Isabelle Delorme

Les récits mémoriels historiques : mémoire individuelle et mémoire collective du XXe siècle en bande dessinée

Isabelle Delorme, jeune docteur en HistoireUn nouveau genre est apparu en bande dessinée, le récit mémoriel historique. Il retrace la mémoire d'un individu, par exemple celle de l'auteur (Marjane Satrapi-Persepolis) ou de l'un de ses proches (Art Spiegelman-Maus), au sein d'un événement historique majeur des XXe et XXIe siècles. Cette création artistique, en mots et en images, repose sur la nécessité de transmettre un passé le plus souvent familial. Le caractère intime et personnel de ce type d'album induit qu'un récit mémoriel historique est, sauf exception, l'oeuvre d'un unique auteur, qui en réalise le scénario, le dessin et éventuellement, la mise en couleur. L'engagement moral de ne pas trahir la mémoire invoquée conduit ce dernier à mener d'importantes recherches documentaires et à restituer, le plus objectivement possible, les faits, personnels et historiques.

Le récit mémoriel historique en bande dessinée est l'expression d'une mémoire individuelle, représentative de la mémoire collective. C'est avant tout l'histoire ordinaire d'une femme ou d'un homme, d'anonymes plongés dans le monde contemporain, qui nous est contée. Celle-ci est d'autant plus accessible que l'auteur a simplifié les traits des protagonistes, les dessinant plus ressemblants que réalistes, facilitant ainsi l'identification du lecteur.

L'apparition de ce nouveau genre est à mettre en relation avec l'intérêt croissant porté à la mémoire depuis la fin du XXe siècle. Les récits mémoriels historiques en bande dessinée sont, en quelque sorte, des marqueurs visuels et narratifs de l'« activisme mémoriel » mis en lumière par Henri Rousso. Ils créent une mémoire imagée, laquelle est une mémoire traumatique où l'image est prédominante ; cette dernière, dessinée voire photographique, interagit avec le texte et impressionne durablement. Ces albums sont critiques, fidèles aux événements et conformes à l'historiographie.

Leur publication influence l'image que nous nous faisons des faits historiques. Maus, seul album au monde à avoir reçu un prix Pulitzer (1992) a ainsi contribué à un profond changement du regard porté sur la Shoah.

Agrégée d’histoire-géographie, jeune docteur en Histoire, Isabelle Delorme a soutenu sa thèse en décembre 2016 sur le thème "Les récits mémoriels historiques : mémoire individuelle et mémoire collective du XXe siècle en bande dessinée" sous la direction de Laurence Bertrand-Dorléac, Professeur à Sciences Po.

Retour en haut de page