Le cas particulier du Japon

Les dossiers du CERI
Date : 
02/2018

La vague populiste globale n’a pas épargné l’archipel japonais. Le concept a atteint ses côtes depuis près de deux décennies et il est employé très fréquemment, aussi bien dans le champ académique que journalistique. Comme en France, il ne se passe pas un jour sans qu’un politicien soit qualifié de populiste et que le terme soit utilisé pour décrire des comportements démagogiques. Traduit de l’anglais par popyulizumu, il a été popularisé au début des années 2000 par le politologue Hideo Otake, qui a fait du Premier ministre Junichirō Koizumi (2001-2006) le premier cas conséquent de populisme made in Japan1, à l’instar d’un Silvio Berlusconi en Italie. Son style de gouvernement était fondé sur une position manichéenne et sur une forte personnalisation du pouvoir, contraire à la façon de faire traditionnelle. Son passage au pouvoir a été une grande réussite en termes de communication et Koizumi reste à ce jour le Premier ministre le plus populaire que le Japon a connu.

La définition du populisme suscite de nombreux débats. Les critères les plus couramment retenus sont aussi bien la critique des élites opposées au peuple, la personnalisation du pouvoir, la simplification du discours politique ou la prétention à posséder un monopole moral sur la représentation du peuple2. Il n’existe néanmoins pas de consensus sur la signification du concept, chaque populisme formant une composition singulière à partir des critères habituellement retenus. Nous sommes donc en droit de nous demander s’il existe un type spécifique de populisme japonais.


Un populisme sans « dégagisme » ?

La principale différence entre France et Japon vient du fait que la vague populiste japonaise ne prend pas forme dans des extrêmes capables d’exploiter les mécontentements, comme le font le Front national et la France insoumise en France. Aucun « dégagisme » n’a pénétré la société japonaise, comme en témoignent les élections législatives du 22 octobre 2017 qui ont vu le triomphe renouvelé du Parti libéral-démocrate (PLD) du Premier ministre sortant Shinzō Abe. Sa formation, qui à deux exceptions près (1993-1994 et 2009-2012) gouverne le Japon depuis sa création en 1955, couvre un spectre idéologique très large allant du centre à l’extrême-droite. Le système politique japonais est structuré de manière à empêcher l’émergence d’un pôle protestataire, en condamnant les forces d’opposition à s’allier pour accéder au pouvoir.

La défiance importante à l’égard de la politique se traduit surtout par la désertion des électeurs. Au Japon, les jeunes éduqués et idéalistes qui peuplent les rangs « insoumis » en France ont cessé de s’intéresser à la politique et ne font le jeu d’aucun entrepreneur politique ambitieux et « antisystème ». La position dominante du PLD et du gouvernement Abe repose en partie sur l’érosion du corps électoral. Les élections législatives de décembre 2014 ont ainsi été l’occasion d’une d’abstention record (47,34%), légèrement amoindrie en octobre 2017 par l’abaissement de l’âge du vote (de 20 à 18 ans), destiné à lutter contre le désintérêt des plus jeunes pour la chose publique. Phénomène nouveau de ces dernières années, les jeunes électeurs votent davantage que leurs ainés pour le PLD, en raison du manque de lisibilité du jeu politique et de la position dominante dont bénéficie ce parti qui a pour lui l’avantage de la cohérence et de la stabilité programmatiques.

Le populisme japonais ne compte pas de parti qui se prétend l’unique représentant du peuple, selon la définition de Jan-Werner Müller. Les formations politiques, qu’elles soient nationalistes, traditionalistes, libérales, communistes… s’adressent toutes au peuple dans le cadre de la compétition électorale et jouent le jeu du marché politique démocratique, au sens de Schumpeter. La critique des élites n’est également pas un critère significatif, à l’échelle nationale. Quasi-monopole de la gauche anti-gouvernementale, cette critique ne s’attaque pas aux élites dans un sens populiste classique qui nomme « élites » l’ensemble des puissances politiques et économiques vues comme une « oligarchie » susceptible d’être appréhendée comme un bloc. Elle se concentre sur le Premier ministre, sa personne, son projet et son parti.


Un populisme local

Les populistes sont plus facilement identifiables à l’échelle locale (municipale ou départementale), où contrairement au niveau national qui est figé par la domination du PLD, le jeu politique est plus dynamique. Depuis plusieurs décennies désormais, les Japonais sont habitués à voir émerger des célébrités (talento) qui parviennent à convertir une notoriété acquise à la télévision en ressources exploitables sur le marché électoral. Se déclarant le plus souvent ni de droite ni de gauche, elles accèdent au pouvoir au niveau local avec pour objectif une revitalisation de la province contre une classe politique traditionnelle centrée sur les intérêts de Tōkyō. Ce phénomène local s’amplifie depuis les années 1990 en accompagnant la défiance croissante des citoyens. L’autonomie qu’elles ont acquise grâce à la décentralisation au cours des vingt dernières années offre par ailleurs aux baronnies politiques les moyens de contester le pouvoir central.

Les pouvoirs locaux ne parviennent toutefois pas, pour le moment, à installer dans le champ politique national un puissant parti contestataire. Les deux tentatives les plus significatives de ces dernières années sont venues de la droite. Tōru Hashimoto, avocat de formation, s’est fait connaître en dispensant ses conseils juridiques dans un show télévisé entre 2003 et 2007. Elu gouverneur d’Osaka en 2008 avec l’appui du PLD, il a également été maire de la ville entre 2011 et 2015. Son charisme personnel, fondé sur ses tweets au vitriol et un nationalisme d’extrême droite, façon Trump, en ont fait un maître en communication politique. Il a été le politicien le plus populaire du pays durant de nombreux mois. Elu gouverneur d’Osaka en 2008, il a démissionné de son poste le 22 octobre 2011 pour se faire élire maire de la ville (tout en prenant soin de se faire remplacer par un de ses lieutenants), afin de créer une grande métropole qui fusionnerait les échelons régional et municipal. Son projet a finalement échoué : il a été rejeté par référendum le 17 mai 2015, ce qui a mis fin à la carrière politique de Tōru Hashimoto. Son parti, l’Association pour la restauration d’Osaka (Osaka ishin no kai), référence à la restauration Meiji (Meiji ishin), est devenu une formation nationale sous l’appellation d’Association pour la restauration du Japon (Nippon ishin no kai) en septembre 2012, sans parvenir jusqu’à présent à peser de façon significative. Son style personnel rappelait celui de Koizumi, qui mêlait un fort dynamisme réformateur à un nationalisme au ton martial.
Les membres de sa formation nationale ont récemment rallié la charismatique gouverneure de Tōkyō, Yuriko Koike, lors des élections dernières du 22 octobre 2017. Issue du PLD, elle a rassemblé plusieurs partis politiques – de gauche et de droite – au sein d’un Parti de l’espoir (kibō no tō) bâti sur sa popularité personnelle avant de mener une campagne centrée sur le renouvellement de la politique japonaise, sans véritablement proposer de projet alternatif, ce qui lui a valu d’être comparée à Emmanuel Macron. Son clip de campagne était l’exemple parfait de la personnalisation de la politique japonaise : on y voyait Yuriko Koike, vêtue d’un tailleur et chaussée de talons, marcher seule vers la lumière le long d’un couloir sombre, insensible au brouhaha des politiciens habillés de costumes noirs. Son charisme personnel n’a cependant pas suffi à concurrencer un PLD solidement établi. Une campagne maladroite, marquée par son incapacité à désigner son candidat au poste de Premier ministre3, a abouti à une humiliante défaite et au repli de madame Koike sur son poste local.


Un populisme structurel

La défiance à l’égard de la politique a beaucoup augmenté depuis les années 1990 entraînant des mutations de la démocratie japonaise (personnalisation de la politique, adoption d’un nouveau système électoral...) qui a tenté de répondre et de s'adapter à cette défiance. Les hommes politiques ayant perdu la confiance des électeurs ont cherché dans les messages typiques du populisme (antiélites, antiimpôts, etc.) un levier pour mobiliser les électeurs
Dans le même temps, la personnalisation du pouvoir, concomitante au rôle croissant des médias de masse et d’Internet, a modifié le rapport des citoyens aux « personnalités » politiques ; elle s’est encore accrue à la suite du renforcement du poids du Premier ministre dans le système institutionnel4 et de l’adoption en 1994 d’un mode de scrutin de type The winner takes all à l’anglaise5. Le jeu politique japonais tend in fine à être mis en scène comme une horse-race story.

Le PLD a su accompagner tous ces changements, de sorte qu’en dépit d’un populisme devenu structurel, la politique japonaise souffre d’un manque de renouvellement de son personnel politique. Les parlementaires, habituellement peu enclins au marketing, ont progressivement dû apprendre à s’exprimer dans les médias. Shinzō Abe lui-même a révolutionné sa façon de communiquer, abandonnant le style aristocratique hautain qui avait provoqué sa chute en 2007 pour se convertir en personnage chaleureux, à l’aise et proche du peuple. Il s’est en ce sens inspiré de son prédécesseur Junichirō Koizumi, en élaborant fin 2012 un storytelling efficace autour de sa politique économique, baptisée Abenomics et divisée en trois « flèches » ayant pour but de guérir les maux de l’économie japonaise6.


Le populisme japonais ne semble donc pas aussi pur ni inquiétant que ses équivalents européens. Il prend forme dans un système politique figé et dominé par un seul grand parti, qui bénéficie justement de l’absence de leviers institutionnels et médiatiques propres à nourrir la démagogie contestataire. La politique de « neutralité » des médias japonais et les standards journalistiques à l’œuvre dans le pays ne poussent pas à une recherche de buzz, susceptible de mettre en péril la légitimité du gouvernement et d’empêcher toute réflexion sur la longue durée. De surcroît, le champ politique japonais est globalement dépourvu d’entrepreneurs véritablement capables d’exploiter la défiance de la population, par un style personnel savamment construit à l’aide du marketing politique le plus contemporain. La gauche japonaise ne dispose pas de son Jean-Luc Mélenchon, alors que la vitalité démocratique du pays ne pourra être restaurée sans passer par une utilisation habile d’éléments de populisme.

  • 1. Otake Hideo, Un style japonais de populisme ? Attentes et désillusions de la politique (Nihongata popyurizumu ? Seiji he no kitai to genmetsu), Tōkyō, Chūkō, 2003 ; Etude du populisme de Koizumi Junichirō. Ses stratégies et ses techniques (Koizumi junichirō popyurizumu no kenkyū. Sono senryaku to shuhō), Tōkyō, Tōyōkeizai, 2006.
  • 2. Dernier critère énoncé par le politologue Jan-Werner Müller dans Qu’est-ce que le populisme ? Définir enfin la menace, Paris, Premier parallèle, 2016. Les japonophones pourront se référer à la synthèse proposée par Tōru Yoshida dans Penser le populisme. Une introduction à la démocratie (Popyurizumu o kangaeru. Minshu shugi e no sai nyūmon), Tōkyō, NHK books, 2001.
  • 3. Yuriko Koike avait déclaré qu’elle ne démissionnerait pas de son poste de gouverneur en cas de victoire, l’interdiction de cumul des mandats l’obligeait donc à désigner un chef du gouvernement.
  • 4. Les pouvoirs du Premier ministre ont été renforcés entre 1998 et 2002 à la suite de plusieurs réformes abusivement surnommées « réformes Hashimoto », du nom du Premier ministre en poste entre 1996 et 1998.
  • 5. Aujourd’hui, aux élections législatives, 289 sièges sont attribués au scrutin majoritaire et 176 au scrutin proportionnel (les listes sont régionales).
  • 6. D’abord une augmentation de la masse monétaire, ensuite de larges dépenses publiques et enfin des réformes dites structurelles, consistant principalement en des libéralisations de marchés, de domaines d’activités Le succès des deux premières flèches, décochées entre 2013 et 2014, était attendu, la troisième flèche est en cours de réalisation.