“Au nom de la liberté scientifique” , Colloque en hommage à Fariba Abdelkhah

Les 23 et 24 septembre se tenait un Colloque organisé par le Comité de soutien à Fariba Adelkhah, le séminaire “Penser en pensant à elle” du CERI (Centre de Recherche Internationales) et le FASOPO (Fonds d’Analyse des Sociétés Politiques) avec le soutien de la Mairie de Paris, de l’Agence Française de Développement (AFD) et de Sciences Po sur la thématique : “liberté scientifique et risques du métier : la recherche comme profession”.

Un sujet actuel, crucial et passionnant : extraits.

Recherche, Université et Cité

Marie-Christine Lemardeley, adjointe à la Maire de Paris chargée de l’enseignement, de la recherche et de la vie étudiante a rappelé au public présent que la Mairie de Paris investissait dans la recherche scientifique en ayant à cœur d’en garantir la liberté absolue et de créer un lien de confiance entre la recherche, les Parisiennes et les Parisiens. Un privilège d’autant plus précieux quand on pense aux situations actuellement subies en Afghanistan, en Iran bien sûr mais aussi en Biélorussie comme cela sera évoqué plus tard lors de cet après-midi d’échanges.

Bénédicte Durand, directrice par intérim de Sciences Po, a rappelé la situation de Fariba arrêtée et détenue à la prison d’Evin depuis le 5 juin 2019, et depuis octobre 2020 assignée à résidence. “Comme le répète son comité de soutien, son combat pour la liberté scientifique est le nôtre” déclara-t-elle. Profitant de l’occasion donnée, elle a ensuite insisté sur l’urgence à “penser les libertés académiques pour mieux les défendre dans l’université comme dans la cité”. En effet, selon Bénédicte Durand, “une communauté de sciences sociales ne peut trouver le lieu de son indépendance et de sa liberté face à la violence”, d’où l’intérêt de se réunir aujourd’hui pour faire vivre les échanges sur cette question clef.

Thomas Melonio, directeur exécutif Innovations, recherche et savoirs à l’AFD a quant à lui mis en exergue l’exigence de rigueur scientifique, “les chercheurs, qui ont une mission de service public, doivent attester du sérieux, de la solidité de leurs résultats lorsqu’ils s’expriment dans les médias. La société française, mais on pourrait dire la même chose des sociétés de pays en développement, a besoin d’une parole scientifique libre, crédible et respectée à l’ère de la post-vérité”.

Recherche et libertés

Béatrice Hibou, organisatrice du colloque et pilier du Comité de soutien à Fariba, a quant à elle fait part de son inquiétude face aux conditions d’exercice actuel de la recherche. Elle a rappelé que “Faire science, c’est faire acte de distanciation, de dénaturalisation, de déplacement des limites de l’entendement, d’autonomie”, ce qui devait amener à “faire acte d’imagination et de création par la critique dans le respect de la rigueur et de la clarté dans les arguments “. 

Irene Bono, présidente du Fasopo, a surenchéri à ces propos : “dans le travail du chercheur, le risque n’est pas seulement lié à la conjoncture, il n’y a pas de risque absolu, si ce n’est dans les situations les plus graves - tout comme il n’y a pas de liberté absolue. L'un des défis intellectuels de nous autres chercheurs, réside dans la négociation continue de nos marges de liberté”.

Béatrice Hibou a complété son propos en expliquant que les sciences sociales se sont construites sur la capacité à se saisir des situations difficiles pour les dépasser. Elle a insisté sur l’importance de s’arrêter sur la situation de l’Afghanistan - où les talibans ciblent les universitaires - et aux portes de l’Europe où les chercheurs sont emprisonnés.

Pour Adam Baczko, chercheur au CERI et auteur de “La guerre par le droit. Les tribunaux Taliban en Afghanistan” , “être universitaire en Afghanistan constitue en soi une forme d’engagement politique. On est déjà dans une forme de contestation.” Selon lui il n’y a pas de libre exercice du travail universitaire sous le régime taliban, la seule issue est de fuir, ce qui a été demandé par beaucoup et accordé à peu.

Ioulia Shukan de l’Université Paris-Nanterre a dépeint la situation en Biélorussie, où seule la recherche étatique perdure, la recherche non étatique se trouvant marginalisée, sans latitude d’action. “Petit à petit, les universités en lien avec les pays étrangers ont été fermées, notamment le centre franco-biélorusse d’études européennes, une formation diplômante réalisée en partenariat avec l’université de Bordeaux et le MAE français” témoigne-t-elle. "Les chercheurs indépendants agissent sous radars, font l’objet d’arrestations arbitraires, sont obligés de s’exiler pour s’installer dans des pays limitrophes, s’interrogent sur la faisabilité même de leurs enquêtes au regard du risque de mettre en danger leurs sujets", décrit-elle.

Après ces illustrations du besoin tout spécifique de liberté pour l’exercice du métier de chercheur, il était plus que temps de laisser place au débat.

L'équipe éditoriale de Sciences Po

Abonnez-vous à nos newsletters !

En savoir plus : 

Rapport de recherche sur

Rapport de recherche sur "La France, le Rwanda et le génocide des tutsi", entretien avec Vincent Duclert

Vincent Duclert, historien, ancien directeur du Centre Raymond Aron (CESPRA, EHESS-CNRS) dont il est membre titulaire, enseigne pour la Formation commune de Sciences Po, depuis 2016, un cours d’histoire globale des génocides et des processus génocidaires. Le 26 mars 2021, la Commission de recherche qu’il a présidée sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsi a remis son rapport au président de la République.

Lire la suite
Être procureur au XXIème siècle : rencontre avec François Molins et Cyrus Vance

Être procureur au XXIème siècle : rencontre avec François Molins et Cyrus Vance

Lors de leur conférence donnée à l’École de droit de Sciences Po, le procureur général près la Cour de cassation de Paris, François Molins, et le procureur du comté de New York, Cyrus Vance, se sont accordés sur un constat : être procureur au XXIème siècle ressemble peu à ce à quoi la fonction ressemblait il y a quarante ans. Happés par un monde tourné vers la technologie et opérant dans l’époque post-9/11, ces deux hommes ont souligné l’impact qu’a eu la cybercriminalité en premier lieu, et le terrorisme en second lieu, sur leurs parcours et leurs manières d’évoluer dans le métier.

Lire la suite
Un après-midi autour de Samuel Paty : ses ambitions  par Marc Lazar et Benoit Falaize

Un après-midi autour de Samuel Paty : ses ambitions par Marc Lazar et Benoit Falaize

Le 20 octobre prochain le Centre d’histoire et le séminaire sur l’enseignement scolaire de l’histoire organisent une demie journée de réflexion en hommage à Samuel Paty. Découvrez nos échanges avec Marc Lazar, directeur du Centre d’histoire de Sciences Po (CHSP) et Benoit Falaize, inspecteur général et chercheur-correspondant du Centre d’histoire de Sciences Po, modérateur de ce moment clef de libre expression.

Lire la suite
Horizon 2024 : les Jeux en débat

Horizon 2024 : les Jeux en débat

À un peu plus de 1 000 jours de l’ouverture des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été qui se tiendront en France en 2024, le Certificat pour sportifs de haut niveau et l’École urbaine de Sciences Po ont lancé le 12 octobre un cycle de conférences dédié à cette olympiade française et à son héritage. Sur trois années, ce cycle ouvert à un large public proposera des analyses et des débats autour du sport, des multiples impacts sociétaux des Jeux et des transformations urbaines qui y sont associées.Objet inconnu

Lire la suite