Entretien avec Sergeï Guriev

Entretien avec Sergeï Guriev

Directeur des études doctorales en économie : "Nos étudiantes, étudiants travaillent sur des sujets d'une grande importance pour la société, l'économie et la politique..."
  • Sergeï Guriev, Directeur des études doctorales en ÉconomieSergeï Guriev, Directeur des études doctorales en Économie

Envie de faire une thèse en économie ? Discipline-phare enseignée dès le Collège universitaire, l'économie est aussi l’un des piliers de la recherche à Sciences Po. Lire les conseils et réponses de Sergeï Guriev, Professeur des universités à Sciences Po, Directeur des études doctorales en Économie.

Pourriez-vous nous présenter votre parcours ?

Avant de venir à Sciences Po en 2013, je dirigeais la New Economic School (NES), une petite université privée à Moscou créée en 1992. J'ai rejoint la NES en tant que professeur adjoint en 1998 et en ai été nommé directeur en 2004. L’enseignement de la NES était et reste toujours essentiellement un programme de maîtrise en économie, semblable à bien des égards au master en économie de Sciences Po. Bien que la NES ait pris la décision de ne pas lancer son propre programme de doctorat, nous avons régulièrement placé beaucoup de nos diplômés dans les principaux programmes de doctorat aux États-Unis et en Europe. Par conséquent, en travaillant à la NES, j'ai toujours fait de la veille sur les doctorat proposés dans le monde entier.

Quels sont vos centres d’intérêt en recherche ?

Au cours de ma carrière, mes recherches se sont portées sur de nombreux domaines de l'économie : j'ai travaillé sur la théorie des contrats, l'économie du développement, l'économie du travail, l'économie politique et l'histoire économique et rédigé de nombreux articles théoriques et empiriques. Aujourd'hui, je travaille principalement sur l'économie politique du populisme et sur l'économie politique des régimes modernes non démocratiques.

Vous venez de prendre la direction des études doctorales en économie. Que découvrez-vous à travers le soutien que vous apportez aux étudiant.e.s de masters et de doctorat?

Sciences Po a l'ADN d'une institution qui s'efforce non seulement de comprendre mais aussi de transformer le monde. La plupart de nos étudiant.e.s se concentrent sur un sujet de première importance pour la société, l'économie et la politique, c'est pourquoi parler aux étudiant.e.s de leurs recherches est toujours passionnant. D’autre part, grâce au développement rapide des méthodologies théorique et empirique et à la disponibilité croissante des données, la qualité et la rigueur de la recherche de nos étudiant.e.s s’améliorent chaque année. C’est aussi vrai pour d’autres programmes de doctorat par conséquent la concurrence est rude. L’atout de notre département est d’avoir constitué une équipe académique solide capable d’apporter des idées et des suggestions aux étudiant.e.s sur leurs travaux dans tous les domaines de l'économie.

Selon vous, quelles sont les clés pour réussir un doctorat ?

Il est important de faire un bon choix de sujet – de toucher une question qui compte en recherche, qui compte pour soi et qui pourra être abordée avec une méthodologie et des données disponibles. Mais les bonnes idées ne suffisent pas. Le succès de l’étudiant.e tient au travail acharné et à la perseverance de l’étudiant.e. Ce n'est pas facile. Jusqu’au master, le processus des cours est très structuré. Au niveau doctorat, les étudiant.e.s travaillent de manière indépendante. Il est essentiel d'être proactif, de demander des conseils et un retour aux professeur.e.s, aux visitings et aux autres étudiant.e.s. Enfin, en plus de mener correctement sa recherche, pour réussir il faut developper des compétences de présentation et d'écriture – et pour cela, il faut bien sûr assister à de nombreux séminaires (nous avons une excellente offre de séminaires) et lire énormément.

Pourquoi y a-t-il si peu de femmes en économie ?

L'économie a un problème majeur de genre – bien plus que d’autres disciplines, certainement plus que d’autres sciences sociales et encore plus que les mathématiques et les sciences naturelles. Les explications sont les mêmes que dans d'autres professions à prédominance masculine : comme l'économie a toujours été dominée par les hommes, ses pratiques (y compris celles de sélection et de promotion) et les normes sociales qui y sont  associées ont été conçues pour convenir aux hommes et sont essentiellement discriminatoires à l'égard des femmes. C’est ce qu’explique bien une de nos chercheuses Ghazala Azmat, Professeure des Universités au département d'économie de Sciences Po, dans un article paru dans le dernier numéro du magazine de la recherche Cogito : Les inégalités de sexes dans l’éducation supérieure. La bonne nouvelle est que ce problème est enfin reconnu par la profession et que tous les départements d’économie du monde (y compris celui de Sciences Po) veulent désormais changer l’état actuel des choses. Au département d'économie de Sciences Po, nous nous engageons fortement à augmenter le nombre d'étudiantes et de professeures. Les résultats sont encourageants en termes d'embauche. Lorsque je suis arrivé à Sciences Po 2013, nous n'avions que deux professeurs permanents et aucune professeure permamente. Aujourd'hui, nous avons six professeurs permanents dont deux femmes. Bien sûr, il s'agit pour l’instant d'une minorité et nous devons faire bien mieux.

Plus d'information sur : 

=> Sergeï Guriev et le Département d'économie de Sciences Po

=> Le Master en économie

=> Le Doctorat en Economie

[ Juin 2020 ]

Tags :
Retour en haut de page