Bianca Jagger, infatigable militante des droits universels et diplômée de Sciences Po

Quand elle a débarqué Rue Saint-Guillaume, à l’âge de 17 ans, en provenance du Nicaragua, la jeune et ravissante Bianca Perez-Mora Macias était loin de se douter qu’elle épouserait un jour le rocker le plus célèbre de la planète et deviendrait ainsi, dans un tourbillon de caméras et projecteurs, l’égérie et l’icône de mode la plus glamour et la plus courtisée de la jet set mondiale.

C’était pourtant la politique qu’elle était venue étudier en France. La politique la passionnait depuis son plus jeune âge, elle qui avait grandi, dans les années 1950, sous la dictature de la famille Somoza, et qui n’hésitait pas à s’échapper de son école religieuse pour aller manifester dans les rues de Managua. La politique enfin qu’elle rêvait d’embrasser plus tard pour contribuer à débarrasser son pays des tyrans.

Sa rencontre en 1970 avec Mick Jagger a changé son destin. Elle n’a en rien éteint sa passion pour les affaires publiques et la défense des droits humains. Et ce nom de Jagger, conservé après son divorce en 1979, est devenu un allié pour braquer la lumière sur ses combats. Très vite, elle a entamé un compagnonnage avec Amnesty International et Human Rights Watch, parcourant l’Amérique latine pour témoigner des crimes commis par des régimes dictatoriaux, sillonnant les États-Unis, de tribunaux en pénitenciers, pour lutter contre la peine de mort. Mandatée en 1993 par la commission Helsinki du Congrès américain pour enquêter sur les viols massifs en Bosnie, elle y a passé des mois, publiant un essai intitulé J’accuse : la trahison de Srebrenica. Un engagement qui la mènera à témoigner devant les parlementaires américains, britanniques et européens et de nombreuses instances internationales.

Infatigable militante

Mais ses causes sont multiples et éparpillées dans le monde. Les populations indigènes peuvent compter sur son appui lorsqu’elles luttent pour la préservation de leur environnement: les Miskitos du Nicaragua, les Guaranis du Brésil, les Sionas d’Équateur... Pour défendre la tribu Kondh, en Inde, inquiète face aux projets d’exploitation d’une mine de bauxite dans leurs montagnes sacrées d’Orissa, elle a écrit au Premier ministre indien et au gouverneur de la province, démarché les principaux actionnaires de la compagnie minière et acheté des actions pour pouvoir prendre la parole lors des assemblées générales annuelles.

Combat gagné. Comme tant d’autres. Aujourd’hui, c’est la présidente du Brésil, Dilma Roussef, qu’elle apostrophe sur les dangers du Belo Monte Dam, le troisième plus grand barrage hydroélectrique du monde. L’un de ses principaux sujets de croisade est d’ailleurs la reconnaissance, par la Cour pénale internationale, de la notion de crimes contre les générations présentes et futures.

"Je suis viscéralement politique"

Elle a voyagé en Afghanistan pour soutenir les femmes, en Zambie pour la lutte contre le sida, en Inde pour dénoncer le commerce des enfants et la prostitution, en Irak pour fustiger l’ineptie des arguments du président Bush sur les armes de destruction massive. Elle exhorte les chefs d’État occidentaux à accueillir Edward Snowden, clame sa déception à l’égard d’Obama qui n’a pas fermé Guantanamo et persiste dans l’utilisation de drones. Et dénonce chaque jour, y compris sur les réseaux sociaux, les violences perpétuées contre les femmes. Pour toutes ces actions, elle a obtenu en 2004 le prix Nobel alternatif. Une récompense qui lui a permis de créer sa propre fondation en 2006.

Activiste ? Elle n’aime guère ce terme anglo-saxon. Défenseuse des droits universels ? Elle cherche en vain le mot français adéquat. Mais qu’importe. Après la «parenthèse» de son mariage, elle pense être restée fidèle à l’adolescente qui manifestait en rêvant de faire, plus tard, «la différence». C’est ce qui compte, dit-elle. «Je suis viscéralement politique.»

Par Annick Cojean, Grand reporter au Monde, membre du conseil d’orientation d'Émile Boutmy Magazine

Article issu du numéro 12 (juin 2015) d'Émile Boutmy Magazine, publié avec l'aimable autorisation de l'association des Sciences Po

Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Promo 2020 : une année historique

Promo 2020 : une année historique

Après trois ou cinq années d’efforts, ils ont accompli toutes les étapes les menant au précieux diplôme de Sciences Po, plus une : avoir vécu et réussi un semestre en pleine pandémie. Quel impact aura ce moment historique sur leur vie future ? En attendant de le savoir, voici le portrait d’une promo à nulle autre pareille : félicitations aux diplômés 2020 !

Lire la suite
Que deviennent nos diplômés ?

Que deviennent nos diplômés ?

L’enquête jeunes diplômés 2020 portant sur la promotion 2018 conforte l’attractivité des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Parmi eux, 86 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont de plus en plus nombreux (37 %) à travailler à l’étranger, dans 87 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête* !

Lire la suite
“L’égalité des chances doit aussi être territoriale”

“L’égalité des chances doit aussi être territoriale”

Originaire de l’Allier, Salomé Berlioux a livré une longue bataille contre l’autocensure avant d’obtenir son diplôme de l’École d’affaires publiques de Sciences Po. En 2016, elle engage le combat à grande échelle en fondant l’association Chemin d’avenirs, qui aide aujourd’hui 1000 jeunes issus des campagnes et des petites villes à surmonter les obstacles qui entravent leurs ambitions. Entretien avec une alumna déterminée.

Lire la suite
Leçons d’un semestre pas comme les autres

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Les étudiants de l’année 2019/2020 viennent de clôturer une année académique à nulle autre pareille. Quel bilan tirer de cette expérience ? Comment s’est déroulée cette bascule en urgence pour les étudiants et les enseignants ? Le bilan que nous publions aujourd’hui montre un pari plutôt réussi pour la grande majorité d’entre eux. Et permet de tirer d’utiles leçons pour le semestre à venir. 

Lire la suite
Féminicides : cartographie d'une controverse

Féminicides : cartographie d'une controverse

En 2020, Auriane, Cassandre, Cloë, Fiona et Huifang, étudiantes en Master Communication, médias et industries créatives à l'École du Management et de l’Innovation de Sciences Po, ont cartographié les controverses autour des féminicides en France. Cette méthode pédagogique, créée par Bruno Latour, professeur émérite à Sciences Po, a pour but d’apprendre aux étudiants à se repérer dans l'univers de la recherche en sélectionnant une controverse sur laquelle ils accumulent une documentation complète qu’ils mettent en forme et publient sur un site web. Chaque thème devient alors une sorte de "parlement virtuel" aidant à la mise en politique des nouvelles "choses publiques". Elles racontent leur expérience.

Lire la suite
Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Bouclage en beauté pour les étudiants de l’École de journalisme de Sciences Po ! Sept d’entre eux ont été distingués par l'un des prix remis chaque année par des rédactions prestigieuses pour identifier leurs prochaines recrues ou récompenser des reportages et enquêtes de qualité, et 15 d'entre eux ont été invités à rejoindre les rédactions de TF1/LCI et France Télévisions. Alors que l’École s’apprête à accueillir une nouvelle promotion, présentation du palmarès 2020. 

Lire la suite
Peuplecratie : le nouveau populisme

Peuplecratie : le nouveau populisme

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
À l'écoute des campagnes

À l'écoute des campagnes

Fondée par des diplômés de l’Ecole urbaine, l’association La Traverse a pour mission d’accompagner les territoires ruraux dans leurs démarches de transition écologique et sociale. Pour étudier et diffuser les bonnes pratiques, cette association produit le podcast “Transitions en terrain connu”, qui met en valeur des stratégies territoriales ambitieuses. Elle a ainsi réalisé un “tour de France des territoires ruraux” dont elle vient de publier le bilan. À cette occasion, Alexia Beaujeux, une des fondatrices, témoigne. 

Lire la suite