Delphine Dogot

Gérer la guerre : le tournant managérial du droit de la sécurité globale

Delphine DogotLa guerre n’est pas épargnée par les transformations du droit dans la globalisation. Celle-ci se redessine aujourd’hui au travers d’un assemblage d’instruments normatifs qui ont pour caractéristique de traiter de la guerre par une approche managériale axée sur le risque.

C’est par la notion de sécurité globale, qui instrumentalise de façon nouvelle les temporalités distinctes entre la guerre et la paix, qu’il s’agirait désormais de « gérer » la violence armée comme une série de risques – humanitaires, militaires, politiques, financiers, juridiques. L’analyse des débats contemporains sur la régulation des entités armées privées, les politiques d’assassinats ciblés, les cyberconflits, la robotisation des armes et le financement du terrorisme, fait apparaître une gouvernance de la sécurité globale qui privilégie une expertise technique fondée sur une rationalité mathématique et comportementaliste qui vise à prévoir, prévenir et préempter le risque.

Notion cardinale, le risque fait alors passer le raisonnement juridique de la règle générale au calcul par degré au moyen d’une série de raisonnements allant de l’analyse des comportements et du profilage au calcul d’efficience des opérations armées.

Responsabilité sociale des entreprises, codes de conduites, normes et standards techniques, listings, indicateurs, algorithmes : ces nouvelles normativités reconfigurent les distinctions guerre/paix, public/privé, civil/combattant, international/national en fragmentant le sujet de droit dans une série de risques qu’il représente. Toujours inscrits dans des contextes juridiques historiques particuliers, les assemblages normatifs ont bien sûr une histoire. À travers une généalogie de la pensée du droit international au cours du 20e siècle, on comprend la manière dont cette managérialisation opère en redistribuant savoir et violence légitime. 

Delphine Dogot, doctorante en Droit, prépare une thèse sur le thème "Métamorphoses juridiques de la guerre : vers une régulation de la sécurité globale par le risque”, sous la direction de Benoît Frydman, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles, Professeur affilié à l’Ecole de droit de Sciences Po.

Interview parue dans Emile Boutmy Magazine / n°10 / Été 2017

Retour en haut de page