REGARDS SUR NOS PUBLICATIONS

© Daguerréotype, 1855, CC0 Public Domain Designation, Chicago Art Institute.

Cette page présente par ordre de parution les débats et les analyses suscités par les publications scientifiques des chercheur-e-s du CERI au cours du trimestre.

Vous y trouverez, entre autres, des entretiens, vidéos, podcasts et comptes rendus qui contribuent à prolonger et à enrichir la réflexion développée dans ces travaux.
Toutes ces ressources sont librement accessibles en ligne, sauf certaines recensions parues dans des revues à comité de lecture.

Voir la liste complète
des publications scientifiques.

Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer

Fiers de punir. Le monde des justiciers hors-la-loi

Paris, Seuil, 2021, 352 p.

Excédés par le présumé laxisme des tribunaux, les justiciers autoproclamés s'évertuent à punir par eux-mêmes les fauteurs de trouble. Violant la loi pour maintenir l'ordre, ils s'improvisent détectives, juges et bourreaux. Adeptes du lynchage et autres châtiments spectaculaires, ils trouvent un nouveau public sur les réseaux sociaux. Des groupes d'autodéfense du Far West aux chasseurs de pédophiles en Russie contemporaine, les justiciers hors-la-loi sont typiquement des hommes blancs, réactionnaires et xénophobes. Toutefois, mouvements révolutionnaires et défenseurs des dominés ne s'interdisent pas de manier, à leur tour, le fouet et le feu. L'auto-justice compte en outre de fervents zélateurs dans les services répressifs. Et quand policiers et paramilitaires s'affranchissent du cadre légal pour nettoyer la société, ils précipitent l'avènement de l'État justicier.

29/05/2021

Autour de la publication

Podcast
10 juin 2021
Les mots de la science : V comme Vigilantisme
Entretien avec Gilles Favarel Garrigues et Laurent Gayer, par Iris Deroeux, The Conversation


Médias
9 juin 2021
Les ravages de l'auto-justice
Débat avec Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer, par Antoine Garapon, France Culture

6 juin 2021
Ces particuliers qui traquent les pédophiles sur les réseaux
Entretien (43'20'') avec Gilles Favarel-Garrigues, par Thomas Snégaroff, France 5

3 juin 2021
Se faire justice soi-même
Entretien avec Gilles Favarel-Garrigues, par Julien Magnollay, Radio Télévision Suisse

29 mai 2021
Les justiciers ou la haine de la justice
Débat avec Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer, par Sylvain Bourmeau, France Culture

Entretiens du CERI
10 mai 2021
La loi des justiciers : vigilantisme et maintien de l’ordre
Entretien avec Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer, par Miriam Périer

6 mai 2021
Punishing with Pride. Vigilantism and Policing
Interview with Gilles Favarel-Garrigues and Laurent Gayer, by Miriam Périer

Revue / Les Etudes du CERI

Hélène Combes

La feria de Séville. Une fête populaire à guichets fermés

Les Etudes du CERI, n°256, mai 2021.

Si la feria de Séville s’inscrit dans une tradition vivace en Espagne de festivités populaires, elle s’en distingue nettement par son caractère très fermé. Organisée autour de casetas, petites maisons de toile aux décors traditionnels, la fête se déroule dans ces espaces qui sont très majoritairement privés (seules 1,7% des 1052 casetas sont ouvertes au public). Lieu de l’entre-soi social par excellence, de l’entretien (parfois sur plusieurs générations) d’un capital social familial, la feria questionne la société démocratique et donne lieu à des débats et controverses, notamment sur sa prise en charge municipale. Son modèle de fête à guichets fermés génère aussi un phénomène de « contre-feria », qui s’est notamment développé au moment de la transition démocratique autour d’organisations politiques d’opposition. Proposer une histoire de la feria qui morcelle le collectif, qui le désenchante et le réinscrive dans les trajectoires sociales et politiques des individus et des groupes qui y participent permet de faire de la feria, objet emblématique des chroniques locales et des brochures touristiques, un objet de sciences sociales depuis lequel s’étudient réseaux sociaux et politiques.

07/05/2021

Autour de la publication

Entretiens du CERI
10 mai 2021
La feria de Séville. Une fête populaire à guichets fermés
Entretien avec Hélène Combes, par Corinne Deloy

Ouvrage / Collection du CERI

Gilles Dorronsoro

Le gouvernement transnational de l'Afghanistan. Une si prévisible défaite

Paris, Editions Karthala (Recherches Internationales), 2021, 288 p.

La défaite des Taliban dans le sillage des attentats du 11 septembre ouvre deux décennies d’investissement occidental en Afghanistan. Des centaines de milliards, pour l’essentiel consacrés à l’entretien des forces occidentales, des dizaines de milliers de morts, dont plusieurs milliers de la coalition, montrent l’importance de ce conflit pour les Etats-Unis qui en font le symbole de leur hégémonie mondiale. Mais, derrière les discours sur la construction d’une « démocratie de marché », se profile un gouvernement transnational qui contourne les acteurs afghans au point d’interdire tout processus démocratique, couvre des fraudes électorales massives, routinise la captation des ressources au profit des entreprises occidentales et des élites afghanes. Les tensions communautaires et sociales s’accroissent à un point jusque-là inconnu dans la société afghane. Les Taliban, capitalisant sur le ressentiment populaire contre les élites au pouvoir, mettent en échec une alliance occidentale qui dissimule, derrière une augmentation des moyens, son incapacité à définir une stratégie cohérente. Après vingt ans de conflit, al-Qaïda est toujours présent en Afghanistan, et le retrait américain ne fait qu’ouvrir une nouvelle période d’une guerre civile vieille de quarante ans.

03/05/2021

Autour de la publication

Médias
3 mai 2021
USA : 20 ans de guerre contre les Talibans pour rien ?
Débat avec Gilles Dorronsoro, par Elisabeth Quin, Arte

1er mai 2021
Afghanistan, les impasses de l'expertise occidentale
Débat avec Gilles Dorronsoro, par Sylvain Bourmeau, France Culture

Livre international : « Afghanistan, une si prévisible défaite » de Gilles Dorronsoro
Entretien avec Gilles Dorronsoro, par Sylvie Noël, RFI

16 avril 2021
Afghanistan : fin de la "guerre sans fin" ?
Débat avec Gilles Dorronsoro, par Florian Delorme, France Culture

15 avril 2021
Retrait des Américains et de l'OTAN d'Afghanistan
Entretien avec Gilles Dorronsoro, par Eric Guevara-Frey, Radio Télévision Suisse

17 mars 2021
Afghanistan : comment l’administration Biden peut-elle sortir de l'imbroglio afghan ?
Entretien avec Gilles Dorronsoro, par Fabienne Sintes, France Inter

Podcast
30 mars 2021
Comment expliquer la défaite occidentale en Afghanistan ?
Débat avec Gilles Dorronsoro, Laurent Gayer et Béatrice Hibou à l'occasion de la parution de l'ouvrage

Entretiens du CERI
3 février 2021
Le gouvernement transnational de l'Afghanistan. Une si prévisible défaite
Entretien avec Gilles Dorronsoro, par Corinne Deloy

The Transnational Government in Afghanistan and its Predictable Defeat
Interview with Gilles Dorronsoro, by Corinne Deloy

Ouvrage / Collection du CERI

Samy Cohen

Israël, Une démocratie fragile

Paris, Fayard (Les grandes études internationales), 2021, 288 p.

L’abondante littérature qui analyse les dérives populistes dans le monde laisse curieusement de côté Israël, où elles sont pourtant patentes. À plusieurs reprises au cours des douze dernières années, cette démocratie s’est trouvée au bord du gouffre. Retraçant la trajectoire de la « seule démocratie du Proche-Orient », de sa naissance aux années Netanyahu, Samy Cohen montre combien elle est hybride, fragile et fragmentée. La société a éclaté en deux camps. L’un, attaché aux valeurs libérales, est prêt à des compromis avec les Palestiniens, quand l’autre, sensible aux sirènes nationalistes et religieuses, reste indifférent à l’État de droit. Qui l’emportera ? C’est l’avenir de la démocratie israélienne qui est en jeu.

23/04/2021

Autour de la publication

Médias
23 avril 2021
« Israël, une démocratie fragile » - 4 questions à Samy Cohen
Entretien avec Samy Cohen, par Pascal Boniface, Mediapart

16 avril 2021
Regards sur les évolutions politiques d'Israël
Débat avec Samy Cohen, par Marie-France Chatin, RFI

6 avril 2021
Géopolis - Israël, démocratie fragile ?
Entretien avec Samy Cohen, par Ulrich Huygevelde, Euradio

1er avril 2021
La promesse perdue de 1948
Entretien avec Samy Cohen, par Steve Jourdin, Akadem

20 mars 2021
L'état de la démocratie en Israël
Entretien avec Samy Cohen, par Emmanuel Aumonier, RadioJ

Podcast
18 mars 2021
La démocratie en Israël à la veille de nouvelles élections
Débat avec Samy Cohen, Alain Dieckhoff et Guillaume Gendron à l'occasion de la parution du livre

Entretiens du CERI
16 mars 2021
Israel, A Fragile Democracy
Interview with Samy Cohen, by Corinne Deloy

14 mars 2021
De la démocratie en Israël
Entretien avec Samy Cohen, par Corinne Deloy

Ouvrage / Collection du CERI

Béatrice Hibou et Mohamed Tozy

Tisser le temps politique au Maroc. Imaginaire de l'Etat à l'âge néolibéral

Paris, Éditions Karthala (Recherches Internationales), 2020, 660 p.

Le Maroc inspire des lieux communs. Il serait un prototype d’immobilisme politique, dans la main autoritaire et conservatrice du « commandeur des croyants », en mal de démocratie, mais à l’ombre d’un islam somme toute modéré. Trente années d’enquêtes de terrain, d’entretiens, de dépouillement d’une vaste documentation primaire et d’observation participante permettent à Béatrice Hibou et Mohamed Tozy de montrer comment les changements démographiques et environnementaux, ainsi que les processus de naturalisation du néolibéralisme, ont transformé les façons de gouverner les hommes et les territoires du royaume. À partir des types-idéaux de l’Empire et de l’État-nation, les auteurs dégagent la pluralité des modes de gouvernement et de domination à l’oeuvre au Maroc en insistant sur leur osmose continuelle. Il n’est pas question d’un passage de l’empire chérifien (XVIIe-XIXe siècle) à l’État-nation, dont le protectorat français aurait jeté les fondements, ni de la perpétuation d’une tradition impériale résiduelle au coeur de l’État moderne. Il s’agit bel et bien d’un assemblage de ces deux logiques, qui déjà coexistaient dans les siècles précédents, et dont le jeu simultané est sous-jacent au gouvernement néolibéral contemporain. L’Empire et l’État-nation ne se présentent pas sous la forme d’une alternative ni d’une contradiction. Ils constituent deux ressorts d’une même domination qui ne se réduit pas à la seule figure du roi. Ils sont en tension continue, une tension dont procède l’historicité de l’imaginaire politique marocain et qui en tisse le temps singulier. Une démonstration fondamentale de sociologie historique comparée de l’État.

19/04/2021

Autour de la publication

Podcast
19 avril 2021
Comment penser autrement le Maroc
Un débat avec Béatrice Hibou, Mohamed Tozy, Fred Cooper, Michel Feher, Henry Laurens, présidé par Jean-François Leguil-Bayart

Médias
20 février 2021
Imaginaire de l'Etat à l'âge néo-libéral (le cas du Maroc)
Entretien avec Béatrice Hibou et Mohamed Tozy, par Sylvain Bourmeau, France Culture

Recension
16 février 2021
Clement M. Henry, The Journal of North African Studies

Entretiens du CERI
8 décembre 2020
Thinking of the State in the Neoliberal Age from the Case of Morocco
Interview with Béatrice Hibou and Mohamed Tozy, by Corinne Deloy

6 octobre 2020
Réfléchir sur l’État à l’âge néolibéral à partir du Maroc
Entretien avec Béatrice Hibou et Mohamed Tozy, par Corinne Deloy

Eric Verdeil et Atelier de cartographie de Sciences Po

Atlas des mondes urbains

Paris, Presses de Sciences Po (Atlas), 2020, 148 p.

Pour explorer les mondes urbains, les auteurs de cet atlas ont défriché de multiples champs hétéroclites. Aux sources classiques des organisations internationales et des réseaux de villes, ils ont confronté l’éventail des nouvelles possibilités offertes par le numérique, multiplié les échelles et se sont affranchis des spatialités territoriales usuelles. Voici une cartographie inédite de la planète des citadins.

15/04/2021

Autour de la publication

Recensions
15 avril 2021
Charlotte Ruggeri, Géocarrefour

3 février 2021
Clément Dillenseger, Lectures

Médias
2 février 2021
Un Monde-Ville face aux crises planétaires : les métropoles et les autres
Débat avec Eric Verdeil et Benoît Martin, par Dominique Rousset, France Culture

Entretien
21 janvier 2021
L’enthousiasmante alchimie d’un Atlas des mondes urbains
Entretien avec Éric Verdeil, Benoît Martin et Antoine Rio, par Serge Weber, EchoGéo

Denis Lacorne

The Limits of Tolerance. Enlightenment Values and Religious Fanaticism

New York, Columbia University Press, 2019, 296 p.

The modern notion of tolerance—the welcoming of diversity as a force for the common good—emerged in the Enlightenment in the wake of centuries of religious wars. First elaborated by philosophers such as John Locke and Voltaire, religious tolerance gradually gained ground in Europe and North America. But with the resurgence of fanaticism and terrorism, religious tolerance is increasingly being challenged by frightened publics. In this book, Denis Lacorne traces the emergence of the modern notion of religious tolerance in order to rethink how we should respond to its contemporary tensions. In a wide-ranging argument that spans the Ottoman Empire, the Venetian republic, and recent controversies such as France’s burqa ban and the white-supremacist rally in Charlottesville, The Limits of Tolerance probes crucial questions: Should we impose limits on freedom of expression in the name of human dignity or decency? Should we accept religious symbols in the public square? Can we tolerate the intolerant? While acknowledging that tolerance can never be entirely without limits, Lacorne defends the Enlightenment concept against recent attempts to circumscribe it, arguing that without it a pluralistic society cannot survive. Awarded the Prix Montyon by the Académie Française, The Limits of Tolerance is a powerful reflection on twenty-first-century democracy’s most fundamental challenges.

13/04/2021

Autour de la publication

Vidéos
13 avril 2021
Religious Liberty in France and America: A Constitutional Dialogue
Discussion with Denis Lacorne, National Constitution Center (Philadelphia)

19 janvier 2021
Keynote Address: Religious Tolerance Revisited
Denis Lacorne, Toleration in Comparative Perspective Conference (January 19-23, 2021), UC Berkeley

Entretiens du CERI
23 janvier 2020
¿La tolerancia es política?
Entrevista con Denis Lacorne, por Miriam Périer, Metapolítica

25 avril 2019
Is Tolerance Political?
Interview with Denis Lacorne, by Miriam Périer

Recensions
18 mars 2021
John R. Williams, Studies in Religion

20 janvier 2020
Journey towards a tolerant society
Uday Balakrishnan, The Hindu Business Line

18 mai 2019
The encouraging history—and ongoing puzzle—of tolerance
The Economist

Romain Bertrand

Le Détail du monde. L'art perdu de la description de la nature

Paris, Editions Seuil (L'Univers historique), 2019, 288 p.

Les mots nous manquent pour dire le plus banal des paysages. Vite à court de phrases, nous sommes incapables de faire le portrait d’une orée. Un pré, déjà, nous met à la peine, que grêlent l’aigremoine, le cirse et l’ancolie. Il n’en a pourtant pas toujours été ainsi. Au temps de Goethe et de Humboldt, le rêve d’une « histoire naturelle » attentive à tous les êtres, sans restriction ni distinction aucune, s’autorisait des forces combinées de la science et de la littérature pour élever la « peinture de paysage » au rang d’un savoir crucial. La galaxie et le lichen, l’enfant et le papillon voisinaient alors en paix dans un même récit. Ce n’est pas que l’homme comptait peu : c’est que tout comptait infiniment. Des croquis d’Alfred Wallace aux « proêmes » de Francis Ponge, des bestiaires de William Swainson aux sonnets de Rainer Maria Rilke, ce livre donne à entendre le chant, aussi tenace que ténu, d’un très ancien savoir sur le monde – un savoir qui répertorie les êtres par concordances de teintes et de textures, compose avec leurs lueurs des dictionnaires éphémères, s’abîme et s’apaise dans le spectacle de leurs métamorphoses.

07/04/2021

Autour de la publication

Podcasts
7 avril 2021
Romain Bertrand - Le Détail du monde
Entretien avec Romain Bertrand dans le cadre de la Nuit des idées 2021 sur la thématique « Proches », EMF Radio

16 janvier 2020
Dire le paysage
Dialogue avec Romain Bertrand dans le cadre du cycle de conférences Amphis des lettres au présent

Médias
31 août 2019
Le chant du monde
Débat avec Romain Bertrand, par Alain Finkielkraut, France Culture

25 mai 2019
La description de la nature : un art perdu ?
Entretien avec Romain Bertrand, par Jean Lebrun, France Inter

12 avril 2019
Le langage du paysage
Entretien avec Romain Bertrand, par Emmanuel Laurentin, France Culture

5 avril 2019
« La quête des mots justes pour décrire la nature implique de l’attention au monde »
Entretien avec Romain Bertrand, par Sonya Faure, Libération

Nadège Ragaru

« Et les Juifs bulgares furent sauvés… ». Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie

Paris, Presses de Sciences Po (Académique), 2020, 382 p.

Profondément originale dans sa conception comme dans son écriture, cette enquête historique est une réflexion exemplaire sur les silences du passé. Exception en Europe, un État allié du Reich a refusé de déporter sa communauté juive. Cette image de la Bulgarie pendant la seconde guerre mondiale a prévalu jusque récemment, quitte à omettre que, dans les territoires de la Yougoslavie et de la Grèce occupés par ce pays entre 1941 et 1944, la quasi-totalité des Juifs ont été raflés, convoyés vers la Pologne et exterminés. Au terme d'une vaste enquête documentaire et archivistique, Nadège Ragaru reconstitue l’origine de ce qui a longtemps été tenu pour un socle de faits vrais parce que largement crus. Elle explique pourquoi une seule facette d’un passé complexe et contradictoire a fait l’objet d’une transmission prioritaire ; comment les déportations, sans être oblitérées, sont devenues secondaires dans les discours publics, les musées, les livres d’histoire et les arts ; comment la mise en écriture des persécutions contre les Juifs en Bulgarie s’est retrouvée l’otage de la guerre froide puis des luttes politiques et mémorielles de l’après-communisme dans les Balkans et le reste du monde. Profondément originale dans sa conception comme dans son écriture, cette enquête historique est une réflexion exemplaire sur les silences du passé.

31/03/2021

Autour de la publication

Article
31 mars 2021
La Bulgarie a-t-elle « sauvé » ses Juifs ?
Nadège Ragaru, L'Histoire n°482

Podcast
8 février 2021
Les contours de la Shoah en Bulgarie
Entretien avec Nadège Ragaru, par André Loez, Paroles d'histoire

Romain Bertrand

Qui a fait le tour de quoi ? L’affaire Magellan

Paris, Editions Verdier (Collection jaune), 2020, 144 p.

Imaginez une histoire, une belle histoire, avec des héros et des traîtres, des îles lointaines où gîtent le doute et le danger. Imaginez une épopée, une épopée terrible, avec deux océans où s’abîment les nefs et les rêves, et entre les deux un détroit peuplé de gloire et de géants. Imaginez un conte, un conte cruel, avec des Indiens, quelques sultans et une sorcière brandissant un couteau ensanglanté. Un conte, oui, mais un conte de faits : une histoire où tout est vrai. De l’histoire, donc. Cette histoire – celle de l’expédition de Fernand de Magellan et de Juan Sebastián Elcano –, on nous l’a toujours racontée tambour battant et sabre au clair, comme celle de l’entrée triomphale de l’Europe, et de l’Europe seule, dans la modernité. Et si l’on changeait de ton ? Et si l’on poussait à son extrême limite, jusqu’à le faire craquer, le genre du récit d’aventures ? Et si l’on se tenait sur la plage de Cebu et dans les mangroves de Bornéo, et non plus sur le gaillard d’arrière de la Victoria ? Et si l’on faisait peser plus lourd, dans la balance du récit, ces mondes que les Espagnols n’ont fait qu’effleurer ? Et si l’on accordait à l’ensemble des êtres et des choses en présence une égale dignité narrative ? Et si les Indiens avaient un nom et endossaient, le temps d’un esclandre, le premier rôle ? Et si l’Asie – une fois n’est pas coutume – tenait aussi la plume ? Que resterait-il, alors, du conte dont nous nous sommes si longtemps bercés ? La vérité, peut-être, tout simplement.

27/03/2021

Autour de la publication

Vidéos
27 mars 2021
L'exploration du monde
Table ronde avec Romain Bertrand, Festival Histoire et Cité de Genève

26 mars 2021
Qui a fait le tour de quoi ? L’enquête Magellan et l’exploration du monde
Conférence de Romain Bertrand, Festival Histoire et Cité de Genève

Médias
25 septembre 2020
#Balancetonexplorateur : la redécouverte de Magellan
Débat avec Romain Bertrand, par Xavier Mauduit, France Culture

27 juillet 2020
Magellan n'a pas fait le tour du monde
Entretien avec Romain Bertrand, par Pascal Paradou, RFI

27 mai 2020
L'historien Romain Bertrand lève le voile sur le dossier Magellan
Entretien avec Romain Bertrand, Radio Télévision Suisse

Revue / Revue soutenue par le CERI

Juliette Galonnier et Patrick Simon (dir.)

Petits arrangements avec la race dans les organisations internationales (1945-2019)

Critique internationale n°86, Paris, Presses de Sciences Po, janvier-mars 2020.

Au sortir de la seconde guerre mondiale, la disqualification du racialisme scientifique s'est traduite par un abandon du concept de race dans de nombreux pays. Son usage dans les sciences sociales suscite de nombeux débats, notamment depuis le développement des recherches sur le racisme et les progrès en génétique humaine. À cette littérature revisitée le dossier apporte sa contribution en posant une question inédite : comment les organisations internationales, prises dans des injonctions contradictoires et des pratiques nationales contrastées, gèrent-elles la question raciale ? Les auteur·es retracent les « petits arrangements » de ces organisations dans la prise en compte de la race, de l’après-guerre à nos jours. Chaque moment historique se prête à des bricolages. Les logiques institutionnelles, de coopération ou de rivalité, pèsent également. L’attention portée aux archives ainsi qu’aux acteurs et actrices permet de mettre en lumière les impensés, les figures imposées, les tractations et les accords de circonstances.

16/03/2021

Autour de la publication

Cogito
16 mars 2021
Race and Racism in the Concert of Nations
Interview with Juliette Galonnier and Patrick Simon, by Catherine Burucoa

27 février 2021
Races et racisme dans le concert des Nations
Entretien avec Juliette Galonnier et Patrick Simon, par Catherine Burucoa

Entretiens du CERI
4 juin 2020
Compromises on Race in International Organisations (1945-2019)
Interview with Juliette Galonnier and Patrick Simon, by Catherine Burucoa

7 avril 2020
Petits arrangements avec la race dans les organisations internationales (1945-2019)
Entretien avec Juliette Galonnier et Patrick Simon, par Catherine Burucoa

Revue / Les Etudes du CERI

Olivier Dabène (dir.)

Amérique latine - L’année politique 2020

Les Etudes du CERI, n°252-253, janvier 2021.

Amérique latine - L’Année politique 2020 est une publication de l’Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes (Opalc) du CERI-Sciences Po. Elle prolonge la démarche du site www.sciencespo.fr/opalc en offrant des clés de compréhension d’un continent en proie à des transformations profondes.

08/03/2021

Autour de la publication

Vidéo
8 mars 2021
Introducing the Protestas webseries. Comparing Social Movements Across Latin America
Olivier Dabène

Entretiens du CERI
18 janvier 2021
Amérique latine. L’année politique 2020
Entretien avec Olivier Dabène, par Corinne Deloy

Latin America, One Year On
Interview with Olivier Dabène, by Corinne Deloy

Ressources
Amérique latine
Sélection de ressources en ligne et d'ouvrages récents (depuis 2010) sur l'Amérique latine.

Stephen G. Brooks et Hugo Meijer

Europe Cannot Defend Itself: The Challenge of Pooling Military Power

Forum: Can Europe Defend Itself?, Survival, Vol. 63, n°1, 2021.

Europe is unable to pool and effectively employ military power due to its lack of an integrated command structure and its deficient C4ISR capacity.

08/03/2021

Autour de la publication

Vidéo
8 mars 2021
Can Europe defend itself?
International Institute for Strategic Studies Webinar with Hugo Meijer

Carola Klöck, Paula Castro, Florian Weiler et Lau Øfjord Blaxekjær (dir.)

Coalitions in the Climate Change Negotiations

London, Routledge, 2020, 240 p.

This edited volume provides both a broad overview of cooperation patterns in the UNFCCC climate change negotiations and an in-depth analysis of specific coalitions and their relations. Over the course of three parts, this book maps out and takes stock of patterns of cooperation in the climate change negotiations since their inception in 1995. In Part I, the authors focus on the evolution of coalitions over time, examining why these emerged and how they function. Part II drills deeper into a set of coalitions, particularly "new" political groups that have emerged in the last rounds of negotiations around the Copenhagen Accord and the Paris Agreement. Finally, Part III explores common themes and open questions in coalition research, and provides a comprehensive overview of coalitions in the climate change negotiations. By taking a broad approach to the study of coalitions in the climate change negotiations, this volume is an essential reference source for researchers, students, and negotiators with an interest in the dynamics of climate negotiations.

16/02/2021

Autour de la publication

Entretiens du CERI
16 février 2021
Les coalitions dans les négociations pour le climat
Entretien avec Carola Klöck, par Miriam Périer

18 janvier 2021
Why Join a Coalition? Climate Change and International Negociation
Interview with Carola Klöck, by Miriam Périer

Ressources
Chronicles From the Field: COP 25
Short field notes and chronicles by Carola Klöck during the COP 25 meeting in Madrid

Environnement
Sélection de ressources en ligne et d'ouvrages récents (depuis 2009) sur l'environnement, le changement climatique et les catastrophes naturelles.

Revue / Les Etudes du CERI

Anne de Tinguy (dir.)

Regards sur l’Eurasie. L’année politique 2020

Les Etudes du CERI, n°254-255, février 2021.

Regards sur l’Eurasie. L’année politique est une publication annuelle du Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI) dirigée par Anne de Tinguy. Elle propose des clefs de compréhension des événements et des phénomènes qui marquent de leur empreinte les évolutions d’une région, l’espace postsoviétique, en profonde mutation depuis l’effondrement de l’Union soviétique en 1991. Forte d’une approche transversale qui ne prétend nullement à l’exhaustivité, elle vise à identifier les grands facteurs explicatifs, les dynamiques régionales et les enjeux sous-jacents.

11/02/2021

Autour de la publication

Podcast
11 février 2021
L'Eurasie à l'épreuve du Covid 19
Débat avec les auteurs à l'occasion de la publication de Regards sur l’Eurasie

Entretiens du CERI
8 février 2021
Regards sur l’Eurasie. L’année politique 2020
Entretiens avec Anne de Tinguy et Olga Belova, par Corinne Deloy

Frédéric Ramel

Competition for Global Hegemony

In Cosmopolitanism in Hard Times, Vincenzo Cicchelli and Sylvie Mesure (Eds), Leiden & Boston, Brill Publishers, 2021.

‘I speak ... as a fellow citizen of the world’ (Obama, 2008). These were the words used by Barack Obama in Berlin in July 2008 during his first presidential campaign. If he explicitly echoed another very well-known assertion, that of President Kennedy ‘Ich bin ein Berliner,’ Obama seems here a cosmopolitan candidate. This interpretation relies not only on his own life, which is, to a certain extent, cosmopolitan; his father was Kenyan and he spent part of his childhood in Indonesia. He also elaborates his speeches by referring to this cosmopolitan tradition of thought (Hammack, 2010). In fact, his election generated hope not only in the United States but also in the rest of the world. This first black man who accessed to the highest political responsibility of the country embodies a cosmopolitan president. Peoples felt that his presidency would be as beneficial to Americans as to the nationals of other countries. The Nobel Peace Prize he received shortly after his enthronement strengthened such feeling. Indeed, Barack Obama would be a Kantian in the Oval Office (Selzer, 2010)...

29/01/2021

Autour de la publication

Entretiens du CERI
29 janvier 2021
Penser l’hégémonie dans le monde contemporain
Entretien avec Frédéric Ramel, par Miriam Périer

Is There a Possible Dialogue Between Hegemony and Cosmopolitanism?
Interview with Frédéric Ramel, by Miriam Périer

Ariel Colonomos

Un prix à la vie. Le défi politique de la juste mesure

Paris, Presses Universitaires de France, 2020, 426 p.

Quel est le prix d’une vie ? Bien loin de n'être qu'une métaphore, cette expression renvoie à des questions qui sont au cœur de notre conception du politique. Le prix d’une vie correspond à son équivalent matériel, qu’il soit monétaire ou constitué par d’autres biens, des intérêts économiques ou politiques, des conquêtes militaires. Tout se paie et s’échange, et la conversion se fait dans les deux sens : des vies sont rapportées à des biens matériels et des biens matériels sont obtenus au prix de nombreuses vies. L’État n’est pas le seul à attribuer une valeur aux vies humaines. C’est également le cas du marché, mais aussi, en raison de la solidarité entre ses membres, de toutes les communautés auxquelles les individus appartiennent. Cet ouvrage décrit avec minutie les équivalences matérielles des vies humaines en ayant pour ligne de mire une réflexion sur leur caractère juste ou injuste. Poser la question du juste prix de la vie, c’est encourager la préservation des existences, mais c’est aussi risquer de trouver certains compromis trop coûteux. L’égalité en droit des vies humaines ne signifie pas que les moyens pour les sauver ou les protéger soient et doivent être identiques. La tension est profonde entre les exigences de l’humanisme et les contraintes du matérialisme. Quelles contreparties céder pour sauver ou protéger des vies, et combien faut-il de vies pour gagner une guerre ?

17/01/2021

Autour de la publication

Médias
17 janvier 2021
« Le prix attaché à la vie humaine est plus élevé qu’auparavant »
Entretien avec Ariel Colonomos, par Gaïdz Minassian, Le Monde

Dossiers du CERI
27 avril 2020
Pricing Lives in the Time of COVID-19
Ariel Colonomos, The World in the Face of COVID-19

15 avril 2020
Donner un prix à la vie au temps du Covid-19
Ariel Colonomos, Le monde à l’épreuve du Covid-19

Revue / Revue soutenue par le CERI

Ariel Colonomos et Richard Beardsworth (dir.)

Plausible Norms of Warfare: Reducing the Gap Between the Normative and the Empirical

European Review of International Studies, 7 (2-3), Brill, décembre 2020.

This special issue argues in favor of a new approach to the study of norms of warfare, which combines a normative analysis of ethical problems arising in war with an explanatory analysis of the use of force. Norms of warfare go as far back as Antiquity, and their study has followed a long historical path. In recent years, the ethics of war, mostly grounded in philosophy, has considerably expanded as a field. Notwithstanding such efforts to refine our normative knowledge of what should be just norms for the use of force, we argue that a more interdisciplinary approach is required to orient the study of the laws of war. In this Special Issue, proposals are made that, along with normative analysis, bring to the discussion not only disciplines such as political science and international relations, but also social theory, psychology and the neurosciences. We argue from a non-ideal perspective, that in order for norms to be just, they need to be ‘plausible’ for those who should abide by them. They also need to make sense in the context of democratic societies that favor a pluralistic debate on justice and ethics. Epistemically, we argue that, in order to understand if norms are plausible and just, reducing the gap between the normative and the empirical is required.

04/01/2021

Autour de la publication

Entretiens du CERI
4 janvier 2021
Plausible Norms of Warfare
Interview with Richard Beardsworth, by Christian Lequesne and François Rocchi

Retour en haut de page