En 2022, sept nouvelles thèses qui font la part belle à l'Europe et aux études comparées

En 2022, sept nouvelles thèses qui font la part belle à l'Europe et aux études comparées

  • © Aurore Papegay et DR© Aurore Papegay et DR

Sept nouvelles thèses ont démarré au CEE en 2022. Cette nouvelle promotion très internationale se penche sur des sujets de politique comparée ayant pour toile de fond l’Europe.

Trois doctorante et doctorants ont entamé une thèse financée par un contrat Cifre :

  • Marta Tramezzani a rejoint le CEE en janvier 2022 pour une thèse sur “le mouvement des communautés énergétiques en milieu urbain”, sous la direction de Richard Balme. Sous contrat avec la Ville de Paris (Direction de la transition écologique et du climat), elle interroge la manière dont citoyens et acteurs publics interagissent dans la co-construction des politiques publiques de transition énergétique, en comparant les cas de Paris, Milan et Barcelone.

  • Depuis septembre, Arno Lizet travaille avec l’association “1000 cafés” qui oeuvre pour la revitalisation des espaces ruraux en France grâce à une offre de cafés multi-services. Dans son travail de thèse sous la direction de Florence Faucher et Laurie Boussaguet, il évalue l’impact social et les conséquences en termes de participation politique de ces innovations issues de l’économie sociale et solidaire.

  • Théodore Tallent est doctorant sous la direction de Florence Faucher depuis septembre, en co-direction avec l'Université de Cambridge. Sa thèse sur l'acceptabilité de la transition bas carbone à travers les territoires, notamment ruraux, en France et au Royaume-Uni est réalisée en partenariat avec Elabe, expert en opinion publique. Il souhaite à travers ce travail contribuer aux réflexions autour de la “transition juste” en Europe.

Une thèse a démarré en septembre dans le cadre du projet franco-allemand UnequalMand qui porte sur les groupes sociaux ciblés par les promesses politiques. Sous la direction d’Isabelle Guinaudeau et Emiliano Grossman, Selma Sarenkapa s’intéresse à la manière dont les médias, en France et en Allemagne, construisent (ou non) une image méritante de ces groupes cibles, influençant leur légitimité à prétendre à des politiques publiques favorables.

Les trois autres thèses sont financées par des contrats doctoraux de Sciences Po :

  • Sous le titre “Un climat conflictuel ? Une étude comparée des réponses des élus nationaux au changement climatique en Europe de l'Ouest”, Malo Jan étudie comment les élus de différents parlements nationaux en Europe se saisissent de l’enjeu climatique et les conflits que cela génère entre partis et au sein des partis. Sa thèse est dirigée par Emiliano Grossman.

  • Chiao Li prépare, sous la direction de Laura Morales, une thèse sur la transformation de la participation et des préférences électorales à travers les générations en Europe. Son travail tente de comprendre le changement de dynamique entre les élections nationales et celles du Parlement européen, ainsi que l’évolution des déterminants des préférences des électeurs.

  • Sous la direction de Jan Rovny, Luis Sattelmayer étudie la manière dont les partis traditionnels se positionnent par rapport aux enjeux saillants des partis populistes d’extrême droite, tels que l’immigration. Il compare dans ce cadre les cas de l’Allemagne, de la France et du Royaume-Uni.

2022 a aussi été l’année de cinq soutenances : félicitations à nos jeunes docteurs et docteure, Clément Claret, Roberto Rodriguez, Aifang Ma, Denys Gorbach et Arnault Barichella !

Retour en haut de page