Printemps de l’économie – Travail : un peu, beaucoup, à la folie, pas du tout ?

Jeudi 21 mars 2019 17h30 à 20h30
Amphithéâtre Emile Boutmy - 27 rue Saint-Guillaume 75007 Paris
Organisé parSciences Po / Printemps de l'économie

À l’occasion de la clôture de l’édition 2019 du Printemps de l’Économie, Sciences Po (Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques et OFCE) et Les Économiques se mobilisent et proposent plusieurs sessions d’analyses et d’échanges sur le thème « Travail : un peu, beaucoup, à la folie, pas du tout ? »

Au programme :

17h30-18h15 : Choisir son temps de travail ?

Après deux siècles de réduction de la durée hebdomadaire du temps de travail, peut-on penser que ce mouvement va continuer à se poursuivre ? Pour refonder une société inclusive, ne faut-il pas un partage du temps de travail dynamique et négocié afin de mieux articuler au niveau de l’individu temps personnels et familiaux, et au niveau de la société formation et production ?

Session Les Économiques / Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP) de Sciences Po / OFCE Sciences Po, avec :

  • Pierre Cahuc, professeur d’économie, co-titulaire de la Chaire Sécurisation des parcours professionnels de Sciences Po ; IZA Research Fellow
  • Bruno Palier, directeur du Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP) de Sciences Po
  • Catherine Pinchaut, secrétaire nationale de la Cfdt

18h15-19h00 : Autour du droit du travail

Session OFCE Sciences Po.

Quelles évolutions pour le droit du travail ?

Session en cours de construction.

19h15-20h15 : Peut-on vivre de son travail ?

Le Printemps de l’économie donne le dernier mot aux élèves de Sciences Po ! La question du travail est centrale dans les débats actuels, avec une place très importante accordée à ce qui est son premier rôle : permettre aux travailleurs de vivre. Pour vivre de son travail, certains estiment qu’il faudrait une hausse du salaire minimum, ou l’instauration d’un revenu universel en complément. Ces mesures sont-elles réalisables et souhaitables ?

Intervenant-e-s : A venir

En savoir plus et s’inscrire