Sciences Po parmi les meilleures institutions de recherche en économie au monde

Sciences Po parmi les meilleures institutions de recherche en économie au monde

  • L'entrée du 28 rue des Saints-Pères ©Sciences PoL'entrée du 28 rue des Saints-Pères ©Sciences Po

Les classements Ideas 2016 de la recherche en économie viennent d’être publiés. Établis à partir de la base de données Repec (Research papers in economics), ils se fondent sur les publications et citations scientifiques des dix dernières années. Sciences Po s'y classe parmi les 5% des meilleures institutions de recherche en économie au monde, aux côtés d’Harvard, la première, du Massachussets Institute of Technology (MIT) et de la London School of Economics (LSE).

Sciences Po dans le haut des classements

Sciences Po se classe au 34ème rang mondial des meilleures institutions de recherche en économie par le nombre de ses chercheurs figurant au top 5%. Deuxième institution française, elle devance la Toulouse School of Economics (TSE) (38ème) et l'Aix-Marseille School of Economics (72ème).

Consulter le classement (eng.)

Nos économistes à l'honneur

Onze chercheurs en économie de Sciences Po du Département d’économie de Sciences Po et de l’OFCE figurent dans le Top 5% des meilleurs économistes mondiaux (eng.). Cette performance est remarquable compte tenu de la taille relativement restreinte du Département d’économie de Sciences Po comparé à d’autres institutions. Créé en 2009, il compte 19 chercheurs permanents, et a obtenu au total sept bourses ERC (European Research Council).* Particulièrement sélectives, les bourses de l'ERC distinguent chaque année des chercheurs aux idées novatrices. Par ailleurs, quatre de ces chercheurs ont reçu le Prix du meilleur jeune économiste français.

Ces classement Ideas (eng.) de la recherche en économie s’appuient sur les données bibliographiques de la base Repec (Research papers in economics), qui contient environ 2 millions d’articles publiés dans 2 300 journaux, ainsi que 4 300 documents de travail. Elle est couplée à la base Citec (Citations in economics) pour l’analyse des citations et à la base Edirc (Economics departments, institutes and research centers in the world) pour le référencement de près de 47 000 économistes et des institutions dont ils relèvent (un peu plus de 7 000).

Source : dépêche AEF du 18/05/2016

En savoir plus

Tags :
Retour en haut de page