Pratiques autochtones et religiosité stratégique

Auteur(s): 

Alain Dieckhoff, directeur de recherche au CNRS & directeur du CERI

Philippe Portier, directeur d’études à l’EPHE, GSRL

Date de publication: 
Avril 2019

Chères Lectrices, Chers Lecteurs,

Prenant à revers la canicule et les températures estivales, ce numéro double de notre Bulletin (28-29) embarque à bord d’un brise-glace pour vous emmener dans le Grand Nord. Outre le rafraîchissement imaginé qu’offre le détour par le Pôle, cette « invitation au voyage » a vocation à vous faire découvrir les dynamiques religieuses structurant cette zone méconnue. Là-bas, comme ailleurs, elles sont le fourrier d’intérêts politico-stratégiques dont le pragmatisme sonnant et trébuchant a peu à voir avec la spiritualité.

Virginie Vaté propose tout d’abord une description aussi fine que complète des enjeux de la présence de l’orthodoxie dans les confins de la Fédération russe. Direction ensuite l’Arctique canadien et le Groenland : Frédéric Laugrand y examine les pratiques chamaniques locales et les tentatives d’implantation du pentecôtisme. Enfin, la troisième contribution dresse un panorama exhaustif du paysage religieux de Sibérie centrale et septentrionale, questionnant le renouveau autochtone de celui-ci pris entre des injonctions identitaires… et touristiques.

Quittant le froid polaire pour les rivages méditerranéens, l’Eclairage(S) de Gabriela Anouck Côrte-real Pinto analyse les crispations suscitées par le gouvernement turc au sein de l’Alliance atlantique. Ou quand les volontés de rapprochement turco-russes inquiètent les alliés traditionnels d’Ankara.

Enfin, la Ressource(S) de ce numéro estival est également « hors-norme », puisque Sébastien Fath ne soumet pas à l’examen scientifique un, mais deux documents de première main – le décryptage d’une déclaration, puis d’une photographie, auquel il se livre ayant vocation à éclairer le rôle joué par l’Eglise dans le conflit qui se déroule actuellement au Soudan du Sud. Dans le même mouvement, l’historien nous invite à nous départir d’une compréhension religieuse des affrontements ethniques afin de redonner toute sa place au facteur politique et aux capacités propres des parties prenantes, au-delà de leur identité primordiale. Avant de nous retrouver à la rentrée pour un nouveau numéro, nous vous souhaitons, à toutes et tous, de très bons congés estivaux, le corps au repos, mais l’esprit stimulé par ce double Bulletin.

A toutes et à tous une très bonne lecture !