La vie sociale et politique des papiers d’identification en Afrique (PIAF)

Cordonné par Richard Banégas (SciencesPo-CERI) et Sévérine Awenengo-Dalberto (CNRS-IMAf), ce projet propose d’étudier la "gouvernementalité des papiers" en Afrique subsaharienne, de l’après-guerre à l’époque actuelle. S’inscrivant dans le renouvellement des travaux sur les documents identificatoires en Europe, il entend penser ensemble les papiers d’identification comme technologies de pouvoir et instruments de centralisation politique d’une part, et comme vecteurs matériels de l’émergence de nouvelles subjectivités morales et politiques de l’autre. Le constat de départ de cette recherche est la quasi absence de travaux sur les documents identificatoires en Afrique alors même qu’une grande partie des crises que traversent les sociétés africaines contemporaines sont des crises de la citoyenneté qui portent sur la question des droits et mettent en jeu les supports juridiques et politiques de leur reconnaissance, au premier rang desquels les "papiers" (cartes d’identité, d’électeur, de séjour, de parti politique, extraits de naissance, mais aussi titres fonciers, permis de conduire). En revisitant certaines situations de crise à l’aune des "papiers", ce projet interroge la corrélation qui semble s’observer entre dispositifs d’attestation identitaire et violence politique. Il ne se limite cependant pas aux situations de conflit et entend au contraire mettre en regard l’usage des papiers en conjoncture de crise et en conjoncture routinière pour analyser les rapports ordinaires des citoyens à la sphère publique.