Eve Sihra

Mesurer l’impact des préférences sociales sur la consommation alimentaire

Eve SihraLa consommation est un champ de recherche éminemment social – nos choix sont révélateurs de nos préférences sociales, culturelles, ou identitaires. Baudrillard (1970) pensait la consommation comme un langage, un système de signes. La recherche en économie de la consommation s’est essentiellement consacrée aux aspects purement économiques de ce choix : les prix et le revenu. Le but de ma thèse est de faire le lien entre les modèles développés par la discipline économique pour estimer la demande, et l’aspect social et culturel de la consommation, en particulier l’alimentation.

Les premiers chapitres de ma thèse sont consacrés à l’étude des facteurs de persistance ou convergence des choix alimentaires en France. Le premier chapitre montre que les interactions sociales contribuent à la persistance des préférences localisées. En particulier, j’utilise la division entre la France du beurre (Nord-Ouest) et la France de l’huile (Sud-Est) pour étudier comment les ménages immigrants s’insèrent dans l’équilibre culturel local. Le second chapitre montre que l’intégration économique favorise la convergence des goûts alimentaires des Français.

Les deux autres chapitres de ma thèse sont consacrés à la consommation de biens socialement valorisés. Dans le contexte indien sur lequel je travaille, des études montrent que les ménages défavorisés dépensent une partie conséquente de leur budget sur des biens de statut, plutôt qu’une nutrition adéquate. Dans une étude sur les castes basses, et une autre sur les ménages en dessous du seuil de pauvreté, je montre que la hausse des inégalités, et donc de la pauvreté relative, augmente leur dépense en biens de statut et diminue leur consommation de calories.

Ces études montrent que les choix de consommation sont fortement influencés par le contexte social, conduisant à des comportements potentiellement néfastes. Prendre en compte cette dimension dans les politiques de santé et d’alimentation, plutôt que la seule dimension économique, permettra de mieux comprendre et lutter contre ces pratiques.

Eve Sihra, jeune docteure en Économie, a soutenu sa thèse en juin 2017 "Consommation, interactions sociales et préférences", sous la direction de Thierry Mayer, Professeur à Sciences Po.

Interview parue dans Emile Boutmy Magazine / n°10 / Été 2017

Retour en haut de page