“Le terrorisme est quasiment une donnée constitutive de la démocratie”

Ancien fonctionnaire du ministère de la Défense et auteur du livre Politique du Secret : Regards sur le bureau des légendes (PUF, 2018), Yves Trotignon est enseignant à Sciences Po spécialisé dans les questions de terrorisme et de djihadisme. Sécurité, secret défense, contre-terrorisme… Un échange passionnant autour de l’une des principales menaces de ces dernières années.

Vous enseignez un cours à Sciences Po qui s’appelle "Terrorisme et contre-terrorisme à l’heure du djihadisme". En quoi consiste-t-il ?

Pendant douze sessions de deux heures, nous essayons d’initier à la complexité du phénomène. Les questions abordées sont diverses : « Qu’est-ce que le djihadisme ? », « Peut-on en faire l’histoire ? », « Comment les États réagissent ? » …

Les cours ont lieu très tôt le matin, c’est une forme de sélection des âmes les plus courageuses ! On a l’habitude de plaisanter en disant que seuls les éléments d’élite acceptent de se lever à l’aube pour venir parler d’horreurs. Le cours sera renouvelé cette année, certainement aussi en début de matinée.

J’anime ce cours avec Guillaume Delbauffe, cadre du ministère de la Défense, que j’aime appeler mon “co-pilote”. Nous mettons chaque année le syllabus à jour, on prépare une nouvelle bibliographie, et on attend, impatients, que cela recommence car on apprend beaucoup des élèves. Durant ces cours, on se désole collectivement de la situation et on essaie de se parler sans détours, pour que l’échange soit constructif.

Enseigner a-t-il toujours été une vocation ? Ou voyez-vous plutôt la chose comme une reconversion ?

Ni l’un ni l’autre. C’est très certainement un plaisir et un honneur, mais je ne vais pas vivre de mes douze séances annuelles. En revanche, cela fait longtemps que je donne des cours ou que je parle en public.

Enseigner à Sciences Po, c’est très impressionnant, mais ça n’a pas été une découverte. Cela faisait longtemps que l’on me proposait d’y donner des cours, mais je n’osais pas y aller tout seul, et mon « co-pilote » était dans le même cas. Alors quand ils nous ont mis dans la même pièce et nous ont proposé de le faire, ensemble, sur un sujet pareil, on a accepté sans réserves. Depuis, on essaie de relever le défi avec le plus de rigueur possible chaque année.

Certains de vos étudiants vont être amenés à accéder à de hautes fonctions au sein de l’État. Les sensibiliser, à l’aube de leur entrée dans la vie active, à cette menace djihadiste vous semble-t-il nécessaire ?

Ce que l’on essaie d’apporter, c’est de la nuance sans angélisme et, évidemment, pas un projet idéologique. Pendant notre cours, la parole est libre. On a un pacte de confiance avec nos élèves. On se parle sans ambages et nous avons même parfois des propos froidement critiques à l’égard de décisions prises par de grandes organisations internationales.

Nous sommes deux enseignants qui avons vu un peu de pays, on peut donc raconter de l’intérieur ce qu’est une cellule de crise ou une gestion de crise post-attentat, par exemple. C’est ce que nous voulons transmettre. Nous ne sommes ni des agrégés, ni des scientifiques. Nos carrières ont fait que l’on nous a trouvés crédibles, nos syllabus ont été validés. Nous ne sommes pas arrivés en disant « On va vous révéler la vérité absolue sur le monde » !

La position que nous essayons de tenir est que nous n’avons pas la science infuse, et que les élèves ont le droit d’avoir une opinion différente, qui ne doit certainement pas être systématiquement écrasée. J’apprends aussi des élèves, parce que ça bosse, que le niveau est bon. J’ai assisté à des exposés excellents qui auraient largement pu être faits devant des responsables politiques.

Comment réussissez-vous à faire bénéficier de votre expérience et votre parcours sans trop flirter avec le Secret-défense ?

Nous sommes naturellement tenus au respect de certaines règles. Ce n’est certainement pas un cours d’anciens combattants qui raconteraient leurs ratas* froids ou leurs faits d’armes car, si on en avait, on n’en parlerait de toute façon pas. Ce qui est intéressant, c’est de savoir associer une réflexion rigoureuse avec une expérience et ce, de la façon la plus modeste et discrète possible. Aller au-delà de la connaissance livresque du sujet, en y ajoutant une forme de retex (retours d’expériences). C’est d’ailleurs pour cela que nous invitons régulièrement des intervenants extérieurs (magistrats, journalistes, militaires…) qui viennent parler de choses que l’on n’a pas connues. Il ne s’agit pas d’un séminaire de recherche. Nos étudiants vont devenir des professionnels de ces sujets-là, alors on veut leur apporter une connaissance affinée mêlée à de l’expérience.

*Les ratas froids sont des portions de nourriture, souvent peu appétissantes, données aux soldats en mission.

Pensez-vous que le terrorisme aujourd’hui pourra avoir une autre forme que celle du djihadisme ?

À cette question, Yves Trotignon nous adresse un sourire triste et désabusé.

Malheureusement, tout n’a pas été fait et on s’interdit de dire publiquement quoi, pour ne pas donner d’idées à des gens qui en ont déjà trop. Ce qui caractérise le terrorisme dans des pays développés, c’est que le nombre de cibles est illimité et le nombre de modes opératoires dépend de votre imagination. Il est donc impossible de penser que les choses horribles qui n’ont pas eu lieu n’aient pas lieu un jour. Je ne suis ni optimiste, ni pessimiste.

Le terrorisme est quasiment une donnée constitutive de la démocratie. Il existe depuis près de 150 ans. Il y a eu les anarchistes, les irrédentistes, les groupes d’extrême droite, d’extrême gauche, les groupes religieux… Il n’y a donc pas de raisons que cela s’arrête. Bien sûr, il y a des moments avec davantage d’attaques que d’autres, mais la menace ne s’éteint jamais complètement.

Pour aller plus loin :

Abonnez-vous à nos newletters

Make it Work : Une consultation pour le climat

Make it Work : Une consultation pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Grâce à cette nouvelle plateforme collaborative, “Climate Action: Make it Work”, les différentes communautés de Sciences Po (étudiants, enseignants, salariés et chercheurs) sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique sur nos campus et au-delà via une série de consultations en ligne.

Lire la suite
Europe : que s'est il passé depuis 5 ans ?

Europe : que s'est il passé depuis 5 ans ?

Il y a cinq ans avaient lieu les précédentes élections européennes. L’Europe présentait alors un autre visage : Emmanuel Macron était inconnu du grand public, tandis que la Grèce était conservatrice, l’Italie socialiste et que le Royaume-Uni n’avait pas encore voté pour le Brexit. Quelles sont donc les évolutions politiques majeures qui ont bouleversé le Vieux continent depuis 2014 ? 

Lire la suite
Candidats en master : derniers conseils pour les oraux

Candidats en master : derniers conseils pour les oraux

Vous avez été déclaré admissible à un master de Sciences Po. Il vous reste à réussir l’entretien oral pour intégrer l’une de nos sept écoles. Les épreuves d’admission se déroulent du 23 avril au 10 mai 2019. Elle peuvent parfois générer du stress car vous vous posez encore des questions sur le profil des candidats recherchés, sur votre capacité à démontrer votre motivation et à défendre votre projet…. Restez serein et gardez confiance en vous ! Voici nos derniers conseils pour cette dernière ligne droite. 

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer la procédure par examen pour être admis à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
Algérie : “Les étudiants au coeur de la transition”

Algérie : “Les étudiants au coeur de la transition”

Écrivain titulaire de la chaire d'écrivain en résidence de Sciences Po, Kamel Daoud a donné ce 16 avril 2019 une conférence exceptionnelle sur la situation en Algérie. Avec une université aujourd’hui au coeur de la transition qui se joue dans le pays, l'écrivain a rendu hommage aux étudiants algériens.

Lire la suite

"Pas de photo, c'est interdit"

Si votre photo n’est pas assez bonne, c’est que vous n’êtes pas assez près”, disait le photographe Robert Capa. Dans leurs cours consacré au photojournalisme, Dimitri Beck, Alain Genestar et leurs prestigieux invités poussent les futurs journalistes à aiguiser leur regard, leur curiosité, mais aussi leur humanité. Pour apprendre à capturer le réel dans l’obturateur, et parfois sa beauté. 

Lire la suite
Comment atteindre plus d’égalité entre hommes et femmes en Europe ?

Comment atteindre plus d’égalité entre hommes et femmes en Europe ?

Par Rawane Yasser (Chaire pour l'entrepreneuriat des femmes). Selon le dernier rapport du Forum économique mondial, l’Islande – suivi par le reste des pays nordiques – serait la société la plus égalitaire en Europe, et au monde. Mais les autres pays européens – y compris au sein de l’Union européenne – restent à la traîne. En effet si les écarts entre hommes et femmes dans les pays de l’OCDE ont diminué pendant les 50 dernières années, les inégalités persistent dans tous les domaines de la vie sociale et économique. De façon plus générale, à ce rythme il faudra attendre 108 ans pour que l’écart entre les genres se résorbe dans le monde. Quels sont les leviers sur lesquels les pouvoirs publics européens peuvent s’appuyer ?

Lire la suite
Paul Claudel, diplomate à ses heures

Paul Claudel, diplomate à ses heures

Poète et dramaturge français, frère de la sculptrice Camille Claudel, membre de l’Académie française, Paul Claudel est un ancien élève de Sciences Po. Bien que son parcours étudiant fut en demi-teinte, les années qu’il passa à Sciences Po ont été déterminantes dans le choix de sa carrière diplomatique. Parallèlement à ses fonctions de consul, Claudel a écrit des poèmes, pièces et essais, loués pour leur lyrisme. Catholique fervent souvent controversé pour ses positions politiques très à droite, Paul Claudel fut un grand artiste symboliste. 

Lire la suite

"Notre but est de créer des liens"

Écolo, autogérée et militante, PAVéS est l’une des associations les plus engagées sur les questions de transition climatique à Sciences Po. Mais c’est aussi un lieu bien connu des étudiants avec CAFéS, sa cafétéria éthique et solidaire gérée de manière autonome par les étudiants du campus parisien. Rencontre avec deux de ses membres, Ilytie Piroit et Clémentine Sainclair, autour d’un café bio. 

Lire la suite
Poitiers : 5 choses étonnantes sur notre nouveau campus

Poitiers : 5 choses étonnantes sur notre nouveau campus

Présent à Poitiers depuis 2001, le Collège universitaire de Sciences Po était à l’étroit dans ses locaux de l’hôtel Chaboureau : avec une croissance continue des effectifs, l’attractivité du programme latino-américain du premier cycle rendait un déménagement nécessaire. C’est chose faite depuis septembre 2018 au sein d’un nouveau site construit au XVIIIe siècle et réinventé pour le XXIe siècle. Visite guidée à l’occasion de l’inauguration officielle qui a lieu mercredi 10 avril.

Lire la suite