Grand age et accompagnement du vieillissement

Grand age et accompagnement du vieillissement

Résultats du Baromètre Santé 360° du 18 novembre
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Résultats du Baromètre Santé 360 ° du 18 novembre 2019

Principaux enseignements : 

La prise en charge du grand âge et de la dépendance constitue une angoisse majeure partout en Europe et est perçue comme étant très mal prise en compte par les Etats

1) La prise en charge du grand âge et de la dépendance : un sujet majeur en France et en Europe

Une priorité pour toutes les sociétés, en France comme partout en Europe. 59% des français se sentent concernés à titre personnel par la prise en charge du grand âge et de la dépendance. C’est une préoccupation plus qu’importante pour 9 Français sur 10… elle est même prioritaire pour 1 français sur 2.
Un sujet majeur de préoccupation pour les individus, mal pris en compte par les Etats; 68% des Français et 60% des aidants sont insatisfaits de la prise en charge de cette question en France. Cette défaillance perçue quant à la prise en charge est une angoisse personnelle : les Français (54%), et plus encore les aidants (64%), sont inquiets quant à la façon dont ils géreront leur propre vieillissement;
Explication ? Les problèmes de santé sont la première des craintes liées au vieillissement, les Français se sentent mal informés sur le sujet et les EHPAD pâtissent d’une mauvaise image.

2) Que faire en matière de prise en charge du grand âge et de la dépendance ?
Solutions souhaitées, perceptions des moyens alloués, jugement sur les politiques publiques, avenir du financement et place des nouvelles technologies. En cas de perte d’autonomie, les Français veulent rester à leur domicile, sous-estimant le coût des EHPAD et ayant peu de connaissance sur les dispositifs d’aides existants. Les français (74% à 76%) et les aidants (65% à 69%) sont persuadés que les moyens accordés à l’aide au maintien à domicile et aux établissements d’hébergement pour personnes âgées sont insuffisants. Plus sévères encore, près de 9 Français sur 10 jugent les politiques publiques inadaptées aux défis du grand âge et de la perte d’autonomie. L’avenir de la dépendance : le financement est méconnu et jugé insuffisant. A l’inverse, les nouvelles technologies sont perçues comme pouvant jouer un rôle très positif.

3) Place et perception des acteurs : les aidants, les soignants en général et le médecin généraliste (MG) en particulier
Les « aidants » sont un acteur à la fois majeur et méconnu de la dépendance : ils représentent plus de 7,5 millions de français, mais les médecins sous-estiment largement leur importance/leur nombre. La place des soignants en général et du « MG » en particulier aujourd’hui en font encore les héros de notre système. Souhaitant toujours que le MG reste au cœur du système (58% des Français pensent que la place du médecin généraliste libéral n’est pas encore assez importante), les Français sont toutefois favorables à toutes les pratiques avancées (79% y sont favorables) permettant aux infirmiers, pharmaciens, etc. de pouvoir suppléer les médecins dans leurs tâches.

Consultez les résultats détaillés (PDF, 1,72 Mo)

Retour en haut de page