Civiliser le capitalisme

Dans son dernier ouvrage, Civiliser le capitalisme (Fayard), Xavier Ragot, président de l’OFCE, propose de repenser le libéralisme économique afin de réduire l’insécurité économique et de défendre la démocratie. Parmi les solutions proposées, la mise en place d’une assurance chômage européenne, comme cela a été fait au niveau national avec les États-providence. Interview.

Dans cet ouvrage, vous invitez à repenser les liens entre libéralisme politique et libéralisme économique. En quoi est-ce nécessaire ?

On assiste aujourd’hui à une restructuration de l’économie internationale par les États, sur la base de projets nationaux : que ce soit le Brexit, la politique commerciale de Trump, l’émergence d’États autoritaires en Hongrie ou en Turquie – et l’on pourrait multiplier les exemples – des États interviennent pour redessiner des frontières et façonner l’économie dans un intérêt national de court terme. Cette insertion de l’État dans l’économie ne se fait pas autour de l’opposition traditionnelle entre socialisme redistributif et capitalisme libéral, qui était la matrice politique de la seconde moitié du XXe siècle. Des termes comme populisme, protectionnisme, nationalisme, démocratie illibérale, ou démocratures identifient les tendances sans encore arriver à rendre compte du lien nouveau entre politique et économie.

À mon sens, remettre à plat l’opposition entre libéralisme économique et libéralisme politique permet d’éclairer ces phénomènes et nos difficultés européennes. En résumant à l’extrême, le libéralisme politique est l’affirmation de la liberté de conscience, d’information, de croyance religieuse et, de manière générale, de la lutte contre les discriminations. Cette défense de la liberté politique individuelle s’est construite au XIXe siècle avec les mouvements démocratiques, féministes et républicains. Le libéralisme économique repose, lui, sur la liberté du contrat sans entrave, sur le marché du travail, comme sur les marchés financiers. Il est dès lors méfiant envers les formes de régulation et réglementation.

Le projet néolibéral est un projet autant politique qu’économique, qui affirme que la condition de développement du libéralisme politique est l’extension du libéralisme économique. Ce projet a été porté par des économistes comme Milton Friedman (1912-2006) ou Friedrich Hayek (1899-1992), par exemple. À l’inverse, d’autres économistes ont affirmé que pour préserver le libéralisme politique, il fallait réguler et parfois limiter le libéralisme économique. C’est l’affirmation de John Maynard Keynes (1883-1946), par exemple, qui insiste sur le rôle des instabilités financières et la gestion de la demande agrégée. La construction européenne est au cœur de ces contradictions. En effet, le projet européen est un projet politique de paix perpétuelle, en utilisant l’économie et l’extension du marché unique comme moyen presque exclusif. C’est ce projet qui est en échec : l’extension du libéralisme économique mal pensée a érodé le socle du libéralisme politique, du fait des divergences économiques européennes.

Vous pointez les effets délétères provoqués par la divergence des situations économiques au sein de l’Union européenne, notamment pour ce qui est des marchés du travail. Pourquoi ces divergences ?

En effet, jamais les pays européens n’ont autant divergé depuis l’introduction de l’euro. Par exemple, la productivité du travail n’a pas augmenté en Italie depuis vingt ans. La tentation est forte pour les gouvernements d’utiliser la dette publique pour distribuer du revenu, mais cela n’est pas tenable. Ensuite, alors que France et Allemagne étaient comparables en terme d’exportation au début des années 2000, elles sont aujourd’hui dans des situations inverses, l’Allemagne est le pays le plus exportateur du monde devant la Chine tandis que la France est le pays le moins exportateur de la zone euro.

Autre exemple, les Pays-Bas exportent plus de 10% de leur richesse nationale, ce qui est bien supérieur au seuil européen qualifiant les déséquilibres économiques. Or, demander un rééquilibrage à ces pays exportateurs, va à l’encontre de leurs intérêts de court terme, car ils devraient investir ou reposer plus sur leur demande interne. Il n’est dès lors pas surprenant de les voir s’opposer au projet d’un budget européen de stabilisation.

Pourquoi de telles divergences ? Le projet européen s’est reposé sur l’idée fausse que la mise en concurrence des économies nationales allait faire converger les institutions économiques, notamment celles du marché du travail, entraînant une convergence politique. Il nous faut aujourd’hui un constructivisme social européen qui soit compatible avec l’existence d’une monnaie unique, commune à des capitalismes nationaux différents et qui ne soit pas un facteur d’augmentation des inégalités.

La tentation des États de se replier sur le protectionnisme est de plus en plus répandue. Dans le même temps, certains acteurs s’engagent dans des démarches que vous qualifiez de “techno-anarchiques”, comme les cyber monnaies. Ces tendances vous semblent-elles inévitables ?

On assiste effectivement à une double tendance. La première est l’accroissement de la taille des États-providence nationaux pour essayer de lutter contre les inégalités économiques : éducation, santé, retraite, assurance chômage. D’une manière provocatrice, j’écris que nous n’avons jamais été autant socialisés, lorsque l’on voit  le niveau des dépenses publiques, et ce dans tous les pays du monde. Le problème est que l’État-Nation est maintenant une base trop étroite et qu’il faudrait une internationalisation raisonnée de nos États providence. C’est la proposition de mon livre.

Face à cette situation, on assiste en effet à une tentation techno-anarchiste, de fuite vers des sociétés sans États, soit dans l’espace, avec les projets d’Elon Musk, soit sur des îles autonomes, avec l’institut Seasteading, ou enfin dans le cyber-espace avec le projet de cyber-monnaie, comme le Bitcoin ou la Libra. Alors qu’au XIXe siècle, les projets de sécession étaient portés par les plus pauvres, avec l’utopie fouriériste des phalanstères par exemple, ils sont aujourd’hui défendus par les plus riches pour échapper à l’impôt.

Il faut lutter contre ces tendances, non pour limiter les tentatives d’expérimentations sociales, qu’il faut au contraire encourager, mais parce qu’il faut contribuer aux biens publics : l’éducation, la santé, la stabilité et l’environnement. Enfin, comme économiste je pense que ces projets reposent sur une idée fausse d’une très grande stabilité des sociétés sans États. Par exemple, la stabilité de la monnaie provient de la politique monétaire qui est un attribut public, fruit d’un débat qui a conduit aux mandats actuels des banques centrales.

Vous affirmez qu’augmenter le budget européen est difficilement envisageable mais dans le même temps vous plaidez pour le renforcement des mécanismes de solidarité entre les membres de l’Union européenne. N’est-ce pas contradictoire ?

Je défends effectivement le projet d’une assurance-chômage européenne comme avancée concrète pour résoudre les tensions européennes. Ce projet, porté aujourd’hui par de plus en plus d’économistes, me semble maintenant prendre une actualité particulière. L’intérêt du projet est de reposer sur une solidarité entre les pays sur le mode assurantiel et contractuel, comme lors  de création de nos États-providence nationaux. C’est ce même mouvement que l’on peut reproduire en construisant des attributs d’un État providence européen. Ce processus n’entame pas les souverainetés nationales dont l’affirmation actuelle rend difficile l’augmentation du budget de la zone euro.

D’une manière plus concrète le projet est l’introduction d’un niveau européen d’assurance chômage en plus des systèmes nationaux qui resteraient différents. Cette proposition s’inspire du cadre institutionnel américain, où un niveau fédéral de ré-assurance chômage coexiste avec des systèmes différents d’assurance chômage entre les États. Le Texas et le Vermont ont des systèmes d’assurance chômage différents, mais lorsqu’un État connaît une crise importante, un niveau fédéral vient aider l’État en difficulté. Le financement de ce niveau européen se ferait par des contributions des États qui seraient ajustées pour qu’il n’y ait pas de transferts permanents entre les États.

Le détail institutionnel concret d’un tel système est maintenant très étudié en Europe, et la faisabilité technique ne pose pas de doute. Le problème provient de l’absence de volonté politique tant la dimension sociale est peu présente en Europe. Je note cependant que l’idée avance en Europe, même si elle est peu débattue en France.
L’Europe nous demande de penser la liberté individuelle et la solidarité effective à son échelle. Il faut trouver des chemins pour rendre compatible les capitalismes européens et nos États-providence.

Propos recueillis par Hélène Naudet, direction scientifique.

Cet article est extrait du dernier numéro de Cogito, le magazine de la recherche à Sciences Po. Consulter le sommaire et tous les articles.

Xavier Ragot, directeur de recherche CNRS, professeur au Département d’économie de Sciences Po, dirige l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Macroéconomiste, il consacre ses recherches à l’économie monétaire et au rôle de l’hétérogénéité et des inégalités dans la dynamique économique. Ses travaux appliqués récents portent sur la crise européenne.

En savoir plus

L’argent des ménages, un objet politique

L’argent des ménages, un objet politique

États-Unis, 2008  : des panneaux “For Sale” poussent aux portes de milliers de pavillons, devenant le symbole du surendettement - quasi forcé - des ménages. Mais la crise des subprimes, aussi scandaleuse qu’elle soit, cache une vérité plus durable : celle des foyers qui s’endettent pour se soigner, des étudiants empruntant pour payer leurs études et dont la dette équivaut aujourd’hui à 75% du PIB états-unien. Si, en France, l’État-providence protège encore de tels phénomènes, il n’en reste pas moins que la question se pose. Désireux d’y répondre, les pouvoirs publics mettent en place de nouvelles politiques de l’argent. Quelles sont-elles et que nous disent-elles de l’État et de la société ? Analyse par Jeanne Lazarus, sociologue de l’argent, chargée de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations.

Lire la suite
Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

La sociologue Viviana Zelizer et l'économiste Joseph Stiglitz se sont vus décerner le titre de docteur honoris causa de Sciences Po, au cours d'une émouvante cérémonie le mercredi 13 novembre 2019. Cette distinction récompense les deux chercheurs ; la première en tant que fondatrice de la sociologie économique et le second comme figure de la nouvelle économie keynésienne. Ces précieux apports à leurs disciplines respectives ont été soulignés lors des éloges prononcés par Jeanne Lazarus et Jean-Paul Fitoussi.

Lire la suite
En chantier

En chantier

A la rentrée 2021, Sciences Po verra le déménagement d’une partie de ses activités sur le site du 1, place Saint-Thomas d’Aquin à Paris : l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue pour devenir le coeur du futur campus parisien. Mais, pour le moment, le lieu est le terrain de jeu des pelleteuses et des hommes de l’art. Notre photographe, Martin Argyroglo, s'est baladé sur le chantier.

Lire la suite
150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2019, se tient à Paris la deuxième édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 8 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 30 chefs d’État et 150 étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) ont répondu présents.

Lire la suite
Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

Lire la suite
Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, séjourne ce semestre d'automne à Sciences Po, partageant à cette occasion ses travaux avec les étudiants et les chercheurs de l'établissement. L'économiste se livre ainsi sur son parcours et sa carrière, mais aussi sur ses inspirations, ses rapports à l'œuvre de Keynes et ses convictions pour de meilleures politiques publiques, luttant de manière efficace contre les inégalités.

Lire la suite

"Sciences Po, c'est le Harvard français"

La Mastercard Foundation, en partenariat avec Sciences Po, attribue des bourses qui permettent d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés. Témoignages d'étudiants bénéficiaires de ce dispositif.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Destinée aux ministres du culte, aux cadres des communautés religieuses et aux professionnels travaillant autour du fait religieux et de la laïcité, “Emouna” est une formation unique dans le paysage universitaire français. Ce programme propose en effet à ses étudiants de découvrir l’environnement politique et institutionnel qui entoure les pratiques religieuses, la laïcité et les différentes religions. Le tout, dans une perspective interdisciplinaire et non-confessionnelle. Qu’est-ce qu’un programme laïque sur les religions ? Qu’y apprend-on ? Depuis 2018, Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et de la laïcité, est le responsable pédagogique de cette formation. Il nous explique le sens d’Emouna.

Lire la suite