Anne-Sophie Roux

Anne-Sophie Roux

Protectrice des océans
  • Anne-Sophie Roux ©Sciences PoAnne-Sophie Roux ©Sciences Po

À 23 ans, tout juste diplômée du master recherche en Science politique, mention politique comparée, Anne-Sophie Roux a fondé la première start-up sociale pour reconstruire et protéger les barrières de corail du monde entier.

Cette mordue de recherche, indisposée à l’idée de « rester dans une bulle », a parcouru les îles du Pacifique pendant un an, pour constater les effets du réchauffement climatique, mais sur- tout pour donner une vitrine aux actions des communautés locales contre la menace de destruction des récifs coralliens. Essentiels à notre survie, ils sont les poumons de notre planète : ils émettent en effet 75 % de l’oxygène que nous respirons, tout en abritant une énorme partie de la biodiversité sous-marine. Mais depuis 1980, les récifs subissent une hécatombe : entre 30 et 50 % ont dépéri.

C’est alors que l’idée de My Coral Garden germe dans l’esprit de l’entrepreneure : créer une synergie entre entreprises, chercheurs, communautés locales et ONG pour sauver les coraux.

À son retour, elle lance sa start-up, qui permet aux entreprises de financer la plantation de boutures de coraux, et ainsi la reconstruction des récifs dans des nurseries. « Les entreprises sont des leviers intéressants pour financer les écosystèmes : les impacts de la mort des coraux sont transversaux, aussi bien écologiques qu’humains et économiques », explique la jeune directrice.

Aidée par l’incubateur de Sciences Po, la start-up démarre sur les chapeaux de roues : six personnes travaillent à son bon fonctionnement. Deux biologistes marins s’occupent de la nurserie de coraux en Malaisie, tandis que quatre autres membres gèrent la communication et les partenariats à partir de la France.

Après une levée de fonds en juin, la start-up a signé avec son premier client, le joaillier Courbet, qui se veut « éthique et écologique » en relevant le pari de n’utiliser que des diamants synthétiques, et vient d’être sélectionnée parmi les cinq plus prometteuses de Sciences Po. Anne-Sophie Roux parle déjà de l’ouverture de la deuxième nurserie de corail en Nouvelle-Calédonie à la fin de l’année, et elle n’a pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin : « Aujourd’hui les coraux, demain les mangroves ! »

Article publié à l'occasion des 10 ans de l'Incubateur de Sciences Po, Émile Boutmy Magazine / N°15 / Hiver 2018-2019 

=> A lire également l'interview donnée par Anne-Sophie en 2016 pour Sciences Po : Civic engagement is one for the greatest levers for crisis resolution

Tags :
Retour en haut de page