Emmanuelle Lê

Figures de la prostitution au prisme du droit

Emmanuelle Lê, doctorante en droitLa question de la prostitution demeure un enjeu épistémologique et politique majeur où se jouent certaines figures contemporaines de la subjectivité.

Il s’agit d’un dispositif très complexe qui mobilise des notions aussi centrales que celles de consentement, de vulnérabilité ou de subordination.

Je propose une analyse juridique, car, aussi étonnant que cela puisse paraître, nous ne savons pas vraiment ce qu’est la prostitution, ni quelles sont les normes qui lui sont applicables. J’essaie de montrer que le droit ne vient pas seulement répondre à une situation de fait qui s’appellerait prostitution, mais participe au contraire pleinement à la construction des situations prostitutionnelles. J’étudie la manière dont les régimes juridiques s’articulent et contrastent avec d’autres modes de régulation de la sexualité (pornographie), produisant certaines figures et catégories éventuellement “genrées”.

Je critique ainsi la typologie en vigueur en cartographiant le débat public à partir des représentations de la prostituée qui sont mobilisées ou qui en émergent. Le droit fournit le langage dans lequel se dit la sexualité, ce qui apparaît notamment dans le fait que les critiques du régime prostitutionnel portent toujours sur la négation de la volonté de la prostituée, entérinant l’idée d’après laquelle le choix prendrait nécessairement la forme du consentement. En ce sens, l’analyse juridique critique a un fort potentiel émancipateur, puisqu’elle permet d’envisager des catégories et récits différents.

Retour en haut de page