Podcasts des événements du CERI

07/02/2019

Séance dans le cadre du Séminaire sur les approches postcoloniales (SAP)

L’objet de ce séminaire mensuel est de construire un espace qui pourrait accueillir des doctorant.e.s et des professeur.e.s, ainsi que des étudiant.e.s de masters intéressé.e.s par ces approches scientifiques. Le format régulier de ce séminaire consiste en une présentation d’un travail de recherche suivie d’une discussion.

 

L'état des lieux des études postcoloniales en France

Intervenante : Anne-Claire Collier, ATER et docteure en sociologie, Conservatoire National des Arts et Métiers, Université Paris-Nanterre
 
Dans le cadre de ses travaux de doctorat, Anne-Claire Collier s’est intéressée à la trajectoire de circulation et de traduction du postcolonial en France. Au travers de l’étude sociologique des traducteurs ayant participé à la circulation de ce vocable, elle montre comment la réception du postcolonial en France est étroitement liée au contexte national au sein duquel il est reçu. Anne-Claire Collier se propose, enfin, de dresser une cartographie de la controverse provoquée à la suite de la réception du terme postcolonial en France avec comme point de rupture l’année 2005. Cette première séance sera ainsi consacrée à la présentation de ses travaux et à leur discussion.
 
 
 
Responsables scientifiques : Frédéric Ramel, Sciences Po-CERI, Ayrton Aubry, Pablo Barnier-Khawam, Léonard Colomba-Petteng, doctorants Sciences Po-CERI

07/02/2019

Dans le cadre du séminaire de Nuclear Knowledges - Chaire d’excellence en études de sécurité.

"The Courtroom of World Opinion": Bringing the International Audience into Nuclear Crises

Speaker:
Debak Das, PhD candidate, Cornell University

Abstract:
What role does the international audience play in moderating nuclear crises? Scholars of nuclear crises and deterrence have treated nuclear crises as dyadic interactions between two sides. However, states do not only interact with each other during a nuclear crisis. They also signal to a third actor – the international audience. Two related reasons explain this. First, states care about their international reputation and want to be perceived as a ‘good community member’. Second, there are material benefits to states maintaining a good reputation with the international audience, which possesses the leverage to condemn and sanction. States thus attempt to leverage this power of the international audience to apply diplomatic pressure on their adversary during nuclear crises. They also engage in costly signaling and strategic restraint to ensure that the international audience considers its actions legitimate during the crisis. Empirical evidence from the Kargil war (the only instance of a war fought between two nuclear states), the Cuban Missile Crisis, and the 1969 Ussuri Crisis between the Soviet Union and China support this conclusion. Incorporating the international audience as a critical third actor during nuclear crises has important academic and policy implications for the study of nuclear crises and their management.

Discussants:
Benoît Pelopidas, Sciences Po-CERI, Nuclear Knowledges
Thomas Lindemann, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines et Ecole Polytechnique

Les présentations seront données en anglais, cependant les questions en français seront également les bienvenues.

Responsable scientifique : Benoît Pelopidas, Sciences Po-CERI.
Retrouvez les actualités de la Chaire sur Twitter : @NKnowledges


31/01/2019

Débat à l'occasion de la publication, dans la collection des Etudes du CERI, du Rapport annuel de l'OPALC, Amérique latine. L'année politique (LAPO) 2018*

Sous la présidence d'Olivier Dabène, professeur à Sciences Po, chercheur au CERI, président de l'OPALC

avec

Erica Guevara, Maitre de conférences, Paris 8

Damien Larrouqué, Docteur, Sciences Po - CERI

Kevin Parthenay, Docteur, Sciences Po - CERI

Teresa Martinez, Doctorante, Sciences Po - CERI / CNRS

 

*Etude du CERI n°239 - 240

Responsable scientifique : Alain Dieckhoff, Sciences Po-CERI

 

11/12/2018

Une journée d'étude dans le cadre de l'Observatoire de l’Afrique de l’Est en partenariat avec le CEDEJ Khartoum et la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS).

Panel 2 - Crises et résiliences autoritaires en Afrique de l’Est
Présidence: Jean-Nicolas Bach, CEDEJ Khartoum

1. Clélie Nallet, Institut français des relations internationales (IFRI) - Incertitudes éthiopiennes
2. Clément Deshayes, Paris 8-LAVUE-CEDEJ Khartoum - Le Soudan et la perspective des élections de 2020
3. Roland Marchal, Sciences Po-CERI - Les acteurs internationaux face aux transformations politiques est-africaines.

Débat

Conclusion de la journée par Roland Marchal, Sciences Po-CERI 

Responsables scientifiques : Jean-Nicolas Bach et Roland Marchal

03/12/2018

Le colloque international "Les acteurs religieux sur la scène internationale" organisé en partenariat avec le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GRSL), l'École Pratique des Hautes Études (EPHE) l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et L’Institut de recherche stratégique de l’École Militaire (IRSEM) se tiendra le 3 décembre 2018 au CERI,  4 décembre 2018 à l’École militaire 

Jour 1- 03 décembre 2018
Sciences Po-CERI - 56 rue Jacob Paris 6 - Salle des conférences
 
Thème: "Les acteurs religieux et leur rôle dans les relations internationales"

Remarques introductives
Alain Dieckhoff, Directeur de recherche au CNRS et directeur du CERI

Remarques introductives du comité d’organisation

Discours d’introduction
Maria Birnbaum, docteur de l’European University Institute, chercheuse postdoctorale, IKOS/Université d’Oslo (Norvège) - Les fondements de la diversité : quelle est la portée de la reconnaissance de la religion comme une catégorie spécifique dans la politique internationale ? (En anglais)


Panel 1- Sionisme, fondamentalistes et politique : l’exemple des États-Unis, du Canada et d’Israël.

Discutant:
Sébastien Fath, EPHE / CNRS

Intervenants:
Guy Ben Porat, PhD, Ben-Gurion University (Israel): « Armageddon? La mondialisation fondamentalisme israélien (En anglais)
David Vincent, Chercheur associé - La Bible en ses traditions -  École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem, (Israel) et EPHE  - Les mutations du sionisme chrétien depuis les années 1970.
Laurent Tessier, doctorant, Ecole Pratique des Hautes Etudes (France)/Université de Montréal (Canada) - Sionisme évangélique, droite religieuse et politique étrangère du Canada (2006-2015)



Panel 2 - Les Eglises chrétiennes entre diplomatie et contestation des normes

Discutant:
Pierre Baudry (EPHE, University of Tours)

Intervenant.e.s:
Marie Gayte, maître de conférences, Université de Tours (France) - La diplomatie du Vatican et le rapprochement Cuba-Etats-Unis : fondements et acteurs.
Alessandro Milani, chercheur postdoctoral, Ecole Pratique des Hautes Etudes/PSL (France) - Entre politische Abstinenz et la réunification. L’Église en RDA de Paul VI à Jean-Paul II
Kévin Vercin, doctorant, Science Po Paris, Paris/CERI (France) - Défendre la famille en et de l’Europe: l’initiative Mum, Dad & Kids » /PhD candidate, “Defending Family in and from Europe: the Mum, Dad & Kids ECI
Etienne Dignat, doctorant, IRSEM, Science Po - CERI (France): Sortir de l’oppression in situ par l’action : les mutations contemporaines de la ‘théologie de la libération.



Panel 3 - L’islam comme acteur transnational : l’islam sunnite et la politique internationale.

Discutant.e.s:
Aghiad Ghanem Sciences Po - CERI et Eva Zahiri, EPHE

Intervenant.e.s:
Wael Saleh, PhD, Chercheur associé, Raoul-Dandurand Chair, Université de Québec, postdoctoral researcher at CÉRIUM/Université de Montréal (Canada) - Les Frères musulmans dans l’espace international (2011-2018): rôle, stratégies, défis et avenir.
Ouria Shéhérazade Kahil, doctorante, EHESS (France) - Les Gardiens des Lieux Saints : entre affluence internationale et influence transnationale.
Chiara Maritato, maître de conférences, Centre for Southeast European Studies (CSEES), Université de Graz (Autriche) - Le pouvoir pastoral et la fabrique de la diaspora comme sujet à gouverner : les fonctionnaires du Diyanet en Europe (En angais)


Panel 4 - La diplomatie religieuse est-elle une forme atypique de diplomatie ? Le cas de l’UNESCO, des organisations religieuses et des ONG.

Discutante: Valentine Zuber, EPHE

Intervenant.e.s:
Delphine Allès, université Paris-Est Créteil (UPEC) - Un ordre mondial confessionnalisé ? Nouveau multilatéralisme, politisation et enrégimentement du dialogue inter-religieux
Moncef El Younssi, ATER, Université d’Orléans (France) - La confessionnalisation des normes internationales par les organisations confessionnelles internationales
Maryam Mouzzouri, doctorante, Ecole Pratique des Hautes Etudes (France) - Les acteurs religieux dans les organisations internationales : le cas de l’UNESCO
Marie Cugnet, M.A., École Pratique des Hautes Etudes - La World Fellowship of Buddhists : de la coopération bouddhiste à la diplomatie religieuse.

Luca Ozzano, maître de conférences, Université de Turin (Italie), Président du groupe de travail Religion and Politics de l’ECPR, Président du comité de recherche sur religion et politique - Populisme, partis politiques et religions en Europe : une perspective internationaliste et comparative (En anglais)

Discussion avec le public et les autres participants


Responsables scientifiques : Alain Dieckhoff, Jean-Vincent Holeindre, Philippe Portier

 

27/11/2018

Un colloque consacré à l'une des facettes de la montée généralisée des "populismes". Cet événement s'inscrit dans le cadre d'un travail collectif impliquant de nombreux chercheurs du CERI, autour de Christophe Jaffrelot et Elise Massicard, qui étudient ce phénomène des "nouveaux démagogues".

Introductions

Christophe Jaffrelot, Sciences Po-CERI/CNRS et Élise Massicard, Sciences Po-CERI/CNRS
Alain Dieckhoff, Sciences Po-CERI/CNRS - Le populisme au pouvoir - perspective comparée approche théorique.

 

Session 1 : Trajectoires de conquête du pouvoir

Président de séance et discutant : Olivier Dabène, Sciences Po-CERI

Jean-Louis Briquet, CESSP-CNRS/EHESS/Université Paris 1 Panthéon Sorbonne - Un activisme anti-politique. Le Movimento Cinque Stelle (M5S) en Italie. 
Asma Faiz, Lahore University for Management Science - Imran Khan of Pakistan. 
David Camroux, Sciences Po-CERI et Université nationale du Vietnam - L'irrésistible ascension de Rodrigo Duterte aux Philippines : trajectoires historiques, facteurs systémiques, dimensions conjoncturelles. 

Session 2 : Pratiques du pouvoir (1)

Président de séance et discutant : Jérôme Heurtaux, CEFRES, Prague

Nira Wickramasinghe, Université de Leiden - Mahinda Rajapaksa of Sri Lanka : the making of oppressive stability
Eugénie Mérieau, Université de Göttingen - Du populisme de réaction dans les démocraties tutélaires : le cas de Thaksin Shinawatra en Thaïlande.

Lauric Henneton, Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines - Les ressorts du "trumpulisme".
Samy Cohen, Sciences Po-CERI - Israël : dé-démocratiser sans le dire.

Session 3 : Pratiques du pouvoir (2)

Président de séance et discutant : Olivier Borraz, Sciences Po-CSO

Xavier Mellet, Université de Waseda - Abe Shinzō, nouvel homme fort du Japon. Stabilisation politique et populisme ambigu depuis 2012.
Thomas Posado, CRESPPA-CSU - De Chávez à Maduro : d’une démocratie délégative à une dérive autoritaire. 
Jacques Rupnik, Sciences Po-CERI - Viktor Orban: profil idéologique et ressorts de son pouvoir.
Paulus Wagner, Sciences Po - Populisme et coalitions gouvernementales en Autriche.

Session 4 : Reconfigurations sociétales

Présidente de séance et discutante : Nonna Mayer, Sciences Po-CEE

Françoise Daucé, EHESS et Gilles Favarel-Garrigues, Sciences Po-CERI/CNRS - Le gouvernement de la société civile sous Vladimir Poutine.
Kathy Rousselet, Sciences Po-CERI - Morale et politique sous Vladimir Poutine.

Élise Massicard, Sciences Po-CERI/CNRS - Gouvernement au nom du peuple et gouvernement du peuple dans la Turquie d'Erdogan.
Christophe Jaffrelot, Sciences Po-CERI/CNRS - Le populisme de Modi en Inde : au nom de quel peuple ?

Responsables scientifiques : Christophe Jaffrelot et Élise Massicard

26/11/2018

Débat à l’occasion de la parution de l’ouvrage Revisiting the Arab Uprisings. The Politics of a

Revolutionary Moment, dirigé par Stéphane Lacroix et Jean-Pierre Filiu

C Hurst & Co Publishers Ltd (November 2018), Coll. CERI: Comparative Politics and International Studies Series

Avec

Jean-Pierre Filiu, Sciences Po-CERI-PSIA
Stéphane Lacroix, Sciences Po-CERI-PSIA
Luis Martinez, Sciences Po-CERI

Revisiting the Arab Uprisings. The Politics of a Revolutionary Moment
Stéphane Lacroix et Jean-Pierre Filiu (dir.)

Since 2013, the Middle East has experienced a double trend of chaos and civil war, on the one hand, and the return of authoritarianism, on the other. That convergence has eclipsed the political transitions that occurred in the countries whose regimes were toppled in 2011, as if they were merely footnotes to a narrative that naturally led from an ‘Arab Spring’ to an ‘Arab Winter’.

 

 

 

 

Entretien avec Jean-Pierre Filiu et Stéphane Lacroix

Responsable scientifique : Jean-Pierre Filiu et Stéphane Lacroix

23/11/2018

Une table ronde dans le cadre du groupe de recherche Afrique: citoyennetés, violence et politique. En collaboration avec l'Association des chercheurs de Politique africaine (ACPA)

Intervenants:
Fred Eboko, Directeur de recherche à l'IRD
Marie-Emmanuelle Pommerolle, Maître de Conférence à l'Université de Paris I
Nadine Machikou, Professeur université de Yaoundé II

Responsable scientifique: Sandrine Perrot

 

13/11/2018

Une séance dans le cadre du groupe de recherche Afrique : citoyenneté, violence et politique

Intervenant.e.s:

Nathalia Dukhan, chercheuse et analyste sur la Centrafrique pour l'organisation Enough Project - L'itinéraire d'un chef de guerre, ministre et homme d'affaires dans le conflit armé en Centrafrique.

Florent Geel, Directeur Afrique de FIDH - L'impunité facteur structurant dans la crise centrafricaine.

Président de séance et discutant: Roland Marchal

Responsable scientifique : Roland Marchal


06/11/2018

Dans le cadre du séminaire Afrique : citoyenneté, conflits et politique et en collaboration avec l'Association des Chercheurs de Politique africaine (ACPA)

Avec:
Sabine Planel, IRD, IMAF
Mehdi Labzaé, Université de Paris 1

Discutant :
Eloi Ficquet, EHESS

 

Responsables scientifiques: Sandrine Perrot, Richard Banégas, Laurent Fourchard et Roland Marchal

05/11/2018

Colloque annuel dans le cadre de la 2e année de l'Observatoire international du religieux du CERI et le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL) du CNRS et de l’École pratique des hautes études (EPHE)

Il y a indéniablement, dans nos démocraties, un tournant populiste qui a permis, dans de nombreux pays, l’arrivée au pouvoir de forces se réclamant du « vrai peuple » opposé à des élites expertes, corrompues, illégitimes. Ces courants populistes sollicitent diverses ressources politiques et symboliques, dont le religieux. L’objet de ce colloque est, précisément, d’aborder l’articulation entre populisme et religion selon trois axes, à travers trois tables-rondes :

1 - La culturalisation du religieux
2 - Un populisme nourri par le religieux ?
3 - Oppositions religieuses

Programme de la journée

Introduction
Alain Dieckhoff
, Sciences Po-Ceri
Eric Germain, DGRIS
Philippe Portier, EPHE

Allocution d'ouverture
Olivier Roy, Institut universitaire européen, Florence - Qu'oppose le populisme à l'islam? Identité contre valeurs

Table ronde 1 – La culturalisation du religieux dans les mouvements populistes
Intervenants :
Christophe Bouillaud, Sciences Po Grenoble - La Ligue du Nord (1991-2018), peu catholique et jamais chrétienne ?
Patrick Moreau, Central European University, Budapest - Religion et politique: les cas de la Liste Kurz et du FPOE en Autriche
Kathy Rousselet, Sciences Po-Ceri - Le religieux dans la rhétorique populiste du pouvoir russe

Discutant :
Alain Dieckhoff, Sciences Po-Ceri

 

Table ronde 2 – L’alimentation du populisme par le religieux
Intervenants :
Denis Lacorne, Sciences Po-Ceri - La religiosité d'un immoraliste. Trump et la droite chrétienne
Frédéric Zalewski, Paris Ouest Nanterre - La révolution du PiS est-elle une révolution religieuse ?
Hamit Bozarslan, CETOBac, EHESS - Nation, religion et « mission historique » dans la Turquie d'Erdogan

Discutant :
Sébastien Fath, GSRL / CNRS

 

Table ronde 3 – Oppositions religieuses au populisme
Intervenants :
Nadia Marzouki, Sciences Po-Ceri - "Les mouvements civiques œcuméniques contre le nationalisme chrétien aux Etats-Unis"
Valentin Behr, Université de Strasbourg - "Critiquer le gouvernement polonais au nom de la religion : des prises de position révélatrices des fractures de l'Eglise catholique"
Rolf Schieder, Humboldt Universität, Berlin - "Apocalyticism and Romanticism of the German New Right"

Discutant:
Philippe Portier, EPHE 1

Conclusions du colloque
Eric Patterson, Berkley Center for Religion, Peace and World Affairs - "Religion, Populism, and Threats: Disentangling Risk, Responsibility, and the Ridiculous"


10/10/2018

Débat à l'occasion de la parution aux Presses de Sciences Po de "Guerres et conflits armés au XXIème siècle", le nouvel ouvrage dans collection Enjeu mondial co-réalisée par le CERI et l'Atelier de cartographie.

Introduction par Benoit Pélopidas et Frédéric Ramel

Table ronde en présence de:

Pauline Blistène, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre de philosophie contemporaine
 de la Sorbonne.
Marine Guillaume, Centre d'analyse, de prévision et de stratégie du ministère des Affaires étrangères
Ronald Hatto, Chargé d'enseignements à Sciences Po
Thomas Lindemann, Professeur des universités en sciences politiques à l'Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

couverture livre l'enjeu mondial

L'Enjeu mondial
Guerres et conflits armés au XXIe siècle
Presses de Sciences Po, 2018
Benoit Pélopidas, Frédéric Ramel

Avec les contributions de: Bertrand Badie, Thierry Balzacq, Laure Bardiès, Didier Bigo, Pauline Blistène, April Carter, Miguel Centeno, Daniel Compagnon, Frédéric Coste, Charles-Philippe David, Mathias Delori, Général Vincent Desportes, Daniel Deudney, Adrien Estève , Aude-Emmanuelle Fleurant, Éric Frécon, Frédéric Gros, Marine Guillaume, Ronald Hatto, Thomas Hippler, Bruno Latour, Thomas Lindemann, Benjamin Oudet, Yannick Quéau, Alexis Rapin, Hew Strachan, Vicki Yang

Plus d'information sur le site compagnon de L'Enjeu mondial

Responsables scientifiques: Benoit Pélopidas et Frédéric Ramel


17/09/2018

Le programme Nuclear Knowledges - Chaire d’excellence en études de sécurité, en partenariat avec l'IDDRI présente la première séance du séminaire mensuel de l'automne 2018.

World Nuclear Industry Status Report 2018: présentation publique et discussion

The Nuclear Knowledges program in collaboration with IDDRI, presents the first monthly seminar of the Fall 2018.

"World Nuclear Industry Status Report 2018: public presentation and discussion"

Présidence et animation de la séance: Benoit Pelopidas, Sciences Po-CERI, fondateur du programme Nuclear Knowledges

Intervenants :
Mycle Schneider, consultant indépendant, coordinateur du World Nuclear Industry Status Report 2018
Dr Phil Johnstone, Université du Sussex, co-auteur du chapitre sur les interdépendances entre les infrastructures du nucléaire civil et militaire.

La séance sera conduite en anglais mais les questions en français sont les bienvenues.

Responsable scientifique : Benoit Pelopidas, Sciences Po-CERI

Rapport en haute résolution: https://www.worldnuclearreport.org/IMG/pdf/20180902wnisr2018-hr.pdf
Faits marquants en Français: https://www.worldnuclearreport.org/IMG/pdf/resume_fr_2018_web.pdf


 

14/09/2018

This conference is the third annual meeting of the Northwestern University-Sciences Po Research Project on Security and Governance in the Sahel, run by Roland Marchal and Rachel Beatty Riedl. It will bring together experts of West Africa and the Sahel specifically to shed light on the implications of elections, radicalization, and rising threats from jihadi militants and other armed conflict actors.This tripartite political phenomenon has significant consequences for governance and security in the region and beyond.

The conference will address the practice and significance of multiparty elections in contexts of competitive authoritarian regimes, post-intervention transitions, and governance reforms – particularly in Mali, Burkina Faso, and Senegal. We will also assess logics of radicalization, consequences for security strategies, and logics of military engagement both for state actors and international forces. Finally, we assess the distinct threats arising from Jihadi groups in the region, state militarization, and migrant trajectories.

Introduction: Rachel Beatty Riedl

Panel I. Radicalization: Conceptual Deconstruction, Examples, and Implications
Chair: Sandrine Perrot, Sciences Po-CERI

Roland Marchal, Sciences Po-CERI / CNRS : Rethinking radicalization: an African perspective
Paul Lubeck, Johns Hopkins School of Advanced International Studies: The Political Demography of Radicalism among Muslim Youth in the Northern States of Nigeria.
Cécile Petitdemange, Université de Gènève-EHESS : Identifier et catégoriser : perspectives tchadiennes sur la radicalisation.

Panel II. Governance, Elections and Political Recalibrations
Chair: Richard Banegas, Sciences Po-CERI

Rachel Beatty Riedl, Northwestern University: Autocratization in the Sahel? Modes of Regime Transition in Comparative Perspective.
Juliet Sorensen, Northwestern University (TBD)
Joseph Brunet-Jailly, Sciences Po: Préparation, réalisation et suites de l'élection présidentielle du 29 juillet 2018. 

Panel III. Conflict and Armed Actors
Chair: Roland Marchal, Sciences Po-CERI

Marina Henke and Jules Villa, Northwestern and Sciences Po: Why did NATO Intervene in Libya? Connecting Micro and Macro-level Drivers.
Matthieu Pellerin, IFRI & Center for Humanitarian Dialogue: Dynamiques de formation des groupes armés au Sahel.
Yvan Guichoua, University of Kent: Jihadis' Use of Force in Northern Mali. Norm Formation and Civilian Agency
Vincent Foucher, IEP Bordeaux: La province Afrique de l'Ouest de l'Etat islamique: émergence et contradictions d'une nouvelle économie politique du djihad.
Denis Tull, IRSEM : Intervention and its Discontents: The Uneasy Partnership Between Mali and the United Nations Stabilization Mission (Minusma)

Conclusion de la journée : Roland Marchal

Responsables scientifiques: Roland Marchal et Rachel Beatty Riedl

12/06/2018

Dans le cadre du lancement du programme de recherche African Humanities Project (Sciences Po – Columbia University), débat autour du livre de Céline Labrune-Badiane et Etienne Smith, Les Hussards noirs de la colonie. Instituteurs africains et petites patries en AOF (1913-1960), Paris, Karthala, 2018, coll. « Recherches internationales ».

En Afrique Occidentale Française (AOF), l’école coloniale a tenté de justifier sa mission par l’adaptation de son enseignement aux nouvelles « petites patries » de l’empire, selon la terminologie de la IIIe République. La création de savoirs « adaptés » ne s’est pas faite en un jour. La tâche en incombait aux instituteurs, en majorité africains, et devenus les principaux ethnographes des terroirs arpentés dans le cadre de la « mise en valeur scientifique » des colonies. Ceux-ci ne furent pas de simples informateurs ou auxiliaires des sciences coloniales. Ils ont mené leurs propres recherches et fait œuvre d’auteurs à part entière. Ils ont ainsi jeté les bases d’une affirmation culturelle, concomitante de la négritude parisienne, mais ancrée dans une « négritude de terrain », profondément ambivalente. Leur prise de parole était en effet soumise à la censure tatillonne de la hiérarchie administrative, dont le livre retrouve la trace dans les archives. Il démontre ainsi comment se négocie, au fil des pages, une transaction hégémonique impériale.

Première exploration systématique du corpus des publications des instituteurs ouest-africains, ce livre pionnier offre un aperçu inédit de la « bibliothèque coloniale ». Il bouleverse notre compréhension du fait impérial, et met au centre de l’analyse une catégorie d’acteurs intermédiaires en les reconnaissant pour ce qu’ils ont été : de vrais intellectuels, au coeur des contradictions de leur époque.

Avec :

Romain Bertrand, Sciences Po-CERI
Gregory Mann, Columbia University
Wendell Marsh, Columbia University
Pap Ndiaye, Sciences Po Centre d’histoire

Et les auteurs : Céline Labrune-Badiane, IEA Nantes et Etienne Smith, Sciences Po-CERI

Modérateur :
Richard Banégas, Sciences Po-CERI

Responsables scientifiques: Richard Banégas, Sciences Po-CERI, Laurent Fourchard, Sciences Po-CERI et Thomas Fouquet, CNRS, Institut des mondes africains (IMAF)

 

30/05/2018

Dans le cadre du séminaire de Nuclear Knowledges - Chaire d’excellence en études de sécurité.

Why states choose nuclear restraint? An analysis of Sweden´s nuclear weapons plans during the cold war based on primary sources.

Why did Sweden choose, in the late 1960s, to abolish its long-standing nuclear weapons plans? A number of historical investigations have analyzed some aspects of this issue, particularly as it related to the public political debate in Sweden and the formulation of the Swedish defense doctrine in the postwar years. Taken together, these studies provide a far-from-complete picture of Sweden’s historical nuclear weapons plans. The main reason for this lack of a comprehensive picture has been the paucity of primary sources. Today, however, the end of the cold war and the declassification of large parts of the relevant documentary record, especially concerning the technical preparations for nuclear weapons production, have created the prerequisites for a more penetrating analysis.The purpose of this presentation is to summarize this research on Sweden’s plans to acquire nuclear weapons and discuss its bearing on theories of proliferation and non-proliferation.

TThe Key to Nuclear Restraint: The Swedish Plans to Acquire Nuclear Weapons During the Cold War
Thomas Jonter, Palgrave Macmillan UK, 2016
For more information

Thomas Jonter is Director of Stockholm University Graduate School of International Studies, Sweden, and Professor of International Relations at the Department of Economic History. He has been visiting scholar at Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), Stanford University, and Cornell University. Professor Jonter is also chair of Swedish Pugwash and served as advisor to the Swedish delegation to the 2015 Review Conference to the Treaty on the Non-proliferation of Nuclear Weapons, at the United Nations in New York.

Discutants:

Benoît Pelopidas, Sciences Po-CERI, titulaire de la chaire d'excellence en études de sécurité, Sciences Po.

Les présentations seront données en anglais, cependant les questions en français seront également les bienvenues.

Responsable scientifique : Benoît Pelopidas, Sciences Po-CERI. 

25/05/2018

Colloque du 24-25/05/2018

Séance du 25/05/2018

Mot de bienvenue: 
Ewa Kulesza, directrice executive du CERI

 

Partie 2. Relectures du Printemps Tchéco-Slovaque et de sa défaite: Socialisme et démocratie, normalisation et dissidences 

Intervenants :
Michal Pullman, historien, doyen de la faculté sciences humaines, Université Charles, Prague
Roman Krakovsky, historien, École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
Marc Lazar, historien et politologue, Sciences Po-Centre d'histoire

Discutant:
Pavel Seifter, historien et diplomate

Modérateur:
Antoine Marès, historien, Sorbonne - Paris I

 

Partie 3. Les chemins de l’émancipation vus de Prague/Bratislava – Varsovie – Budapest – Belgrade

Intervenants :
Pavel Kolar, historien, Institut Universitaire Européen, Florence
Miroslav Londak, historien, Académie des Sciences, Bratislava
Aleksander Smolar, sociologue, Directeur de la fondation Batory, Varsovie
Ivan Vejvoda, politologue, IWM, Vienne
Mila Turajlic, cinéaste, Belgrade

Discutant:
Milan Hauner, historien, université Madison WI

Modérateur:
Jacques Rupnik, directeur de recherche, Sciences Po-CERI

 

Partie 4. Paris-Prague : les malentendus Est-Ouest de 1968, les héritages contestés et les crises de la démocratie en Europe

Intervenants :
Jirina Siklova, sociologue, Université Charles, Prague
Petr Pithart, juriste, ancien premier ministre tchèque, Prague
Peter Zajac, essayiste, ancien député au parlement slovaque, Bratislava
Alain Touraine, sociologue, directeur d'études à L'École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
Stephen Holmes, Walter E. Meyer Professor of Law, New York University School of Law
Jacques Rupnik, directeur de recherche, Sciences Po-CERI

Modérateur :
Pierre Grémion
, directeur de recherche émérite CSO-CNRS  

Responsable scienctifique:  Jacques Rupnik, directeur de recherche, Sciences Po-CERI

 

27/04/2018

This workshop will bring together scholars who have been working on transnationalism and multiculturalism in relation to nationalism, territory and citizenship.

 

Panel 1: Transnationalism with regard to state and nationalism : conceptual and methodological framework

Tariq Modood, University of Bristol: Multicultural nationalism and citizenship

Riva Kastoryano, Sciences Po - CERI - CNRS: Transnational nationalism and the state

Thomas Faist, University of Bielefeld: Transnational civil society and sate and citizenship

Discussant: Hélène Thiollet, Sciences Po - CERI - CNRS

 

Panel 2: Transnational and multicultural politics of integration

Ruud Koopmans, WZB : Assimilation and Multiculturalism

Marco Antonsich, Loughborough University : Multicultural Nationalism : connecting the macro and the micro

Thomas Lacroix : From simultaneity to plurality. Transnationalism in action

Discussant : Hélène Thiollet, Sciences Po, CERI - CNRS

Responsables Scientifiques: Riva Kastoryano, Sciences Po - CERI - CNRS et Tariq Modood, University of Bristol

 

10/04/2018

Dans le cadre du séminaire de Nuclear Knowledges - Chaire d’excellence en études de sécurité.

Are nuclear arsenals safe from cyber-attack? Could terrorists launch a nuclear weapon through hacking? Are we standing at the edge of a major technological challenge to global nuclear order?

We are proud to welcome Andrew Futter whose ground-breaking book about the cyber threat to nuclear weapons will be published by Georgetown University Press.

Hacking the Bomb provides the first ever comprehensive assessment of this worrying and little-understood strategic development, and it explains how myriad new cyber challenges will impact the way that the world thinks about and manages the ultimate weapon. The book cuts through the hype surrounding the cyber phenomenon and provides a framework through which to understand and proactively address the implications of the emerging cyber-nuclear nexus. It does this by tracing the cyber challenge right across the nuclear weapons enterprise, explains the important differences between types of cyber threats, and unpacks how cyber capabilities will impact strategic thinking, nuclear balances, deterrence thinking, and crisis management. The book makes the case for restraint in the cyber realm when it comes to nuclear weapons given the considerable risks of commingling weapons of mass disruption with weapons of mass destruction, and argues against establishing a dangerous norm of "hacking the bomb."

Discutants:

Benoît Pelopidas, Sciences Po-CERI, titulaire de la chaire d'excellence en études de sécurité, Sciences Po.

Camille Roth, Professeur associé, Médialab, Sciences Po

Les présentations seront données en anglais, cependant les questions en français seront également les bienvenues.

Responsable scientifique : Benoît Pelopidas, Sciences Po-CERI.

Retrouvez les actualités de la Chaire sur Twitter @NKnowledges

03/04/2018

Journées d'étude en collaboration avec ARENES UMR 6051, Université de Rennes, EHESP, CNRS

Introduction

Sylvie Ollitrault, directrice de recherche, CNRS, UMR 6051 ARENES

Jacques Sémelin, directeur de recherche émérite, CNRS, Sciences Po-CERI

 

Prévenir ou réprimer la radicalisation

Président de séance : Sami Zegnani, MCF Rennes ARENES UMR 6051, Université de Rennes, EHESP, CNRS

Xavier Crettiez, professeur des Universités, Sciences Po Saint-Germain-en-Laye Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), UMR Cesdip : Comprendre le processus de radicalisation

Montassir Sakhi, doctorant-contractuel en anthropologie, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis- LAVUE : Emergence d’un sous-champ étatique de la (dé)radicalisation : le cas des associations des familles de français militants du jihad

Wajdi Limam, doctorant en sociologie, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, UMR 7217-CRESSPA : Pratiques et savoirs professionnels des intervenants sociaux dans le cadre de la prévention de la radicalisation

Claire de Galembert, CNRS, UMR ISP, ENS Cachan : Les aumôniers musulmans : un outil de lutte contre la radicalisation carcérale ?

 

Quelles politiques publiques ? Regards internationaux

Président de séance : Jacques Sémelin, directeur de recherche émérite, CNRS, Sciences Po-CERI

Benjamin Ducol, responsable de la recherche et de l’appui à l’innovation, Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV), chercheur associé au Centre International de Criminologie Comparée (CICC), Université de Montréal : De la mise à l’agenda à l’émergence des politiques publiques de prévention de la radicalisation menant à la violence : perspective comparée et trajectoires nationales

Stijn Sieckelinck, researcher at the Institute for Societal Resilience, Vrije Universiteit Amsterdam : Re-radicalization as a Philosophy and Strategy against Extremism

Romain Seze, chargé de recherche contractuel, NHESJ, rattaché au GSRL (EPHE-CNRS) : La radicalisation vue par l’action publique : une fabrication française ?

Anina Schwarzenbach, Max Planck Institute for Foreign and International Criminal Law / Max-Planck-Institut für ausländisches und internationales Strafrecht, Freiburg, Germany : Strategies to Counter Violent Islamist Extremism: A German Case Study

Kadidia Gazibo, enseignante-chercheure, Université de Tahoua (Niger), chercheure invitée, CERI: La lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent au Niger

 

Table-ronde finale autour du plan national de prévention de la radicalisation annoncé le 23 février par le Premier Ministre

Animation : Jacques Sémelin, directeur de recherche émérite, CNRS, Sciences Po-CERI

Muriel Domenach, Secrétaire générale du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (C.I.P.D.R.), ministère de l'Intérieur

Véronique Gasté, Cheffe du bureau de la santé, de l’action sociale et de la sécurité à la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) du ministère de l’Education nationale Fethi Benslama, Professeur de psychopathologie clinique à l’Université Paris-Diderot Paris 7, directeur du Centre d’étude des radicalisations et de leurs traitements (CERT) de l’Université Paris Diderot

Mohamed Barjrafil, Imam à la mosquée d'Ivry, secrétaire général du Conseil Théologique musulman de France, docteur en linguistique

Responsables scientifiques : Jacques Sémelin, directeur de recherche émérite, CNRS, Sciences Po-CERI / Sylvie Ollitrault, directrice de recherche, CNRS, UMR 6051 ARENES

21/03/2018

Débat autour de Egypt de Robert Springborg, en collaboration avec PSIA, Sciences Po

avec Robert Springborg, Visiting Professor in the Department of War Studies, King's College London, and non-resident Research Fellow of the Italian Institute of International Affairs

Discutant : Stéphane Lacroix, Sciences Po-CERI et PSIA

*Polity Press, octobre 2017
Responsable scientifique : Stéphane Lacroix, Sciences Po-CERI et PSIA