Énergies renouvelables : comment soutenir les projets citoyens ?

Par Andreas Rüdinger (IDDRI). Le développement des énergies renouvelables (ENR) représente l’un des piliers de la stratégie française de transition énergétique. Afin d’atteindre les objectifs ambitieux fixés à l’horizon 2030 – soit 32 % d’énergie renouvelable dans la consommation finale d’énergie, 40 % pour l’électricité –, la nouvelle Programmation pluriannuelle de l’énergie indique qu’il faudra doubler les capacités d’énergies renouvelables électriques installées entre 2017 et 2028 dans l’Hexagone.

Au-delà du défi technique et économique, ce développement soulève un enjeu important en matière d’acceptation locale des projets. Dans ce cadre, les projets participatifs d’énergies renouvelables représentent un modèle particulièrement innovant et dynamique, porté par deux approches complémentaires. Ces initiatives ont fait l’objet d’une toute récente étude de l’Iddri dont nous reprenons ici les principaux enseignements.


À lire aussi : Changement climatique : comment sortir de « l’âge des fossiles » ?


Une niche dans le marché français

Il y a tout d’abord l’émergence de projets citoyens, fondés sur une implication durable des habitants et collectivités locales dans la gouvernance et le financement des projets. Ces initiatives sont pour la plupart soutenues par l’association Énergie partagée qui comprend à la fois un fonds d’investissement citoyen et une activité d’aide au montage des projets. En dépit de l’accélération observée ces dernières années – 300 projets recensés en 2018 en France, contre 160 en 2015 –, ils représentent pour l’instant une niche de faible ampleur dans le marché national.

Selon une étude de l’Ademe, l’éolien citoyen représentait environ 3 % des capacités totales installées en France jusqu’en 2016, et 1 % pour le photovoltaïque. Des chiffres encore très éloignés de l’Allemagne, où 43 % des capacités totales d’ENR électriques sont détenus par les citoyens (32 %) et les agriculteurs (11 %).

Il faut également noter la multiplication des opérations de financement participatif pour des projets ENR de grande envergure, portés par des développeurs industriels via les plates-formes de financement participatif (crowdfunding).

Plus simple à mettre en œuvre, ce modèle connaît aujourd’hui une croissance importante (39 millions d’euros collectés en 2018 contre 21 millions en 2017). Un essor qui s’explique par l’introduction du « bonus participatif » dans les appels d’offres nationaux depuis 2016. Ce bonus octroie un soutien public additionnel (compris entre 1 et 3 euros par MWh) au porteur de projet si celui-ci s’engage à respecter des seuils conséquents en matière de financement participatif (10 % du financement total ou 40 % des fonds propres apportés par des citoyens et collectivités locales) pour une durée minimale de 3 ans. Son attractivité n’est plus à démontrer : toutes filières confondues, 36 % des projets lauréats se sont engagés au bonus, taux qui monte à plus de 70 % pour la filière des centrales photovoltaïques au sol.

Iddri/Énergie partagée/FPF, CC BY-NC-ND

Jouer la complémentarité des approches

Si les deux approches du financement participatif et des projets citoyens s’inscrivent dans la même finalité d’implication des acteurs locaux dans les projets de leur territoire, leurs fonctionnements, vertus et contraintes restent toutefois différents.

En raison de sa simplicité, le financement participatif constitue un outil facilement généralisable pour flécher massivement l’épargne locale vers les projets ENR, tout en permettant de favoriser l’acceptation des projets. Il faut néanmoins reconnaître que la participation exclusivement financière (sans aucune influence sur la prise de décision) et généralement limitée dans la durée (quatre à cinq ans pour la majorité des projets) n’apporte pas la même valeur ajoutée en matière d’appropriation locale des projets.

À l’inverse, les projets citoyens, bien que plus longs et complexes à monter, s’inscrivent dans une réelle démarche de maîtrise locale des projets en cohérence avec le territoire, générant une dynamique sociale et une valeur ajoutée locale que le financement participatif ne peut que difficilement reproduire.

Mais plutôt que de les opposer, c’est bien leur complémentarité qu’il faut valoriser. Les motivations et attentes des citoyens en matière d’implication dans les projets sont multiples, allant du placement éthique de son épargne jusqu’à l’engagement dans un collectif local en vue de développer un projet coopératif. La diversité de modèles constitue donc une richesse pour répondre à ces attentes.

Le bonus participatif à la croisée des chemins

C’est en partie dans cet esprit de rapprochement des modèles que s’est inscrit la réforme du bonus participatif intervenue en 2018 ; elle vise à systématiser le lien entre l’investissement participatif et la participation des acteurs à la gouvernance des projets.

Partant d’une l’intention louable, cette réforme risque néanmoins de générer beaucoup de déceptions.

Tout d’abord pour les développeurs industriels (en général peu enclins à ouvrir leurs projets à une gouvernance partagée), faute de s’être familiarisés avec cette approche plus complexe ; pour les plates-formes de crowdfunding ensuite, les levées de fonds en actions étant bien plus complexes que celles réalisées jusque-là (principalement sous la forme d’obligations simples ou convertibles), induisant des coûts et un risque d’échec bien plus importants.

Pour une large partie des investisseurs citoyens enfin, qui privilégient des outils d’investissement simples (comportant un taux de rentabilité fixé d’avance et une durée de placement limitée à quelques années) à la possibilité de participer activement à la gouvernance des projets, au prix d’un investissement en actions plus complexe et risqué.

De façon paradoxale, les acteurs de l’énergie citoyenne pourraient également se retrouver perdants : l’évolution des critères du bonus participatif constitue en effet l’arbre qui cache la forêt. Le développement futur de ces initiatives citoyennes dépend avant tout du maintien des mécanismes de soutien en guichet ouvert, qui tendent à disparaître progressivement au profit de la généralisation des appels d’offres.

Or il est désormais admis que la mise en concurrence profite en premier lieu aux grands acteurs industriels, risquant par conséquent de freiner brutalement le développement des projets citoyens, ne pouvant résister à cette concurrence sur des critères purement économiques.

 

La nécessité d’une stratégie nationale

Comment sortir de cette situation ?

En saisissant les opportunités fournies par la nouvelle directive européenne aux énergies renouvelables, qui encourage les États à se doter d’un véritable cadre stratégique pour développer les projets participatifs. Elle autorise également les États membres à réserver des mécanismes de soutien sur mesure aux projets citoyens – que ce soit via la préservation de tarifs d’achat en guichet ouvert, d’appels d’offres réservés ou encore de conditions préférentielles pour faciliter leur participation aux appels d’offres.

Plutôt que d’essayer de soutenir l’ensemble des modèles participatifs au travers d’un seul outil (en l’occurrence, le bonus participatif), il pourrait ainsi être judicieux de développer deux approches complémentaires.

D’un côté, il faudrait définir un objectif ambitieux pour le développement des projets citoyens ENR, à l’image de l’objectif de 15 % pour 2030, proposé par le Collectif pour l’énergie citoyenne… à condition de leur préserver un cadre favorable (notamment via le maintien des tarifs d’achat en guichet ouvert). Et, à plus long terme, en définissant des mesures préférentielles pour permettre l’intégration progressive des projets citoyens dans les appels d’offres (en veillant à ne pas reproduire les erreurs commises par l’Allemagne).

De l’autre côté, il s’agirait de généraliser au mieux le financement participatif pour les projets soumis aux appels d’offres, via la simplification des modalités du bonus participatif. À terme, l’incitation économique pourrait même être remplacée par une obligation réglementaire d’ouverture du capital des projets aux acteurs locaux (à l’image de ce que pratique le Danemark pour l’éolien).

Une telle vision stratégique permettrait non seulement de concrétiser enfin l’adage d’une « transition par tous et pour tous », qui avait émergé du débat national sur la transition énergétique en 2013. Mais elle semble surtout indispensable dans le contexte actuel pour mener à bien ce projet de transition dans le cadre d’un nouveau contrat social et écologique, assurant l’implication de tous et une répartition équitable des retombées dans les territoires.The Conversation

Andreas Rüdinger, chercheur associé, pôle énergie-climat, Iddri

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

La puissance des faibles : repenser les relations internationales

La puissance des faibles : repenser les relations internationales

Pour Bertrand Badie, la vision classique des relations internationales se fonde sur un schéma éculé, qui oublie l'histoire et la diversité des cultures. Les politiques étrangères qui s'en inspirent agissent dans un monde "qui n'existe pas", et commettent des erreurs aux conséquences dramatiques sur le fragile équilibre mondial. Le Professeur émérite à Sciences Po, l'auteur de L'hégémonie contestée, et tout récemment de Rethinking International Relations, montre que d’autres logiques peuvent se montrer plus déterminantes que la puissance.

Lire la suite

"Un cours comme un point d'interrogation"

Quoi de plus iconique qu’un cours sur “l’abécédaire du politique” à Sciences Po ? Un grand classique, certes, mais qui n’exclut pas l’originalité. En convoquant théorie politique, philosophie, littérature, et anthropologie, Astrid Von Busekist questionne le champ du politique et mène les étudiants vers une réflexion “un peu ordonnée” avec un seul credo : penser, c’est argumenter. 

Lire la suite
L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

Par Luis Martinez (CERI) - Aux yeux de l’armée, le mouvement dit Hirak, qui balaie l’Algérie depuis maintenant près d’un an, exprime avant tout la colère du peuple à l’encontre du système Bouteflika – un système caractérisé par la présence au gouvernement de nombreux civils, souvent accusés de corruption. La réponse politique des militaires, qui tiennent les rênes du pays depuis la démission de Bouteflika en avril 2019, a donc été de mettre en place un gouvernement de technocrates présentés comme compétents et intègres. L’armée ne souhaite pas démocratiser le régime, mais seulement améliorer la gouvernance afin de pouvoir répondre aux besoins socio-économiques de la population.

Lire la suite
5 conseils avant les écrits

5 conseils avant les écrits

Samedi 22 et dimanche 23 février prochains, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins. 

Lire la suite
Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Diplômé de Sciences Po en 2002, Fabrice Amedeo a déjà plusieurs vies. Journaliste, auteur, et désormais navigateur au long cours, ce quarantenaire s'apprête à prendre le départ du Vendée Globe 2020 à la barre d'un monocoque doté de capteurs ultra-sophistiqués qui lui permettent d'allier passion pour la voile et protection de l'environnement. Portrait en vidéo.

Lire la suite
Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Face à l’urgence climatique et aux bouleversements environnementaux planétaires, Sciences Po se donne une feuille de route sur trois ans dans le cadre de l’initiative globale « Climate Action : Make it work » lancée en 2015. Elle engage l’institution à la fois en tant que lieu de formation et de savoir, et en tant que lieu d’études et de travail, à Paris et sur ses six campus en région.  

Lire la suite
Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Le dernier bilan des admissions confirme l’attractivité de Sciences Po avec plus de 20 000 candidatures en 2019. 4218 nouveaux étudiants issus de 137 pays ont rejoint nos cursus de premier cycle, de master et de doctorat. Les effectifs totaux de Sciences Po restent stables, et la sélectivité est en hausse avec un taux d’admis de l’ordre de 20%. 

Lire la suite
Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), ont été arrêtés en Iran au début du mois de juin 2019. Depuis lors, ils sont toujours incarcérés. Le 31 janvier 2020, le CERI organisait un colloque, « Captifs sans motif », visant à contribuer à la mobilisation en faveur de leur libération et à sensibiliser aux divers enjeux (diplomatiques, politiques, intellectuels et humains) que soulève leur détention. De nombreux chercheurs, mais aussi des personnalités familières de la question des arrestations arbitraires, étaient présents. Retour en vidéo sur leurs échanges.

Lire la suite
Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Disparu le 3 février 2020, David Kessler, intellectuel, haut fonctionnaire, conseiller politique et acteur majeur du secteur culturel en France, a enseigné à Sciences Po durant une trentaine d’années. Avec lui, Sciences Po perd un enseignant de talent et un compagnon de route très fidèle, attentif et bienveillant, qui a soutenu l’institution dans toutes les grandes transformations qui ont marqué les dernières décennies. 

Lire la suite
Amérindiens, leur combat pour la planète

Amérindiens, leur combat pour la planète

Les peuples amérindiens qui vivent en dehors de la mondialisation industrielle représentent près de 400 millions de personnes dans le monde. Ils constituent une part significative de la population de certains pays et régions et leur survie n'est pas seulement un enjeu à l'échelle de leurs peuples. "Nous avons besoin de ces populations pour préserver les 4/5e de la diversité biologique qui se trouvent concentrés sur leurs terres", souligne ainsi Sébastien Treyer, directeur général de l'Iddri. Ce 29 janvier, Davi Kopenawa, chaman et porte-parole des Indiens Yanomami du Brésil et Almir Narayamoga Surui, leader des Paiter Surui du Brésil, sont venus débattre à Sciences Po de leur combat.

Lire la suite