“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Inclassable et indispensable” : c’est ainsi qu’Olivier Duhamel accueillait Bruno Latour à la tribune de l’amphithéâtre Boutmy. Le philosophe et anthropologue a délivré sur la crise environnementale une leçon de rentrée impressionnante à tous les sens du terme. Comment mesurer ce changement de civilisation qui nous dépasse, et comment s’y orienter ? Retour sur un des moments clés de cette rentrée placée sous le signe du climat. 

Bruno Latour est inquiet; et un peu désolé. Inquiet de parler devant “des extraterrestres nés au XXIè siècle”, d’abord. Désolé ensuite de devoir livrer une leçon de rentrée “pas sympa” sur la “grande accélération” dont sa propre génération est à l'origine,“et dont elle a profité merveilleusement”

Une deuxième révolution copernicienne

Les “extraterrestres” de première année ne lui en tiennent pas rigueur, happés dès les premières secondes par l’orateur qui marquera leurs débuts à Sciences Po, et peut-être davantage. Beaucoup découvrent le nom de ce “philosophe, sociologue, ethnologue, épistémologue, numérologue, écologue” - selon les mots d’Olivier Duhamel, sommité scientifique moins connue en France que partout ailleurs dans le monde. Gageons qu’ils ne l’oublieront pas de sitôt.

“Aucun de vos prédécesseurs à Sciences Po n’a eu à ce soucier de cette question de l’action humaine sur la Terre”, explique Bruno Latour, qui précise que le mot “Terre” désigne ici “cette fine pellicule d’espace occupée par les hommes à la surface du globe.” Une surprise, un impensé, un jamais vu, et qui se produit à une vitesse inimaginable : bienvenue dans l’Anthropocène, cette ère inédite, selon le terme utilisé pour “prendre la mesure de l’action des humains et de la réaction du système Terre”. Il s’agit pour l’éclaireur Latour d’une révolution, au moins aussi importante que celle vécue grâce à Galilée et Copernic. Un changement si colossal, d’une échelle si grande qu’elle dépasse les cases des graphiques et parfois les bornes de notre esprit.

Et pourtant...Et pourtant, elle "s’émeut" (la Terre). Le poids bientôt invivable de l’empreinte humaine, désormais équivalent à celui de la biosphère, relève du fait scientifique : documenté, robuste, attesté, sourcé, quantifié. “Or le problème qu’il faut affronter, c’est qu’on lit tous les jours des alarmes dramatiques dans la presse, et que dans le même temps le monde suit son cours tranquillement”, constate Bruno Latour, qui compare cette contradiction à la “drôle de guerre” vécue en 1940.  “Comment faire pour absorber cette question qui n’est plus de l’écologie, mais une question de survie, de civilisation ? 

La "drôle de guerre" du climat

D’abord, avance-t-il, il convient de commencer à lutter contre “la corruption de l’espace public”, qui broie les faits scientifiques sous l’écume des opinions et des vitupérations, tous ces “énoncés flottants” que Bruno Latour demande aux étudiants de “mettre en bulle”. C’est à dire, de sourcer, d’attribuer à leur auteur, de remettre en contexte. Première mesure de survie pour la vérité. “Twitter, c’est la guerre”.

Il revient surtout à ces natifs du XXIè siècle, et notamment à ceux qui garnissent les bancs de Sciences Po, de se saisir d’une charge qui est aussi une chance : celle de réinventer la politique et les institutions dont le nouveau régime climatique a besoin. “Désolé, je ne pouvais pas vous dire que tout est formidable”, conclut Bruno Latour. Debout, à la fois graves et exaltés, les étudiants extraterrestres balaient ses doutes de plusieurs minutes d’applaudissement, et d’une longue salve de questions.

>> Assistez à la conférence exceptionnelle du mardi 3 septembre sur le thème "L'anthropocène et nous" avec les anthropologues Bruno Latour et Jane Goodall

En savoir plus

Sur Bruno Latour

Qui est Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019 ?

Qui est Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019 ?

Par Sandrine Perrot et Didier Péclard - Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019, est sociologue, chercheur CNRS au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po depuis 1997. Il a consacré l’essentiel de son œuvre à l’analyse des guerres civiles en Afrique subsaharienne, notamment dans leur rapport à la formation des États. Homme de terrain, chercheur infatigable, méticuleux et exigeant, Roland Marchal est l’un des plus fins connaisseurs de la Somalie, mais son expertise s’étend à toute la Corne de l’Afrique, au Tchad, à la République centrafricaine et au Mali.

Lire la suite
Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Jeudi 17 octobre 2019. 

La détention en Iran de notre collègue Roland Marchal, directeur de recherche CNRS au CERI, vient d'être rendue publique. Pour des raisons de sécurité, les autorités françaises n'avaient pas encore révélé la nouvelle de son arrestation et nous avaient demandé de respecter cette consigne de discrétion.

Lire la suite
Qui est Fariba Adelkhah, incarcérée en Iran depuis juin 2019 ?

Qui est Fariba Adelkhah, incarcérée en Iran depuis juin 2019 ?

Par Jean-François Bayart - Incarcérée depuis le début du mois de juin en Iran, Fariba Adelkhah, spécialiste de l’anthropologie sociale et de l’anthropologie politique de l’Iran postrévolutionnaire, est chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI) depuis 1993. Ses travaux initiaux portaient sur les femmes et la Révolution islamique. Ses recherches actuelles portent sur la circulation des clercs chiites entre l’Afghanistan, l’Iran et l’Irak. Portrait scientifique de cette chercheuse de terrain, reconnue internationalement et respectée par ses pairs, aujourd'hui prisonnière scientifique.

Lire la suite
“Venir d’un lycée de zone rurale et faire Sciences Po

“Venir d’un lycée de zone rurale et faire Sciences Po"

A l’origine association dédiée uniquement aux jeunes basques, “Des territoires aux grandes écoles” est aujourd’hui une fédération établie à l’échelle de toute la France. Son objectif ? Encourager les lycéens des zones rurales à oser candidater dans l’enseignement supérieur. Interview avec Mandine Pichon Paulard, étudiante et présidente de l’antenne Sciences Po de l’association. 

Lire la suite
16 nouveaux chercheurs à Sciences Po

16 nouveaux chercheurs à Sciences Po

16 académiques permanents ont rejoint Sciences Po en cette rentrée 2019. Une grande diversité les caractérise, qu'il s'agisse de leurs universités d'origine, de leurs parcours, de leurs disciplines ou encore de leurs spécialités.

Lire la suite
Solitude moderne

Solitude moderne

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Jeremy Rifkin : transformer nos sociétés grâce à un

Jeremy Rifkin : transformer nos sociétés grâce à un "New Deal vert"

Révolutionner l'économie pour sauver la planète : oui, mais comment ? Jeremy Rifkin était le 17 octobre 2019 l'invité de Sciences Po pour défendre son "New Deal vert", un ambitieux programme visant à penser l'après-carbone. Pour l'essayiste américain, spécialiste des questions énergétiques et climatiques, il ne faudra qu'une décennie pour voir les énergies fossiles s'effondrer. Il est dès lors urgent de construire un nouveau modèle de société.

Lire la suite
Erasmus : Vivre L’Europe

Erasmus : Vivre L’Europe

Sur l'année universitaire 2018-2019, plus de 500 étudiants de Sciences Po ont participé à un programme Erasmus+, et 650 ont été reçus à Sciences Po : comme chaque année, Sciences Po participe activement au programme Erasmus ! Notre université n’est pas seulement membre active de ce programme, elle est aussi impliquée dans de nombreuses initiatives visant à construire une Europe plus forte et plus unifiée dans les domaines de l'éducation et de la mobilité. 

Lire la suite
Qu'apprend-on au Collège universitaire ?

Qu'apprend-on au Collège universitaire ?

La pluridisciplinarité. La troisième année à l’étranger. L’histoire. La science politique. Étudier à Paris. Ne pas étudier à Paris. Chaque étudiant a sa raison bien à lui de choisir le bachelor de Sciences Po. Mais de quelles sciences humaines et sociales parle-t-on ? À quoi cela peut-il bien servir plus tard ? Entretien avec la doyenne du Collège universitaire, Stéphanie Balme, sur cette formation “iconique” du parcours à Sciences Po.

Lire la suite