“C’est la grève générale en France qui a contribué à faire de 1968 une année clé dans le monde”

1968, année de révolutions ? Oui, mais pas seulement en France. Alors que beaucoup cantonnent cette année aux événements de mai et à ses barricades parisiennes, Gerd-Rainer Horn, enseignant-chercheur en histoire politique au Centre d’histoire de Sciences Po, rappelle que de nombreux mouvements étudiants se sont également déroulés partout dans le monde cette année-là. Entretien.

Beaucoup ont tendance à résumer les événements de 68 aux journées de mai en France. Pourtant 68 a connu de nombreux mouvements sociaux, et notamment étudiants, dans différents pays. Peut-on parler pour autant d'un mouvement international ?

Bien sûr nous pouvons parler d’un mouvement international. Même si, en terme d’organisation, on ne peut pas identifier un quartier général international. On a tendance à regarder la France comme le lieu central des mouvements de mai 68. La raison de cela, c’est évidemment la grève générale. Cette grève générale ouvrière à partir de la mi-mai a vraiment attiré l’attention du monde sur la France. En effet, quand seuls les étudiants étaient en grève, la société ne s’est pas arrêtée ! Mais quand les ouvriers se sont aussi mis en grève, là, tout le monde a vraiment regardé la France. Cependant, je pense que cette orientation vers la France est un peu surdimensionnée : si on regarde la dynamique des mouvements sociaux (étudiants et autres), ne serait-ce qu’au niveau européen, on peut constater que d’autres pays étaient traversés d’événements du même ordre et cela avant mai 68, voire même avant l’année 1968.

Si on se concentre sur le mouvement étudiant, la première ville étudiante qui a explosé dans ce cycle de mobilisation est Louvain, en Belgique, en mai 1966 : deux années avant ! Pour des raisons propres à la Belgique, le début des protestations étudiantes a commencé dès 1966. Un autre cas également, l’Italie : là, les choses ont débuté sur le plan étudiant dès octobre 1967. Après une première occupation sur le campus de l’Université de Trento en 1966, un campus alors très petit, la première occupation d’une grande université a été celle de La Cattolica à Milan, la plus grande université catholique au sud des Alpes, en octobre 1967. Les six mois qui ont suivi, le mouvement s’est répandu très vite dans toute l’Italie. En mars 1968, presque tous les campus italiens, de Sicile jusqu’à Sud-Tyrol, étaient en grève, bloqués ou occupés alors qu’en France, au même moment, on ne rêvait même pas de quelque chose comme cela. Or, cela se produit deux mois plus tard.

On peut comprendre cette focalisation sur la France, même au niveau international, du fait de l’existence de cette grève générale. Il n’y a pas d’autres pays où la grève générale a duré trois semaines. Et c’est arrivé en France, pays qui était alors la 5e puissance industrialisée du monde. Peut-on donc parler d’un mouvement international ? On peut dire qu’il n’y avait pas un mouvement international organisé mais une dynamique internationale plus ou moins spontanée : bien qu’il n’y ait pas eu d’organisation internationale du mouvement, les idées, elles, se sont répandues. Il y a eu des congrès internationaux dès 1967.

Les mouvements de protestations se sont-ils ainsi influencés d’un pays à l’autre ?

Oui, les mouvements se sont influencés mutuellement. Par exemple, en Belgique et en France. Fin mars 1968, une rencontre internationale des leaders étudiants s’est tenue à Paris. Ils se sont rencontrés dans la cour intérieure de la Sorbonne. Tous les accès aux bâtiments étant fermés, ils se sont demandés où s’installer pour débattre. Et ce sont les étudiants de Louvain qui ont montré aux Français comment faire : ils ont cassé une fenêtre et sont entrés. Pendant les discussions qui ont suivi, Daniel Cohn-Bendit incitait ses “copains” français à suivre l’exemple des militants belges : « Nous devons préparer des actions comme les camarades flamands nous l’ont montré ici et à Louvain » (GOOSSENS Paul. Leuven ’68 of het geloof in de hemel. Zellik: Roularta, 1993, 111 p.).

C’est anecdotique et il ne s’agit pas de souligner l’existence de violence mais cela montre comment les techniques se sont diffusées, comment elles ont été partagées. Lors du congrès international sur le Vietnam à Berlin-Ouest en février 1968, les militants français présents, dont des activistes déjà connus comme Alain Krivine, Jeanette Habel et Jean-Marie Vincent, ont été très impressionnés par le déroulement très combatif et presque chorégraphié des manifestations dans les rues de Berlin, organisées par la Nouvelle Gauche allemande. Et ils étaient encore plus étonnés d’apprendre que les Allemands avaient été, à leur tour, inspirés par les tactiques innovantes des militants étudiants japonais du Zengakuren !

Pourquoi 1968 ? Pourquoi cette année en particulier ?

C’est la grève générale en France qui a contribué, même à l’échelle internationale, à faire de 1968 une année-clé. Mais l’année 1968 se situe dans un contexte plus global, dans un mouvement présent dans de nombreux pays avant 1968 : celui de la Nouvelle Gauche, avec par exemple le Parti Socialiste Unifié (PSU) en France , le Frente de Liberación Popular (FLP) en Espagne, la Sozialistischer Deutscher Studentenbund (SDS) en RFA ou les Students for a Democratic Society (SDS) aux États-Unis. Et, dans presque tous ces pays, cette Nouvelle Gauche a disparu en 1969/1970. Ce qui fait de 1968 une année charnière.

En Espagne, la Nouvelle Gauche qui s’inscrivait dans la résistance anti-franquiste était très forte. Il y a une belle citation que j’utilise souvent “La Nouvelle Gauche espagnole a disparu à cause des complications du mai 68 français”. En effet, mai 68 est un moment explosif mais à la fin de l’année, que s’est-il passé ? De Gaulle a gagné les élections ! Il s’agit donc d’une explosion sans conséquence immédiate, ce qui a sonné le coup d’arrêt à certains mouvements de la Nouvelle Gauche qui se sont demandé “mais qu’est-ce qu’on a mal fait?”.

La France occupe une place centrale en 1968 mais il y a également un autre aspect important : la guerre du Vietnam. En 1968, la guerre est dans une phase extrêmement dure, c’est l’année notamment de l’offensive du Têt. L’année où, pendant quelques heures, l’ambassade des États-Unis à Saigon a été aux mains des Vietcongs. Et ça a été un choc pour beaucoup de gens. Pour de nombreuses raisons, 1968 a une signification très spéciale dans le monde. On parle de mai 68 en France, du Sessantotto en Italie : ce sont des expressions dans ces pays, et dans d’autres, qui montrent la centralité de cette année. Il y a “quelque chose” dans cette année 1968.

Y a-t-il des points communs entre les différents mouvements étudiants ?

C’est une bonne question mais il est assez difficile d’y répondre. Est ce qu’il y a des points communs ? Oui… Bien qu’il y ait pour certains pays une dimension ouvrière, c’est la dimension étudiante qui est centrale dans tous les pays concernés. C’est vraiment la nouveauté de ce cycle de mobilisations. En effet, avant 1968, les étudiants ne sont presque jamais au centre des mouvements sociaux radicaux, à gauche surtout. Dans les années 1920, on trouve des étudiants mais surtout dans les mouvements radicaux de droite. Donc, cette présence étudiante (des universités, mais aussi des lycées) est une vraie nouveauté. Un autre point commun est le schéma de déclenchement de ces mouvements, que ce soit en Occident, dans le bloc soviétique ou dans les pays du tiers-monde. Ces mouvements commencent d’abord par des préoccupations très locales, relatives à la vie universitaire ou culturelle.

Ainsi, à Nanterre, en novembre 1967, c’est la question des dortoirs non mixtes qui pose problème.  Ce n’est pas vraiment révolutionnaire en soi mais la réponse des autorités, plutôt floue, radicalise les événements. On retrouve ce schéma dans d’autres pays. En Allemagne, c’est la décision du gouvernement de raccourcir le nombre d’années allouées pour terminer son cursus qui est à l’origine du mouvement, et c’est à nouveau la réponse des autorités qui le radicalise. On retrouve donc le même schéma : un déclenchement lié à une question locale, et pas une question sociale révolutionnaire, qui se radicalise au contact de pouvoirs souvent autoritaires. Les pays du bloc soviétique s’embrasent selon le même schéma, même dans un contexte dictatorial. En Yougoslavie, le mouvement démarre autour d’une question culturelle : à Belgrade, les étudiants souhaitent l’organisation de concerts en plein air, le refus autoritaire du pouvoir déclenche le mouvement. C’est la même chose en Espagne ou au Portugal, au Sénégal ou au Mexique. Les protestations débordent très rapidement leurs revendications initiales.

Cette génération s’est également beaucoup politisée en Occident autour des questions de pauvreté et de richesse dans le tiers-monde. Dès le milieu des années soixante et jusqu’en 1968-1969, de nombreux étudiants se radicalisent autour de cette question. Leur regard sur le tiers-monde leur renvoie l’image d’un monde loin d’être parfait. Une imperfection qu’ils vont lier à l’action des pays occidentaux, responsables du sous-développement. Via ce “détour” par le tiers-monde, cette génération commence à regarder sa propre société d’un œil critique. C’est encore plus flagrant à partir de 1969-1970 : les jeunes se sont d’abord intéressés au tiers-monde mais leurs critiques se font de plus en plus acerbes vis-à-vis de leur propre société.  Les pays du tiers-monde ont ainsi joué le rôle d’instigateurs de pensées critiques.

> Lire la suite de l'entretien

En savoir plus

  • Les mouvements étudiants dans le monde en 1968”, dossier de la bibliothèque de Sciences Po. Quand on parle de l’année 1968, on pense souvent à la France et ses barricades à Paris. C’est oublier que de nombreux mouvements étudiants ont également eu lieu cette année-là dans le reste du monde. La bibliothèque raconte cet ailleurs. Dossier réalisé sous la coordination scientifique de Gerd Rainer Horn du Centre d'Histoire de Sciences Po
  • L’exposition “Les mouvements étudiants dans le monde en 1968” : une série de documents (affiches, photos) retraçant les mouvements étudiants de l’année 1968. Du 10 avril au 9 juin à la bibliothèque de Sciences Po, 27, rue Saint-Guillaume.
Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Par Dominique Boullier, Mariannig Le Béchec et Maxime Crépel. Les livres qui s’entassent dans votre bibliothèque sont-ils encore vivants ? Pourquoi les garder s’ils ne le sont plus ? Pourquoi l’attachement au livre imprimé ne se dément-il pas à l’heure du livre numérique ?

Lire la suite
“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

Depuis 10 ans, le Baromètre de la confiance politique du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) mesure les niveaux de confiance accordés par les Français à leurs acteurs politiques, sociaux et économiques. Il révèle aussi les degrés de confiance personnelle et interpersonnelle : famille, voisins... et mesure les perceptions de l’avenir par les Français. À l’occasion de la parution de la 10e vague, entretien avec Martial Foucault, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2019 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Par Michele Di Donato, Centre d'histoire de Sciences Po - En apparence spontanée et souvent même grossière, la communication de Matteo Salvini est coordonnée soigneusement et s'appuie sur un outil informatique très efficace. Il faut toutefois se garder de la tentation d’attribuer seulement à ces techniques la réussite de la communication de la Ligue. En effet depuis la crise de 2008, les partis qui proposent une distinction entre un « peuple » homogène et des « élites » corrompues, ont le vent en poupe un peu partout dans le monde.

Lire la suite
Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

L’École de droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 45 % au concours 2018 de l’École Nationale de la Magistrature (ENM). Parmi les 180 étudiants de la classe préparatoire ayant présenté le concours, 79 ont été admis. Huit d’entre eux figurent dans les dix premiers du classement, et vingt parmi les trente premiers.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
Le migrant est l’avenir du monde

Le migrant est l’avenir du monde

Par Bertrand Badie (CERI). Le débat sur la migration est stupéfiant et pourtant il dure, s’enlise et même s’encastre dans l’ordinaire de notre culture politique contemporaine. Il paralyse l’Europe qui en parle tout le temps, mais n’en délibère jamais. Il envahit les propagandes partisanes et s’impose comme une sorte de friandise électorale dont se délectent les populistes de tous poils, de droite et maintenant d’une certaine gauche. Il tétanise les gouvernements qui craignent que le respect de la vérité ou qu’un sursaut d’humanisme ne leur vaillent une chute dans les sondages.

Lire la suite
L’espionne qui venait de Sciences Po

L’espionne qui venait de Sciences Po

Jeannie de Clarens, née Rousseau, première de sa promotion en juillet 1940, entame au sortir de la rue Saint-Guillaume une carrière d’espionne-interprète exceptionnelle. À 23 ans, elle a offert aux Alliés un des renseignements les plus précieux de la Deuxième Guerre Mondiale. Une véritable héroïne de “l’armée des ombres”, à qui Sciences Po rend aujourd’hui hommage en baptisant un des ses amphithéâtres à son nom.

Lire la suite
Artillerie : découvrez notre futur campus !

Artillerie : découvrez notre futur campus !

Sciences Po a dévoilé en janvier 2018 le projet architectural qui va redessiner le site de l'Artillerie, acquis en 2016, et plus largement recomposer son campus parisien à l'horizon 2022. L’équipe qui a été choisie pour redessiner le site sera emmenée par Sogelym Dixence, avec les architectes Jean-Michel Wilmotte, Moreau-Kusunoki et Sasaki. Au delà du défi architectural - transformer en campus universitaire durable et innovant un ancien noviciat fondé au XVIIè siècle - c’est pour Sciences Po une véritable refondation, 150 ans après sa création.

Lire la suite