité effective à son échelle. Il faut trouver des chemins pour rendre compatible les capitalismes européens et nos États-providence.

Propos recueillis par Hélène Naudet, direction scientifique.

Cet article est extrait du dernier numéro de Cogito, le magazine de la recherche à Sciences Po. Consulter le sommaire et tous les articles.

Xavier Ragot, directeur de recherche CNRS, professeur au Département d’économie de Sciences Po, dirige l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Macroéconomiste, il consacre ses recherches à l’économie monétaire et au rôle de l’hétérogénéité et des inégalités dans la dynamique économique. Ses travaux appliqués récents portent sur la crise européenne.

En savoir plus

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Les étudiants de l’année 2019/2020 viennent de clôturer une année académique à nulle autre pareille. Quel bilan tirer de cette expérience ? Comment s’est déroulée cette bascule en urgence pour les étudiants et les enseignants ? Le bilan que nous publions aujourd’hui montre un pari plutôt réussi pour la grande majorité d’entre eux. Et permet de tirer d’utiles leçons pour le semestre à venir. 

Lire la suite
Féminicides : cartographie d'une controverse

Féminicides : cartographie d'une controverse

En 2020, Auriane, Cassandre, Cloë, Fiona et Huifang, étudiantes en Master Communication, médias et industries créatives à l'École du Management et de l’Innovation de Sciences Po, ont cartographié les controverses autour des féminicides en France. Cette méthode pédagogique, créée par Bruno Latour, professeur émérite à Sciences Po, a pour but d’apprendre aux étudiants à se repérer dans l'univers de la recherche en sélectionnant une controverse sur laquelle ils accumulent une documentation complète qu’ils mettent en forme et publient sur un site web. Chaque thème devient alors une sorte de "parlement virtuel" aidant à la mise en politique des nouvelles "choses publiques". Elles racontent leur expérience.

Lire la suite
Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Bouclage en beauté pour les étudiants de l’École de journalisme de Sciences Po ! Sept d’entre eux ont été distingués par l'un des prix remis chaque année par des rédactions prestigieuses pour identifier leurs prochaines recrues ou récompenser des reportages et enquêtes de qualité, et 15 d'entre eux ont été invités à rejoindre les rédactions de TF1/LCI et France Télévisions. Alors que l’École s’apprête à accueillir une nouvelle promotion, présentation du palmarès 2020. 

Lire la suite
Peuplecratie : le nouveau populisme

Peuplecratie : le nouveau populisme

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
À l'écoute des campagnes

À l'écoute des campagnes

Fondée par des diplômés de l’Ecole urbaine, l’association La Traverse a pour mission d’accompagner les territoires ruraux dans leurs démarches de transition écologique et sociale. Pour étudier et diffuser les bonnes pratiques, cette association produit le podcast “Transitions en terrain connu”, qui met en valeur des stratégies territoriales ambitieuses. Elle a ainsi réalisé un “tour de France des territoires ruraux” dont elle vient de publier le bilan. À cette occasion, Alexia Beaujeux, une des fondatrices, témoigne. 

Lire la suite
L'innovation dans tous ses États

L'innovation dans tous ses États

Comment réinventer les prisons de demain ? Comment décarboner les Jeux olympiques de 2024 ? Comment rendre le patrimoine du Domaine de Chantilly accessible aux générations futures ? Voici quelques-unes des questions soulevées par l’Incubateur des politiques publiques, un programme destiné aux étudiants de master de l’École d’affaires publiques de Sciences Po.

Lire la suite
Voyage au coeur de la <em>start-up nation</em>

Voyage au coeur de la start-up nation

Après la Silicon Valley en 2017 et le MIT en 2019, le Centre pour l’Entrepreneuriat a organisé sa troisième Learning Expedition en Israël, pays équivalent en taille à un département français mais qui détient le record mondial du nombre de start-ups par habitant (1 pour 6000). Sur quoi repose ce “miracle entrepreneurial”, et quelles en sont ses limites ? Parmi les douze étudiants qui ont été sélectionnés pour prendre part à l’aventure, Loanne Guérin et Laura Salesse (respectivement en première et deuxième année du master Finance et Stratégie) témoignent. 

Lire la suite
Climat, santé : “La crise du Covid agit comme un révélateur”

Climat, santé : “La crise du Covid agit comme un révélateur”

Sophie Dubuisson-Quellier, directrice adjointe du Centre de Sociologie des Organisations, a rejoint à la fin de l’année 2019 le Haut conseil pour le climat. A l’occasion de la publication d’un rapport intitulé Climat, santé : mieux prévenir, mieux guérir - consacré aux enseignements à tirer de la crise sanitaire du Covid-19 et aux suites à donner pour atteindre nos objectifs vers la neutralité carbone - elle nous présente cet organisme et ses réflexions en cours.

Lire la suite
3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

La quatrième édition du Prix de la Photographie Politique, ouvert à toutes et tous, se poursuit : vous avez jusqu'au 15 septembre pour envoyer vos images ! D'ici là, le jury nous rappelle qu’une bonne photographie politique n’est pas une question de sujet mais une affaire de regard - une façon d’observer ce monde parfois surprenant qui est le nôtre, au-delà des compétitions électorales et des manifestations de rue. Voici trois conseils pour ceux qui voudraient se lancer (en toute sécurité). 

Lire la suite