Léa Morabito

Mobilisations sur les questions sexuelles en France :
mariage pour tous et prostitution à l'interaction de mouvements opposés

Léa Morabito, doctorante en science politiqueLe mariage pour tous et la prostitution sont souvent qualifiés de débats de société dans les médias comme dans différentes arènes politiques. Ces enjeux liés à la sexualité ne sont plus associés à un choix individuel et à la sphère intime mais se sont ouverts à la délibération démocratique. Leur actualité législative récente, avec la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe et la loi visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées, a attisé des mobilisations et provoqué des débats vifs et contradictoires. Elle m'a aussi permis de questionner des processus que j'ai pu observer « en train de se faire » : Quand la sexualité investit le champ politique, reformulée en différents enjeux, par quels acteurs sont-ils portés ? Et comment ces acteurs se mobilisent-ils ? Pour répondre à ces questions, je propose une approche dynamique des mobilisations sur les enjeux sexuels dont l'originalité réside dans la volonté d'étudier à la fois les mobilisations et les contre-mobilisations, ainsi que leurs interactions. Cela permet notamment d'intégrer les acteurs conservateurs à mon étude. Ils sont souvent moins pris en compte que les acteurs progressistes lorsqu'on étudie les sexualités alors que leur poids a été attesté par l'ampleur des mobilisations liées à la manif pour tous contre la loi Taubira.

Je me situe aussi à l'interaction de deux enjeux qui sont à l'agenda législatif et source de mobilisations sur la même période. Ils sont tous deux transversaux aux mouvements féministes, LGBT, catholiques et plus largement conservateurs.
D'une question à l'autre, j'observe des recompositions d'alliances et j'étudie les configurations et reconfigurations des espaces de mobilisation liés à la sexualité.

Léa Morabito, doctorante en science politique, rattachée au Centre d'études européennes (CEE) prépare une thèse sur : "Les résistances à la reconnaissance légale de l'homoparentalité : une comparaison européenne entre la France, l'Espagne et le Royaume-Uni" sous la direction de Florence Haegel, Directrice du CEE, Professeure à Sciences Po.

Retour en haut de page