#FUTURSPLURIELS - sauver des vies ou normer les corps ?

#FUTURSPLURIELS - sauver des vies ou normer les corps ?

  • ©Illustration Alexandra Assunçao©Illustration Alexandra Assunçao

"Article 1. Les êtres humains, les intelligences artificielles conscientes, les cyborgs et les autres formes avancées de vie bénéficient d'un droit universel à ne pas subir la souffrance, à s'améliorer et à vivre sans limite de temps via la science et la technologie.

Article 2.La loi fait interdiction aux groupes culturels, ethniques ou religieux de promouvoir des politiques publiques qui restreindraient les sciences de l'extension de la vie ou la santé du public (...)

(...)

Article 6. Le vieillissement involontaire sera considéré comme une maladie. Tous les gouvernements chercheront activement à augmenter de manière radicale la durée de vie et la santé de leurs citoyens en leur offrant les technologies médicales adéquates pour éviter le vieillissement involontaire." Parti Transhumaniste (USA), "Déclaration des droits transhumains", 2015

 

La technologisation de la santé ne date pas d'hier, mais les progrès du numérique et des biotechnologies lui font aujourd'hui franchir de nouveaux seuils.

Pour les professionnels de santé, il s'agit évidemment de sauver des vies, mais bien d'autres choses sont également en jeu : le pouvoir médical et l'agentivité des "patients" ; la responsabilisation des personnes ou la normalisation des manières d'être ; la relation entre soin, care et conditions de vie ; la marchandisation de la médecine et le destin des données de santé... Et dans le même temps, d'autres usages des technologies se développent à partir des marges, comme l'illustrent les réseaux de patients.

En imaginant un futur où les technologies en développement auraient porté tous leurs fruits, à quoi ressemblerait le système de santé ? Quelles possibilités inédites s'ouvrent-elles ? Quels risques ? Quelles alternatives ?

Intervenant·e·s 

Animation : Daniel Kaplan, Réseau Université de la Pluralité

Introduction : Christine Balagué, titulaire de la Chaire Good in Tech

  • Anita Burgun est professeur en bioinformatique. Elle dirige le laboratoire “Sciences de l'information et médecine personnalisée” du Centre de recherche des Cordeliers (INSERM / Université Paris Descartes) 
  • Stuart Calvo est directeur de collection aux éditions La Volte. Elle a dirigé en 2017 le recueil de nouvelles Demain le travail, dont la nouvelle d'Alain Damasio, « Serf-made man ? ou la créativité discutable de Nolan Peskine », a remporté le Grand Prix de l'Imaginaire en 2018. Elle dirige actuellement le recueil Demain la santé, à paraître à la rentrée 2020. 
  • Enguerrand Habran est directeur du Fonds FHF Recherche & Innovation. Auparavant, il a travaillé dans le domaine de la biologie systémique et de l'ingénierie génétique. De 2010 à 2015, il cofonde et dirige une société dans le domaine de l’intelligence artificielle. En 2014, il créé l’association New Health afin de faire émerger et d’accompagner l’innovation dans le domaine de l’e-santé et la préside jusqu’en février 2016, période à laquelle il rejoint le Fonds FHF. 
Event Date: 
Wednesday, 18 November, 2020 - 18:00 - 20:00
Event Location: 
Online
Back to top