Un projet collectif mené avec l'Université Le Havre Normandie

Un projet collectif mené avec l'Université Le Havre Normandie

  • Sophie, Léna, Sylvain, Laurie et Justine © Groupe de projetSophie, Léna, Sylvain, Laurie et Justine © Groupe de projet
  • Séance de travail avec les étudiants du Havre © Groupe de projet collectifSéance de travail avec les étudiants du Havre © Groupe de projet collectif
  • Présentation à la CODAH © Samuel DeprezPrésentation à la CODAH © Samuel Deprez
  • Présentation à la CODAH © Groupe de projet collectifPrésentation à la CODAH © Groupe de projet collectif

Dans le cadre d'un projet collectif du Master STU de l’École urbaine, une équipe d'étudiants s’est vue confier une commande de la CODAH (Communauté d’Agglomération du Havre) sur l’implantation d’un campus maritime : quelles appropriations et quels usages par les acteurs du campus. Une partie du projet a été réalisée avec des étudiants du Master Urbanités du Havre.

Trois phases régissent l'étude des étudiants : une première de diagnostic, une seconde de benchmark, une dernière de préconisations. Lors de la première phase, les étudiants STU (Sophie Bachmann, Léna Delugin, Sylvain Lopez-Mora, Laurie Magimel et Justine Richard) ont réalisé un diagnostic croisé, accompagné par M. Laurent Barelier, avec une équipe de 16 étudiants du Master Urbanité de l'Institut d'Urbanisme de Normandie, accompagnée par M. Samuel Deprez.

Les étudiants du Master Urbanités ont réalisé une étude quantitative et cartographique, réunissant un panel de 1002 étudiants, sur l’ensemble des sites, à ce jour encore dispersés (Frissard, Lebon, Caucriauville), du Havre. Le groupe de l'École urbaine a réalisé une étude qualitative, mobilisant trois méthodologies complémentaires : des entretiens semi-directifs d’une heure (30 entretiens), des observations (8 lieux emblématiques du campus) ainsi qu’un entretien collectif  (focus group) permettant aux étudiants d’interagir et de confronter leurs représentations. Ce dernier élément de méthodologie répond à un des objectifs de leur enquête qualitative : celui de co-construire le futur campus havrais avec les étudiants du campus dans une logique ascendante. 

Ainsi, le croisement d’une étude quantitative, tendant à la représentativité du panel, et d’une qualitative s’attachant à comprendre le vécu et les représentations, a pu donner naissance à un diagnostic complet et rigoureux sur la situation du campus havrais. Au terme de ce double travail de terrain, quatre axes d’analyse ont été retenus :

  1. Etudier au Havre
  2. Mobilités étudiantes
  3. Plus-value d’un campus maritime
  4. Attractivité et rayonnement du campus havrais

Pour chacune de ces thématiques, ont été mis en relation une représentation cartographique des usages établis à partir de statistiques, des graphiques, ainsi que des verbatim restituant la parole brute des étudiants et des enseignants-chercheurs et salariés du Havre. La coprésence de ces approches confère aux résultats une solidité particulière au diagnostic sur le plan de la méthodologie d’enquête. De plus, "collaborer avec des étudiants issus d’une autre formation et comptant des méthodes de travail différentes a été extrêmement enrichissant pour nos deux équipes. Les multiples apports de cette collaboration permettent ainsi à notre équipe d’entamer la phase de benchmark dans d’excellentes conditions" conclut Léna Delugin.

Les étudiants des deux formations ont présenté leur travail à la CODAH le 23 mars dernier. 

Tags :
Retour en haut de page