Portrait : Hugo Ribadeau Dumas, Alumnus

Portrait : Hugo Ribadeau Dumas, Alumnus

  • Hugo Ribadeau Dumas, Afghanistan © HRDHugo Ribadeau Dumas, Afghanistan © HRD
  • Hugo Ribadeau Dumas, Afghanistan © HRDHugo Ribadeau Dumas, Afghanistan © HRD
Hugo Ribadeau Dumas a été diplômé du Master Governing the Large Metropolis en 2013. Il avait effectué son bachelor à Sciences Po et a passé sa troisième année en échange à l’Université Jamia Millia Islamia, en Inde, dans un master de journalisme.

Quel poste occupez-vous actuellement ?

Je travaille à New Delhi chez KPMG, à titre de conseiller pour le gouvernement indien (l’intitulé exact est Assistant Manager). KPMG est un réseau international de cabinets d’audits et de conseils.

Plusieurs types de projets m’ont été confiés dans des domaines aussi divers que le développement urbain, le tourisme et le commerce. En termes très généraux, mon travail consiste à proposer des solutions aux défis auxquels fait face l’administration indienne en matière de planification, de stratégie et de mise en œuvre.

Quel a été votre parcours depuis l’obtention de votre diplôme ? 

Depuis que j’ai obtenu mon diplôme, j’ai décidé de me spécialiser sur l’Asie du Sud, en raison de mes affinités culturelles personnelles et également pour les défis de développement gigantesques auxquels la région est actuellement confrontée. 

Au cours des six dernières années, j’ai travaillé en Inde, au Bangladesh et en Afghanistan. Ce faisant, j’ai appris plusieurs langues – hindi, ourdou, bengali, farsi – et j’ai donc approfondi ma connaissance de la région et de ses habitants. Ce fut un voyage fascinant que je tiens à poursuivre.

Sur le plan professionnel, je me suis spécialisé dans le secteur du développement. J’ai eu l’occasion d’observer ce secteur sous des angles très différents, grâce à des expériences de divers intervenants. J’ai d’abord été un mobilisateur communautaire auprès d’ONG en Inde, ce qui impliquait un travail de terrain intense. J’ai ensuite été engagé par une agence gouvernementale, l’AFD (Agence française de développement), pour laquelle j’ai coordonné la mise en œuvre de projets d’infrastructures à Dhaka, au Bangladesh. J’ai ensuite déménagé en Afghanistan où j’ai mené des recherches pour Altai Consulting afin d’évaluer l’impact des activités d’organismes donateurs. 

Enfin, j’ai rejoint l’entreprise privée KPMG.

Que pensez-vous de votre formation à Sciences Po ? 

La compétence la plus utile que j’ai tirée de mes études à Sciences Po est une certaine discipline intellectuelle. Qu’il s’agisse de réflexion analytique ou de compétences rédactionnelles, Sciences Po m’a certainement appris à rester aussi rigoureux que possible.  

Sciences Po m’a également aidé à devenir un professionnel très polyvalent, capable de travailler sur des questions très différentes à des postes très différents. Cela constitue la force majeure d’une formation dans cette institution.

Votre master vous a-t-il permis de trouver du travail plus facilement ?

Oui, parce qu’un master en gouvernance urbaine est encore relativement rare sur le marché du travail. Ce qui, je pense, a aidé à différencier mon profil des autres candidats. Cependant, le fait que j’ai obtenu un diplôme Sciences Po n’a pas été particulièrement utile en Asie du Sud, car l’école n’est pas encore bien connue en Inde et dans d’autres pays de la région.

Tags :
Retour en haut de page