Bianca Jagger, infatigable militante des droits universels et diplômée de Sciences Po

Quand elle a débarqué Rue Saint-Guillaume, à l’âge de 17 ans, en provenance du Nicaragua, la jeune et ravissante Bianca Perez-Mora Macias était loin de se douter qu’elle épouserait un jour le rocker le plus célèbre de la planète et deviendrait ainsi, dans un tourbillon de caméras et projecteurs, l’égérie et l’icône de mode la plus glamour et la plus courtisée de la jet set mondiale.

C’était pourtant la politique qu’elle était venue étudier en France. La politique la passionnait depuis son plus jeune âge, elle qui avait grandi, dans les années 1950, sous la dictature de la famille Somoza, et qui n’hésitait pas à s’échapper de son école religieuse pour aller manifester dans les rues de Managua. La politique enfin qu’elle rêvait d’embrasser plus tard pour contribuer à débarrasser son pays des tyrans.

Sa rencontre en 1970 avec Mick Jagger a changé son destin. Elle n’a en rien éteint sa passion pour les affaires publiques et la défense des droits humains. Et ce nom de Jagger, conservé après son divorce en 1979, est devenu un allié pour braquer la lumière sur ses combats. Très vite, elle a entamé un compagnonnage avec Amnesty International et Human Rights Watch, parcourant l’Amérique latine pour témoigner des crimes commis par des régimes dictatoriaux, sillonnant les États-Unis, de tribunaux en pénitenciers, pour lutter contre la peine de mort. Mandatée en 1993 par la commission Helsinki du Congrès américain pour enquêter sur les viols massifs en Bosnie, elle y a passé des mois, publiant un essai intitulé J’accuse : la trahison de Srebrenica. Un engagement qui la mènera à témoigner devant les parlementaires américains, britanniques et européens et de nombreuses instances internationales.

Infatigable militante

Mais ses causes sont multiples et éparpillées dans le monde. Les populations indigènes peuvent compter sur son appui lorsqu’elles luttent pour la préservation de leur environnement: les Miskitos du Nicaragua, les Guaranis du Brésil, les Sionas d’Équateur... Pour défendre la tribu Kondh, en Inde, inquiète face aux projets d’exploitation d’une mine de bauxite dans leurs montagnes sacrées d’Orissa, elle a écrit au Premier ministre indien et au gouverneur de la province, démarché les principaux actionnaires de la compagnie minière et acheté des actions pour pouvoir prendre la parole lors des assemblées générales annuelles.

Combat gagné. Comme tant d’autres. Aujourd’hui, c’est la présidente du Brésil, Dilma Roussef, qu’elle apostrophe sur les dangers du Belo Monte Dam, le troisième plus grand barrage hydroélectrique du monde. L’un de ses principaux sujets de croisade est d’ailleurs la reconnaissance, par la Cour pénale internationale, de la notion de crimes contre les générations présentes et futures.

"Je suis viscéralement politique"

Elle a voyagé en Afghanistan pour soutenir les femmes, en Zambie pour la lutte contre le sida, en Inde pour dénoncer le commerce des enfants et la prostitution, en Irak pour fustiger l’ineptie des arguments du président Bush sur les armes de destruction massive. Elle exhorte les chefs d’État occidentaux à accueillir Edward Snowden, clame sa déception à l’égard d’Obama qui n’a pas fermé Guantanamo et persiste dans l’utilisation de drones. Et dénonce chaque jour, y compris sur les réseaux sociaux, les violences perpétuées contre les femmes. Pour toutes ces actions, elle a obtenu en 2004 le prix Nobel alternatif. Une récompense qui lui a permis de créer sa propre fondation en 2006.

Activiste ? Elle n’aime guère ce terme anglo-saxon. Défenseuse des droits universels ? Elle cherche en vain le mot français adéquat. Mais qu’importe. Après la «parenthèse» de son mariage, elle pense être restée fidèle à l’adolescente qui manifestait en rêvant de faire, plus tard, «la différence». C’est ce qui compte, dit-elle. «Je suis viscéralement politique.»

Par Annick Cojean, Grand reporter au Monde, membre du conseil d’orientation d'Émile Boutmy Magazine

Article issu du numéro 12 (juin 2015) d'Émile Boutmy Magazine, publié avec l'aimable autorisation de l'association des Sciences Po

L’éthique du hacker

L’éthique du hacker

Les révolutions commencent souvent par des histoires, des colères ou des frustrations a priori insignifiantes, anecdotiques. C’est le cas de la culture dite libre qui est probablement un des développements démocratiques les plus importants du numérique et dont l’origine n’a tenu qu’à un problème d’impression !

Lire la suite
Le programme de la rentrée

Le programme de la rentrée

Alors que de nombreux étudiants profitent encore de leurs derniers jours de vacances, les élèves de Sciences Po feront leur rentrée dès la fin du mois d’août ! Premiers pas pour certains, retrouvailles pour d’autres, ce moment est un temps fort marqué par les différentes rentrées solennelles : celles de chaque campus du Collège universitaire (1er cycle) et celles de nos 7 écoles de second cycle. Retrouvez ci-dessous le programme complet. 

Lire la suite
"Pas de photo, c'est interdit"

"Pas de photo, c'est interdit"

Si votre photo n’est pas assez bonne, c’est que vous n’êtes pas assez près”, disait le photographe Robert Capa. Dans leurs cours consacré au photojournalisme, Dimitri Beck, Alain Genestar et leurs prestigieux invités poussent les futurs journalistes à aiguiser leur regard, leur curiosité, mais aussi leur humanité. Pour apprendre à capturer le réel dans l’obturateur, et parfois sa beauté. 

Lire la suite
Un siècle de femmes à Sciences Po

Un siècle de femmes à Sciences Po

Les étudiantes représentent près de 60 % de la promotion diplômée en juin 2019. Il y a un siècle, les premières femmes entraient à Sciences Po. Des premières étudiantes en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment leur place a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de ce centenaire,  retour sur 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

Par Cornelia Woll (CEE). Le débat sur la suppression de l’École nationale d’administration est d’autant plus vif qu’il se situe à la convergence de plusieurs enjeux : principes de la méritocratie, ascension sociale, fonctionnement de l’administration publique, réseaux d’influence et rentes professionnelles que procurent les grands corps. D’autres modèles existent chez nos voisins. Une comparaison avec l’Allemagne éclaire le rôle que peut jouer l’université dans la formation de la haute fonction publique.

Lire la suite
Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Diplômée de Sciences Po en 1972, professeure à Sciences Po entre 2006 et 2015, Salomé Zourabichvili est la première femme élue présidente de Géorgie depuis le 28 novembre 2018. Mais aussi l’une de nos rares alumna femmes et cheffes d’État. À l’occasion de sa conférence du 18 février 2019 dans son alma mater, retour sur la brillante trajectoire d’une étudiante prometteuse, et timide. 

Lire la suite
Fact-checking, un combat difficile à gagner

Fact-checking, un combat difficile à gagner

Les «fake news», ou infox, sont devenues les grandes animatrices des campagnes électorales récentes, de la campagne pro-Brexit au Royaume-Uni jusqu’à l’élection du nouveau président brésilien Jair Bolsonaro, en passant par diverses élections en Europe et aux États-Unis. Emeric Henry, professeur au Département d'économie de Sciences Po a mené une étude pour étudier comment luttre contre ces "fakes news".

Lire la suite
Paul Claudel, diplomate à ses heures

Paul Claudel, diplomate à ses heures

Poète et dramaturge français, frère de la sculptrice Camille Claudel, membre de l’Académie française, Paul Claudel est un ancien élève de Sciences Po. Bien que son parcours étudiant fut en demi-teinte, les années qu’il passa à Sciences Po ont été déterminantes dans le choix de sa carrière diplomatique. Parallèlement à ses fonctions de consul, Claudel a écrit des poèmes, pièces et essais, loués pour leur lyrisme. Catholique fervent souvent controversé pour ses positions politiques très à droite, Paul Claudel fut un grand artiste symboliste. 

Lire la suite
Voix afghanes

Voix afghanes

Diplômée 2018 de l’École des affaires internationales de Sciences Po, Samina Ansari a choisi de s’engager pour son pays, l’Afghanistan. Devenue directrice exécutive du Centre pour les femmes à l’université américaine d’Afghanistan, elle encourage les femmes de son pays à créer des entreprises. Portrait vidéo d’une alumna engagée.

Lire la suite