Restons vigilants...

Auteur(s): 

Alain Dieckhoff, directeur de recherche au CNRS & directeur du CERI

Philippe Portier, directeur d’études à l’EPHE, GSRL

Date de publication: 
August 2019

Chères Lectrices, Chers Lecteurs,

Comme une surprise de rentrée un peu tardive, cet opus d’automne est un numéro double. Riche de cinq contributions, il traite d’une problématique dont la presse se fait souvent écho, sans toutefois proposer une approche scientifique du phénomène : le vigilantisme. Plus précisément ici au regard de nos thématiques de recherche, nous nous penchons sur les activités de vigilantisme effectuées par des acteurs religieux, ou bien se prévalant d’un charisme moral découlant de la religiosité.

A rebours de la prénotion médiatique vis-à-vis de laquelle nos Bulletins ont toujours à cœur de se prémunir, le vigilantisme n’est donc pas un déchaînement de violence brute, de la part d’individus incontrôlés et agissant dans le cadre d’un Etat « faible ». Au contraire, les présentes analyses mettent en avant plusieurs caractéristiques communes au vigilantisme, qui les font entrer en résonnance avec la définition a minima, et centrée sur les pratiques observées, proposée ailleurs par les chercheurs Laurent Gayer et Gilles Favarel-Garriges.

Pour la reprendre, le vigilantisme est ici abordé comme « un certain nombre de pratiques collectives coercitives, mises en œuvre par des acteurs non étatiques afin de faire respecter certaines normes (sociales ou juridiques) et/ou d’exercer la “justice”– un terme qui fait principalement référence ici à l’exercice du châtiment mais qui peut aussi évoquer, chez les vigilantes et leur public, un idéal sociétal1 ». Comme nous allons le lire dans les textes suivants, la relation à l’Etat est également ambiguë, et se décline dans une palette de rapports allant du mimétisme à la distinction, en passant par la collaboration. Ainsi, Romane Da Cunha Dupuy, Pierre Labrunie, Azadeh Kian, Mathieu Ferry et Chloé Baills vous emmènent respectivement au Burkina Fasso, en Russie, en Iran, en Inde et en Birmanie afin de découvrir les différents visages de ce type de violence.

Tout autre sujet, l’Eclairage(S) proposé par Nayla Haddad revient, quant à lui, sur le traitement du déplacement du Pape aux Emirats arabes unis en février 2019 par la presse arabophone.

Nous restons également au Moyen-Orient avec la Ressource(S) de Laurent Bonnefoy qui, elle, analyse la mission de l’exposition itinérante consacrée à l’islam, et proposée par le Sultanat d’Oman.

A toutes et à tous une très bonne lecture !

  • 1. Gilles Favarel-Garrigues, Laurent Gayer. « Violer la loi pour maintenir l’ordre. Le vigilantisme en débat », Politix, vol. 115, n° 3, 2016, p. 7-33.