Séminaire: La transition énergétique en France : quelle(s) trajectoire(s) de changement ?

Séminaire: La transition énergétique en France : quelle(s) trajectoire(s) de changement ?

Jeudi 3 novembre 2016 - 14h45 - 16h45
  • ©Sergey Nivens/Shutterstock©Sergey Nivens/Shutterstock

Séminaire organisé par Sciences Po, Centre d’études européennes, École urbaine et EDF R&D avec le soutien du Programme Cities are back in town

Jeudi 3 novembre 2016 - 14 h 45 - 16 h 45 - Sciences Po - Salle du Conseil 13, rue de l’Université 75007 Paris

Les éclipses du public. Les économies d’énergie, un enjeu d’opinion ?

Inscription obligatoire

Pour les personnes externes à Sciences Po : Merci de veiller à vous présenter à l'accueil 10 minutes avant le début de la séance et de vous munir de vos papiers d'identité.

Deux leviers sont couramment cités pour la réussite de la transition énergétique : l’efficacité et la sobriété énergétiques. Et si l’on en croit la plupart des enquêtes d’opinion, la majorité des ménages français se dit prête à investir dans des équipements électroménagers plus économes ou à réaliser des économies d’énergie en adoptant des comportements moins énergétivores (Sondage IFOP 2014, Harris Interactive 2015). En se bornant à cet état des lieux sommaire, la mobilisation de l’opinion publique apparaît donc déjà forte et largement engagée en faveur de la Maîtrise de la Demande en Énergie (MDE).

Pourtant qu’interroge-t-on réellement quand on aborde la question de l’opinion publique sur les économies d’énergie ? Il faut en effet tout d’abord rappeler que les opinions concernant les économies d’énergie sont cadrées par les politiques publiques et leurs effets, en partie déterminées par la nature des infrastructures énergétiques et leur caractère territorialisé ; elles se publicisent enfin selon les particularités des dispositifs d’expression - éventuellement selon les modalités de délibération - et de mesure de l’opinion. La seconde partie de la communication soulignera une double spécificité de la MDE comme problème public : au regard d’autres problèmes énergétiques d’une part ; au regard de la manière dont les acteurs ont publicisé le problème des économies d’énergie d’autre part. 

On tentera de dépasser cette première lecture en termes d’opinion publique générale et de s’interroger sur les dispositifs de saisie et de mesure de l’opinion capables d’identifier des publics différenciés (questions ouvertes, Bulletin Board Online). Comment s’effectuent les arbitrages entre confort, coût et souci de préservation par exemple ? Plutôt qu’une opinion publique indifférenciée en matière d’économie d’énergie, la question se pose des récits que les individus construisent sur ce problème et du travail de cohérence effectué pour aligner discours sur les pratiques et les expériences, parfois très privés, et récits sur les principes, dont les formes traduisent des vocations à une plus forte publicisation. 

Mathieu Brugidou est chercheur senior à EDF R&D, au Groupe de Recherche Énergie Technologie et Société et chercheur associé à PACTE. Ses travaux portent sur les volets théorique et méthodologique d’une approche discursive des publics. Il s’intéresse en particulier aux controverses et débats sur l’énergie. 

Jérémy Bouillet est doctorant rattaché au laboratoire PACTE et à EDF R&D. Sa thèse porte sur l’élaboration des opinions et le rôle des normes sociales, en lien avec les questions d’énergie. Il a participé aux programmes de TriÉlec et Cogni sur la formation et la stabilité des opinions. Il a récemment publié « La question énergétique : entre pratiques sociales et problème public. Un exemple en région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) » dans Isabelle Garabuau-Moussaoui et Magali Pierre (dir.), Pratiques sociales et usages de l’énergie, Lavoisier, 2016. Il est chargé de cours de méthodes quantitatives en SHS à Sciences Po. 

Tags :
Retour en haut de page