Quand l'art déborde chez Hermès

Quand l'art déborde chez Hermès

Rencontre avec Pierre-Alexis Dumas, directeur artistique
  • Julio Le Parc pour Hermès 2016Julio Le Parc pour Hermès 2016

« Quand l'art déborde… chez Hermès » était le thème de la conférence du 23 novembre 2016 au cours de laquelle Pierre-Alexis Dumas, directeur artistique de la Maison depuis 2011, a exposé sa vision de la créativité aux étudiants de l'École de la Communication.

Les rencontres qui ont fait caracoler la Maison Hermès.

L'homme et le cheval

À l'origine de la Maison : la rencontre de l'homme et du cheval. Une alliance millénaire qui atteint son paroxysme au XIXe siècle, alors que l'homme côtoie l'animal au quotidien, et qu'une industrie s'est développée autour de son équipement et son attelage. Pierre-Alexis Dumas nous projette dans le Paris de 1837, où il faut s'imaginer entourés par les calèches, voitures hippomobiles et les bruits de sabots sur les pavés pour prendre conscience de l'omniprésence du cheval.

Mises en valeur par Hermès cette année, dans son thème « la nature au galop », la symbiose de deux corps en mouvement, la proximité et la confiance que peuvent partager l'homme et le cheval se retrouvent partout. Un héritage puissant et noble qui remonte au fondateur de la Maison, Thierry Hermès, harnacheur.

L'échange est également celui entre le directeur artistique et les artisans : un contact source d'histoires édifiantes. Le directeur artistique a choisi de nous relater le récit d'un sellier, illustrant son souci permanent du cheval. Il nous rapporte ainsi ses propos : « quand je fais une selle, je pense au cheval ». La fabrication se construit autour de l'harmonie entre le cavalier et sa monture, et de leur protection, en prêtant tout particulièrement attention au cheval qui ne pourra pas protester si la selle est inconfortable.

Hermès, l'objet et l'art

Alfred de Dreux, Le Duc Attelé La deuxième rencontre significative est celle du jeune Émile Hermès avec une canne-ombrelle. Cette rencontre marque le début de la collection impressionnante d'artefacts qu'il s'attachera à enrichir sa vie durant. La Maison rencontre alors l'art et l'objet, deux éléments qui vont façonner son histoire et son processus de création jusqu'à aujourd'hui. Une aquarelle équestre d'Alfred de Dreux, Le Duc Attelé, touche notamment Émile Hermès. Véritable invitation au voyage, c'est une œuvre d'art qui l'inspire et vient charger de sens sa vision pour la cristalliser et lui donner forme, jusque dans le logo Hermès.

Dans la démarche de la Maison, que ce soit dans le processus conceptuel, artisanal ou entrepreneurial, l'art provoque une émotion esthétique, qui aboutit au dépassement et à la surprise. Les œuvres collectionnées au fil du temps dans le musée Hermès nourrissent la mémoire et l'univers de la Maison, tel un récit mythique, garant des valeurs et du sens de l'entreprise.

La Maison des artistes

Sous l'égide du visionnaire Émile Hermès la Maison évolue et son histoire croise celles d'artistes de renom comme Sonia Delaunay ou Jean Cocteau. Les interactions entre Hermès et les artistes se poursuivent, notamment à travers l'illustration des célèbres carrés. Le carré lui-même est lieu de rencontre : celle de la soie et de la couleur qui la traverse, animant le foulard par la fusion du support et du dessin.

Gloria PetyarreDe nombreux artistes ont été invités à participer à l'illustration de carrés, ce qui permet un renouvellement permanent, des expérimentations et une réflexion sur les codes de la Maison. Le directeur artistique souhaite laisser les artistes libres et authentiques dans l'expression de leur langage, dans l'objectif de « repousser encore et toujours les limites de l'expression de la marque ».

Au hasard des trouvailles, les rencontres aboutissent à des associations inespérées et poétiques, comme celle de l'artiste aborigène Gloria Petyarre, dont l'œuvre a été découverte fortuitement dans une galerie.

Hiroshi Sugimoto, Couleurs de l'ombre, scarf 053M. Dumas a créé Hermès Éditeur, un projet autour du carré mêlant le génie de l'impression sur étoffe et les défis de l'art contemporain. Le projet établit un dialogue entre les beaux-arts et les arts appliqués, et pousse Hermès à innover en termes de savoir-faire pour transcrire les œuvres et réflexions de grands artistes sur du textile.

La série limitée « Couleurs de l'ombre » de Hiroshi Sugimoto était une véritable gageure puisqu'il s'agissait de reproduire la lumière pure sur un carré de soie. Une telle coopération entre artiste et artisan donne lieu à un enrichissement réciproque, qui stimule la démarche créative et actualise ce qu'est la Maison Hermès.  

« Hermès hors les murs » au Carreau du TempleAujourd'hui, l'art déborde hors des ateliers Hermès pour aller à la rencontre du public, grâce à l'initiative « Hermès hors les murs » qui a eu lieu au Carreau du Temple du 18 au 26 novembre.

Cet événement a permis de mettre en valeur le geste, la technique et le métier des artisans qui fabriquent les objets Hermès.

La créativité en lien avec un projet commercial

Enfin, la Maison Hermès est la rencontre d'une pratique artistique et d'une entreprise commerciale. Le sens et la fonctionnalité de l'objet créé deviennent alors fondamentaux, et sa relation avec l'art n'est en rien antinomique, car une œuvre a toujours un usage, à tout le moins symbolique.

En réponse à l'hyperconsommation et à la frénésie de notre vie quotidienne urbaine qui touche à l'absurdité, « les objets Hermès sont une invitation à prendre le temps pour les apprécier ». Selon M. Dumas, « les artistes sont ceux qui éveillent les consciences, ceux qui nous ramènent à la pensée, à la sensualité et à la sensibilité ». L'objet créé en collaboration entre artisan et artiste est alors là pour nous pousser à réveiller notre humanité, notre sensibilité et nos émotions.

Retour en haut de page